September Briefing #2

 “I’m of the opinion that it’s okay to be silent, to not speak if you don’t have anything to say.”
Cate Blanchett


By Azra Isakovic

Tuesday, Sept. 21, 2021

Good Afternoon

Welcome to Your September Briefing #2

Featured

Chine – Les opérations d’influence chinoises – Un moment machiavélien, Paul Charon et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer | IRSEM – RAMH | IRSEM

Books

UK – The Rise and Fall of the British Nation. A Twentieth-Century History, David Edgerton | Penguin Books
Neoliberalism – Market Civilizations, Quinn Slobodian & Dieter Plehwe | Zone Books | Princeton University Press
Neoliberalism – The Triumph of Broken Promises: The End of the Cold War and the Rise of Neoliberalism, Fritz Bartel | Harvard University Press

Must-Reads

FranceMiroir, mon beau miroir, dis-moi si je suis encore une grande puissance? Jean-Do Merchet | l’Opinion
China – China’s ’Dual Cycle’ development model and the digital revolution, Emily de La Bruyere | Hinrich Foundation
China – Is Evergrande « China’s Lehman moment »? by Adam Tooze
Europe‘Brussels as the new Moscow’ | International Politics & Society
Aukus The new Australia, UK, and US nuclear submarine announcement | Bulletin of the Atomic Scientists
AukusIs the AUKUS alliance meaningful or merely provocation? | Chatham House
Aukus The Observer view on Anglo-French relations, Observer editorial | The Guardian
AukusMaking waves in the Pacific: how Boris Johnson’s Global Britain went rogue, Simon Tisdall | The Guardian
Economy How and why the idea of a national economy is radical, David Edgerton [PDF]  
UK L’ascension, la chute… et l’éclatement de la nation britannique ?  ITW de David Edgerton, Louis de Catheu | GEG
Europe Europe’s reputation as a cosmopolitan haven has been exposed as a mirage, Hans Kundnani | The Guardian

Research & Analysis

GlobalGlobal Catastrophic – Risks 2021: Navigating the Complex Intersection | Global Challenges Foundation
UK/ChinaThe UK and China’s security and trade relationship: A strategic void. | UK Parliament
EU/US/China : Hybrid Multilateralism and the Limits of Prioritizing Values, Kerry Brown | GlobalSummitry

Podcasts

Is A Cold War With China Inevitable? Kerry Brown with Owen Jones 

Your Wednesday Briefing

J’ai réinventé le passé pour voir la beauté de l’avenir.
Louis Aragon.


By Azra Isakovic

Wednesday, March 31

Good morning

Welcome to Your Wednesday Briefing

Featured

In honour of David Graeber – Free us from the Roving Cavaliers of Credit, Steve Keen | Brave New Europe

Books

À propos de : « Sociologie historique du capitalisme » | La Decouverte, par Hervé Joly | La Vie des idées
Book Review –Heterodox Challenges in Economics Sergio Cesaratto, by M. D. Rose | Brave New Europe
Book Review –Claremont’s Constitutional Crisis, R. Shep Melnick | Law & Liberty
Review – Work Won’t Love You Back Sarah Jaffe | Hurst Publishers, by Marzena Zukowska

Must-Reads

WHO/Covid19 –Joint Statement on the WHO-Convened COVID-19 Origins Study | United States Department of State
Covid19 – The Fourth Surge Is Upon Us. This Time, It’s Different, by Zeynep Tufekci | The Atlantic
China/Russia – An Alliance of Autocracies? China Wants to Lead a New World Order, Steven Lee Myers | The New York Times
Russia/China/US – Here’s How Russia and China Are Helping the U.S., by Yasmeen Serhan | The Atlantic
EU/US/China –The Fragility of Europe’s China Strategy, Adam Tooze | Internationale Politik Quarterly
Germany – Stepping Into the 21st Century, Thierry de Montbrial | Internationale Politik Quarterly
US/India – Unresolved Questions in U.S.-India Relations  Anita Inder Singh | Lowy Institute
EU/US – Why the EU Is Still Wary of America  | Economist
China/Cyberspace – Did China Cross a Red Line in Cyberspace?  M. Montgomery & T. Logan | SG
US/Iran/China – How U.S. Pushed China & Iran Together  Amir Handjani | Responsible Statecraft
US/Russia/China – A Second Cold War Is Tracking the First  Gideon Rachman | Financial Times
France – The Paris Commune Lives On in French Politics  Robert Zaretsky | Foreign Affairs
US/Russia – No Emotions or Illusions: The Future of U.S.-Russian Relations, Dmitri Trenin | Carnegie Moscow Center

Research & Analysis

EU –Is there a populist foreign policy? Angelos Chryssogelos | Chatham House
US/EU/Digital – How to Build Back Better the Transatlantic Data Relationship, Nigel Cory and Ellyse Dick | ITIF
US/CinaThe Case for Legislation to Out-Compete China, Robert D. Atkinson | ITIF
China/EU/US/Climate –China, EU and US cooperation on climate and energy, Antony Froggatt and Daniel Quiggin | Chatham House

Podcasts

Surveillance numérique –  Géopolitique de la surveillance numérique | France Culture

The Macron Doctrine, Barack Obama, Capitalisme, Left Wing Populism, The Biden Transition: Your Saturday Briefing

