Comment nous avons arrêté de nous inquiéter et comment nous adorons la bombe

russie003

En Russie, le domaine de la science politique est dans un état de crise. Cela est évident non seulement dans les œuvres des mystiques de la géopolitique et les charlatans de l’école ‘patriotique’, mais aussi dans les réflexions superficiels de leurs adversaires autoproclamés : les courtisans ‘libéraux’ respectables. Avec les premiers c’est clair depuis longtemps: ils sont fanatiques et scélérats ordinaires, simple comme les râteaux. C’est moins évident avec le dernier groupe. Ils sont instruits, ils maîtrisent couramment et ‘non-patriotiquement’ les langues étrangères ; ils sont chez eux en toute capitale occidentale. Ils comprennent tout à la perfection. C’est avec des représentants de cette ‘classe éduquée’ ou le problème réside. Certains ont traversé ouvertement du côté de la réaction et révèlent avec enthousiasme de la folie. D’autres  déguisent avec diligence  ses vus autoritaires dignes de l’homme des cavernes dans ses propres formes académiques.

Je voudrais aborder la dernière contribution à l’apologétique du régime de Poutine dans l’article Le Concert de Vienne du XXIe siècle, écrit par le politologue bien connu, Sergei Karaganov.

De quelle manière l’anniversaire est  glorifié?

bnf001

L’article commence par l’éloge de ‘jubilé glorieux’ – le 200e anniversaire de la défaite de Napoléon, formalisée lors du Congrès de Vienne en 1815. Un Concert des Nations a été formé au Congrès et qui avait fourni, selon Karaganov,  ‘de la paix presque absolue en Europe depuis plusieurs décennies et de l’ordre relativement pacifique pour près d’un siècle’. Cette déclaration est très controversée parce que le Congrès de Vienne a abouti à la redéfinition des frontières en Europe, ouvrant la voie à de nouvelles guerres, et parce que le but de notoire Concert des Nations était un retour à l’ordre européen qui existait avant la Grande Révolution française.

Cependant, encore plus intéressant est la raison pour laquelle l’auteur estime que le Concert des Nations a été bénéfique. Selon Karaganov, ‘l’ordre pacifique’ en Europe a été construit  ‘sans humilier la France vaincue’, et les grandes puissances qui ont créé cet ordre pacifique ont été relativement homogène et ont été «gérés par des monarques autoritaires… qui partageaient des valeurs communes … ». L’allusion pour le traitement prétendument humiliante de la Russie après sa défaite dans la guerre froide est tout à fait évidente. En outre, le rêve naïf de faire revivre un ordre par lequel  ‘les souverains homogènes, autoritaires’ font des deals eux-mêmes est tout à fait bien évident.

Comment nous avons arrêté de nous inquiéter et comment nous adorons la bombe

Yalta001

Karaganov indique également que, malgré ce que notre ‘souverain autoritaire’, Staline, a convenu avec ‘leurs souverains’ à Yalta, en Février 1945, de la Seconde Guerre mondiale est née un monde divisé, plutôt qu’un ‘concert’ des nations homogènes. Il y aurait eu une nouvelle guerre, poursuit-il, si le Dieu n’avait pas envoyé à l’humanité un arsenal nucléaire, qui a sauvé et continue à sauver ceux qui l’ont, tout en refusant la protection divine à ceux qui ont choisi de ne pas en avoir. Renoncer à son arsenal nucléaire n’a pas sauvé la Libye, déplore l’auteur, ‘correctement’ en ignorant l’autre exemple, beaucoup plus évidente et récente – l’Ukraine. La décision de l’Ukraine de renoncer à ses armes nucléaires ne l’a pas aidé de se protéger contre l’agression de la Russie. Mais la possession des armes nucléaires de la Russie l’a aidé grandement: Si la Russie voudrait saisir toute l’Ukraine, personne ne se serait battu contre elle. Selon Karaganov, c’est exactement ça qui équivaut ‘au rôle civilisateur des armes nucléaires’ dans un monde où certains gouvernements sont ‘plus égaux que d’autres’ comme on les pourrait décrire en termes d’Orwell.

La décision de l’Ukraine de renoncer à ses armes nucléaires ne l’a pas aidé de se protéger contre l’agression de la Russie. Mais la possession des armes nucléaires de la Russie l’a aidé grandement: Si la Russie voudrait saisir toute l’Ukraine, personne ne se serait battu contre elle. Selon Karaganov, c’est exactement ça qui équivaut ‘au rôle civilisateur des armes nucléaires’ dans un monde où certains gouvernements sont ‘plus égaux que d’autres’ comme on les pourrait décrire en termes d’Orwell.

