Azra_Files : Jeudi 26 novembre 2020

Voici ce que vous devez savoir aujourd’hui

#ÉtatsUnis🇺🇸/#TheBidenTransition/#TransitionBiden/ Dis non, Joe – En ce qui concerne la #politique_étrangère, il est impossible de revenir au statu quo – Joe Biden devrait s’appuyer sur les meilleures idées de Barack Obama et dire non aux guerres inutiles et aux dépassements militaires, par Benjamin H. Friedman, Stephen Wertheim | Foreign Policy https://foreignpolicy.com/2020/11/25/say-no-joe/

#ÉtatsUnis🇺🇸/#TheBidenTransition/#TransitionBiden/ #ÉtatsUnis🇺🇸/#TheBidenTransition/#TransitionBiden/ L’équipe de sécurité nationale de Biden offre un virage serré – Approche prudente d’Obama à l’égard des opérations étrangères pourrait être révisée, Par Annie Karni et David E. Sanger pour le New York Times https://www.nytimes.com/2020/11/24/us/politics/biden-nominees-national-security.html

#Numérique/#UE🇪🇺/ L’Europe n’a pas de stratégie en matière de cyber-sanctions, Stefan Soesanto, Lawfare
http://www.lawfareblog.com/europe-has-no-strategy-cyber-sanctions

#Numérique/#France🇫🇷 /#ÉtatsUnis🇺🇸/  La France exige des paiements d’impôts numériques de la part des groupes technologiques américains, Aime Williams, Hannah Murphy et Victor Mallet, Financial Times https://www.ft.com/content/2cfe3d07-7e69-4f57-b634-8b6002f967cb

#Chine🇨🇳/#Numérique – La route numérique de la soie en Chine: importance économique et politique, Damian Wnukowski, PISM https://pism.pl/publications/Chinas_Digital_Silk_Road_Economic_and_Political_Significance

#Technologie/#ÉtatsUnis🇺🇸/  Les conservateurs qui se plaignent de la censure –  Les Pro-Trump sur Internet n’arrêtent pas de parler de son exode des #BigTech. Mais très peu d’entre eux ont en fait abandonné leurs foyers de longue date sur les réseaux sociaux | The Washington Post https://www.washingtonpost.com/technology/2020/11/23/parler-conservatives-still-on-twitter/

#ÉtatsUnis🇺🇸/  9 choses à savoir sur Anthony Blinken D. Herszenhorn et R. Momtaz, Politico EU
https://www.politico.eu/article/nine-things-to-think-about-antony-blinken/

#Russie🇷🇺/ Le pivot asiatique de la Russie se heurte à de nouveaux problèmes, Sergey Sukhankin, Jamestown
https://jamestown.org/program/russias-pivot-to-asia-encounters-new-difficulties/

#Chine🇨🇳/ La Chine fixe un bilan financier, Phillip Orchard, Geopolitical Futures
https://bit.ly/3nXi9hh

Azra_Files 25/11/2020

Voici ce que vous devez savoir aujourd’hui

#ÉtatsUnis🇺🇸/#Europe🇪🇺/ Alors que Trump sort, les fractures en Europe s’élargissent à nouveau – Les responsables en France et en Allemagne se disputent déjà la vie après son départ https://www.nytimes.com/2020/11/24/world/europe/trump-macron-merkel-france-germany.html

#Europe🇪🇺/#Corruption/ La corruption pourrit la périphérie de l’Europe – Les problèmes du continent s’étendent aux démocraties en difficulté au-delà de la Hongrie et de la Pologne https://www.ft.com/content/78ba92ed-94ef-47ce-9157-658e068cd814

#France🇫🇷/ Sur le point de devenir moins libre – Au lendemain des récents attentats terroristes, le gouvernement français a introduit une nouvelle législation qui menace les libertés mêmes qu’il s’engage à défendre, par Mira Kamdar
https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2020/11/france-about-become-less-free/617195/

#ÉtatsUnis🇺🇸/#Europe🇪🇺/ Pourquoi l’Europe centrale et orientale sera importante pour l’administration Biden, Daniel Hegedüs, GMF https://shar.es/aoblKd

#ÉtatsUnis🇺🇸/#Europe🇪🇺/#Bosnie🇧🇦/#Dayton/ Un nouvel accord pour la #BosnieHerzégovine🇧🇦, rapport et recommandations, groupe de travail sur les Balkans occidentaux Woodrow Wilson Center
https://www.wilsoncenter.org/publication/fixing-dayton-new-deal-bosnia-and-herzegovina

#Technologie/#Numérique/#UnionEuropéenne🇪🇺 – L’empreinte numérique de l’#UE🇪🇺 tourne en rond, par @alanbeattie via @financialtimes https://www.ft.com/content/8e8ce49b-0ca2-4d6d-86e4-3c3a0c4a4397?shareType=nongift

#Technologie/#Numérique/#Chine🇨🇳 – Compétitivité chinoise dans l’économie numérique internationale, Caleb Foote et Robert D.Atkinson, | @ITIFdc http://itif.org/publications/2020/11/23/chinese-competitiveness-international-digital-economy
PDF 📥

#Technologie/#Démocratie/ Le pouvoir exercé par #BigTech est une menace pour la démocratie – Pour y faire face, il faudra briser le contrôle monopolistique des entreprises sur l’information politique, par @FukuyamaFrancis, @BarakRichman, et @ashishgoel
https://www.foreignaffairs.com/articles/united-states/2020-11-24/fukuyama-how-save-democracy-technology

#ÉtatsUnis🇺🇸/#Chine🇨🇳/ Entreprises multinationales, compte courant et découplage États-Unis-Chine, par Stewart Paterson | Hinrich Foundation https://www.hinrichfoundation.com/research/wp/us-china/mnes-decoupling-from-china/

#Chine🇨🇳/#MerNoire – Un changement de mer?: Le rôle de la Chine dans la mer Noire, par Michael O’Hanlon, Ivan Safranchuk, Igor Denisov, Vakhtang Charaia, Mariam Lashkhi , Jean-Marc Blanchard, Michal Meidan, Altay Atlı via Middle East Institute https://www.mei.edu/publications/sea-change-chinas-role-black-sea
PDF 📥

La Chine, la Russie et le retour de l’état civilisationnel, par Adrian Pabst

Ces états ne se définissent pas comme des états-nations, mais des états civilisationnels – en opposition au libéralisme et à l’idéologie de marché mondialisée de l’Occident.

Le 20ème siècle a marqué la chute de l’empire et le triomphe de l’État-nation. L’autodétermination nationale est devenue le principal test de la légitimité de l’état, plutôt que l’héritage dynastique ou le pouvoir impérial. Après la guerre froide, les élites dominantes occidentales ont supposé que le modèle de l’état-nation avait vaincu toutes les formes d’organisation politique rivales. La diffusion mondiale des valeurs libérales créerait une ère d’hégémonie occidentale. Ce serait un nouvel ordre mondial fondé sur des états souverains mis en œuvre par des organisations internationales à domination occidentale telles que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce.

Mais aujourd’hui, nous assistons à la fin de l’ordre mondial libéral et à la montée en puissance de l’état civilisationnel, qui prétend représenter non seulement une nation ou un territoire, mais une civilisation exceptionnelle. En Chine et en Russie, les classes dirigeantes rejettent le libéralisme occidental et l’expansion d’une société de marché mondiale. Ils définissent leurs pays comme des civilisations distinctes, dotées de valeurs culturelles et d’institutions politiques uniques. L’ascension des états de civilisation ne modifie pas simplement l’équilibre mondial des forces. Il est également en train de transformer la géopolitique de l’après-guerre froide d’un universalisme libéral vers un exceptionnalisme culturel.

****

Trente ans après l’effondrement du communisme totalitaire, la démocratie de marché libérale est en cause. L’Occident et ‘le reste’ sont en train de sombrer dans des formes de totalitarisme mou, le fondamentalisme de marché ou le capitalisme d’état créant des concentrations oligarchiques de pouvoir et de richesse. Les oligarchies se rencontrent dans des systèmes à la fois démocratiques et autoritaires, dirigés par des leaders démagogiques pouvant être plus libéraux, comme avec le président français Emmanuel Macron, ou plus populistes, comme le Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Dans les anciennes démocraties de l’Europe occidentale et dans les démocraties postérieures à 1989 de l’ancienne Union soviétique, les libertés fondamentales reculent et la séparation des pouvoirs est menacée.

La résurgence de la rivalité entre grandes puissances, notamment avec la montée de la Russie et de la Chine, affaiblit les tentatives occidentales d’imposer un ensemble unifié de normes et de règles dans les relations internationales. Les dirigeants de ces puissances, y compris les États-Unis sous Donald Trump, rejettent les droits de l’homme universels, la primauté du droit, le respect des faits et une presse libre au nom de la différence culturelle. Les jours de diffusion des valeurs universelles de l’illumination occidentale sont passés depuis longtemps.

La mondialisation est en partie inversée. Le libre-échange est limité par des guerres tarifaires protectionnistes entre les États-Unis et la Chine. La promotion de la démocratie occidentale a été remplacée par un compromis avec des autocrates tels que Kim Jong-un, nord-coréen. Mais plus fondamentalement, la géopolitique n’est plus simplement une question d’économie ou de sécurité – Christopher Coker la décrit comme étant essentiellement socioculturelle et civilisationnelle dans L’Éveil de l’État civilisationnel (2019). Le monde non occidental, dirigé par Pékin et Moscou, s’oppose à la prétention occidentale d’incarner des valeurs universelles.

Le dirigeant chinois Xi Jinping défend un modèle de «socialisme avec des caractéristiques chinoises» fondant un état léniniste avec une culture néo-confucéenne. Vladimir Poutine définit la Russie comme un «état civilisationnel», qui n’est ni occidental ni asiatique, mais uniquement eurasien. Trump s’oppose à la dilution multiculturelle européenne de la civilisation occidentale – qu’il assimile à un credo suprématiste blanc. Une doctrine hybride du nationalisme chez nous et de la défense de la civilisation à l’étranger est commune à ces dirigeants. Cela réconcilie leur promotion du statut de grand pouvoir avec leur aversion idéologique pour l’universalisme libéral. Les États fondés sur des identités de civilisation sont inévitablement en conflit avec les institutions de l’ordre mondial libéral, et c’est ce qui se passe.

