Your Monday Briefing

Democracy is being allowed to vote for the candidate you dislike least.

Robert Byrne


By Azra Isakovic

Jan. 18, 2021

Good morning

Welcome to Your Monday Briefing

Books

#Livres 📚/#Recension – Open Democracy. Reinventing Popular Rule for the Twenty-First Century, Hélène Landemore,  Princeton University Press, | À la recherche d’une représentation démocratique par Éric Buge |  La Vie des idées
Books – Managing Transition: The First Post-Uprising Phase in Tunisia and Libya by Sabina Henneberg | Cambridge Core
Review of Books – The Limits of Caste Hazel V. Carby | London Review of Books
Review of Books  – Cynical Realism – Randall Kennedy on the biases of the Supreme Court | London Review of Books

Must-Reads

US – The Normalization of the Post-Sept. 11 Regime, by Stephen I. Vladeck | Tablet Magazine
Brexit – A look at Swiss politics shows that Euroskepticism is in the United Kingdom to stay, by Joseph de Weck | Foreign Policy
Europe/France/Germany – When Opposites Don’t Attract, by Joseph de Weck | Internationale Politik Quarterly
The Biden Transition – To Understand This Chaotic Transition, Rewind to the Last One | The New York Times
The Biden Transition – A Former Marine Stormed the Capitol as Part of a Far-Right Militia | The New Yorker
China/EU – Hungary Welcomes EU’s First Chinese University Campus | The Voice of America
Turkey – Erdogan’s great game: Turkey pushes into Africa with aid, trade and soaps |  Financial Times
Ideas – The Conservative Cult of Victimhood Trump was a perpetrator who thought himself a victim, and American society has indulged that same illusion among Trump supporters. David Frum | The Atlantic

Research & Analysis

#China🇨🇳/ The New Challenge of Communist Corporate Governance | CSIS  PDF 📥
EU/ROK – Consultations Resilience and Trust in Cyberspace | German Marshall Fund
Turkey🇹🇷 – Is Polarization Turkey’s Fate? By Emre Erdoğan @urbanhobbit | German Marshall Fund

Movies

Movies – The Movies That Mattered in 2020 by Anthony Lane | The New Yorker
Movies/Reviews – “Dear Comrades!” Is Andrei Konchalovsky’s Masterpiece, by Anthony Lane | The New Yorker

Your Thursday Briefing

A week is a long time in politics. – Harold Wilson


By Azra Isakovic

Jan. 7, 2021

Good morning.

Welcome to your Thursday briefing

Books

Books – The Paranoid Style in American Politics, By Richard Hofstadter |  Harper’s Magazine
Books – Charisma and Disenchantment | Books at NYRB
Books – The 10 Best Books of 2020 | New York Times Books
Books – Three New Books on the Predigital Technologies That Shaped Our World | New York Times Books

Must-Reads

US/Digital – The U.S. Failed to Execute Its Cyberstrategy—and Russia Pounced, Rob Knake, Foreign Affairs 
US/EU/Defense – The EU is the Military Ally the US Needs, Max Bergmann, Foreign Affairs 
Europe – Europe’s Geopolitical Moment, Daniela Schwarzer, Internationale Politik Quarterly 
EU – The EU’s Double Bind, Mark Leonard, Internationale Politik Quarterly 
EU/Climate – Flexing the Regulatory Muscle, Noah J. Gordon, Internationale Politik Quarterly  
EU/UK – EU-UK Relations: Time for a ‘New Normal’ post-Brexit, Richard G Whitman, Chatham House 
EU/China – With China deal, EU leaves the hard part to Washington, Dalibor Rohac, Politico 
France/EU – The lonely leader: The origins of France’s strategy for EU foreign policy, | ECFR
Europe/China – Watching China in Europe – January 2021, Noah Barkin, GMF  
NATO – NATO plans space center to counter Russia, China satellite threats, Joshua Posaner, Politico 
US/Turkey – Biden and Erdogan Are Trapped in a Double Fantasy, Asli Aydintasbas and Jeremy Shapiro, Foreign Policy 
Germany Ponders a Post-Merkel Shift on China  Erika Solomon & Guy Chazan, FT
Britain Returns to Its Past George Friedman, Geopolitical Futures
Is America Ready for an Asian NATO?  Douglas Bulloch, 1945
What Does Vietnam Want From U.S. in South China Sea?  D. Grossman, Diplomat
European Elections to Watch in 2021  Emma Anderson, Politico EU
What We Can Do to Expose China’s Abuses  Daniel Finkelstein, Times of London