Ce rôle ‘civilisatrice’ de l’arsenal nucléaire est à nouveau en grande demande en Russie qui se relève graduellement, tout en retournant aux ‘valeurs traditionnelles européennes telles que la souveraineté, un État fort, l’éthique chrétienne et les normes morales’. Et l’Occident ayant perdu ces valeurs, et « vaincus, commence à agir … en violation de presque toute norme morale, juridique ou politique, que l’Occident lui-même a proclamé. »

‘À en juger par la rage actuelle contre la demande croissante pour le respect des intérêts de la Russie’, poursuit l’auteur d’un air suffisant, ‘le pays aurait été achevé … si ses ingénieurs faméliques, ses scientifiques et ses militaires n’avaient pas sauvegardé, grâce à leurs efforts héroïques, le potentiel nucléaire du pays dans les années 1990’. L’imagination vivement peinte dans un tableau épique: patriotes héroïques qui cachent le patrimoine le plus important du pays – son arsenal nucléaire – des cohortes avides d’Eltsine qui rêvaient de s’en débarrasser tandis que l’Ouest-Traître n’a eu qu’attendre pour terminer avec la Russie. Karaganov croit-il vraiment dans tous ces contes de fées? Je me souviens qu’il a écrit différemment dans les années 1990. Peut-être que l’auteur souffre de l’amnésie? Bien sûr que non. Il se souvient parfaitement de tout. Il a décidé tout simplement de botter en touche afin de suivre la tendance à l’ordre du jour.

À présent, Karaganov prévient que le processus pour que la Russie ‘se lève de ses genoux’ ne sera pas facile. Il parle encore de cette « réaction hautement rigide et même douloureuse de l’Occident à la politique russe qui vise à arrêter l’attaque sur ses intérêts en tentant d’attirer l’Ukraine dans sa zone d’influence et de contrôle ». Vraiment, quoi de plus naturel que de prendre un morceau d’un pays voisin ou l’incitation à une rébellion séparatiste dans un autre de ses régions? Ceux-ci sont strictement des mesures défensives et préventives par rapport à un État souverain qui vu de Russie soit dans sa sphère d’intérêts ‘légitimes’. Et l’utilisation de l’Occident de ses sanctions comme son «arsenal nucléaire économique» à lui est vouée à l’échec: parce que maintenant c’est clair à tous combien c’est dangereux de se fonder sur les institutions occidentales, ces règles, ces systèmes de paiement et ses devises.

Autres géopolitique traditionnelles

Putin_and_Hu_JintaoPeace_Mission_2007

Karaganov conclut avec le retour du monde à la ‘géopolitique traditionnelle’, mais avec la mise en garde que ce sera ‘une autre géopolitique’ (apparemment les mots ‘traditionnel’ et ‘autres’ sont utilisés de manière interchangeable dans sa version de russe). Dans cette «autre géopolitique» la puissance militaire – à laquelle la Russie a compté si lourdement dans le ‘Conflit en Ukraine’ – sera d’une importance réduite. Économie jouera le rôle décisif parce que le bien-être de la population est la plus grande demande des masses. Tandis que tout ne va pas bien avec l’économie en Russie la Chine se porte bien. Et avec le Chinois, nous additionnons 1,5 milliard de personnes (la Chine a un 1,25 milliard et nous avons 140 millions). Le bloc économique le plus puissant dans le monde se lève sur l’Asie continentale – la Grande Commonwealth eurasienne – qui émergera avec l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) comme son noyau. Naturellement, il n’y a pas d’alternative à cela. Le nouveau bloc sera ouvert aux pays de l’UE, tandis que le futur rôle des États-Unis n’est pas clair. Tout d’abord, laissons inutile élite américaine de décider ce qu’elle veut. Laissons les États-Unis de suivre l’exemple de la Russie et de son ‘élite de l’esprit global, de sa diplomatie de première classe et des avantages de sa géographie’. Mais d’abord, les États-Unis devraient au moins lever les sanctions contre la Russie, en reconnaissant à la Russie le droit légal de faire avec l’Ukraine comme elle lui plaît.

L’esprit ne peut pas comprendre comment juger les compétences et l’intégrité d’un politologue qui compose, en 2015, un traité dans lequel l’absolutisme du XIXe siècle est salué comme l’avenir radieux de l’humanité tout entière. Mais nous sommes dans une ère de la Russie, pour citer les frères Strougatski, quand « On n’a pas besoin de gens intelligents. Nous avons besoin de gens loyaux. »

Eh bien, mais la réalité est encore pire

1020505073

Au début des années 1990, l’URSS a subi la défaite dans la ‘Guerre Froide’, le menant à la faillite de son système économique, politique, idéologique et gouvernemental. La Russie est devenue le successeur de l’URSS puis elle a semblée à beaucoup d’être un état proto-démocratique et libre, capable de devenir dans le temps un membre digne de la communauté démocratique occidental. Une telle Russie n’était pas du tout le perdant de la guerre froide. Elle a été le vainqueur, un pays capable de se libérer du cercle vicieux de son grand, mais tragique destin. Le monde civilisé avait admiré une telle Russie, il lui a souhaité le succès et l’a aidée, pas toujours comme nous l’aurions voulu certes. Une telle Russie avait une crédibilité sans précédent dans le monde. Et elle avait regardé son avenir avec un optimisme quelque peu naïf certes. Puis vint de nombreux échecs et les erreurs: il s’est avéré que les vieilles habitudes indignes ont la vie longue. Les certains nouvelles-là, ne sont pas mieux. Et puis le malheur, habillé en vêtements blancs de succès, est venu: les prix mondiaux des hydrocarbures ont fortement augmenté. Inattendue, en tous cas, non gagnée, la richesse a complètement corrompu notre gouvernement et notre conscience. En conséquence, la Russie s’est voit elle-même comme une version allégée de l’URSS et a sérieusement entamée la restauration de vieux ‘ordre’ dans sa taïga, dans lequel elle a l’intention d’inclure toutes les anciennes républiques soviétiques. Une nouvelle ‘doctrine Brejnev’ est sorti des profondeurs de l’inconscient des autorités. Une nouvelle ‘Guerre Froide’ est devenu inévitable. Dans cette nouvelle ‘Guerre Froide’ la Russie ne peut ni atteindre la victoire, ni subir une défaite totale: Ce n’est pas en vain que le Dieu lui a envoyé l’arsenal nucléaire.