Azra_Files : Nov. 28, 2020

Here’s what you need to know, by Azra Isakovic

#EU🇪🇺/ The #MacronDoctrine and the Geopolitical Future of the EU | @dgapev https://dgap.org/en/events/macron-doctrine-and-geopolitical-future-eu

#Russia🇷🇺/#UnitedStates🇺🇸/ Biden’s Approach to U.S. Allies and Adversaries Will Challenge Russia, by Dmitri Trenin | Carnegie Moscow Center https://carnegie.ru/commentary/83336

#Capitalism/ The Rich Kids Who Want to Tear Down Capitalism – Socialist-minded millennial heirs are trying to live their values by getting rid of their money. By Zoë Beery | The New York Times https://www.nytimes.com/2020/11/27/style/trust-fund-activism-resouce-generation.html

#LeftWingPopulism/ Diego Maradona, Argentine football great, 1960-2020 | Financial Times https://www.ft.com/content/45d05dc6-243d-487f-a7f3-09367ed503b8

#NYT/ How Does Ben Smith Sleep at Night?  | The New Republic https://newrepublic.com/article/160396/ben-smith-new-york-times-media-column-janet-malcolm

Books📚/ “A Promised Land” by Barack Obama review – an impressive but incomplete memoir Gary Younge | The Guardian https://www.theguardian.com/books/2020/nov/26/a-promised-land-by-barack-obama-review-an-impressive-but-incomplete-memoir

Books📚/ 10 books to read in December | Le Grand Continent https://legrandcontinent.eu/fr/2020/11/27/10-livres-decembre/

Azra_Files : Nov. 27, 2020 – Here’s what you need to know

Edward Snowden, Glenn Greenwald, The Biden Transition, Technology, Democracy, Press Freedom, Books📚 : Your Friday Briefing, By Azra Isakovic

#Books📚/ “Living in Troubled Times” by Thierry de Montbrial , Executive chairman and founder of IFRI_ | World Scientific https://www.worldscientific.com/worldscibooks/10.1142/11147

#Books📚/ Education & Development in Colonial & Postcolonial Africa. Policies, Paradigms, & Entanglements, 1890s–1980s by Damiano Matasci, Miguel Bandeira Jerónimo, Hugo Gonçalves Dores eds Palgrave Macmillan coll. « Global Histories of Education » #openaccess  http://sfhom.com/spip.php?article3673

#Books📚/ Repenser la « mission civilisatrice ». L’éducation dans le monde colonial et postcolonial au XXe siècle, par Damiano Matasci, Miguel Bandeira Jerónimo, Hugo Gonçalves Dores eds aux Presses Universitaires de Rennes @pureditions coll. « Histoire » #Livres 📚 http://sfhom.com/spip.php?article3672

#Technology/#Democracy/ Demanding Silicon Valley Suppress “Hyper-Partisan Sites” in Favor of “Mainstream News” (The NYT) is a Fraud, by Glenn Greenwald https://greenwald.substack.com/p/demanding-silicon-valley-suppress

#VIDÉO 🎥/ #Technology/#Democracy/ Interview with Edward Snowden (@Snowden) on Silicon Valley Censorship, Biden, and Lurking Press Freedom Dangers, by Glenn Greenwald https://greenwald.substack.com/p/video-interview-with-edward-snowden

#Europe🇪🇺/#France🇫🇷/#PressFreedom/ Video of Police Beating Black Man in Paris Fuels Debate on Filming Officers https://www.nytimes.com/2020/11/26/world/europe/Paris-police-beating-video.html

#Europe🇪🇺/#France🇫🇷/#PressFreedom/ Emmanuel Macron’s illiberal plan to protect the French police | Financial Times https://www.ft.com/content/17e7122b-c127-4996-a4ab-c399d05f242a?list=intlhomepage

#Nexit/ New Dutch ‘Nexit’ party threatens Rutte – Forum for Democracy is among the groups hoping to make a splash in regional vote, by Mehreen Khan | Financial Times https://www.ft.com/content/98f94164-2cca-11e8-a34a-7e7563b0b0f4

#Europe🇪🇺/#Bosnia&Herzegovina🇧🇦/#Dayton How to Free Bosnia From Dayton’s Paralyzing Grip  Majda Ruge, ECFR https://ecfr.eu/publication/how-europe-and-the-us-can-take-bosnia-beyond-dayton-25-years-later/

#VIDÉO 🎥/#Libya🇱🇾/ Moment German Commandos Intercept & Raid Turkish Ship Bound For Libya | @zerohedge https://www.zerohedge.com/geopolitical/watch-moment-german-commandos-intercept-raid-turkish-ship-bound-libya

#Chine🇨🇳/ Why the Quad Should Focus on a Strategy to Contain China  James Holmes, TNI

Azra_Files : Jeudi 26 novembre 2020

Voici ce que vous devez savoir aujourd’hui

#ÉtatsUnis🇺🇸/#TheBidenTransition/#TransitionBiden/ Dis non, Joe – En ce qui concerne la #politique_étrangère, il est impossible de revenir au statu quo – Joe Biden devrait s’appuyer sur les meilleures idées de Barack Obama et dire non aux guerres inutiles et aux dépassements militaires, par Benjamin H. Friedman, Stephen Wertheim | Foreign Policy https://foreignpolicy.com/2020/11/25/say-no-joe/