 

Research & Analysis 

US/China – Deglobalisation in the context of United States-China decoupling, Alicia García-Herrero and Junyu Tan, Bruegel
EU – Rethinking EU Leadership in the “Neighbourhood”: Limits and Ambitions | IAI 
Arctic – Governance and Economic Challenges for the Global Shipping Enterprise in a Seasonally Ice-Covered Arctic Ocean, Lawson W. Brigham,  in Kristina Spohr and Daniel S. Hamilton, editors, Jason Moyer, associate editor

Podcasts

Biden Transition – États Unis : l’impossible passation de pouvoir ? Avec Romain Huret et Hubert Vedrine | France Culture
France Culture – Jacques Prévert ou l’amour de la vie (3/4) :  Prévert engagé – et ami | France Culture

Azra_Files : Your Friday Briefing

« Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie » Jacques Prévert


Azra Isakovic

Good Morning

Here’s what you need to know:

Books“The Fabulists – The World’s New Rulers, Their Myths and the Struggle Against Them” by Michael Peel | Oneworld Publications

EU identity crisis: Poland, Hungary and the fight over Brussels’ values  | Financial Times

EU common budget Brussels warns Poland and Hungary they cannot stop EU recovery fund – Bloc drawing up plans to push through €750bn project over two nations’ objections Sam Fleming and James Shotter | FT

US Revitalizing the State Department and American Diplomacy, by Uzra S. ZEYA and Jon FINER, The Council on Foreign Relations

UE/Royaume-Uni Breaking up is hard to do. Royaume-Uni et Union européenne après le Brexit, by Florence Faucher, Colin Hay, Revue Politique étrangère, hiver 2020-2021 | Institute français des relations internationales

EU/US – A new EU-US agenda for global change, European Commission and EU High Representative for Foreign Affairs and Security Policy       

EUBrussels considers creating recovery fund without Hungary and Poland, by  Sam Fleming et Mehreen Khan | Financial Times

US/IranFour ways the killing of Iran’s nuclear scientist will undercut US national security, by John Krzyzaniak | Bulletin of the Atomic Scientists 

Energy/ChinaUnpacking China’s 2060 carbon neutrality pledge  By Michal MEIDAN | The Oxford Institute for Energy Studies

FranceFrance to investigate 76 mosques suspected of ‘separatism’, by Victor Mallet | Financial Times

China/XinjiangInside A Xinjiang Detention Camp | BuzzFeedNews

Vaccines/ The ‘everything rally’: vaccines prompt wave of market exuberance  | Financial Times

Belgium/RussiaDealing with Russia: Towards a coherent Belgian policy, Alexander Mattelaer and Laura Vansina (eds.), Egmont Institute

Inequality/Economy – COVID-10 has widened the income gap in Europe, Zsolt Darvas. Bruegel 

Russia/Turkey – Best Frenemies, Anton Mardasov, Kirill Semyonov, Riddle

Brexit/VaccineOf Brexit and Vaccines  Tom McTague, The Atlantic

Vaccine – The Geopolitics of Vaccine Distribution  Alex Berezow, Geopolitical Futures

US Alliances First: How to Reshape Global Order  Ash Jain & Alex Pascal, National Interest

IndiaIndia’s Angry Farmers Have Reason to Worry  Mihir Sharma, Bloomberg

           