G. K.

Bosnie-Herzégovine/ Le jour J – Catastrophe

Il est quasiment impossible de parvenir à un accord sur la réforme du système électoral telle qu’envisagée par le médiateur américain et – surtout – le médiateur européen.

Angelina Eichhorst, directrice du Service européen pour l’action extérieure (EEAS) et Matthew Palmer, l’envoyé spécial du département d’Etat pour la réforme électorale, arrivent demain pour une autre, selon la mission de la dernière tentative.

Ils cherchent à parvenir à un accord entre les dirigeants politiques de Bosnie-Herzégovine pour modifier la loi électorale et la Constitution de Bosnie-Herzégovine.

A en juger par la situation sur le terrain, la mission est vouée à un échec politique total !



Mais il a une chance de contribuer à améliorer le processus électoral lui-même.

Il faut croire que, même s’il n’y a pas de majorité des deux tiers au Parlement de Bosnie-Herzégovine, des améliorations dans le processus électoral, sa transparence et sa pureté (réduction du vol d’élections), s’il y a des élections, sont une option viable et – donc – possible au Département d’Etat.

Milorad Dodik est le premier responsable de l’échec politique des négociations.

Et multiples.

Il génère la plus grande crise en BiH depuis l’effondrement de l’agression.

Il menace de saisir la juridiction de la BiH et le fait déjà. La décision de créer une agence spéciale – entité – du médicament a été officialisée et est en cours de mise en place.

Il a répété à plusieurs reprises qu’il ne renoncerait pas à s’emparer de (toutes) les autres compétences de l’État – de l’armée et de la justice aux impôts indirects et à la sécurité alimentaire.

Il souhaite que l’entité RS soit un État de facto.

Et, de manière réaliste, rien de concret ne se dresse sur son chemin.

En revanche, en « torpillant » l’idée d’élire trois membres de la présidence de Bosnie-Herzégovine à la Chambre des peuples, il a effectivement inondé les espoirs d’un accord politique.

Il est assisté de tout cœur par son partenaire de coalition, Dragan Covic du HDZ BiH.

Pour le bloc politique qui gravite autour de Sarajevo, le paquet de changements dans la manière d’élire les membres de la présidence de BiH et de modifier les compétences de la Chambre des peuples (F) de BiH est le minimum en dessous duquel il ne faut pas descendre.

Celui qui « déballera » ce paquet sera déclaré traître.

Donc, si les élections ont lieu la première ou la deuxième semaine d’octobre de cette année, tels ou tels partis entreront dans la course avec l’hypothèque insurmontable du « traître ».

Le SDP s’est déjà exclu des négociations.

Du haut de ce parti, ils disaient qu’ils n’avaient aucun sens alors que Dodik attisait les flammes de la guerre.

Le SDP – ils l’ont souligné à plusieurs reprises – ne participera pas aux pourparlers avec Eichhorst et Palmer tant que le blocus des institutions de l’État serbe de Bosnie se poursuivra.

Pour une telle attitude, ils ont reçu un soutien considérable de la part de l’entité F BiH qui était sous le contrôle de l’armée de la République de BiH.

D’autre part, le Front démocratique de Zeljko Komsic gagne en popularité à mesure que la crise s’intensifie.

Au milieu se trouve le Parti de l’action démocratique.

Le fardeau de la responsabilité incombe à ce parti, puisqu’il est le plus fort.

Accepter tout compromis, sans la Chambre des peuples (F) BiH, serait un coup politique lourd qui lui coûterait lors des élections.


En refusant l’accord, le SDA risque d’être blâmé. Et doublement.

D’une part, une partie de l’opposition lui reprocherait la trahison, et les étrangers, notamment les Américains, les déclareraient coupables.

Au cours des négociations jusqu’à présent, les dirigeants du SDA ont également été avertis qu’ils pourraient faire face à des sanctions s’ils étaient responsables de l’échec de la réforme électorale.

De telles menaces ont du sens.

Seulement chez les Bosniaques, les sanctions américaines ont encore (un peu) de poids.

La sanction n’a pas causé de dommages visibles à Dodik. Au contraire.

Mettre Dragan Covic sur la « liste noire » des USA ne marquerait certainement pas sa fin politique. Ce serait le contraire plus tôt.

Et nous arrivons ici à l’un des problèmes essentiels de la réforme électorale.


Il est perçu comme un projet de l’Occident pour « attirer » Covic dans le fauteuil d’un membre de la présidence de BiH.

Et il existe même un nombre croissant de preuves de cette perception.

C’est notamment Eichhorst elle-même qui se positionne comme « passionnée » et agressivement en faveur du HDZ.

En réponse, elle gagne les critiqué des médias en Bosnie-Herzégovine et les exigences de plus en plus impossibles de Covic.