#ÉtatsUnis🇺🇸/#TheBidenTransition/#TransitionBiden/ #ÉtatsUnis🇺🇸/#TheBidenTransition/#TransitionBiden/ L’équipe de sécurité nationale de Biden offre un virage serré – Approche prudente d’Obama à l’égard des opérations étrangères pourrait être révisée, Par Annie Karni et David E. Sanger pour le New York Times https://www.nytimes.com/2020/11/24/us/politics/biden-nominees-national-security.html

#Numérique/#UE🇪🇺/ L’Europe n’a pas de stratégie en matière de cyber-sanctions, Stefan Soesanto, Lawfare
http://www.lawfareblog.com/europe-has-no-strategy-cyber-sanctions

#Numérique/#France🇫🇷 /#ÉtatsUnis🇺🇸/  La France exige des paiements d’impôts numériques de la part des groupes technologiques américains, Aime Williams, Hannah Murphy et Victor Mallet, Financial Times https://www.ft.com/content/2cfe3d07-7e69-4f57-b634-8b6002f967cb

#Chine🇨🇳/#Numérique – La route numérique de la soie en Chine: importance économique et politique, Damian Wnukowski, PISM https://pism.pl/publications/Chinas_Digital_Silk_Road_Economic_and_Political_Significance

#Technologie/#ÉtatsUnis🇺🇸/  Les conservateurs qui se plaignent de la censure –  Les Pro-Trump sur Internet n’arrêtent pas de parler de son exode des #BigTech. Mais très peu d’entre eux ont en fait abandonné leurs foyers de longue date sur les réseaux sociaux | The Washington Post https://www.washingtonpost.com/technology/2020/11/23/parler-conservatives-still-on-twitter/

#ÉtatsUnis🇺🇸/  9 choses à savoir sur Anthony Blinken D. Herszenhorn et R. Momtaz, Politico EU
https://www.politico.eu/article/nine-things-to-think-about-antony-blinken/

#Russie🇷🇺/ Le pivot asiatique de la Russie se heurte à de nouveaux problèmes, Sergey Sukhankin, Jamestown
https://jamestown.org/program/russias-pivot-to-asia-encounters-new-difficulties/

#Chine🇨🇳/ La Chine fixe un bilan financier, Phillip Orchard, Geopolitical Futures
https://bit.ly/3nXi9hh

Azra_Files 25/11/2020

Voici ce que vous devez savoir aujourd’hui

#ÉtatsUnis🇺🇸/#Europe🇪🇺/ Alors que Trump sort, les fractures en Europe s’élargissent à nouveau – Les responsables en France et en Allemagne se disputent déjà la vie après son départ https://www.nytimes.com/2020/11/24/world/europe/trump-macron-merkel-france-germany.html

#Europe🇪🇺/#Corruption/ La corruption pourrit la périphérie de l’Europe – Les problèmes du continent s’étendent aux démocraties en difficulté au-delà de la Hongrie et de la Pologne https://www.ft.com/content/78ba92ed-94ef-47ce-9157-658e068cd814

#France🇫🇷/ Sur le point de devenir moins libre – Au lendemain des récents attentats terroristes, le gouvernement français a introduit une nouvelle législation qui menace les libertés mêmes qu’il s’engage à défendre, par Mira Kamdar
https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2020/11/france-about-become-less-free/617195/

#ÉtatsUnis🇺🇸/#Europe🇪🇺/ Pourquoi l’Europe centrale et orientale sera importante pour l’administration Biden, Daniel Hegedüs, GMF https://shar.es/aoblKd

#ÉtatsUnis🇺🇸/#Europe🇪🇺/#Bosnie🇧🇦/#Dayton/ Un nouvel accord pour la #BosnieHerzégovine🇧🇦, rapport et recommandations, groupe de travail sur les Balkans occidentaux Woodrow Wilson Center
https://www.wilsoncenter.org/publication/fixing-dayton-new-deal-bosnia-and-herzegovina

#Technologie/#Numérique/#UnionEuropéenne🇪🇺 – L’empreinte numérique de l’#UE🇪🇺 tourne en rond, par @alanbeattie via @financialtimes https://www.ft.com/content/8e8ce49b-0ca2-4d6d-86e4-3c3a0c4a4397?shareType=nongift

#Technologie/#Numérique/#Chine🇨🇳 – Compétitivité chinoise dans l’économie numérique internationale, Caleb Foote et Robert D.Atkinson, | @ITIFdc http://itif.org/publications/2020/11/23/chinese-competitiveness-international-digital-economy
PDF 📥

#Technologie/#Démocratie/ Le pouvoir exercé par #BigTech est une menace pour la démocratie – Pour y faire face, il faudra briser le contrôle monopolistique des entreprises sur l’information politique, par @FukuyamaFrancis, @BarakRichman, et @ashishgoel
https://www.foreignaffairs.com/articles/united-states/2020-11-24/fukuyama-how-save-democracy-technology

#ÉtatsUnis🇺🇸/#Chine🇨🇳/ Entreprises multinationales, compte courant et découplage États-Unis-Chine, par Stewart Paterson | Hinrich Foundation https://www.hinrichfoundation.com/research/wp/us-china/mnes-decoupling-from-china/