2e tour présidentielle 2017 : comprendre le vote des français par Ipsos France

2e tour présidentielle 2017 : comprendre le vote des français

  1. 1. 1 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 11 2ND tour présidentielle 2017 COMPRENDRE LE VOTE DES FRANÇAIS
  2. 2. 2 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 FICHE TECHNIQUE ÉCHANTILLON DATES DE TERRAIN Du 4 au 6 mai 2017. MÉTHODE 4 838 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Échantillon interrogé par Internet. Méthode des quotas : sexe, âge, profession de l’individu, région, catégorie d’agglomération. Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d’erreur inhérentes aux lois statistiques. Ce rapport a été élaboré dans le respect de la norme internationale ISO 20252 « Etudes de marché, études sociales et d’opinion ». La notice de cette enquête est consultable à la commission des sondages
  3. 3. 3 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 PRÉCISIONS SUR L’INTERVALLE DE CONFIANCE L’intervalle de confiance (appelé aussi marge d’erreur) est l’intervalle dans lequel se trouve la valeur recherchée avec une probabilité fixée (le niveau de confiance). L’amplitude de cet intervalle dépend du niveau de confiance, de la valeur observée et de la taille de l’échantillon. Le calcul n’est justifié que pour les sondages aléatoires. Il ne peut pas être déterminé dans le cas de sondages par quotas mais on considère qu’il est proche de celui des sondages aléatoires. Note de lecture : pour un échantillon de 4800 personnes, si le score mesuré est de 25%, il y a 95% de chances que la valeur réelle se situe aujourd’hui entre 23,8% et 26,2% (plus ou moins 1,2 point). INTERVALLE DE CONFIANCE (avec un niveau de confiance de 95%) Taille d’échantillon SCORES OBTENUS 2% ou 98% 5% ou 95% 10% ou 90% 15% ou 85% 20% ou 80% 25% ou 75% 30% ou 70% 35% ou 65% 40% ou 60% 45% ou 55% 50% 400 cas 1,4 2,1 2,9 3,5 3,9 4,2 4,5 4,7 4,8 4,9 4,9 500 cas 1,2 1,9 2,6 3,1 3,5 3,8 4,0 4,2 4,3 4,4 4,4 600 cas* 1,1 1,8 2,4 2,9 3,3 3,5 3,7 3,9 4,0 4,1 4,1 800 cas 1,0 1,5 2,1 2,5 2,8 3,0 3,2 3,3 3,4 3,4 3,5 1000 cas 0,9 1,4 1,9 2,2 2,5 2,7 2,8 3,0 3,0 3,1 3,1 1300 cas** 0,8 1,2 1,7 2,0 2,2 2,4 2,5 2,7 2,7 2,8 2,8 2900 cas*** 0,5 0,8 1,1 1,3 1,5 1,6 1,7 1,8 1,8 1,8 1,9 4800 cas**** 0,4 0,6 0,9 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,4 1,4 1,4 * Base ceux votant blanc ou nul **Base abstentionnistes *** Base votants exprimés **** Base inscrits
  4. 4. 4 L’ABSTENTION
  5. 5. 5 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les principales raisons de l’abstention (1/2) Base : Aux abstentionnistes Je refuse de choisir entre deux candidats que je rejette totalement Je ne les rejette pas mais aucun des deux candidats ne correspond à mes idées Quel que soit mon vote, cela ne sert à rien, E. Macron battra M. Le Pen Vous ne pensez pas être disponible le jour du vote (contraintes familiales, vacances, etc.) Vous ne vous intéressez pas à la politique 31% 28% 16% 15% 10% Question : Quelle est, parmi les suivantes, la principale raison qui pourrait expliquer que vous n’alliez pas voter au 2nd tour de l’élection présidentielle dimanche prochain ?