Les civilisations elles-mêmes pourraient ne pas s’affronter, mais la géopolitique contemporaine s’est transformée en une compétition entre différentes versions de normes civilisées. En Occident, il existe un fossé grandissant entre une Europe cosmopolite et des États-Unis nativistes. Et une «guerre culturelle» mondiale oppose l’establishment libéral occidental aux puissances illibérales de la Russie et de la Chine. L’exception culturelle est une fois de plus un défi et remplace sans aucun doute la prétention du libéralisme à la validité universelle. Les puissances qui se redéfinissent à mesure que les civilisations étatiques gagnent en force.

****

Un nouveau récit s’est imposé parmi les classes dirigeantes occidentales: l’axe agressif de la Russie et de la Chine constitue la principale menace pour le système international dominé par l’Occident. Mais l’ordre mondial libéral est également soumis à une tension interne sans précédent. L’invasion de l’Iraq en 2003, la crise financière mondiale de 2008, l’austérité et la crise des réfugiés en Europe, qui a commencé sérieusement 2015 et en partie à la suite de la déstabilisation occidentale en Libye et en Syrie, ont érodé la confiance du public dans l’établissement libéral et les institutions qu’il contrôle. Le Brexit, Donald Trump et l’insurrection populiste qui déferle sur l’Europe continentale marquent une révolte contre le libéralisme économique et social qui a dominé la politique intérieure et la mondialisation néolibérale. L’ascension de «hommes forts» autoritaires tels que Poutine, Xi Jinping, le Premier ministre indien Narendra Modi, le président turc Erdogan et le nouveau chef du Brésil Jair Bolsonaro menace gravement la domination libérale des relations internationales. Mais le principal danger pour l’Occident est interne – à savoir l’érosion de la civilisation occidentale par l’ultra-libéralisme.

L’idée dominante des quatre dernières décennies est la conviction que l’Occident est une civilisation politique qui représente la marche en avant de l’histoire vers un ordre normatif unique. Mais l’expérience a montré que cette force, avec sa tendance au capitalisme de cartel, à la dérive bureaucratique et à l’individualisme rampant, dévaste la civilisation culturelle de l’Occident. Une partie de l’héritage de cette civilisation réside dans le modèle d’après-guerre de marchés socialement enracinés, d’états décentralisés, d’équilibre d’économies ouvertes avec protection de l’industrie nationale et d’engagement pour la dignité de la personne, inscrit dans les droits de l’homme.

C’est un héritage qui repose sur un héritage culturel commun issu de la philosophie et du droit gréco-romains, ainsi que de la religion et de l’éthique judéo-chrétiennes. Chacun, de différentes manières, souligne la valeur unique de la personne et la libre association humaine indépendante de l’état. Les pays occidentaux partagent des traditions de musique, d’architecture, de philosophie, de littérature, de poésie et de croyances religieuses qui les rendent membres d’une civilisation commune plutôt que d’un ensemble de cultures distinctes.

Cet héritage de civilisation et ses principes sont menacés par les forces du libéralisme. Au nom de valeurs libérales supposées universelles, l’administration Clinton adopta comme mission de civilisation la propagation mondiale des états du marché et des interventions humanitaires. Après les attentats du 11 septembre, des gouvernements libéraux de gauche, tels que le New Labour de Tony Blair, ont mené des guerres à l’étranger et restreint les droits civils au nom de la sécurité.

Emmanuel Macron, le dernier porte-parole des progressistes occidentaux, a mené une répression contre les manifestants de gilets jaunes en France qui menaçait les libertés fondamentales d’expression, d’association et de manifestation publique. Comme Patrick Deneen, juriste catholique et auteur de Why Liberalism Failed (2018), et les autres ont montré le libéralisme sape les principes de libéralité dont dépend la civilisation occidentale, tels que la libre enquête, la liberté de parole, la tolérance pour la dissidence et le respect des les opposants politiques.

Au cœur de l’Occident se trouve un paradoxe. C’est la seule communauté de nations fondée sur les valeurs politiques d’autodétermination du peuple, de démocratie et de libre-échange. Ces principes ont été codifiés dans la Charte de l’Atlantique de 1941, signée par Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt, et enchâssés dans le système international d’après 1945. Pourtant, le libéralisme érode ces fondements culturels et nous en subissons les conséquences. La civilisation occidentale est beaucoup moins en mesure d’affronter des problèmes internes tels que l’injustice économique, la dislocation sociale et la résurgence du nationalisme, ainsi que les menaces externes de dévastation écologique, de terrorisme islamiste et de puissances étrangères hostiles.

Après la chute du communisme, l’Occident libéral a cherché à refondre la réalité dans son image de soi progressive. Comme l’a dit Tony Blair, seule la culture libérale est du «bon côté de l’histoire». Les États-Unis et l’Europe occidentale se considéraient comme des porteurs de valeurs universelles pour le reste de l’humanité. Les dirigeants libéraux se sont mutés pour devenir ce que Robespierre a qualifié de «missionnaires armés». Ils ont exporté les normes culturelles occidentales d’expression personnelle et d’émancipation individuelle vis-à-vis de la famille, de la religion et de la nationalité. Les nations étaient considérées par les libéraux occidentaux comme des ego généraux qui ne souhaitaient rien d’autre que s’adapter aux impératifs de la mondialisation et à un monde sans frontières ni identités nationales.

La culture superficielle du libéralisme contemporain affaiblit la civilisation en Occident et ailleurs. Le capitalisme libéral défend des normes culturelles qui glorifient la cupidité, le sexe et la violence. Trop de libéraux dans la politique, les médias et l’académie se caractérisent par une «fermeture de l’esprit» qui ignore les réalisations intellectuelles, littéraires et artistiques qui font de l’Occident une civilisation reconnaissable.

Certains libéraux cosmopolites nient même l’existence même de l’Occident en tant que civilisation. Dans l’une de ses conférences sur la BBC Reith en 2016, l’académicien américano-ghanéen d’origine britannique, Gwwé Anthony Appiah, petit-fils de l’ancien chancelier travailliste Stafford Cripps, a affirmé que nous devrions renoncer à l’idée de civilisation occidentale. « Je crois », a déclaré Appiah, « que la civilisation occidentale n’est pas du tout une bonne idée et que la culture occidentale ne constitue aucun progrès. »

****

Le rejet de l’universalisme occidental des élites russes et chinois défie l’idée que l’État-nation soit la norme internationale en matière d’organisation politique. Les classes dirigeantes chinoises et russes se considèrent comme des détenteurs de normes culturelles uniques et se définissent comme des états civilisationnels plutôt que comme des états-nations, car ces derniers sont associés à l’impérialisme occidental – et dans le cas de la Chine, un siècle d’humiliations après le XIXe siècle Guerres de l’opium. Martin Jacques, auteur de Quand la Chine règne sur le monde (2009), affirme que « les caractéristiques les plus fondamentales qui définissent la Chine aujourd’hui et qui confèrent à la Chine son identité, ne émanent pas du siècle dernier, quand la Chine s’est appelée un état-nation, mais des deux millénaires précédents, quand elle peut être décrite comme un état civilisationnel. »

Xi Jinping a appelé à plusieurs reprises les élites du pays à « insuffler une nouvelle vitalité à la civilisation chinoise en dynamisant tous les éléments culturels qui transcendent le temps, l’espace et les frontières nationales et qui possèdent à la fois un attrait perpétuel et une valeur actuelle ». Il entend par là l’appel intemporel de l’harmonie confucéenne promu par l’état communiste chez lui et à l’étranger. La vision d’une sphère d’influence de la civilisation sous-tend les efforts de Beijing pour placer Taiwan et la mer de Chine méridionale sous le contrôle de la Chine.

La guerre commerciale qui se déroule actuellement avec les États-Unis n’est que le début d’une confrontation plus large Est-Ouest au sujet de deux missions civilisatrices rivales, comprenant le contrôle d’une technologie susceptible de redéfinir ce que signifie vivre dans la société et être humain. L’affaire concernant la société chinoise Huawei, soutenue par l’état, et son implication dans la construction d’un réseau de téléphonie mobile 5G au Royaume-Uni et ailleurs est un signe avant-coureur de batailles à venir.

La Chine présente sa voie de développement comme non exportatrice, alors que le modèle occidental dirigé par les États-Unis est présenté comme expansionniste. En réalité, le consensus de Pékin sur le capitalisme d’état léniniste et l’harmonie mondiale néo-confucéenne est en train de se faire sentir en Asie centrale et même en Europe par le biais de l’initiative d’infrastructures Ceinture et Route.

La Chine de Xi déploie également des relations publiques propagandistes et du soft power. Un réseau mondial de plus de 500 instituts Confucius intégrés dans des universités étrangères et son industrie cinématographique nationale font la promotion de la civilisation chinoise. Cette publication est corroborée par l’édition anglaise du journal officiel China Daily et par les programmes multilingues de China Central Television.

Le Parti communiste chinois est en train de créer un système de surveillance qui fait en sorte que les plates-formes technologiques occidentales ressemblent à des modèles de la protection de la vie privée. L’Internet et les technologies avancées de reconnaissance faciale contrôlent le comportement individuel dans des villes et des régions agitées telles que le Xinjiang, où, selon les estimations de l’ONU, près d’un million de membres de la minorité musulmane seraient enfermés dans des camps de rééducation.

Les entreprises collaborent avec l’État en lui fournissant des données utilisées pour répertorier les dissidents et faire respecter la censure. La connaissance et le pouvoir sont concentrés dans les mains des planificateurs de parti qui manipulent la population au sens large. Pendant le règne de Mao de 1949 à 1976, les communistes ont remplacé l’idée d’un gouvernement du peuple par la gestion des affaires. Sous Xi, la Chine semble sur le point de devenir une tyrannie par les chifres.