Sa position est aggravée par la désunion croissante de l’Union européenne. L’Allemagne, en tant qu’État le plus fort de ce bloc, a une approche légèrement différente de la réforme électorale.

Alors qu’Eichhorst représente la position de Covic, le gouvernement allemand n’entendra même pas parler du soi-disant « représentation légitime », une formule sous laquelle le leader du HDZ cache sa véritable détermination à ne rien changer à la loi électorale.

Pourquoi sortirait-il de sa zone de confort plus que lucratif et prendrait-il ses responsabilités en prenant ses fonctions (à la Présidence de BiH), alors qu’il a maintenant le pouvoir absolu (et il l’a prouvé d’innombrables fois), et aucune responsabilité !?

Au sein du gouvernement allemand, mais aussi dans certains autres gouvernements des pays de l’UE, l’attitude grandit selon laquelle la réforme électorale devrait cependant être renvoyée après les élections d’octobre.

Après tout, il devient de plus en plus clair pour les négociateurs qu’il y a un manque de « tact » face aux exigences des forces pro-bosniaques.

Dans de telles circonstances, les efforts sont voués à la débâcle !

Mais il ne faut pas abandonner.

En attendant, nous devons travailler sur le renforcement des forces qui sont pour le dialogue et mobiliser le plus de gens possible pour venir voter. L’espoir est de tisser ces deux trucs conduirait à un changement dans le paysage politique et placerait les vainqueurs des élections – principalement les adversaires de Dodik – à la table des négociations dans un climat bien meilleur qu’il ne l’est actuellement.

Théoriquement, ça sonne pas si mal…


Sead Numanović

Source: 25. 01. Le jour J – Catastrophe

Plus sur la réforme du système électoral de Bosnie-Herzégovine :
Matthew Palmer et Angelina Eichhorst encouragent les dirigeants nationaux
Du « non-papier » à une guerre rampante
Déclaration sur la crise politique en Bosnie-Herzégovine
Ouest prêt à faire des concessions à Dodik malgré les sanctions

Cirque avec des eurodéputés croates

La visite de députés européens croates à Mostar et au Parlement national croate au début de la semaine dernière, exprimant leur inquiétude face à la situation politique, soulignant la privation du droit de vote des Croates dans le pays et annonçant une aide à la stabilisation de la situation, est une bizarrerie unique dans l’histoire générale de la politique moderne et de la démocratie en Europe. Tout d’abord, à cause de l’une des députées, Zeljana Zovko, dont la déclaration spectaculaire mérite donc d’être citée intégralement : « Nous avons pour mission de déterminer l’ensemble du contexte de la situation actuelle en Bosnie-Herzégovine, en ce qui concerne les amendements à la loi électorale, et ce que nous, en tant que représentants du HDZ de la République de Croatie et membres du Parlement européen, pouvons faire pour remédier à cette situation préoccupante, l’expliquer à nos collègues du Parlement européen, mais nous sommes également ici pour répondre aux questions du public de la BiH sur ce qui est fait au Parlement européen pour que la BiH se stabilise et devient la candidate à l’adhésion »

La visite de députés européens croates au Parlement national croate soulignant la privation du droit de vote des Croates dans le pays est une bizarrerie unique dans l’histoire générale de la politique moderne et de la démocratie en Europe

Ainsi, Željana Zovko, qui, comme elle l’indique dans sa biographie officielle sur le site Internet du Parlement européen, a exercé les fonctions et fonctions suivantes : chef de cabinet du membre croate de la présidence de Bosnie-Herzégovine, conseillère en politique étrangère auprès du Conseil des ministres de Bosnie-Herzégovine, Représentant permanent de la Bosnie-Herzégovine auprès de l’Organisation mondiale du tourisme auprès du FIDA, de la FAO, du PAM, conseiller en politique étrangère auprès du Premier ministre, ambassadeur en Espagne ; représentant permanent auprès de l’Organisation mondiale du tourisme; ambassadeur non résidents au Maroc, ambassadeur en France ; Représentant permanent auprès de l’UNESCO ; ambassadeurs non-résidents en Algérie, à Monaco, en Andorre et en Tunisie, chefs de cabinet du membre croate de la présidence, associé aux relations publiques – bureau du membre croate de la présidence de BiH et couronne de tout l’ambassadeur de BiH en République italienne et ambassadeur permanent non-résidents à Malte et à Saint-Marin qu’elle a quittés pour devenir membre du Parlement européen depuis la Croatie, elle vient en Bosnie-Herzégovine pour déterminer « tout le contexte de la situation actuelle en BiH ».

C’est un scénario que même les Monty Python n’auraient pas deviné, et la chose la plus amusante dans toute l’histoire est que Zovko elle-même ne se rend pas compte que sa carrière réfute de la manière la plus convaincante les affirmations sur la mise en danger des Croates en Bosnie-Herzégovine et souligne le bizarrerie de la situation.

Nous pouvons maintenant discuter de la politique de la Croatie, qui a décidé d’accorder la citoyenneté à tous ceux qui se sentent et se déclarent croates, après quoi, logiquement, pratiquement tous les Croates de Bosnie-Herzégovine ont décidé de prendre la citoyenneté croate. Principalement parce que le passeport croate leur offre de nombreux avantages objectifs. Mais il est d’autant plus, du moins maladroit, sinon indécent, de parler de privation par rapport aux autres.