  6. 6. 6 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les principales raisons de l’abstention – selon le vote de 1er tour (2/2) Base : Aux abstentionnistes Question : Quelle est, parmi les suivantes, la principale raison qui pourrait expliquer que vous n’alliez pas voter au 2nd tour de l’élection présidentielle dimanche prochain ? % ENSEMBLE Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L. Mélenchon Electeurs de B. Hamon N. Dupont- Aignan Je refuse de choisir entre deux candidats que je rejette totalement 31 41 50 37 21 Je ne les rejette pas mais aucun des deux candidats ne correspond à mes idées 28 33 32 39 36 Quel que soit mon vote, cela ne sert à rien, Emmanuel Macron battra Marine Le Pen 16 13 10 7 19 Vous ne pensez pas être disponible le jour du vote 15 11 7 13 8 Vous ne vous intéressez pas à la politique 10 2 1 4 16 SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR
  7. 7. 7 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 LE VOTE BLANC OU NUL
  8. 8. 8 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les principales raisons du vote blanc ou nul (1/2) Base : Aux ceux votant blanc ou nul Je refuse de choisir entre deux candidats que je rejette totalement Je ne les rejette pas mais aucun des deux candidats ne correspond à mes idées Quel que soit mon vote, cela ne sert à rien, Emmanuel Macron battra Marine Le Pen 51% 39% 10% Question : Quelle est, parmi les suivantes, la principale raison qui pourrait expliquer que vous votiez blanc ou nul au 2nd tour de l’élection présidentielle dimanche prochain ?
  9. 9. 9 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les principales raisons du vote blanc – selon le vote de 1er tour (2/2) Base : Aux ceux votant blanc ou nul Question : Quelle est, parmi les suivantes, la principale raison qui pourrait expliquer que vous votiez blanc ou nul au 2nd tour de l’élection présidentielle dimanche prochain ? % ENSEMBLE Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L. Mélenchon Electeurs de B. Hamon N. Dupont- Aignan Je refuse de choisir entre deux candidats que je rejette totalement 51 52 68 49 37 Je ne les rejette pas mais aucun des deux candidats ne correspond à mes idées 39 39 24 43 60 Quel que soit mon vote, cela ne sert à rien, Emmanuel Macron battra Marine Le Pen 10 9 8 8 3 SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR
  10. 10. 10 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 LES RAISONS DU VOTE POUR CHAQUE CANDIDAT
  11. 11. 11 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les raisons du vote en faveur d’Emmanuel Macron (1/2) Base : Aux électeurs d’Emmanuel Macron au 2nd tour Votre opposition à Marine Le Pen Le renouvellement politique qu’il représente Son programme Sa personnalité 43% 33% 16% 8% Question : Parmi les éléments suivants, quel est celui qui a le plus compté dans votre choix de voter pour Emmanuel Macron ?
  12. 12. 12 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les raisons du vote en faveur d’E. Macron – selon le vote de 1er tour (2/2) Question : Parmi les éléments suivants, quel est celui qui a le plus compté dans votre choix de voter pour Emmanuel Macron ? % ENSEMBLE Electeurs d’E. Macron Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L. Mélenchon Electeurs de B. Hamon N. Dupont- Aignan Votre opposition à Marine Le Pen 43 20 57 71 65 64 Le renouvellement politique qu’il représente 33 49 22 14 21 14 Son programme 16 21 14 9 11 17 Sa personnalité 8 10 7 6 3 5 Base : Aux électeurs d’Emmanuel Macron au 2nd tour SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR
  13. 13. 13 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les raisons du vote en faveur de Marine Le Pen (1/2) Base : Aux électeurs de Marine Le Pen au 2nd tour Question : Parmi les éléments suivants, quel est celui qui a le plus compté dans votre choix de voter pour Marine Le Pen ? Le renouvellement politique qu’elle représente Son programme Votre opposition à Emmanuel Macron Sa personnalité 41% 30% 22% 7%
  14. 14. 14 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE Les raisons du vote en faveur de M. Le Pen – selon le vote de 1er tour (2/2) Question : Parmi les éléments suivants, quel est celui qui a le plus compté dans votre choix de voter pour Marine Le Pen ? Base : Aux électeurs de Marine Le Pen au 2nd tour SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR % ENSEMBLE Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L. Mélenchon N. Dupont- Aignan Le renouvellement politique qu’elle représente 41 43 35 27 35 Son programme 30 35 9 30 26 Votre opposition à Emmanuel Macron 22 14 49 37 37 Sa personnalité 7 8 7 6 2
  15. 15. 15 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 LA PERCEPTION DE LA CAMPAGNE D’ENTRE-DEUX-TOURS
  16. 16. 16 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur l’attitude d’Emmanuel Macron pendant la campagne d’entre-deux-tours Question : Depuis le soir du 1er tour, quand vous pensez à la campagne électorale de l’entre-deux- tours, diriez-vous qu’Emmanuel Macron : 56 5 16 13 27 11 4 47 20 23 15 27 40 48 64 64 58 62 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Surpris en bien Surpris en mal Ni l’un, ni l’autre Base : Inscrits 21% 21% 58% Vous a surpris plutôt en bienNi l’un, ni l’autre Vous a surpris plutôt en mal
  17. 17. 17 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur l’attitude de Marine Le Pen pendant la campagne d’entre-deux-tours Question : Depuis le soir du 1er tour, quand vous pensez à la campagne électorale de l’entre-deux- tours, diriez-vous que Marine Le Pen : 5 54 10 8 6 14 62 8 38 36 48 23 33 38 52 56 46 63 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Surpris en bien Surpris en mal Ni l’un, ni l’autre Base : Inscrits 17% 35% 48% Vous a surpris plutôt en bienNi l’un, ni l’autre Vous a surpris plutôt en mal
  18. 18. 18 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 LE DÉBAT
  19. 19. 19 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur l’attitude d’Emmanuel Macron durant le débat télévisé du 3 mai Question : Durant le débat télévisé du mercredi 3 mai qui a opposé les deux candidats, diriez-vous qu’Emmanuel Macron : 65 6 25 22 43 13 10 61 37 35 21 40 25 33 38 43 36 47 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Vous a plutôt rassuré Vous a plutôt inquiété Ni l’un, ni l’autre Base : A ceux qui ont vu ou ont entendu parler du débat 28% 33% 39% Vous a plutôt rassuré Ni l’un, ni l’autre Vous a plutôt inquiété
  20. 20. 20 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur l’attitude de Marine Le Pen durant le débat télévisé du 3 mai Question : Durant le débat télévisé du mercredi 3 mai qui a opposé les deux candidats, diriez-vous que Marine Le Pen : 1 45 7 6 4 11 85 17 64 63 76 47 14 38 29 31 20 42 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Vous a plutôt rassuré Vous a plutôt inquiété Ni l’un, ni l’autre Base : A ceux qui ont vu ou ont entendu parler du débat 13% 56% 31% Vous a plutôt rassuré Ni l’un, ni l’autre Vous a plutôt inquiété
  21. 21. 21 LE FUTUR PREMIER MINISTRE