#Chine🇨🇳/#MerNoire – Un changement de mer?: Le rôle de la Chine dans la mer Noire, par Michael O’Hanlon, Ivan Safranchuk, Igor Denisov, Vakhtang Charaia, Mariam Lashkhi , Jean-Marc Blanchard, Michal Meidan, Altay Atlı via Middle East Institute https://www.mei.edu/publications/sea-change-chinas-role-black-sea
PDF 📥

La pauvreté de la science politique par Georgy Kunadze

 Ce rôle ‘civilisatrice’ de l’arsenal nucléaire est à nouveau en grande demande en Russie qui se relève graduellement, tout en retournant aux ‘valeurs traditionnelles européennes telles que la souveraineté, un État fort, l’éthique chrétienne et les normes morales’. Et l’Occident ayant perdu ces valeurs, et « vaincus, commence à agir … en violation de presque toute norme morale, juridique ou politique, que l’Occident lui-même a proclamé. »

En Russie, le domaine de la science politique est dans un état de crise. Cela est évident non seulement dans les œuvres des mystiques de la géopolitique et les charlatans de l’école ‘patriotique’, mais aussi dans les réflexions superficiels de leurs adversaires autoproclamés : les courtisans ‘libéraux’ respectables. Avec les premiers c’est clair depuis longtemps: ils sont fanatiques et scélérats ordinaires, simple comme les râteaux. C’est moins évident avec le dernier groupe. Ils sont instruits, ils maîtrisent couramment et ‘non-patriotiquement’ les langues étrangères ; ils sont chez eux en toute capitale occidentale. Ils comprennent tout à la perfection. C’est avec des représentants de cette ‘classe éduquée’ ou le problème réside. russie003Certains ont traversé ouvertement du côté de la réaction et révèlent avec enthousiasme de la folie. D’autres  déguisent avec diligence  ses vus autoritaires dignes de l’homme des cavernes dans ses propres formes académiques.

Je voudrais aborder la dernière contribution à l’apologétique du régime de Poutine dans l’article Le Concert de Vienne du XXIe siècle, écrit par le politologue bien connu, Sergei Karaganov.

De quelle manière l’anniversaire est  glorifié?

L’article commence par l’éloge de ‘jubilé glorieux’ – le 200e anniversaire de la défaite de Napoléon, formalisée lors du Congrès de Vienne en 1815. Un Concert des Nations a été formé au Congrès et qui avait fourni, selon Karaganov,  ‘de la paix presque absolue en Europe depuis plusieurs décennies et de l’ordre relativement pacifique pour près d’un siècle’. Cette déclaration est très controversée parce que le Congrès de Vienne a abouti à la redéfinition des frontières en Europe, ouvrant la voie à de nouvelles guerres, et parce que le but de notoire Concert des Nations était un retour à l’ordre européen qui existait avant la Grande Révolution française.bnf001

Cependant, encore plus intéressant est la raison pour laquelle l’auteur estime que le Concert des Nations a été bénéfique. Selon Karaganov, ‘l’ordre pacifique’ en Europe a été construit  ‘sans humilier la France vaincue’, et les grandes puissances qui ont créé cet ordre pacifique ont été relativement homogène et ont été «gérés par des monarques autoritaires… qui partageaient des valeurs communes … ». L’allusion pour le traitement prétendument humiliante de la Russie après sa défaite dans la guerre froide est tout à fait évidente. En outre, le rêve naïf de faire revivre un ordre par lequel  ‘les souverains homogènes, autoritaires’ font des deals eux-mêmes est tout à fait bien évident.

 

Comment nous avons arrêtés de nous inquiéter et comment nous adorons la bombe


Karaganov indique également que, malgré ce que notre ‘souverain autoritaire’, Staline, a convenu avec ‘leurs souverains’ à Yalta, en Février 1945, de la Seconde Guerre mondiale est née un monde divisé, plutôt qu’un ‘concert’ des nations homogènes. Il y aurait eu une nouvelle guerre, poursuit-il, si le Dieu n’avait pas envoyé à l’humanité un arsenal nucléaire, qui a sauvé et continue à sauver ceux qui l’ont, tout en refusant la protection divine à ceux qui ont choisi de ne pas en avoir. Yalta001Renoncer à son arsenal nucléaire n’a pas sauvé la Libye, déplore l’auteur, ‘correctement’ en ignorant l’autre exemple, beaucoup plus évidente et récente – l’Ukraine. La décision de l’Ukraine de renoncer à ses armes nucléaires ne l’a pas aidé de se protéger contre l’agression de la Russie. Mais la possession des armes nucléaires de la Russie l’a aidé grandement: Si la Russie voudrait saisir toute l’Ukraine, personne ne se serait battu contre elle. Selon Karaganov, c’est exactement ça qui équivaut ‘au rôle civilisateur des armes nucléaires’ dans un monde où certains gouvernements sont ‘plus égaux que d’autres’ comme on les pourrait décrire en termes d’Orwell.

La décision de l’Ukraine de renoncer à ses armes nucléaires ne l’a pas aidé de se protéger contre l’agression de la Russie. Mais la possession des armes nucléaires de la Russie l’a aidé grandement: Si la Russie voudrait saisir toute l’Ukraine, personne ne se serait battu contre elle. Selon Karaganov, c’est exactement ça qui équivaut ‘au rôle civilisateur des armes nucléaires’ dans un monde où certains gouvernements sont ‘plus égaux que d’autres’ comme on les pourrait décrire en termes d’Orwell.