La dépendance du pays à l’égard d’investissements considérables en Afrique, en Amérique latine et en Asie centrale pour des débouchés commerciaux et une influence politique suggère des ambitions hégémoniques. La vision de Xi d’un ordre mondial harmonieux est celle dans laquelle l’état civilisationnel de la Chine sera au-delà de toute critique de l’intérieur et de l’extérieur. Pourtant, les dirigeants chinois lancent une charmante offensive pour séduire l’Occident libéral. En janvier 2017, à Davos, alors que Donald Trump dénonçait le dogme du libre-échange, Xi a déclaré au Forum économique mondial que «la mondialisation a alimenté la croissance mondiale et facilité la circulation des biens et des capitaux, les progrès de la science, de la technologie et de la civilisation et les interactions entre les peuples ».

La Chine avance sous le couvert du libéralisme économique.

Comme Xi, Poutine estime que les valeurs libérales occidentales ne sont pas universelles et ne reflètent pas l’identité culturelle unique de la Russie. Dans un discours prononcé devant les deux chambres du parlement russe en 2012, il a déclaré que « l’état civilisationnel » de la Russie protégeait le pays de « la dissolution dans ce monde diversifié ». L’Occident menace cette civilisation car, selon Poutine, il nie les principes moraux et les modes de vie traditionnels. Trump et son ancien conseiller Steve Bannon sont tous deux d’accord avec l’aspiration à recouvrer les valeurs judéo-chrétiennes, malgré leur propre comportement immoral.

Pour le Kremlin, la faiblesse de l’Occident le rend imprévisible et plus agressif, à l’instar des sanctions économiques antirusses. Mais, de même, cela offre la possibilité d’affirmer l’identité eurasienne de la Russie contre toute intégration avec les puissances occidentales. L’autodétermination de la Russie en tant qu’état civilisationnel donne à Poutine une raison d’intervenir dans les affaires des pays de l’Europe postsoviétique avec des minorités russes comme la Géorgie et l’Ukraine. L’objectif n’est pas la conquête territoriale mais un levier stratégique. Il sert l’objectif plus général de réaffirmer la Russie en tant que grande puissance aux côtés des États-Unis et de la Chine.

La Russie a utilisé des arguments de civilisation pour encadrer son intervention au Moyen-Orient, où elle a supplanté les États-Unis en tant qu’acteur essentiel. L’aide militaire au régime de Bachar al-Assad a transformé la Syrie en un pays client russe au cours de la longue et brutale guerre civile. L’intervention a renforcé la mission de Moscou visant à empêcher les djihadistes islamistes de contrôler une grande armée et un appareil administratif qui auraient pu être utilisés pour tuer les derniers chrétiens orthodoxes orientaux de la région.

En 2016, Valery Gergiev, un chef d’orchestre russe renommé proche de Poutine, a dirigé un concert au théâtre romain de Palmyre, un site classé au patrimoine de l’Unesco reconquis par des militants de l’État islamique qui avaient procédé à des exécutions sommaires dans les ruines. Dans son discours au public par vidéoconférence, Poutine a appelé à une bataille mondiale contre les forces barbares du terrorisme islamiste. Le message était que l’Occident avait perdu son monopole moral et que la Russie était une force pour le bien. C’est la version du Kremlin d’une mission civilisatrice.

****

Dans un sens, les classes dirigeantes dans des soi-disant états civilisationnels sont des ennemis déclarés de l’Occident. Ils rejettent les droits de l’homme universels et les libertés démocratiques au profit de leur propre exceptionnalisme culturel. Les élites chinoises et russes invoquent des idées similaires à celles de réactionnaires du siècle des Lumières tels que Joseph de Maistre et Johann Fichte, qui ont glorifié le nationalisme. Ils font également appel aux concepts des Lumières – tels que la volonté générale de Rousseau, qui unifie la société et exige une obéissance absolue, ou la notion de Hegel selon laquelle l’État incarne l’esprit d’un peuple. Ces idées sont prédominantes dans la philosophie religieuse d’Ivan Ilyin et Aleksandr Dugin, toutes deux citées par Poutine.

Cependant, ni le culte occidental de la liberté privée sans solidarité sociale, ni les tendances totalitaires parmi les élites chinoises et russes ne peuvent nourrir des sociétés résilientes contre les forces perturbatrices de la technologie et la mondialisation économique implacable. À l’heure actuelle, les États-nations et les États civilisés ne parviennent pas à créer un véritable concours démocratique. Au lieu de cela, ils privilégient la «volonté de puissance» de certains par rapport à d’autres – les forts, les puissants et les riches par rapport aux faibles, aux sans pouvoir et aux pauvres. Dans les systèmes démocratiques et autoritaires, le pouvoir oligarchique, la politique démagogique et la fragmentation sociale augmentent.

Ce qui manque, c’est une riche conception de l’homme en tant qu’être social et politique, ancré dans les relations et les institutions. Qui parmi les libéraux occidentaux contemporains ou les élites illibérales ailleurs réfléchit à la question de savoir comment équilibrer les droits individuels avec des obligations mutuelles? Ou comment promouvoir la liberté et la fraternité en dehors de l’État autoritaire ou du marché libre sans entrave?

Pourtant, à travers différentes civilisations, il existe un sentiment infime que le but de la politique est la libre association de personnes autour d’intérêts communs et de vertus sociales partagées de générosité, de loyauté, de courage, de sacrifice et de gratitude. La pratique de telles vertus peut nous rapprocher en tant que citoyens, nations et cultures, au-delà de la couleur, de la classe ou des croyances.

****

L’Occident libéral et les états civilisationnels de la Chine et de la Russie sont aux prises avec une bataille pour des missions «civilisatrices» concurrentes. Et les termes du débat entre différentes civilisations ne seront sûrement pas occidentaux. Comme le souligne Christopher Coker dans La montée en puissance de l’État civilisationnel, la résistance du monde non occidental signifie que « l’Occident peut ne pas être en train de façonner l’histoire pour tous, ni même pour elle-même ».

Un scénario plausible est que les conflits décisifs ne se dérouleront pas entre l’Ouest et l’Asie, mais entre des forces oligarchiques et démagogiques de chaque côté. Le monde glisse dans un totalitarisme doux fondé sur la surveillance et le contrôle social. L’universalisme libéral se fragmente et une nouvelle « guerre de culture » mondiale oppose les nationalistes conservateurs aux cosmopolites libéraux. Le nouveau pivot de la géopolitique est la civilisation.

Le 20ème siècle a marqué la chute de l’empire et le triomphe de l’État-nation. L’autodétermination nationale est devenue le principal test de la légitimité de l’état, plutôt que l’héritage dynastique ou le pouvoir impérial. Après la guerre froide, les élites dominantes occidentales ont supposé que le modèle de l’état-nation avait vaincu toutes les formes d’organisation politique rivales. La diffusion mondiale des valeurs libérales créerait une ère d’hégémonie occidentale. Ce serait un nouvel ordre mondial fondé sur des états souverains mis en œuvre par des organisations internationales à domination occidentale telles que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce.

Mais aujourd’hui, nous assistons à la fin de l’ordre mondial libéral et à la montée en puissance de l’état civilisationnel, qui prétend représenter non seulement une nation ou un territoire, mais une civilisation exceptionnelle. En Chine et en Russie, les classes dirigeantes rejettent le libéralisme occidental et l’expansion d’une société de marché mondiale. Ils définissent leurs pays comme des civilisations distinctes, dotées de valeurs culturelles et d’institutions politiques uniques. L’ascension des états de civilisation ne modifie pas simplement l’équilibre mondial des forces. Il est également en train de transformer la géopolitique de l’après-guerre froide d’un universalisme libéral vers un exceptionnalisme culturel.

****

Trente ans après l’effondrement du communisme totalitaire, la démocratie de marché libérale est en cause. L’Occident et ‘le reste’ sont en train de sombrer dans des formes de totalitarisme mou, le fondamentalisme de marché ou le capitalisme d’état créant des concentrations oligarchiques de pouvoir et de richesse. Les oligarchies se rencontrent dans des systèmes à la fois démocratiques et autoritaires, dirigés par des leaders démagogiques pouvant être plus libéraux, comme avec le président français Emmanuel Macron, ou plus populistes, comme le Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Dans les anciennes démocraties de l’Europe occidentale et dans les démocraties postérieures à 1989 de l’ancienne Union soviétique, les libertés fondamentales reculent et la séparation des pouvoirs est menacée.

La résurgence de la rivalité entre grandes puissances, notamment avec la montée de la Russie et de la Chine, affaiblit les tentatives occidentales d’imposer un ensemble unifié de normes et de règles dans les relations internationales. Les dirigeants de ces puissances, y compris les États-Unis sous Donald Trump, rejettent les droits de l’homme universels, la primauté du droit, le respect des faits et une presse libre au nom de la différence culturelle. Les jours de diffusion des valeurs universelles de l’illumination occidentale sont passés depuis longtemps.

La mondialisation est en partie inversée. Le libre-échange est limité par des guerres tarifaires protectionnistes entre les États-Unis et la Chine. La promotion de la démocratie occidentale a été remplacée par un compromis avec des autocrates tels que Kim Jong-un, nord-coréen. Mais plus fondamentalement, la géopolitique n’est plus simplement une question d’économie ou de sécurité – Christopher Coker la décrit comme étant essentiellement socioculturelle et civilisationnelle dans L’Éveil de l’État civilisationnel (2019). Le monde non occidental, dirigé par Pékin et Moscou, s’oppose à la prétention occidentale d’incarner des valeurs universelles.

Le dirigeant chinois Xi Jinping défend un modèle de «socialisme avec des caractéristiques chinoises» fondant un état léniniste avec une culture néo-confucéenne. Vladimir Poutine définit la Russie comme un «état civilisationnel», qui n’est ni occidental ni asiatique, mais uniquement eurasien. Trump s’oppose à la dilution multiculturelle européenne de la civilisation occidentale – qu’il assimile à un credo suprématiste blanc. Une doctrine hybride du nationalisme chez nous et de la défense de la civilisation à l’étranger est commune à ces dirigeants. Cela réconcilie leur promotion du statut de grand pouvoir avec leur aversion idéologique pour l’universalisme libéral. Les États fondés sur des identités de civilisation sont inévitablement en conflit avec les institutions de l’ordre mondial libéral, et c’est ce qui se passe.