De plus, le fait qu’une bonne partie de la population qui n’a jamais quitté la Bosnie-Herzégovine, n’étant pas la diaspora croate non plus, vote aux élections croates est essentiellement indécent. Et pas pour la raison qu’elles affectent vraiment le résultat final des élections, parce que ce n’est tout simplement pas vrai, et cela ne s’est jamais produit, malgré la croyance répandue dans le public libéral de gauche qui méprise les gens de BiH. C’est impoli parce qu’il n’est pas acceptable de voter aux élections dans un autre pays sans ressentir les conséquences de son propre choix.

Le fait que Dragan Covic, en tant que membre de la présidence de Bosnie-Herzégovine, ait voté aux élections pour le président croate afin que tout le monde le voie est non seulement indécent mais aussi bizarre au-delà de toute mesure. Mais même le cas unique du président d’un pays votant à l’élection du président d’un autre pays, avec qui il devrait négocier demain pour protéger les intérêts du pays qu’il préside, bien que immémorial, est incomparable au cas de Zeljana Zovko.

C’est un scénario que même les Monty Python n’auraient pas deviné, et la chose la plus amusante dans toute l’histoire est que Zovko elle-même ne se rend pas compte que sa carrière réfute de la manière la plus convaincante les affirmations sur la mise en danger des Croates en Bosnie-Herzégovine et souligne le bizarrerie de la situation.

À savoir, il n’est ni interdit ni rare d’avoir une double nationalité. Or, au sens politique et diplomatique, il est inconcevable qu’un homme ait une fonction politique sérieuse dans laquelle il représente un pays, puis du jour au lendemain il décide de changer de loyauté et de représenter un autre pays. C’est la raison pour laquelle les États-Unis ont rejeté la proposition de Karamarko selon laquelle Ivo Banac, qui était également citoyen américain, serait l’ambassadeur de Croatie à Washington, car vous ne pouvez pas avoir une double loyauté en diplomatie.

D’où le cas de Željana Zovko, qui quitte le poste d’ambassadrice de Bosnie-Herzégovine en Italie pour devenir députée européenne croate, pour venir maintenant dans son propre pays dans lequel elle a passé toute sa vie, se familiariser avec la situation politique est un cas unique, excellent pour la recherche en sciences politiques. Et en même temps une affaire qui témoigne de façon éclatante des raisons de la méfiance à l’égard de la politique du HDZ en Bosnie-Herzégovine. C’est assez surréaliste que ce n’est pas clair pour Zovko elle-même, ainsi que pour tous ceux qui lui ont permis de faire ce tour, que ce soit non seulement impoli, mais aussi que ce ne soit pas intelligent du tout.

Dragan Markovina

Source : Cirque avec des eurodéputés croates

UE/États-Unis/ Un accord pour la désintégration de la Bosnie-Herzégovine

La politique de l’UE en Bosnie-Herzégovine – en fait dans les Balkans occidentaux au sens large – est sur une trajectoire défaillante depuis qu’elle a pris les rênes il y a une décennie et demie.
Maintenant, en coopération avec les États-Unis et le Royaume-Uni, elle cherche à camoufler cet échec par l’apaisement des séparatistes en Bosnie, tout en offrant gratuitement une victoire géopolitique à l’adversaire russe.

Cela reviendrait en effet à s’entendre avec les dirigeants nationalistes du pays dans une voie accélérée vers la désintégration ethno-territoriale de l’État – qui ne serait pas pacifique.
Pourtant, nous voyons déjà qu’un tel coup diplomatique serait présenté comme une réussite plutôt que comme un échec évitable.

C’est une pratique séculaire dans les négociations diplomatiques de presser le côté le plus faible jusqu’à ce qu’un accord soit en vue.
C’est la mission qui a amené Angelina Eichhorst, directrice générale pour l’Europe du service diplomatique de l’Union européenne, à Sarajevo la semaine dernière, exaspérant les citoyens et les décideurs politiques pro-européens et pro-américains de la BiH : faire équipe avec l’envoyé américain Matthew Palmer et serrer le principal parti bosniaque, ainsi que l’opposition non nationaliste, à accepter un accord sur la soi-disant réforme de la loi électorale qui approfondirait juridiquement et institutionnellement la division ethno-territoriale en Bosnie-Herzégovine.

Tout cela se déroule contre la pire crise du pays depuis l’accord de paix de Dayton de 1995. Le leader des Serbes de Bosnie Milorad Dodik, de mèche avec le HDZ et enhardi par Zagreb et Belgrade, a intensifié son attaque de dix ans et demi contre l’ordre constitutionnel d’après-guerre du pays, annonçant des mesures de grande envergure par les institutions de la Republika Srpska vers la sécession de cette entité de BiH.

La dernière escalade a eu lieu au cours des six derniers mois après que des diplomates européens et américains sur le terrain en Bosnie-Herzégovine, soutenus par des responsables de rang intermédiaire à Washington et à Bruxelles, aient organisé des pourparlers entre les partis sur les réformes électorales et la soi-disant « réforme constitutionnelle limitée ».
Ces pourparlers ont pris de facto la forme d’une collusion pour satisfaire les agendas nationalistes inassouvis des dirigeants politiques, en premier lieu celui de Dragan Čović, chef du HDZ BiH, le principal parti croate de Bosnie, qui veut sauvegarder sa primauté parmi les électeurs croates de Bosnie.