  22. 22. 22 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur la nomination d’un Premier ministre issu de la gauche modérée Question : Si Emmanuel Macron est élu président de la République et s’il nommait un Premier ministre issu de la gauche modérée, diriez-vous que vous seriez : 37 4 45 3 5 29 51 8 19 65 14 66 57 24 12 45 44 31 41 31 38 47 37 47 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Plutôt satisfait Plutôt déçu Ni l’un, ni l’autre Base : Inscrits 20% 36% 44% Plutôt satisfaitNi l’un, ni l’autre Plutôt déçu SELON L’ÉLECTORAT 2ND TOUR
  23. 23. 23 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur la nomination d’un Premier ministre issu de la droite modérée Question : Si Emmanuel Macron est élu président de la République et s’il nommait un Premier ministre issu de la droite modérée, diriez-vous que vous seriez : Base : Inscrits 24% 30% 46% Plutôt satisfaitNi l’un, ni l’autre Plutôt déçu 31 21 32 16 56 8 7 29 27 38 22 42 10 50 58 24 42 41 46 42 34 42 35 47 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Plutôt satisfait Plutôt déçu Ni l’un, ni l’autre SELON L’ÉLECTORAT 2ND TOUR
  24. 24. 24 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE L’opinion sur la nomination d’un Premier ministre issu de la société civile Question : Si Emmanuel Macron est élu président de la République et s’il décidait de nommer comme Premier ministre une personne qui n’a jamais exercé de mandat politique, diriez-vous : Base : Inscrits 43% 28% 29% Que ce serait plutôt une bonne idée, il faut renouveler le personnel politique Ni l’un, ni l’autre Que ce serait plutôt une mauvaise idée, il faut de l’expérience pour être Premier ministre 55 34 62 33 37 46 48 41 22 36 18 37 41 22 21 31 23 30 20 30 22 32 31 28 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR Plutôt bonne idée Plutôt mauvaise idée Ni l’un, ni l’autre SELON L’ÉLECTORAT 2ND TOUR
  25. 25. 25 LA FUTURE ASSEMBLÉE NATIONALE
  26. 26. 26 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE La future Assemblée nationale (1/2) Question : Les prochaines élections législatives auront lieu au mois de juin. S’il est élu président de la République, souhaitez-vous qu’Emmanuel Macron dispose d’une majorité absolue de députés à l’occasion de ces élections législatives ? 70 12 88 12 30 29 51 21 30 88 12 88 70 71 49 79 Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs d’E.Macron Electeurs de M. Le Pen Electeurs de F. Fillon Electeurs de J-L Mélenchon Electeurs de B. Hamon Electeurs de N. Dupont-Aignan SELON L’ÉLECTORAT 1ER TOUR ST Oui ST Non Base : Inscrits SELON L’ÉLECTORAT 2ND TOUR 15% 24% 31% 30% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, plutôt pas Non, pas du tout ST Oui 39% ST Non 61%
  27. 27. 27 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE La future Assemblée nationale (2/2) Question : Les prochaines élections législatives auront lieu au mois de juin. S’il est élu président de la République, souhaitez-vous qu’Emmanuel Macron dispose d’une majorité absolue de députés à l’occasion de ces élections législatives ? 34 28 42 67 93 71 50 30 14 30 66 72 58 33 7 29 50 70 86 70 EXG PC FdG EELV PS En Marche ! Modem UDI LR FN Aucun parti SELON LA PROXIMITÉ PARTISANE ST Oui ST Non Base : Inscrits 15% 24% 31% 30% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, plutôt pas Non, pas du tout ST Oui 39% ST Non 61%
  28. 28. 28 ©Ipsos. PRÉSIDENTIELLE 2017 2828