Les civilisations elles-mêmes pourraient ne pas s’affronter, mais la géopolitique contemporaine s’est transformée en une compétition entre différentes versions de normes civilisées. En Occident, il existe un fossé grandissant entre une Europe cosmopolite et des États-Unis nativistes. Et une «guerre culturelle» mondiale oppose l’establishment libéral occidental aux puissances illibérales de la Russie et de la Chine. L’exception culturelle est une fois de plus un défi et remplace sans aucun doute la prétention du libéralisme à la validité universelle. Les puissances qui se redéfinissent à mesure que les civilisations étatiques gagnent en force.

****

Un nouveau récit s’est imposé parmi les classes dirigeantes occidentales: l’axe agressif de la Russie et de la Chine constitue la principale menace pour le système international dominé par l’Occident. Mais l’ordre mondial libéral est également soumis à une tension interne sans précédent. L’invasion de l’Iraq en 2003, la crise financière mondiale de 2008, l’austérité et la crise des réfugiés en Europe, qui a commencé sérieusement 2015 et en partie à la suite de la déstabilisation occidentale en Libye et en Syrie, ont érodé la confiance du public dans l’établissement libéral et les institutions qu’il contrôle. Le Brexit, Donald Trump et l’insurrection populiste qui déferle sur l’Europe continentale marquent une révolte contre le libéralisme économique et social qui a dominé la politique intérieure et la mondialisation néolibérale. L’ascension de «hommes forts» autoritaires tels que Poutine, Xi Jinping, le Premier ministre indien Narendra Modi, le président turc Erdogan et le nouveau chef du Brésil Jair Bolsonaro menace gravement la domination libérale des relations internationales. Mais le principal danger pour l’Occident est interne – à savoir l’érosion de la civilisation occidentale par l’ultra-libéralisme.

L’idée dominante des quatre dernières décennies est la conviction que l’Occident est une civilisation politique qui représente la marche en avant de l’histoire vers un ordre normatif unique. Mais l’expérience a montré que cette force, avec sa tendance au capitalisme de cartel, à la dérive bureaucratique et à l’individualisme rampant, dévaste la civilisation culturelle de l’Occident. Une partie de l’héritage de cette civilisation réside dans le modèle d’après-guerre de marchés socialement enracinés, d’états décentralisés, d’équilibre d’économies ouvertes avec protection de l’industrie nationale et d’engagement pour la dignité de la personne, inscrit dans les droits de l’homme.

C’est un héritage qui repose sur un héritage culturel commun issu de la philosophie et du droit gréco-romains, ainsi que de la religion et de l’éthique judéo-chrétiennes. Chacun, de différentes manières, souligne la valeur unique de la personne et la libre association humaine indépendante de l’état. Les pays occidentaux partagent des traditions de musique, d’architecture, de philosophie, de littérature, de poésie et de croyances religieuses qui les rendent membres d’une civilisation commune plutôt que d’un ensemble de cultures distinctes.

Cet héritage de civilisation et ses principes sont menacés par les forces du libéralisme. Au nom de valeurs libérales supposées universelles, l’administration Clinton adopta comme mission de civilisation la propagation mondiale des états du marché et des interventions humanitaires. Après les attentats du 11 septembre, des gouvernements libéraux de gauche, tels que le New Labour de Tony Blair, ont mené des guerres à l’étranger et restreint les droits civils au nom de la sécurité.

Emmanuel Macron, le dernier porte-parole des progressistes occidentaux, a mené une répression contre les manifestants de gilets jaunes en France qui menaçait les libertés fondamentales d’expression, d’association et de manifestation publique. Comme Patrick Deneen, juriste catholique et auteur de Why Liberalism Failed (2018), et les autres ont montré le libéralisme sape les principes de libéralité dont dépend la civilisation occidentale, tels que la libre enquête, la liberté de parole, la tolérance pour la dissidence et le respect des les opposants politiques.

Au cœur de l’Occident se trouve un paradoxe. C’est la seule communauté de nations fondée sur les valeurs politiques d’autodétermination du peuple, de démocratie et de libre-échange. Ces principes ont été codifiés dans la Charte de l’Atlantique de 1941, signée par Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt, et enchâssés dans le système international d’après 1945. Pourtant, le libéralisme érode ces fondements culturels et nous en subissons les conséquences. La civilisation occidentale est beaucoup moins en mesure d’affronter des problèmes internes tels que l’injustice économique, la dislocation sociale et la résurgence du nationalisme, ainsi que les menaces externes de dévastation écologique, de terrorisme islamiste et de puissances étrangères hostiles.

Après la chute du communisme, l’Occident libéral a cherché à refondre la réalité dans son image de soi progressive. Comme l’a dit Tony Blair, seule la culture libérale est du «bon côté de l’histoire». Les États-Unis et l’Europe occidentale se considéraient comme des porteurs de valeurs universelles pour le reste de l’humanité. Les dirigeants libéraux se sont mutés pour devenir ce que Robespierre a qualifié de «missionnaires armés». Ils ont exporté les normes culturelles occidentales d’expression personnelle et d’émancipation individuelle vis-à-vis de la famille, de la religion et de la nationalité. Les nations étaient considérées par les libéraux occidentaux comme des ego généraux qui ne souhaitaient rien d’autre que s’adapter aux impératifs de la mondialisation et à un monde sans frontières ni identités nationales.

La culture superficielle du libéralisme contemporain affaiblit la civilisation en Occident et ailleurs. Le capitalisme libéral défend des normes culturelles qui glorifient la cupidité, le sexe et la violence. Trop de libéraux dans la politique, les médias et l’académie se caractérisent par une «fermeture de l’esprit» qui ignore les réalisations intellectuelles, littéraires et artistiques qui font de l’Occident une civilisation reconnaissable.

Certains libéraux cosmopolites nient même l’existence même de l’Occident en tant que civilisation. Dans l’une de ses conférences sur la BBC Reith en 2016, l’académicien américano-ghanéen d’origine britannique, Kwame Anthony Appiah, petit-fils de l’ancien chancelier travailliste Stafford Cripps, a affirmé que nous devrions renoncer à l’idée de civilisation occidentale. « Je crois », a déclaré Appiah, « que la civilisation occidentale n’est pas du tout une bonne idée et que la culture occidentale ne constitue aucun progrès. »

****

Le rejet de l’universalisme occidental des élites russes et chinois défie l’idée que l’État-nation soit la norme internationale en matière d’organisation politique. Les classes dirigeantes chinoises et russes se considèrent comme des détenteurs de normes culturelles uniques et se définissent comme des états civilisationnels plutôt que comme des états-nations, car ces derniers sont associés à l’impérialisme occidental – et dans le cas de la Chine, un siècle d’humiliations après le XIXe siècle Guerres de l’opium. Martin Jacques, auteur de Quand la Chine règne sur le monde (2009), affirme que « les caractéristiques les plus fondamentales qui définissent la Chine aujourd’hui et qui confèrent à la Chine son identité, ne émanent pas du siècle dernier, quand la Chine s’est appelée un état-nation, mais des deux millénaires précédents, quand elle peut être décrite comme un état civilisationnel. »

Xi Jinping a appelé à plusieurs reprises les élites du pays à « insuffler une nouvelle vitalité à la civilisation chinoise en dynamisant tous les éléments culturels qui transcendent le temps, l’espace et les frontières nationales et qui possèdent à la fois un attrait perpétuel et une valeur actuelle ». Il entend par là l’appel intemporel de l’harmonie confucéenne promu par l’état communiste chez lui et à l’étranger. La vision d’une sphère d’influence de la civilisation sous-tend les efforts de Beijing pour placer Taiwan et la mer de Chine méridionale sous le contrôle de la Chine.

La guerre commerciale qui se déroule actuellement avec les États-Unis n’est que le début d’une confrontation plus large Est-Ouest au sujet de deux missions civilisatrices rivales, comprenant le contrôle d’une technologie susceptible de redéfinir ce que signifie vivre dans la société et être humain. L’affaire concernant la société chinoise Huawei, soutenue par l’état, et son implication dans la construction d’un réseau de téléphonie mobile 5G au Royaume-Uni et ailleurs est un signe avant-coureur de batailles à venir.

La Chine présente sa voie de développement comme non exportatrice, alors que le modèle occidental dirigé par les États-Unis est présenté comme expansionniste. En réalité, le consensus de Pékin sur le capitalisme d’état léniniste et l’harmonie mondiale néo-confucéenne est en train de se faire sentir en Asie centrale et même en Europe par le biais de l’initiative d’infrastructures Ceinture et Route.

La Chine de Xi déploie également des relations publiques propagandistes et du soft pouvoir. Un réseau mondial de plus de 500 instituts Confucius intégrés dans des universités étrangères et son industrie cinématographique nationale font la promotion de la civilisation chinoise. Cette publication est corroborée par l’édition anglaise du journal officiel China Daily et par les programmes multilingues de China Central Television.

Le Parti communiste chinois est en train de créer un système de surveillance qui fait en sorte que les plates-formes technologiques occidentales ressemblent à des modèles de la protection de la vie privée. L’Internet et les technologies avancées de reconnaissance faciale contrôlent le comportement individuel dans des villes et des régions agitées telles que le Xinjiang, où, selon les estimations de l’ONU, près d’un million de membres de la minorité musulmane seraient enfermés dans des camps de rééducation.

Les entreprises collaborent avec l’État en lui fournissant des données utilisées pour répertorier les dissidents et faire respecter la censure. La connaissance et le pouvoir sont concentrés dans les mains des planificateurs de parti qui manipulent la population au sens large. Pendant le règne de Mao de 1949 à 1976, les communistes ont remplacé l’idée d’un gouvernement du peuple par la gestion des affaires. Sous Xi, la Chine semble sur le point de devenir une tyrannie par les chifres.