Ce rôle ‘civilisatrice’ de l’arsenal nucléaire est à nouveau en grande demande en Russie qui se relève graduellement, tout en retournant aux ‘valeurs traditionnelles européennes telles que la souveraineté, un État fort, l’éthique chrétienne et les normes morales’. Et l’Occident ayant perdu ces valeurs, et « vaincus, commence à agir … en violation de presque toute norme morale, juridique ou politique, que l’Occident lui-même a proclamé. »

‘À en juger par la rage actuelle contre la demande croissante pour le respect des intérêts de la Russie’, poursuit l’auteur d’un air suffisant, ‘le pays aurait été achevé … si ses ingénieurs faméliques, ses scientifiques et ses militaires n’avaient pas sauvegardé, grâce à leurs efforts héroïques, le potentiel nucléaire du pays dans les années 1990’. L’imagination vivement peinte dans un tableau épique: patriotes héroïques qui cachent le patrimoine le plus important du pays – son arsenal nucléaire – des cohortes avides d’Eltsine qui rêvaient de s’en débarrasser tandis que l’Ouest-Traître n’a eu qu’attendre pour terminer avec la Russie. Karaganov croit-il vraiment dans tous ces contes de fées? Je me souviens qu’il a écrit différemment dans les années 1990. Peut-être que l’auteur souffre de l’amnésie? Bien sûr que non. Il se souvient parfaitement de tout. Il a décidé tout simplement de botter en touche afin de suivre la tendance à l’ordre du jour.

À présent, Karaganov prévient que le processus pour que la Russie ‘se lève de ses genoux’ ne sera pas facile. Il parle encore de cette « réaction hautement rigide et même douloureuse de l’Occident à la politique russe qui vise à arrêter l’attaque sur ses intérêts en tentant d’attirer l’Ukraine dans sa zone d’influence et de contrôle ». Vraiment, quoi de plus naturel que de prendre un morceau d’un pays voisin ou l’incitation à une rébellion séparatiste dans un autre de ses régions? Ceux-ci sont strictement des mesures défensives et préventives par rapport à un État souverain qui vu de Russie soit dans sa sphère d’intérêts ‘légitimes’. Et l’utilisation de l’Occident de ses sanctions comme son «arsenal nucléaire économique» à lui est vouée à l’échec: parce que maintenant c’est clair à tous combien c’est dangereux de se fonder sur les institutions occidentales, ces règles, ces systèmes de paiement et ses devises.

Autres géopolitique traditionnelles

Karaganov conclut avec le retour du monde à la ‘géopolitique traditionnelle’, mais avec la mise en garde que ce sera ‘une autre géopolitique’ (apparemment les mots ‘traditionnel’ et ‘autres’ sont utilisés de manière interchangeable dans sa version de russe). Dans cette «autre géopolitique» la puissance militaire – à laquelle la Russie a compté si lourdement dans le ‘Conflit en Ukraine’ – sera d’une importance réduite. Économie jouera le rôle décisif parce que le bien-être de la population est la plus grande demande des masses. Tandis que tout ne va pas bien avec l’économie en Russie la Chine se porte bien. Et avec le Chinois, nous additionnons 1,5 milliard de personnes (la Chine a un 1,25 milliard et nous avons 140 millions). Le bloc économique le plus puissant dans le monde se lève sur l’Asie continentale – la Grande Commonwealth eurasienne – qui émergera avec l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) comme son noyau. Naturellement, il n’y a pas d’alternative à cela.Putin_and_Hu_JintaoPeace_Mission_2007 Le nouveau bloc sera ouvert aux pays de l’UE, tandis que le futur rôle des États-Unis n’est pas clair. Tout d’abord, laissons inutile élite américaine de décider ce qu’elle veut. Laissons les États-Unis de suivre l’exemple de la Russie et de son ‘élite de l’esprit global, de sa diplomatie de première classe et des avantages de sa géographie’. Mais d’abord, les États-Unis devraient au moins lever les sanctions contre la Russie, en reconnaissant à la Russie le droit légal de faire avec l’Ukraine comme elle lui plaît.

L’esprit ne peut pas comprendre comment juger les compétences et l’intégrité d’un politologue qui compose, en 2015, un traité dans lequel l’absolutisme du XIXe siècle est salué comme l’avenir radieux de l’humanité tout entière. Mais nous sommes dans une ère de la Russie, pour citer les frères Strougatski, quand « On n’a pas besoin de gens intelligents. Nous avons besoin de gens loyaux. »