Le haut représentant de l’UE de l’époque en Bosnie-Herzégovine, Valentin Inzko, suite aux pressions exercées par l’UE et les États-Unis pour soutenir l’accord qu’ils négociaient, a réagi en imposant une loi contre la négation du génocide et la glorification des crimes de guerre et des criminels le dernier jour de son mandat ; un geste tout à fait personnel et moralement compréhensible, mais dépourvu de tout cadre ou soutien stratégique.



Cette décision a déclenché un débrayage des Serbes de Bosnie des institutions centrales. Cela a également rendu la vie difficile à son successeur, l’Allemand Christian Schmidt.

La nomination mal conçue de Schmidt par la chancelière allemande Angela Merkel elle-même, sans politique ni plan stratégique clair, a rendu l’escalade encore plus facile. Cela a poussé Dodik à remettre en cause la nomination même de Schmidt et plus largement l’existence du Bureau du Haut Représentant (OHR), soutenu par la Russie, qui a amplifié ses propres activités anti-occidentales concernant la BiH.

Veto russe à l’ONU

Cette décision a soulevé le risque d’un veto russe du Conseil de sécurité de l’ONU contre la force de maintien de la paix de l’UE en Bosnie-Herzégovine, l’EUFOR, dont le mandat doit être renouvelé chaque année.

Milorad Dodik est arrivé au pouvoir en tant que chef de la Republika Srpska, l’entité serbe de Bosnie-Herzégovine, en 2006, à peu près au moment où l’Union européenne a pris la direction de la communauté internationale dans le pays.

Depuis, les choses sont dans une spirale descendante. Dodik a testé les lignes rouges de l’Occident environ trois douzaines de fois en menaçant d’appeler divers référendums ou de faire une sécession pure et simple ; les réponses faibles de l’Occident ont contribué à saper l’intégrité du gouvernement central et à faire reculer les réformes très démocratiques et l’état de droit prétendument nécessaires pour que le pays fasse les progrès nécessaires pour la candidature à l’UE.



Cette fois-ci, Dodik lui-même a semblé surpris par le manque de résistance de l’UE et des États-Unis, ce qui, selon certains rapports, l’a poussé à intensifier ses menaces au-delà de l’endroit où il avait l’intention d’aller.

Il y aurait eu un geste simple pour arrêter l’aventurisme de Dodik tout en dissuadant un éventuel veto russe contre l’EUFOR. L’envoi de renforts à l’EUFOR et le déploiement de troupes de l’EUFOR et de l’Otan dans la ville stratégique de Brčko, un district autonome qui coupe la RS en deux, aurait démontré la volonté stratégique de l’UE d’empêcher un grave défi à la sécurité et à l’intégrité territoriale du pays.

Hélas, cette volonté n’existe pas – et la stratégie non plus.

Au lieu de cela, le vide laissé par l’absence d’une politique occidentale stratégique et d’une volonté politique a été comblé par les responsables de niveau inférieur Eichhorst et Palmer – qui ont tout les deux également été des acteurs cruciaux dans la dangereuse poussée UE-États-Unis vers un accord d’échange de terres ethno-territorial. entre le Kosovo et la Serbie en 2017-20.

‘Apaisement’

Et en Bosnie, ils semblent déterminés à apaiser les deux programmes nationalistes qui divisent par le biais d’un accord global : ou cantons), un élément clé sur la liste de souhaits de Dodik, en échange de l’annulation des mesures de sécession immédiates ; tandis que le HDZ BiH obtiendrait son accord de réforme de la loi électorale, lui assurant un siège à la présidence du pays à trois membres grâce à l’ingénierie électorale.

Un tel accord approfondirait la division ethno-territoriale de la Bosnie-Herzégovine et mettrait en place les contours d’un démembrement progressif, aidé, encouragé et légitimé par l’UE et les États-Unis.

Déclarer la victoire et prétendre que le pays remplissait les conditions pour fermer l’OHR (« résoudre » le problème des biens de l’État et de la défense, longtemps bloqué par les actions anticonstitutionnelles de la RS, est au cœur des conditions 5+2 de fermeture) reviendrait en même temps temps supprimer le dernier instrument exécutif de la communauté internationale pour arrêter la spirale descendante, avec l’EUFOR.

La France, les États-Unis et le Royaume-Uni semblent tous sur la bonne voie pour télégraphier un message de soutien réduit au haut représentant pour éviter un veto russe (et potentiellement chinois) à l’EUFOR prévu mercredi 3 novembre au Conseil de sécurité de l’ONU.

Moscou et Pékin n’ont pas pu opposer leur veto à la nomination de Schmidt ; ils peuvent s’opposer à l’EUFOR au CSNU.

Les capitales de l’UE, notamment Berlin et Paris, doivent enfin s’intéresser à la situation et affronter le transactionnalisme politique du Service européen pour l’action extérieure, en le remplaçant par une politique plus stratégique.


Le haut représentant Borrell doit commencer à faire son travail, comme le demande une lettre signée par les députés des quatre principaux groupes politiques du Parlement européen le 21 octobre, et remplacer Eichhorst dans son rôle actuel.