La dépendance du pays à l’égard d’investissements considérables en Afrique, en Amérique latine et en Asie centrale pour des débouchés commerciaux et une influence politique suggère des ambitions hégémoniques. La vision de Xi d’un ordre mondial harmonieux est celle dans laquelle l’état civilisationnel de la Chine sera au-delà de toute critique de l’intérieur et de l’extérieur. Pourtant, les dirigeants chinois lancent une charmante offensive pour séduire l’Occident libéral. En janvier 2017, à Davos, alors que Donald Trump dénonçait le dogme du libre-échange, Xi a déclaré au Forum économique mondial que «la mondialisation a alimenté la croissance mondiale et facilité la circulation des biens et des capitaux, les progrès de la science, de la technologie et de la civilisation et les interactions entre les peuples ».

La Chine avance sous le couvert du libéralisme économique.

Comme Xi, Poutine estime que les valeurs libérales occidentales ne sont pas universelles et ne reflètent pas l’identité culturelle unique de la Russie. Dans un discours prononcé devant les deux chambres du parlement russe en 2012, il a déclaré que « l’état civilisationnel » de la Russie protégeait le pays de « la dissolution dans ce monde diversifié ». L’Occident menace cette civilisation car, selon Poutine, il nie les principes moraux et les modes de vie traditionnels. Trump et son ancien conseiller Steve Bannon sont tous deux d’accord avec l’aspiration à recouvrer les valeurs judéo-chrétiennes, malgré leur propre comportement immoral.

Pour le Kremlin, la faiblesse de l’Occident le rend imprévisible et plus agressif, à l’instar des sanctions économiques antirusses. Mais, de même, cela offre la possibilité d’affirmer l’identité eurasienne de la Russie contre toute intégration avec les puissances occidentales. L’autodétermination de la Russie en tant qu’état civilisationnel donne à Poutine une raison d’intervenir dans les affaires des pays de l’Europe post-soviétique avec des minorités russes comme la Géorgie et l’Ukraine. L’objectif n’est pas la conquête territoriale mais un levier stratégique. Il sert l’objectif plus général de réaffirmer la Russie en tant que grande puissance aux côtés des États-Unis et de la Chine.

La Russie a utilisé des arguments de civilisation pour encadrer son intervention au Moyen-Orient, où elle a supplanté les États-Unis en tant qu’acteur essentiel. L’aide militaire au régime de Bachar al-Assad a transformé la Syrie en un pays client russe (à qui la faute ?) au cours de la longue et brutale guerre civile (non-sens #3!). L’intervention a renforcé la mission de Moscou visant à empêcher les djihadistes islamistes de contrôler une grande armée et un appareil administratif qui auraient pu être utilisés pour tuer les derniers chrétiens orthodoxes orientaux de la région.

En 2016, Valery Gergiev, un chef d’orchestre russe renommé proche de Poutine, a dirigé un concert au théâtre romain de Palmyre, un site classé au patrimoine de l’Unesco reconquis par des militants de l’État islamique qui avaient procédé à des exécutions sommaires dans les ruines. Dans son discours au public par vidéoconférence, Poutine a appelé à une bataille mondiale contre les forces barbares du terrorisme islamiste. Le message était que l’Occident avait perdu son monopole moral et que la Russie était une force pour le bien. C’est la version du Kremlin d’une mission civilisatrice.

****

Dans un sens, les classes dirigeantes dans des soi-disant États de civilisation sont des ennemis déclarés de l’Occident. Ils rejettent les droits de l’homme universels et les libertés démocratiques au profit de leur propre exceptionnalisme culturel. Les élites chinoises et russes invoquent des idées similaires à celles de réactionnaires du siècle des Lumières tels que Joseph de Maistre et Johann Fichte, qui ont glorifié le nationalisme. Ils font également appel aux concepts des Lumières – tels que la volonté générale de Rousseau, qui unifie la société et exige une obéissance absolue, ou la notion de Hegel selon laquelle l’État incarne l’esprit d’un peuple. Ces idées sont prédominantes dans la philosophie religieuse d’Ivan Ilyin et Aleksandr Dugin, toutes deux citées par Poutine.

Cependant, ni le culte occidental de la liberté privée sans solidarité sociale, ni les tendances totalitaires parmi les élites chinoises et russes ne peuvent nourrir des sociétés résilientes contre les forces perturbatrices de la technologie et la mondialisation économique implacable. À l’heure actuelle, les États-nations et les États civilisés ne parviennent pas à créer un véritable concours démocratique. Au lieu de cela, ils privilégient la «volonté de puissance» de certains par rapport à d’autres – les forts, les puissants et les riches par rapport aux faibles, aux sans pouvoir et aux pauvres. Dans les systèmes démocratiques et autoritaires, le pouvoir oligarchique, la politique démagogique et la fragmentation sociale augmentent.

Ce qui manque, c’est une riche conception de l’homme en tant qu’être social et politique, ancré dans les relations et les institutions. Qui parmi les libéraux occidentaux contemporains ou les élites illibérales ailleurs réfléchit à la question de savoir comment équilibrer les droits individuels avec des obligations mutuelles? Ou comment promouvoir la liberté et la fraternité en dehors de l’État autoritaire ou du marché libre sans entrave?

Pourtant, à travers différentes civilisations, il existe un sentiment infime que le but de la politique est la libre association de personnes autour d’intérêts communs et de vertus sociales partagées de générosité, de loyauté, de courage, de sacrifice et de gratitude. La pratique de telles vertus peut nous rapprocher en tant que citoyens, nations et cultures, au-delà de la couleur, de la classe ou des croyances.

****

L’Occident libéral et les états civilisationnels de la Chine et de la Russie sont aux prises avec une bataille pour des missions «civilisatrices» concurrentes. Et les termes du débat entre différentes civilisations ne seront sûrement pas occidentaux. Comme le souligne Christopher Coker dans La montée en puissance de l’État de civilisation, la résistance du monde non occidental signifie que «l’Occident peut ne pas être en train de façonner l’histoire pour tous, ni même pour elle-même».

Un scénario plausible est que les conflits décisifs ne se dérouleront pas entre l’Ouest et l’Asie, mais entre des forces oligarchiques et démagogiques de chaque côté. Le monde glisse dans un totalitarisme doux fondé sur la surveillance et le contrôle social. L’universalisme libéral se fragmente et une nouvelle « guerre de la culture » mondiale oppose les nationalistes conservateurs aux cosmopolites libéraux. Le nouveau pivot de la géopolitique est la civilisation.

Source: China, Russia and the return of the civilisational state

Traduction: A. Isakovic

 

La pauvreté de la science politique par Georgy Kunadze

 Ce rôle ‘civilisatrice’ de l’arsenal nucléaire est à nouveau en grande demande en Russie qui se relève graduellement, tout en retournant aux ‘valeurs traditionnelles européennes telles que la souveraineté, un État fort, l’éthique chrétienne et les normes morales’. Et l’Occident ayant perdu ces valeurs, et « vaincus, commence à agir … en violation de presque toute norme morale, juridique ou politique, que l’Occident lui-même a proclamé. »

En Russie, le domaine de la science politique est dans un état de crise. Cela est évident non seulement dans les œuvres des mystiques de la géopolitique et les charlatans de l’école ‘patriotique’, mais aussi dans les réflexions superficiels de leurs adversaires autoproclamés : les courtisans ‘libéraux’ respectables. Avec les premiers c’est clair depuis longtemps: ils sont fanatiques et scélérats ordinaires, simple comme les râteaux. C’est moins évident avec le dernier groupe. Ils sont instruits, ils maîtrisent couramment et ‘non-patriotiquement’ les langues étrangères ; ils sont chez eux en toute capitale occidentale. Ils comprennent tout à la perfection. C’est avec des représentants de cette ‘classe éduquée’ ou le problème réside. russie003Certains ont traversé ouvertement du côté de la réaction et révèlent avec enthousiasme de la folie. D’autres  déguisent avec diligence  ses vus autoritaires dignes de l’homme des cavernes dans ses propres formes académiques.

Je voudrais aborder la dernière contribution à l’apologétique du régime de Poutine dans l’article Le Concert de Vienne du XXIe siècle, écrit par le politologue bien connu, Sergei Karaganov.

De quelle manière l’anniversaire est  glorifié?

L’article commence par l’éloge de ‘jubilé glorieux’ – le 200e anniversaire de la défaite de Napoléon, formalisée lors du Congrès de Vienne en 1815. Un Concert des Nations a été formé au Congrès et qui avait fourni, selon Karaganov,  ‘de la paix presque absolue en Europe depuis plusieurs décennies et de l’ordre relativement pacifique pour près d’un siècle’. Cette déclaration est très controversée parce que le Congrès de Vienne a abouti à la redéfinition des frontières en Europe, ouvrant la voie à de nouvelles guerres, et parce que le but de notoire Concert des Nations était un retour à l’ordre européen qui existait avant la Grande Révolution française.bnf001

Cependant, encore plus intéressant est la raison pour laquelle l’auteur estime que le Concert des Nations a été bénéfique. Selon Karaganov, ‘l’ordre pacifique’ en Europe a été construit  ‘sans humilier la France vaincue’, et les grandes puissances qui ont créé cet ordre pacifique ont été relativement homogène et ont été «gérés par des monarques autoritaires… qui partageaient des valeurs communes … ». L’allusion pour le traitement prétendument humiliante de la Russie après sa défaite dans la guerre froide est tout à fait évidente. En outre, le rêve naïf de faire revivre un ordre par lequel  ‘les souverains homogènes, autoritaires’ font des deals eux-mêmes est tout à fait bien évident.