Eh bien, mais la réalité est encore pire

Au début des années 1990, l’URSS a subi la défaite dans la ‘Guerre Froide’, le menant à la faillite de son système économique, politique, idéologique et gouvernemental. La Russie est devenue le successeur de l’URSS, puis elle a semblée à beaucoup, d’être, un état proto-démocratique et libre, capable de devenir, dans le temps, un membre digne de la communauté démocratique occidental. Une telle Russie n’était pas du tout le perdant de la guerre froide. Elle a été le vainqueur, un pays capable de se libérer du cercle vicieux de son grand, mais tragique destin. Le monde civilisé avait admiré une telle Russie, il lui a souhaité le succès et l’a aidée, pas toujours comme nous l’aurions voulu certes. Une telle Russie avait une crédibilité sans précédent dans le monde. Et elle avait regardé son avenir avec un optimisme quelque peu naïf certes. Puis vint de nombreux échecs et les erreurs: il s’est avéré que les vieilles habitudes indignes ont la vie longue. Les certains nouvelles-là, ne sont pas mieux. Et puis le malheur, habillé en vêtements blancs de succès, est venu: les prix mondiaux des hydrocarbures ont fortement augmenté. Inattendue, en tous cas, non gagnée, la richesse a complètement corrompu notre gouvernement et notre conscience. 1020505073En conséquence, la Russie s’est voit elle-même comme une version allégée de l’URSS et a sérieusement entamée la restauration de vieux ‘ordre’ dans sa taïga, dans lequel elle a l’intention d’inclure toutes les anciennes républiques soviétiques. Une nouvelle ‘doctrine Brejnev’ est sorti des profondeurs de l’inconscient des autorités. Une nouvelle ‘Guerre Froide’ est devenu inévitable. Dans cette nouvelle ‘Guerre Froide’ la Russie ne peut ni atteindre la victoire, ni subir une défaite totale: Ce n’est pas en vain que le Dieu lui a envoyé l’arsenal nucléaire.

Traduction: A. Isakovic

Source

L’héritage ambigu de l’année 1989 par Ivan Krastev

mur01«L’histoire est une ironie en mouvement » avait écrit le philosophe européen Emil Cioran il y a un demi-siècle environ. Et il avait raison. Il y a vingt-cinq ans, Européens de l’Est ont détruit le mur de Berlin et ont ouvert leurs bras vers le monde au-delà de leurs frontières. Aujourd’hui, avec le même enthousiasme, les mêmes Européens de l’Est sont en train de reconstruire les murs détruits dans l’espoir de trouver une protection contre la misère et les dangers d’un monde devenu plus grand. Et le président russe Vladimir Poutine n’est pas le seul à blâmer la démocratie et la destruction créative du capitalisme pour le désordre actuel du monde. Jamais auparavant les legs de 1989 n’ont été plus contestée ou plus ambigus.
Dans la première décennie après la fin de la guerre froide, les observateurs politiques ont été focalisés sur la façon dont la chute du mur de Berlin a changé les anciennes sociétés communistes. Les changements ont été spectaculaires. Les gens devenaient plus libres, plus prospère et plus mobile. L’intégration européenne a été un franc succès et l’Union européenne prise comme un modèle du monde à venir. Mais en 1990, déjà, le politologue américain Ken Jowitt a averti que c’est le déni politique et intellectuelle de croire que l’effondrement des régimes communistes suffira pour que le reste du monde en soit largement épargné. L’impact global de l’année 1989 est, donc, l’héritage que nous devrions saisir.
Ce que nous commençons à réaliser c’est que la propagation de la démocratie et du capitalisme, rendu possible en 1989, a également changé la nature même de la démocratie et du capitalisme. Les États-providence démocratiques de l’Europe occidentale ont été victimes dans la victoire sur le communisme. Dans les années de la guerre froide, afin de garder la frontière fermée avec le communisme, les démocraties occidentales ont gardé les frontières entre les classes sociales ouvertes. Dans ce temps des démocraties nationales, le citoyen électeur était puissant parce que cette personne était en même temps un citoyen-soldat, citoyen-travailleur, et le citoyen-consommateur. La propriété du riche dépendait de la volonté des travailleurs à défendre l’ordre capitaliste. La défense du pays dépendait le courage du citoyen-électeur de se dresser contre ses ennemis. Le travail de cette personne faisait le pays riche et la consommation de cette personne a été le moteur de l’économie.
Pour comprendre le sentiment qu’aujourd’hui en l’Ouest la démocratie est en crise, nous avons besoin de regarder comment la dépendance des politiciens sur les citoyens a été érodée. Lorsque les drones et les armées professionnelles remplacent le citoyen-soldat, le motif principal de l’intérêt de l’élite au bien-être public est sensiblement affaibli. Inondant le marché du travail avec des immigrants à faible coût, tout en externalisant la production, les élites ont également réduite leur volonté à coopérer. Pendant la récente crise économique, il est devenu évident que la performance du marché boursier américain ne dépend plus de la capacité de consommation des Américains. C’est une raison de plus pour laquelle les citoyens perdent leur influence sur les groupes dirigeants. La perte de l’influence du soldat-citoyen, du citoyen-consommateur et du citoyen-travailleur explique la perte de pouvoir des électeurs. Nous y voilà avec le sentiment amer que ce qui a été annoncé en 1989 comme une libération des peuples est devenue la libération des élites. Et c’est bien la perte de pouvoir des électeurs qui alimente la méfiance croissante envers les institutions démocratiques et chauffe la révolte contre les élites.