Source: https://www.slideshare.net/IpsosFrance/2e-tour-prsidentielle-2017-comprendre-le-vote-des-franais

 

Les relations franco-britanniques par Vivien Pertusot

Si le Premier ministre britannique David Cameron et le président français François Hollande affichent régulièrement leurs désaccords sur l’Union européenne et les questions économiques, l’alliance stratégique des deux puissances rivales n’a jamais été remise en cause depuis l’Entente cordiale d’avril 1904.

Holland-Cameron

Le 25 octobre 2013, lors d’un conseil européen, François Hollande s’entretient avec David Cameron. L’Union européenne est au cœur des principaux sujets de désaccord franco-britanniques et notamment la volonté du Premier ministre britannique de réformer l’Union européenne, ce qui pour le président français « n’est pas la priorité », car « on ne peut pas faire peser sur l’Europe le choix britannique ». (© Conseil européen)

Les relations entre la France et le Royaume-Uni se caractérisent par « une complémentarité difficile », selon l’expression de Geoffroy de Courcel, ambassadeur de France en poste à Londres dans les années soixante (1).

Cet apparent oxymore traduit une situation où les deux pays ont nourri une relation marquée par l’évidence de travailler ensemble, tout autant que celle de se percevoir comme des rivaux. Cela s’illustre à trois niveaux : au niveau des affaires stratégiques, au sein de l’Union européenne, ainsi que dans leur relation commerciale. Les raisons de cette « complémentarité difficile » trouvent leurs racines non seulement dans une histoire parsemée de guerres et de rivalités ouvertes, mais aussi dans deux conceptions différentes de l’échiquier international. L’Europe a notamment toujours été la pomme de discorde des relations franco-britanniques.

Le domaine stratégique : rapprochement de raison

La convergence d’intérêts sur les domaines stratégiques est aussi étonnante qu’elle est compréhensible. Surtout, elle est pragmatique. Avant le XXe siècle, ni la France ni le Royaume-Uni n’avaient particulièrement de raison d’envisager un rapprochement. Les deux pays possédaient des empires d’envergure, des capacités militaires robustes et ne percevaient pas de menaces imminentes sur le continent européen. L’avènement de la Triple Alliance en 1882 et la montée en puissance de l’Allemagne ont été d’importants vecteurs pour motiver une nouvelle donne entre Paris et Londres. Toutefois, l’Entente cordiale approuvée en 1904 n’était à l’époque pas comprise comme le fondement d’une alliance structurelle entre deux rivaux.

Cet accord aura en réalité jeté les fondations d’une coopération bilatérale stratégique jamais réellement remise en question. Malgré les suspicions et autres méfiances inhérentes à la relation franco-britannique, plusieurs facteurs ont confirmé l’utilité de maintenir une relation étroite. Tout d’abord, la France et le Royaume-Uni vont devenir les deux seuls pays européens à conserver une ambition internationale unissant les volets diplomatiques, commerciaux, culturels et militaires. Une des principales pierres angulaires de cette vision globale est leur siège permanent respectif au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Ensuite, les deux pays conservent des outils de défense assez similaires, qu’ils sont prêts à utiliser. La possession d’armes nucléaires indépendantes en est un exemple, mais aussi des formats d’armées et des postures de défense proches. Les deux pays ont certes connu de fortes réductions d’effectifs et de capacités depuis la fin de la guerre froide et des coupes budgétaires conséquentes depuis 2008. Toutefois, Français et Britanniques veulent encore maintenir une capacité d’action totale, même si la réalité est plus contrastée. Enfin, les deux pays s’accordent sur le principe que l’Europe doit être plus active en politique étrangère et de défense. Ils divergent néanmoins sur l’enceinte de prédilection afin d’y parvenir. Traditionnellement, le Royaume-Uni, fervent promoteur du lien transatlantique, estime que l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) doit être l’institution privilégiée pour la défense européenne. À l’inverse, la France préfère que les Européens développent une capacité autonome de celle de l’OTAN au sein de l’Union européenne. Si cette divergence perdure, elle est aujourd’hui estompée par des considérations beaucoup plus pragmatiques : peu importe la méthode, les Européens doivent être plus responsables en matière de sécurité et de défense.

La coopération stratégique franco-britannique demeure pragmatique et donc sujette aux soubresauts politiques. (…) François Hollande n’en a pour le moment pas fait un axe prioritaire.

La signature des traités de Lancaster House en novembre 2010 a marqué le point culminant de cette proximité stratégique. Cette coopération de défense répondait à des considérations de court et de moyen termes. Paris et Londres saisissaient bien la portée des coupes budgétaires et la nécessité de trouver des partenaires viables et de même calibre afin de conserver une force de frappe conséquente.