 

Comment nous avons arrêtés de nous inquiéter et comment nous adorons la bombe


Karaganov indique également que, malgré ce que notre ‘souverain autoritaire’, Staline, a convenu avec ‘leurs souverains’ à Yalta, en Février 1945, de la Seconde Guerre mondiale est née un monde divisé, plutôt qu’un ‘concert’ des nations homogènes. Il y aurait eu une nouvelle guerre, poursuit-il, si le Dieu n’avait pas envoyé à l’humanité un arsenal nucléaire, qui a sauvé et continue à sauver ceux qui l’ont, tout en refusant la protection divine à ceux qui ont choisi de ne pas en avoir. Yalta001Renoncer à son arsenal nucléaire n’a pas sauvé la Libye, déplore l’auteur, ‘correctement’ en ignorant l’autre exemple, beaucoup plus évidente et récente – l’Ukraine. La décision de l’Ukraine de renoncer à ses armes nucléaires ne l’a pas aidé de se protéger contre l’agression de la Russie. Mais la possession des armes nucléaires de la Russie l’a aidé grandement: Si la Russie voudrait saisir toute l’Ukraine, personne ne se serait battu contre elle. Selon Karaganov, c’est exactement ça qui équivaut ‘au rôle civilisateur des armes nucléaires’ dans un monde où certains gouvernements sont ‘plus égaux que d’autres’ comme on les pourrait décrire en termes d’Orwell.

La décision de l’Ukraine de renoncer à ses armes nucléaires ne l’a pas aidé de se protéger contre l’agression de la Russie. Mais la possession des armes nucléaires de la Russie l’a aidé grandement: Si la Russie voudrait saisir toute l’Ukraine, personne ne se serait battu contre elle. Selon Karaganov, c’est exactement ça qui équivaut ‘au rôle civilisateur des armes nucléaires’ dans un monde où certains gouvernements sont ‘plus égaux que d’autres’ comme on les pourrait décrire en termes d’Orwell.

Ce rôle ‘civilisatrice’ de l’arsenal nucléaire est à nouveau en grande demande en Russie qui se relève graduellement, tout en retournant aux ‘valeurs traditionnelles européennes telles que la souveraineté, un État fort, l’éthique chrétienne et les normes morales’. Et l’Occident ayant perdu ces valeurs, et « vaincus, commence à agir … en violation de presque toute norme morale, juridique ou politique, que l’Occident lui-même a proclamé. »

‘À en juger par la rage actuelle contre la demande croissante pour le respect des intérêts de la Russie’, poursuit l’auteur d’un air suffisant, ‘le pays aurait été achevé … si ses ingénieurs faméliques, ses scientifiques et ses militaires n’avaient pas sauvegardé, grâce à leurs efforts héroïques, le potentiel nucléaire du pays dans les années 1990’. L’imagination vivement peinte dans un tableau épique: patriotes héroïques qui cachent le patrimoine le plus important du pays – son arsenal nucléaire – des cohortes avides d’Eltsine qui rêvaient de s’en débarrasser tandis que l’Ouest-Traître n’a eu qu’attendre pour terminer avec la Russie. Karaganov croit-il vraiment dans tous ces contes de fées? Je me souviens qu’il a écrit différemment dans les années 1990. Peut-être que l’auteur souffre de l’amnésie? Bien sûr que non. Il se souvient parfaitement de tout. Il a décidé tout simplement de botter en touche afin de suivre la tendance à l’ordre du jour.

À présent, Karaganov prévient que le processus pour que la Russie ‘se lève de ses genoux’ ne sera pas facile. Il parle encore de cette « réaction hautement rigide et même douloureuse de l’Occident à la politique russe qui vise à arrêter l’attaque sur ses intérêts en tentant d’attirer l’Ukraine dans sa zone d’influence et de contrôle ». Vraiment, quoi de plus naturel que de prendre un morceau d’un pays voisin ou l’incitation à une rébellion séparatiste dans un autre de ses régions? Ceux-ci sont strictement des mesures défensives et préventives par rapport à un État souverain qui vu de Russie soit dans sa sphère d’intérêts ‘légitimes’. Et l’utilisation de l’Occident de ses sanctions comme son «arsenal nucléaire économique» à lui est vouée à l’échec: parce que maintenant c’est clair à tous combien c’est dangereux de se fonder sur les institutions occidentales, ces règles, ces systèmes de paiement et ses devises.

Autres géopolitique traditionnelles

Karaganov conclut avec le retour du monde à la ‘géopolitique traditionnelle’, mais avec la mise en garde que ce sera ‘une autre géopolitique’ (apparemment les mots ‘traditionnel’ et ‘autres’ sont utilisés de manière interchangeable dans sa version de russe). Dans cette «autre géopolitique» la puissance militaire – à laquelle la Russie a compté si lourdement dans le ‘Conflit en Ukraine’ – sera d’une importance réduite. Économie jouera le rôle décisif parce que le bien-être de la population est la plus grande demande des masses. Tandis que tout ne va pas bien avec l’économie en Russie la Chine se porte bien. Et avec le Chinois, nous additionnons 1,5 milliard de personnes (la Chine a un 1,25 milliard et nous avons 140 millions). Le bloc économique le plus puissant dans le monde se lève sur l’Asie continentale – la Grande Commonwealth eurasienne – qui émergera avec l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) comme son noyau. Naturellement, il n’y a pas d’alternative à cela.Putin_and_Hu_JintaoPeace_Mission_2007 Le nouveau bloc sera ouvert aux pays de l’UE, tandis que le futur rôle des États-Unis n’est pas clair. Tout d’abord, laissons inutile élite américaine de décider ce qu’elle veut. Laissons les États-Unis de suivre l’exemple de la Russie et de son ‘élite de l’esprit global, de sa diplomatie de première classe et des avantages de sa géographie’. Mais d’abord, les États-Unis devraient au moins lever les sanctions contre la Russie, en reconnaissant à la Russie le droit légal de faire avec l’Ukraine comme elle lui plaît.

L’esprit ne peut pas comprendre comment juger les compétences et l’intégrité d’un politologue qui compose, en 2015, un traité dans lequel l’absolutisme du XIXe siècle est salué comme l’avenir radieux de l’humanité tout entière. Mais nous sommes dans une ère de la Russie, pour citer les frères Strougatski, quand « On n’a pas besoin de gens intelligents. Nous avons besoin de gens loyaux. »

Eh bien, mais la réalité est encore pire

Au début des années 1990, l’URSS a subi la défaite dans la ‘Guerre Froide’, le menant à la faillite de son système économique, politique, idéologique et gouvernemental. La Russie est devenue le successeur de l’URSS, puis elle a semblée à beaucoup, d’être, un état proto-démocratique et libre, capable de devenir, dans le temps, un membre digne de la communauté démocratique occidental. Une telle Russie n’était pas du tout le perdant de la guerre froide. Elle a été le vainqueur, un pays capable de se libérer du cercle vicieux de son grand, mais tragique destin. Le monde civilisé avait admiré une telle Russie, il lui a souhaité le succès et l’a aidée, pas toujours comme nous l’aurions voulu certes. Une telle Russie avait une crédibilité sans précédent dans le monde. Et elle avait regardé son avenir avec un optimisme quelque peu naïf certes. Puis vint de nombreux échecs et les erreurs: il s’est avéré que les vieilles habitudes indignes ont la vie longue. Les certains nouvelles-là, ne sont pas mieux. Et puis le malheur, habillé en vêtements blancs de succès, est venu: les prix mondiaux des hydrocarbures ont fortement augmenté. Inattendue, en tous cas, non gagnée, la richesse a complètement corrompu notre gouvernement et notre conscience. 1020505073En conséquence, la Russie s’est voit elle-même comme une version allégée de l’URSS et a sérieusement entamée la restauration de vieux ‘ordre’ dans sa taïga, dans lequel elle a l’intention d’inclure toutes les anciennes républiques soviétiques. Une nouvelle ‘doctrine Brejnev’ est sorti des profondeurs de l’inconscient des autorités. Une nouvelle ‘Guerre Froide’ est devenu inévitable. Dans cette nouvelle ‘Guerre Froide’ la Russie ne peut ni atteindre la victoire, ni subir une défaite totale: Ce n’est pas en vain que le Dieu lui a envoyé l’arsenal nucléaire.

Traduction: A. Isakovic

Source

Le triomphe du Moyen-Âge par Fedor Loukianov

Ce que l’on observe aujourd’hui, c’est un choc entre des époques, des périodes historiques – et non entre des communautés historico-culturelles.

Il suffit d’un coup d’œil au programme de la récente conférence de Munich sur la sécurité pour être pénétré d’un sentiment de désespoir. Prenez la discussion intitulée « Le monde en 2015 : un ordre qui s’écroule, des gardiens réticents ». Ou bien le débat de clôture, le dimanche 8 février : « Est-ce la fin du Proche-Orient (tel que nous le connaissons) ? ».

Toutefois, ces thèmes n’ont rien d’étonnant. Les combats qui se poursuivent en ce moment même dans l’Est de l’Ukraine et l’État islamique témoignent d’une barbarie de plus en plus frappante.

Nous assistons au triomphe mondial de l’esprit médiéval et de ses guerres intestines. On ne discerne plus aucune stratégie, à supposer qu’il y en ait jamais eu : tous les plans et calculs sombrent dans un univers de passion sanguinaire.

Il y a un peu plus de 20 ans, le spécialiste américain des relations internationales Samuel Huntington signait son célèbre article (étoffé en livre par la suite) sur l’inévitable « choc des civilisations » après la fin de la Guerre froide. Les sombres mises en garde du professeur ont dissoné dans l’euphorie qui régnait à l’époque en Occident, et fait l’objet d’un rejet catégorique de la part de nombreux commentateurs. D’autant qu’Huntington n’échappait pas à la schématisation et aux simplifications intrinsèques des travaux appartenant à un genre aussi spéculatif que l’approche civilisationnelle.

Néanmoins, ses appels à ne pas céder aux illusions et à prendre conscience que l’humanité, avec l’effondrement du communisme, n’avait pas résolu tous ses problèmes apparaissent, deux décennies plus tard, bien plus sensés que les œuvres mainstream de la période.

Il est encore impossible de dire si le diagnostic de Huntington sur le choc des civilisations était juste. Ce que l’on observe aujourd’hui, c’est un choc entre des époques, des périodes historiques – et non entre des communautés historico-culturelles.

Il y a plusieurs siècles, de bons chrétiens brûlaient volontiers des gens en place publique et massacraient des villages entiers pour intimider l’ennemi – à l’instar de l’EI aujourd’hui. Et les guerres intestines suivant la loi du talion n’ont jamais vraiment disparu. C’est simplement qu’avec le temps, les avancées sociopolitiques ont créé certaines normes, destinées à limiter toutes ces pratiques ancestrales.