L’OHR de Christian Schmidt doit prendre au sérieux la défense de la Bosnie-Herzégovine et des accords de paix de Dayton et repousser la dangereuse impulsion de conclure des accords de l’UE et des États-Unis.

L’EUFOR devrait être renforcée à Brčko et la communauté internationale devrait s’abstenir d’une fausse urgence dans la réforme de la loi électorale de la Bosnie, au lieu de se concentrer étroitement sur l’amélioration de l’intégrité électorale. Le temps d’un changement constitutionnel global est après les élections de 2022.

Bodo Weber et Valery Perry

Source: An EU-US deal for Bosnia and Herzegovina’s disintegration

Alliance impie des nationalistes dans les Balkans

La Bosnie-Herzégovine devient de plus en plus un jouet pour les extrémistes. Les nationalistes croates et serbes ont formé une alliance. L’UE mise sur une politique d’apaisement et profite ainsi à la Russie.

Le président croate Zoran Milanovic aime le mode offensif. Surtout quand il s’agit de la Bosnie-Herzégovine, il ne connaît pas la miséricorde. Au milieu de la pandémie de la couronne, Milanovic s’est moqué du pays voisin avec un mépris non déguisé en décembre 2020: « Le savon » en Bosnie doit être utilisé en premier, puis « le parfum » – en d’autres termes: la partie musulmane du pays a d’abord besoin d’un nettoyage en profondeur. Ces tons racistes, loin de toute retenue diplomatique, viennent d’un État membre de l’UE. Certains critiques ont même parlé de jargon nazi.

Le président croate Zoran Milanovic aime le mode offensif. Surtout quand il s’agit de la Bosnie-Herzégovine, il ne connaît pas la miséricorde. Au milieu de la pandémie de la couronne, Milanovic s’est moqué du pays voisin avec un mépris non déguisé en décembre 2020: « Le savon » en Bosnie doit être utilisé en premier, puis « le parfum » – en d’autres termes: la partie musulmane du pays a d’abord besoin d’un nettoyage en profondeur

Peu de temps avant Noël, Milanovic a ajouté plus d’huile sur le feu. Cette fois, il y avait un chapitre très sensible de l’histoire de la Bosnie : le génocide de Srebrenica. Pour le président croate, le massacre de Srebrenica ne montre que des « éléments de génocide ». Selon lui, la notion de génocide est déjà très étendue, comme s’il n’y avait pas de critères en droit international pour les crimes visant à l’extermination de groupes ethniques ou religieux entiers. Compte tenu des innombrables verdicts relatifs aux crimes commis à Srebrenica, compte tenu de la masse de témoignages documentés devant le Tribunal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), ces déclarations sont scandaleuses.

Ils sont l’expression du refus généralisé de la Croatie d’affronter le passé. Le plus jeune membre de l’UE défend habilement son propre rôle dans la guerre de Bosnie. A ce jour, il n’y a pas de bilan critique de la politique agressive de feu le président Franjo Tudjman, qui s’est mis d’accord sur le partage de la Bosnie avec son homologue serbe Slobodan Milosevic en pleine guerre contre la Serbie.

Alliance impie des nationalistes: Dragan Covic et Milorad Dodik

Révisionnisme et agressivité

Et l’époque du régime fasciste oustachi, qui a commis des crimes aux côtés de l’Allemagne nazie, n’est presque officiellement pas mentionnée en Croatie. Les réinterprétations historiques révisionnistes, en revanche, sont répandues : dans un rapport international publié en 2019 par des universitaires de l’Université de Yale sur le révisionnisme de l’Holocauste, la Croatie est mentionnée comme l’un des précurseurs.

Depuis son adhésion à l’UE le 1er juillet 2013, la Croatie est devenue de plus en plus quelqu’un qui crée des problèmes dans Balkans occidentaux. La politique étrangère s’accompagne souvent de tons agressifs, en particulier envers le gouvernement de l’État bosniaque à Sarajevo. Au lieu de la réconciliation et du bon voisinage, la Croatie fait tout ce qui est en son pouvoir pour faire des anciens objectifs de guerre de Tudjman une réalité – cette fois par la diplomatie.

Depuis son adhésion à l’UE le 1er juillet 2013, la Croatie est devenue de plus en plus quelqu’un qui crée des problèmes dans Balkans occidentaux. La politique étrangère s’accompagne souvent de tons agressifs, en particulier envers le gouvernement de l’État bosniaque à Sarajevo. Au lieu de la réconciliation et du bon voisinage, la Croatie fait tout ce qui est en son pouvoir pour faire des anciens objectifs de guerre de Tudjman une réalité – cette fois par la diplomatie.

Système d’apartheid pour la Bosnie

Zagreb vise à créer une troisième « entité » en Bosnie, dominée par les Croates, analogue à la Republika Srpska. Cela affaiblirait davantage la nature multiethnique de la Bosnie et, en fin de compte, transformerait le système étatique du pays en un système d’apartheid.

Des représentants de l’Union démocratique croate (HDZ) au pouvoir en Croatie font pression à Bruxelles pour modifier la loi électorale de Bosnie-Herzégovine. L’objectif est de consolider le pouvoir du parti frère dans l’Etat voisin – et donc le sien. En Bosnie même, le HDZ extrémiste de Bosnie-Herzégovine (HDZ BiH) et son leader radical Dragan Covic coopèrent de plus en plus sans vergogne avec le parti du représentant serbe à la présidence de Milorad Dodik. Son parti, l’Alliance des sociaux-démocrates indépendants (SNSD), a fait les premiers pas il y a une semaine pour séparer la Republika Srpska de l’Etat bosniaque.