C’était particulièrement marqué pour la soutenabilité des capacités nucléaires, ainsi qu’au niveau industriel – la France et le Royaume-Uni maintiennent des bases industrielles et technologiques de défense (BITD) d’ampleur comparable. Sans parler d’intégration des BITD, il devenait clair des deux côtés de la Manche que leurs seules BITD nationales n’allaient plus suffire pour peser face aux États-Unis et aux industries émergentes. Il s’agissait également pour les deux puissances européennes de continuer à peser à l’échelle internationale et de pouvoir combiner leurs forces pour se déployer sur des théâtres parfois lointains.

Caricature datant de 1906, deux ans après l’« Entente cordiale » – une série d’accords bilatéraux signés entre le Royaume-Uni et la France, qui servit notamment à résoudre plusieurs différends coloniaux et à constituer le socle de la Triple-Entente formée avec l’Empire russe. On peut reconnaître sur ce dessin John Bull (personnage symbolisant l’Angleterre) et la Marianne française qui tournent le dos au Kaiser allemand, portant une épée sous son manteau. (© Bernard Partridge)

Caricature datant de 1906, deux ans après l’« Entente cordiale » – une série d’accords bilatéraux signés entre le Royaume-Uni et la France, qui servit notamment à résoudre plusieurs différends coloniaux et à constituer le socle de la Triple-Entente formée avec l’Empire russe. On peut reconnaître sur ce dessin John Bull (personnage symbolisant l’Angleterre) et la Marianne française qui tournent le dos au Kaiser allemand, portant une épée sous son manteau. (© Bernard Partridge)

La coopération franco-britannique en matière de sécurité et de défense est désormais acquise, mais pas sa portée. Sauf retournement majeur dans la politique étrangère et de sécurité de l’un des deux partenaires, l’intérêt de coopérer et de s’entendre demeurera. Ce qui est plus incertain en revanche est le périmètre de coopération que les deux chancelleries sont prêtes à maintenir sur le long terme. En effet, la coopération stratégique franco-britannique demeure pragmatique et donc sujette aux soubresauts politiques. En France, Nicolas Sarkozy était convaincu de sa pertinence et avait ainsi convoqué les ressources nécessaires à la signature des traités. À l’inverse, François Hollande n’en a pour le moment pas fait un axe prioritaire. De même, le référendum sur l’indépendance de l’Écosse soulevait des questions au sein de la Défense française : la perte de l’Écosse n’affaiblirait-elle pas le Royaume-Uni, déséquilibrant ainsi le partenariat franco-britannique ? Ce type de questions se pose à chaque tournant politique dans l’un ou l’autre pays. Aussi la France va-t-elle scruter les débats et la publication de la revue stratégique de défense et de sécurité (SDSR) prévue en 2015, car il s’agira de constater à quel point la Défense britannique va pouvoir limiter les coupes budgétaires et capacitaires, qui pourraient grever encore davantage un appareil de défense déjà sous pression. Si le domaine stratégique est devenu un axe de coopération central entre la France et le Royaume-Uni, la question européenne a, elle, nourri de nombreux désaccords entre les deux partenaires.D’où deux traités ambitieux signés entre Paris et Londres couvrant les domaines opérationnel, capacitaire, nucléaire et industriel. La coopération opérationnelle prendra la forme d’une Force expéditionnaire commune interarmées (CJEF), qui devrait être prête d’ici 2016. Bien que les deux appareils militaires aient l’habitude de travailler et de se déployer ensemble, établir une force commune présente de nombreux défis qui ralentissent son établissement. La coopération capacitaire se révèle également difficile. Le sommet franco-britannique, fin janvier 2014, a redonné un coup de projecteur à une coopération capacitaire et industrielle qui restait timorée, avec par exemple la confirmation du développement et de la production de missiles antinavires légers. Mais d’autres projets ont été abandonnés face aux choix unilatéraux des gouvernements français ou britannique. La coopération nucléaire est la plus discrète, mais semble être celle qui connaît le moins de remous…

Vivien PERTUSOT

L’article complet est paru dans « Les Grands Dossiers » de Diplomatie, n° 25, février 2015.