Pourquoi Huntington et les autres pessimistes du début des années 1990 étaient-ils dans le vrai ? Tout a commencé avec la certitude du monde occidental qu’avec la disparition de l’éternel obstacle que constituaient l’URSS et le bloc soviétique, les conceptions humaines et sociales les plus avancées, dont les racines plongeaient dans le Siècle des Lumières, pourraient dès lors être diffusées dans le monde entier.

Mais une contradiction essentielle a surgi, qui a engendré la situation regrettable que l’on observe actuellement. En tentant d’accélérer l’histoire, les principales puissances mondiales ont commencé à revoir le principe clé qui avait fondé les relations internationales durant près de 400 ans, soit justement depuis le début du Siècle des Lumières : celui de l’immuabilité de la souveraineté des États-nations en tant qu’éléments structurels du système mondial.

Et c’est précisément cette réinterprétation de la notion de souveraineté qui a eu le plus grand impact sur les événements survenus dans le monde à partir des années 1990.

Conditions uniques du projet européen

Depuis le début des années 1990, on a assisté à plusieurs tentatives de repenser ce concept. L’Union européenne, cette communauté unique d’États construite sur une limitation progressive de leurs souverainetés respectives, en a été une force motrice. Dans l’Europe occidentale de la seconde moitié du XXe siècle, la mise en commun des droits souverains des peuples a servi de remède contre le chauvinisme destructeur qui avait plongé coup sur coup le Vieux Continent dans des guerres de grande ampleur. Ce remède a fait ses preuves.

Cependant, la réussite du projet européen est due à des conditions géopolitiques uniques, qui ont formé un terreau propice à l’intégration. En s’unissant, les États d’Europe se sont cuirassés contre un ennemi commun (l’URSS) et ont délégué leur défense à un acteur externe (les États-Unis). Sans ces éléments, la réconciliation miraculeuse des nations européennes aurait pu ne pas arriver.

Après la fin, opportune et réjouissante pour l’Occident, de la Guerre froide, l’Europe est arrivée à la conclusion qu’elle devait non seulement perfectionner sa récente expérience et sa perception nouvelle de la souveraineté mais également les exporter. Les politiques européens n’ont pas tenu compte du caractère unique des conditions dans lesquelles avait grandi la communauté européenne. Ils ont commencé d’étendre les normes et règles de l’UE à la région directement voisine. Puis, à l’échelle mondiale, les Européens ont élaboré un concept entérinant la possibilité de faire abstraction de la souveraineté d’un État au nom de la défense des droits de l’homme. L’idée est belle mais, étant donné l’impossibilité de s’entendre sur les critères rendant une intervention nécessaire, les États occidentaux se sont mis à interpréter de façon arbitraire et préconçue cette « responsabilité de protéger ».

Ainsi, le noyau du système westphalien – l’État-nation souverain – a de facto cessé d’exister en tant que tel dans l’ordre qui avait surgi après la fin de la Guerre froide, et la disparition de ce noyau a naturellement ébranlé l’ensemble du système.

Ainsi, l’humanité n’a pas fait un pas en avant, vers une nouvelle étape inconnue de son évolution, mais bien en arrière – vers le monde tel qu’il existait avant le système westphalien, lorsque les humains s’identifiaient par rapport à leurs origines ethniques et leur religion, et non par leur appartenance à un État-nation.

La bataille d’Azincourt en 1415. Crédit : archersdecompiegne.fr

La bataille d’Azincourt en 1415. Crédit : archersdecompiegne.fr

Le Moyen-Âge est revenu, remplaçant le monde moderne après une brève tentative de bâtir un monde postmoderne. Le morcellement féodal de l’Ukraine et la bestialité fanatique de l’EI, lequel rejette les frontières, n’en sont que les manifestations les plus criantes. La nouvelle guerre de Trente Ans, vu le rythme de vie actuel, sera probablement bien plus courte que la première, mais l’essence de ce conflit à niveaux multiples et à l’intensité en dents de scie sera la même.

Il est évident qu’il ne s’agit pas du terminus, que l’histoire ne s’arrêtera pas là. Il est possible que le développement suive une spirale, et que la nouvelle spire dans laquelle il s’engagera permette aux États de se repositionner fermement en tant qu’uniques leviers de défense contre les menaces transfrontalières. Mais il est aussi possible que les États ne parviennent pas à re-légitimer leur droit à la violence et à la représentation collective des intérêts des citoyens, qui s’empresseront de trouver protection dans de nouvelles formes d’auto-organisation. Cette nouvelle autodétermination pourrait aussi aboutir au scénario décrit par Huntington. Dans tous les cas, l’époque ayant succédé à la Guerre froide restera dans les mémoires comme l’illustration d’un contraste saisissant qui oppose, d’une part, les intentions et les attentes et, d’autre part, les résultats des efforts visant à concrétiser ces dernières.

Source : Le Courrier de Russie

Les relations franco-britanniques par Vivien Pertusot

Si le Premier ministre britannique David Cameron et le président français François Hollande affichent régulièrement leurs désaccords sur l’Union européenne et les questions économiques, l’alliance stratégique des deux puissances rivales n’a jamais été remise en cause depuis l’Entente cordiale d’avril 1904.

Holland-Cameron

Le 25 octobre 2013, lors d’un conseil européen, François Hollande s’entretient avec David Cameron. L’Union européenne est au cœur des principaux sujets de désaccord franco-britanniques et notamment la volonté du Premier ministre britannique de réformer l’Union européenne, ce qui pour le président français « n’est pas la priorité », car « on ne peut pas faire peser sur l’Europe le choix britannique ». (© Conseil européen)

Les relations entre la France et le Royaume-Uni se caractérisent par « une complémentarité difficile », selon l’expression de Geoffroy de Courcel, ambassadeur de France en poste à Londres dans les années soixante (1).

Cet apparent oxymore traduit une situation où les deux pays ont nourri une relation marquée par l’évidence de travailler ensemble, tout autant que celle de se percevoir comme des rivaux. Cela s’illustre à trois niveaux : au niveau des affaires stratégiques, au sein de l’Union européenne, ainsi que dans leur relation commerciale. Les raisons de cette « complémentarité difficile » trouvent leurs racines non seulement dans une histoire parsemée de guerres et de rivalités ouvertes, mais aussi dans deux conceptions différentes de l’échiquier international. L’Europe a notamment toujours été la pomme de discorde des relations franco-britanniques.

Le domaine stratégique : rapprochement de raison

La convergence d’intérêts sur les domaines stratégiques est aussi étonnante qu’elle est compréhensible. Surtout, elle est pragmatique. Avant le XXe siècle, ni la France ni le Royaume-Uni n’avaient particulièrement de raison d’envisager un rapprochement. Les deux pays possédaient des empires d’envergure, des capacités militaires robustes et ne percevaient pas de menaces imminentes sur le continent européen. L’avènement de la Triple Alliance en 1882 et la montée en puissance de l’Allemagne ont été d’importants vecteurs pour motiver une nouvelle donne entre Paris et Londres. Toutefois, l’Entente cordiale approuvée en 1904 n’était à l’époque pas comprise comme le fondement d’une alliance structurelle entre deux rivaux.

Cet accord aura en réalité jeté les fondations d’une coopération bilatérale stratégique jamais réellement remise en question. Malgré les suspicions et autres méfiances inhérentes à la relation franco-britannique, plusieurs facteurs ont confirmé l’utilité de maintenir une relation étroite. Tout d’abord, la France et le Royaume-Uni vont devenir les deux seuls pays européens à conserver une ambition internationale unissant les volets diplomatiques, commerciaux, culturels et militaires. Une des principales pierres angulaires de cette vision globale est leur siège permanent respectif au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Ensuite, les deux pays conservent des outils de défense assez similaires, qu’ils sont prêts à utiliser. La possession d’armes nucléaires indépendantes en est un exemple, mais aussi des formats d’armées et des postures de défense proches. Les deux pays ont certes connu de fortes réductions d’effectifs et de capacités depuis la fin de la guerre froide et des coupes budgétaires conséquentes depuis 2008. Toutefois, Français et Britanniques veulent encore maintenir une capacité d’action totale, même si la réalité est plus contrastée. Enfin, les deux pays s’accordent sur le principe que l’Europe doit être plus active en politique étrangère et de défense. Ils divergent néanmoins sur l’enceinte de prédilection afin d’y parvenir. Traditionnellement, le Royaume-Uni, fervent promoteur du lien transatlantique, estime que l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) doit être l’institution privilégiée pour la défense européenne. À l’inverse, la France préfère que les Européens développent une capacité autonome de celle de l’OTAN au sein de l’Union européenne. Si cette divergence perdure, elle est aujourd’hui estompée par des considérations beaucoup plus pragmatiques : peu importe la méthode, les Européens doivent être plus responsables en matière de sécurité et de défense.

La coopération stratégique franco-britannique demeure pragmatique et donc sujette aux soubresauts politiques. (…) François Hollande n’en a pour le moment pas fait un axe prioritaire.

La signature des traités de Lancaster House en novembre 2010 a marqué le point culminant de cette proximité stratégique. Cette coopération de défense répondait à des considérations de court et de moyen termes. Paris et Londres saisissaient bien la portée des coupes budgétaires et la nécessité de trouver des partenaires viables et de même calibre afin de conserver une force de frappe conséquente.

C’était particulièrement marqué pour la soutenabilité des capacités nucléaires, ainsi qu’au niveau industriel – la France et le Royaume-Uni maintiennent des bases industrielles et technologiques de défense (BITD) d’ampleur comparable. Sans parler d’intégration des BITD, il devenait clair des deux côtés de la Manche que leurs seules BITD nationales n’allaient plus suffire pour peser face aux États-Unis et aux industries émergentes. Il s’agissait également pour les deux puissances européennes de continuer à peser à l’échelle internationale et de pouvoir combiner leurs forces pour se déployer sur des théâtres parfois lointains.