L’accélération de la mondialisation et sa reconfiguration du monde est l’héritage le plus important de la chute du mur de Berlin. En 1980, l’enquête sur les valeurs mondiales a constaté que la richesse économique était sans rapport avec les niveaux de bonheur dans les sociétés. Les Nigérians d’alors étaient heureux comme Allemands de l’Ouest. Des études récentes montrent que les Nigérians  sont désormais heureux en fonction de leurs revenus. Une des raisons de ce changement est que, en 1980, très peu de Nigérians avaient une idée de comment les Allemands de l’Ouest vivaient. Cela n’est plus le cas aujourd’hui. Si il y a une dictature qui se développe dans l’âge de la démocratisation, c’est bien la ‘dictature des comparaisons’. Il y a trois décennies les gens se sont comparés avec le voisin à côté ; maintenant les comparaisons ont pris une dimension mondiale. Et la propagation des idées occidentales, de ses institutions et de ses pratiques n’ont seulement échoué à occidentaliser le monde, mais ont également conduite à un détournement de pouvoir de l’Occident.
Aujourd’hui, alors que nous luttons pour trouver un moyen de gérer non plus la mondialisation mais la réaction contre elle-même, comment devrions-nous juger les héritages de 1989?

Ivan Krastev
Traduction : Azra Isakovic
Source : GMF

La bataille pour l’histoire: pourquoi l’Europe devrait résister à la tentation de réécrire son propre passé communiste par Martin D. Brown

Quelques mois plutôt les gouvernements tchèque et slovaque ont critiqué la diffusion d’un documentaire russe sur l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie en 1968, avec le ministère slovaque des affaires étrangères décrivant une tentative ‘de réécrire l’histoire’. Martin D. Brown écrit que, bien que le documentaire était sans doute imparfait, l’incident diplomatique était symptomatique d’une situation dans laquelle la Russie a adopté une vue plus en plus résolument soviétique de l’histoire, tandis que les États post-soviétiques ont soutenu la construction d’une histoire consciemment antisoviétique construite autour du concept de totalitarisme. Il argument que les États de l’UE ont peu à gagner dans la réécriture de leur propre passé tout simplement pour contrer le récit russe.

David Cameron a parlé la semaine dernière au 10e Forum sur la sécurité  GLOBSEC, tenue à Bratislava, en Slovaquie. Il a abordé les principales préoccupations de sécurité auxquels fait face l’Europe: le conflit en Ukraine, la montée de DAESH et le flux de migrants qui traversent la Méditerranée. Son discours visait clairement à rassurer les membres orientaux et méridionaux de l’Union européenne par le soutien britannique continue. Il a également souligné la nécessité de trouver des politiques crédibles pour lutter contre l’appel menaçant d’idéologie extrémiste de DAESH et la radicalisation des populations musulmanes en Europe occidentale.globsec001
Daesh n’est pas le premier mouvement essayant d’utiliser les médias sociaux (et d’autres) et de l’histoire révisionniste pour étayer sa stratégie géopolitique. Les hôtes de Cameron, les Slovaques, et leurs voisins d’Europe centrale et orientale, ont eu beaucoup d’expérience avec les idéologies extrémistes, de sorte qu’on pourrait  présumer, qu’ils ont développé des solutions viables pour lutter contre cette menace.

Plus récemment, la République tchèque et son voisin la Slovaquie ont été impliqué dans une querelle diplomatique avec Moscou sur un documentaire télévisé de Russie à propos de l’écrasement du Printemps de Prague en 1968 – un moment charnière dans l’histoire de l’une des idéologies prééminent extrémistes de l’histoire européenne: le communisme. Il n’y a rien d’étonnant à cela: le XXe siècle est un sujet âprement disputée. Le passé a été régulièrement une arme dans les guerres de propagande sur la ‘vérité historique’. Même la Guerre Froide a été constamment, et à tort, enrôlée de force au service des références en conflit actuel en Ukraine.
La Russie semble revenue à une vue résolument soviétique de l’histoire, alors que les États post-soviétiques ont soutenu la construction d’une histoire consciemment antisoviétique, construit autour du concept de totalitarisme. Les deux récits sont incompatibles et il est peu probable qu’ils encouragent le dialogue utile ou nous disent plus sur la capacité de l’histoire de proférer des recommandations politiques.

La bataille pour l’histoire

Cet incident particulier a été déclenchée par une nouvelle série sur la Rossiya-1 russe: Pacte de Varsovie – Pages Déclassifiées. Le programme a défendu l’invasion du Pacte de la Tchécoslovaquie en 1968 (impliquant les forces bulgares, allemandes de l’Est, hongrois, polonais et soviétiques), affirmant que c’était une intervention préventive pour éviter un putsch nazi dirigé par l’OTAN. Outrés, tant Bratislava et Prague ont déposé des plaintes formelles à la Russie pour avoir permise la diffusion de telles distorsions.

globe001

Les allégations de Rossiya sont absurdes: un ressassé brutal de vieilles justifications soviétiques. Nous savons maintenant par de témoignages oraux que les troupes du Pacte de Varsovie, franchissant les frontières tchécoslovaques et surprises de la réception hostile, ont été nourries par des histoires similaires. Les comptes plus nuancées peuvent être trouvés dans de divers articles, des livres et des collections de documents qui démontrent de façon concluante la fausseté des allégations de Rossiya.
Donc, à la lumière de tout cela, ce fut un autre exemple des tentatives de Vladimir Poutine dans la  manipulation  de passé russe / soviétique à des fins politiques dans la guerre de l’information actuelle avec ‘l’Occident’. Peut-être qu’il est aussi symptomatique des inquiétudes de la Russie concernant des ‘révolutions de couleurs’ et de changements de régimes parrainé par l’Ouest. Mais ce n’est que la moitié de l’histoire.