Caricature datant de 1906, deux ans après l’« Entente cordiale » – une série d’accords bilatéraux signés entre le Royaume-Uni et la France, qui servit notamment à résoudre plusieurs différends coloniaux et à constituer le socle de la Triple-Entente formée avec l’Empire russe. On peut reconnaître sur ce dessin John Bull (personnage symbolisant l’Angleterre) et la Marianne française qui tournent le dos au Kaiser allemand, portant une épée sous son manteau. (© Bernard Partridge)

Caricature datant de 1906, deux ans après l’« Entente cordiale » – une série d’accords bilatéraux signés entre le Royaume-Uni et la France, qui servit notamment à résoudre plusieurs différends coloniaux et à constituer le socle de la Triple-Entente formée avec l’Empire russe. On peut reconnaître sur ce dessin John Bull (personnage symbolisant l’Angleterre) et la Marianne française qui tournent le dos au Kaiser allemand, portant une épée sous son manteau. (© Bernard Partridge)

La coopération franco-britannique en matière de sécurité et de défense est désormais acquise, mais pas sa portée. Sauf retournement majeur dans la politique étrangère et de sécurité de l’un des deux partenaires, l’intérêt de coopérer et de s’entendre demeurera. Ce qui est plus incertain en revanche est le périmètre de coopération que les deux chancelleries sont prêtes à maintenir sur le long terme. En effet, la coopération stratégique franco-britannique demeure pragmatique et donc sujette aux soubresauts politiques. En France, Nicolas Sarkozy était convaincu de sa pertinence et avait ainsi convoqué les ressources nécessaires à la signature des traités. À l’inverse, François Hollande n’en a pour le moment pas fait un axe prioritaire. De même, le référendum sur l’indépendance de l’Écosse soulevait des questions au sein de la Défense française : la perte de l’Écosse n’affaiblirait-elle pas le Royaume-Uni, déséquilibrant ainsi le partenariat franco-britannique ? Ce type de questions se pose à chaque tournant politique dans l’un ou l’autre pays. Aussi la France va-t-elle scruter les débats et la publication de la revue stratégique de défense et de sécurité (SDSR) prévue en 2015, car il s’agira de constater à quel point la Défense britannique va pouvoir limiter les coupes budgétaires et capacitaires, qui pourraient grever encore davantage un appareil de défense déjà sous pression. Si le domaine stratégique est devenu un axe de coopération central entre la France et le Royaume-Uni, la question européenne a, elle, nourri de nombreux désaccords entre les deux partenaires.D’où deux traités ambitieux signés entre Paris et Londres couvrant les domaines opérationnel, capacitaire, nucléaire et industriel. La coopération opérationnelle prendra la forme d’une Force expéditionnaire commune interarmées (CJEF), qui devrait être prête d’ici 2016. Bien que les deux appareils militaires aient l’habitude de travailler et de se déployer ensemble, établir une force commune présente de nombreux défis qui ralentissent son établissement. La coopération capacitaire se révèle également difficile. Le sommet franco-britannique, fin janvier 2014, a redonné un coup de projecteur à une coopération capacitaire et industrielle qui restait timorée, avec par exemple la confirmation du développement et de la production de missiles antinavires légers. Mais d’autres projets ont été abandonnés face aux choix unilatéraux des gouvernements français ou britannique. La coopération nucléaire est la plus discrète, mais semble être celle qui connaît le moins de remous…

Vivien PERTUSOT

L’article complet est paru dans « Les Grands Dossiers » de Diplomatie, n° 25, février 2015.

Afrique – les évolutions paradoxales par cpasteau

afrique

Le 2 mars 2015, Alain Antil, responsable du programme Afrique subsaharienne à l’Institut français des relations internationales (Ifri), a donné au siège parisien d’Orange une conférence dont voici la synthèse.

 

L’Afrique vit une évolution paradoxale, marquée par des tendances extrêmement diverses. Ainsi, la croissance économique depuis 2000 a fait reculer la proportion de pauvres, mais la croissance démographique a simultanément fait augmenter le nombre de pauvres.

  1. Transformations économiques

– Une croissance soutenue
En 1950, le problème du continent semblait être celui de la faible densité: 200 millions de personnes habitaient alors en Afrique.
Après une période de croissance suite à la décolonisation, un retournement s’opère vers la moitié des années 1970. Au choc pétrolier s’ajoutent un endettement très fort (la dette devient le premier poste budgétaire, par exemple en Côte d’Ivoire où, entre les années 1970 et le début des années 1990, la dette est multipliée par 40) et une remise en question des modèles de développements fondés sur des productions agricoles ou minières (ainsi la Côte d’Ivoire souffre-t-elle de la concurrence internationale sur le cacao, le coton et le café). La croissance économique baisse alors à un rythme annuel de 2%, mais le taux de croissance du PIB par habitant devient négatif en raison de la croissance démographique trop forte: c’est le marasme.
Question: les tensions actuelles mèneront-elles à un nouveau choc ? Les économies minières feront-elles preuves de résilience ? La question se pose par exemple pour le Nigéria, dont le pétrole fournit 15% du PIB… mais 80% du budget de l’Etat. L’exemple de la résilience des économies africaines suite à la crise financière mondiale de 2008 est un bon signe.

– Émergence des classes moyennes
Par classe moyenne on entend ici les 400 millions d’Africains qui vivent avec plus de 2 dollars par jour, ce qui leur permet de quitter la survie et de se projeter un peu vers l’avenir. Cette classe moyenne flottante est cependant très fragile.
Les classes moyennes, autrefois composées de fonctionnaires, se diversifient actuellement.
La massification de l’éducation ayant échoué, le secteur privé de l’éducation a connu une forte croissance.

– La révolution du mobile
La part de la population connectée au réseau mobile est passée de 2% en 2000 à 84% en 2015.
Le fait que l’impôt repose sur la population dédouane les dirigeants de leur devoir de rendre service. L’arrivée du mobile, des cartes de prépaiement taxées, contribue à changer les choses.
Le mobile donne des atouts aux populations les plus fragiles, comme les agriculteurs qui dépendent du prix des denrées et qui sont désorganisés face aux marchands. Le mobile rend possible la circulation des informations, ce qui introduit un autre rapport de force.

  1. Évolutions sociales et sécuritaires

– La croissance démographique
La population sera multipliée par 10 entre 1950 et 2050, ce qui relativise les chiffres de croissance du PIB. L’Afrique profite du bonus démographique: une population jeune (très peu de 60+ ans) et active génère de la croissance.
La question de l’emploi est primordiale. Entre 80 et 90% des nouveaux entrants sur le marché du travail doivent se tourner vers le secteur informel. Il y a un problème de sous-activité. Deux marchés de l’emploi distincts et qui s’éloignent. Le marché est favorable pour les gens formés, car il y a grand besoin de cadres qualifiés; en revanche, le rapport de force favorise les employeurs quand les personnes sont faiblement ou pas du tout qualifiées. Le résultat est une augmentation spectaculaire des inégalités sociale, d’accès aux services de l’État, etc.
La population urbaine sera multipliée par 30 entre 1950 et 2050.
L’urbanisation amène une redéfinition des réseaux de solidarité. Ceux qui réussissent en ville favorisent leur famille nucléaire par rapport à la grande famille. Or le filet social en Afrique repose sur les liens familiaux, les tribus, les lignages. L’atténuation des solidarités traditionnelles est très difficilement vécue par ceux qui ne réussissent pas. D’où des phénomènes liés au religieux, à une perte de repères: les solidarités des religions ou de quartier viennent combler un manque.

– Les transformations du religieux
(Ces transformations sont vues à travers un prisme social.)
Paradoxe: au Niger, l’islamisme propose parfois aux femmes un cadre moins conservateur que celui de la société traditionnelle. Les femmes peuvent négocier plus de droits en se basant sur le Coran.
Autre exemple: en Mauritanie, le tabligh, fondamentalisme musulman quiétiste d’origine pakistanaise, est populaire auprès des Harratins (descendants d’esclaves arabisés) car ce mouvement est très égalitaire: tous les musulmans doivent être égaux.
Le vide laissé par les gouvernements dans la mise en place de système éducatif, a laissé la place à des ONG religieuses développées par de nouvelles élites : anciens étudiants qui ont obtenu des bourses et ont suivi des cursus théologiques dans les pays du Golfe, ne trouvent pas de place dans la société à leur retour: les muftis et les cadis sont déjà en place. Ils créent donc des organisations non-gouvernementales avec l’aide des contacts formés lors de leurs études.

– Évolutions de la conflictualité
L’évolution des moyens de communication transforme la médiatisation, ainsi on parle beaucoup plus des conflits malgré une létalité en forte diminution par rapport au siècle dernier: Boko Haram a occasionné le décès de 13.000 personnes depuis le début du mouvement, beaucoup moins que le nombre de victimes de la guerre du Biafra dans les années 1960, alors qu’on parle plus aujourd’hui de Boko Haram qu’on ne parlait du Biafra.

– La violence
Il n’y a pas de liens évidents entre violence et niveau de développement. L’Afrique du Sud, locomotive industrielle du continent, connaît le taux d’homicides le plus élevé. Nairobi, Johannesburg et Lagos, trois des plus grandes villes du continent, sont aussi les plus violentes.

En conclusion, une carte des âges médians par pays en Afrique (réalisée par le GlobalPost à partir des données du CIA Factbook) a permis de synthétiser les forces et les faiblesses de l’Afrique: le continent est riche de sa vitalité, mais les tensions sociales seront de moins en moins facilement régulées dans des pays comme le Niger, exemple extrême avec un âge médian de 15,1 an. Cela signifie que la moitié des habitants ont moins de quinze ans. Le pays d’Afrique avec l’âge médian le plus élevé est la Tunisie: 31,4 ans. Comment les jeunes pourront-ils trouver un travail ?
Les crises actuelles sont aussi celles de la non intégration d’espaces enclavés dans les circuits économiques: Nord du Mali, Nord du Nigeria, République centrafricaine, Soudan du Sud.

Les défis sont donc immenses.

Source: Starafrica.com