Les vingt-cinq dernières années durant, Europe postsoviétique a aussi activement reconquit  et réécrit son histoire. Pendant l’ère communiste le passé était en surveillance stricte et fortement censuré. Le débat public sur les violations des droits de l’homme, sur la répression politique, sur les assassinats des dizaines de millions ont été supprimées. Des exemples bien connus comprennent l’obscurcissement officiel sur la famine ukrainienne, sur le pacte Molotov-Ribbentrop et sur le massacre de Katyn.
Bien que le passé a été confisqué par les régimes communistes, cela ne signifie pas que la version de l’ouest était totalement objective ou précise. Toutes les recherches dans la guerre froide ont été politisées, des deux côtés du rideau de fer. Les estimations établies antérieurement sur le nombre de morts sous Staline sont actuellement en cours de révision et réduits.
Depuis 1989, les États post-soviétiques ont ouvert leurs archives et ont adopté une législation pour créer des instituts de documentation et de diffusion de ces événements: l’Institut Estonien de la Mémoire Historique; la Maison de la Terreur en Hongrie; l’Institut de la Mémoire nationale en Pologne;  l’Institut de la Mémoire Nationale en Slovaquie, regroupés sous l’égide de la Plateforme de la Mémoire et de la Conscience Européenne.
Dirigée par la République Tchèque, une campagne a été lancée en 2008 pour formaliser ces perspectives dans l’UE elle-même. Une Journée européenne du souvenir a été établie par la suite, est célébrée chaque année le 23 Août.
Collectivement, et inspiré par la lecture de l’œuvre de Hannah Arendt (ou peut-être une lecture erronée), ces organes et les lois promeuvent une conception du totalitarisme parrainé par l’État, dans lequel les histoires et les crimes du fascisme et du communisme sont expressément assimilés. Les exposants les plus virulents de ce concept dans l’ouest sont Anne Applebaum et Timothy Snyder.
Controversée, ce discours a également été exposé à des efforts tentés de l’Holocaustisation; cooptant la terminologie de l’extermination des Juifs d’Europe. En 2014, le film estonien Dans le vent de travers, traitant les déportations de masse de 1941, utilise expressément le terme ‘Holocauste soviétique’. Encore une fois, le but étant d’assimiler les crimes communistes présentés comme moins connus avec celles des nazis.

cameron002Entièrement à juste titre, ces pays post-soviétiques se réapproprient leur passé perdu depuis longtemps. Cependant, leurs politiciens ont construit et fondé des organismes pour produire une version totalitaire de l’histoire ‘approuvée’ et diamétralement opposée à l’ancien récit communiste. Indépendamment de ce que l’on pourrait penser de l’utilité d’une telle approche, le caractère officiel du programme devrait donner une pause dans la réflexion. L’histoire est sur le discours et tout processus qui limite ou empêche le débat devrait être une source de préoccupation.

Traitée avec soin, et protégé de toute ingérence politique ou d’un sentiment national, une telle approche devrait donner des résultats utiles. Mais comme le Dr Muriel Blaive, Conseiller du Directeur de la recherche et de la méthodologie à l’Institut pour l’étude des régimes totalitaires de Prague, a averti dans une récente interview, cela n’a pas toujours été le cas. Il y a eu de grandes divergences dans la façon dont ces archives de l’époque communiste ont été protégées et utilisés, ainsi que dans les résultats produits.

Je dirais que le problème central n’est pas ce que l’approche totalitaire prétend avoir révélé, mais plutôt de ce qu’il n’a pas réussi à expliquer. Oui, les crimes du communisme ont été documentés et à juste titre, exposée, mais c’est quoi qui a été révélé au sujet de la comparaison avec le fascisme exactement, en particulier dans les États qui se sont livré activement aux deux à la fois? Il est difficile de voir comment l’amalgame des régimes disparates est une aide à l’analyse, d’autant plus que le concept de totalitarisme reste au mieux flou et mal définie.

global-cold-war002En outre, l’approche totalitaire est ouvertement euro-centrique et géographiquement myope. Il ne donne aucun aperçu dans la Guerre Froide mondiale, et il ignore le fait que, en dehors de l’Europe, Moscou a souvent été considéré comme le champion de la lutte anti-impérialiste.

Plus problématiquement encore, le projet n’a pas réussi à expliquer pourquoi des dizaines, sinon des centaines, de millions de personnes ont rejoint volontairement les partis fascistes et communistes en premier lieu ou ont collaboré avec ces régimes plus tard. Ont-ils été trompés, contraints, ou, plus inquiétant encore, ont-ils embrassé activement les idéologies sur l’offre? Nous n’avons pas de réponse.

Pour parler sans ambages, l’opposé aux mensonges communistes n’est pas la ‘vérité’. La Russie n’a pas non plus le monopole de la falsification du passé. La question ici, à l’instar de discours de Cameron à Bratislava, est de savoir comment les sociétés comprennent et luttent contre l’extrémisme idéologique, que ce soit le fascisme, le communisme, ou la hausse actuelle de fondamentalisme islamique violent.

Plus de vingt-cinq ans après la chute du mur de Berlin, quel espoir pour l’UE de faire face à l’attirance de DAESH, si elle est encore à développer une compréhension sophistiquée et holistique de sa propre histoire de l’idéologie extrémiste?

Martin D. Brown

Traduction : Azra Isakovic

Source : LSE