Le dilemme de la politique balkanique de l’UE

Et l’UE ? Elle ne réagit pas à la relativisation du génocide par le président croate. Il n’y a rien pour tenter de contrer l’action dangereuse dans les Balkans occidentaux. Au lieu de combattre les extrémistes, qui tiennent la Bosnie sous contrôle, le commissaire européen à l’élargissement, Oliver Varhelyi, de Hongrie, ainsi que son homologue néerlandaise Angelina Eichhorst, condescendent envers ceux qui tentent de perturber la paix européenne.

La Ministre allemande des affaires étrangères Annalena Baerbock demande de nouvelles sanctions contre Dodik

La nouvelle ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock fait pression pour des sanctions en réaction aux dernières mesures de sécession – mais le Premier ministre hongrois Viktor Orban l’exclut catégoriquement. Le populiste de droite islamophobe est même venu à Banja Luka et a manifestement soutenu l’instigateur de la guerre Dodik et sa politique dangereuse.

Il y a un dilemme visible de la politique actuelle de l’UE envers les Balkans : avec le commissaire à l’élargissement Varhelyi, le bras étendu d’Orban, en coopération avec d’autres acteurs ilibéraux de Zagreb, Ljubljana et Belgrade, maintient d’excellents contacts avec le gouvernement russe à Moscou. Ainsi, les attaques actuelles des extrémistes croates et serbes contre le système de paix en BiH ne sont pas un hasard : avec le déploiement de troupes russes à la frontière avec l’Ukraine, c’est le deuxième front ouvert par Vladimir Poutine pour déstabiliser l’Europe.

Et l’UE ? Elle ne réagit pas à la relativisation du génocide par le président croate. Il n’y a rien pour tenter de contrer l’action dangereuse dans les Balkans occidentaux. Au lieu de combattre les extrémistes, qui tiennent la Bosnie sous contrôle, le commissaire européen à l’élargissement, Oliver Varhelyi, de Hongrie, ainsi que son homologue néerlandaise Angelina Eichhorst, condescendent envers ceux qui tentent de perturber la paix européenne

Si l’UE, face à ces menaces, poursuit sa politique de compromis, le nouveau gouvernement allemand devra s’engager avant tout à mettre fin à la déstabilisation des Balkans occidentaux.
Jasmila Žbanić, réalisateur bosniaque, qui dans son film « Quo Vadis Aida » traite des omissions fatales de la communauté internationale avant et pendant le génocide de Srebrenica, prévient avec raison : « L’Occident doit tirer les leçons de sa programmation dans les années 1990 et réagir avant que la violence ne se reproduise. « 

Source: Što hrvatski predsjednik ima protiv Bosne?

« Nous sommes plus près d’une guerre que jamais au cours des dernières décennies » par Dmitri Trenin


Dmitri Trenin sur le bras de fer entre la Russie et l’Ukraine et une sortie de crise – Interview de Jörg Lau et Michael Thumann (Die Zeit)

DIE ZEIT : M. Trenin, vous avez servi comme officier dans l’armée soviétique et russe, presque personne ne pourrait mieux répondre à la question : sommes-nous confrontés à une guerre en Europe de l’Est ?

Dmitri Trenin : Je pense que la guerre est possible dans cette partie de l’Europe. Je ne pense pas que ce soit inévitable, mais nous sommes plus près de la guerre que nous ne l’avons été depuis des décennies.

ZEIT : Qu’a apporté le sommet de crise vidéo des présidents russe et américain ?

Trenin : La conversation de deux heures a provoqué une certaine détente du côté ouest. Joe Biden peut dire qu’il a dissuadé Vladimir Poutine d’une invasion qui n’était pas prévue actuellement.

ZEIT : Mais de plus en plus de troupes sont amenées à la frontière avec l’Ukraine, le gouvernement parle de plus de 110 000 soldats russes. À quel point la situation est-elle dangereuse ?

Trenin : Au Kremlin, j’entends la situation un peu différemment. Ils prétendent que l’Ukraine prépare une provocation majeure dans le Donbass…

ZEIT : … la région séparatiste qui est largement sous le contrôle des séparatistes pro-russes …

Trenin : … afin que le président ukrainien Volodymyr Zelenskyj reçoive plus de soutien populaire et que l’Ukraine reçoive plus d’aide de l’Occident. Une telle provocation forcerait la Russie à donner une réponse massive, après quoi il a été calculé qu’il y aurait plus de sanctions contre la Russie. L’Ukraine, quant à elle, deviendrait un rempart contre la Russie en tant que candidate à une adhésion à part entière à l’OTAN.

ZEIT : Mais est-ce que quelqu’un croit sérieusement que l’Ukraine pourrait rejoindre l’OTAN ?

Trenin : Ce ne serait pas seulement un problème pour la Russie d’adhérer à l’OTAN. Moscou craint que l’Ukraine ne se transforme en un porte-avions insubmersible qui recevrait plus d’armes des États-Unis et des Alliés, un terrain de jeu pour plus d’exercices, une escale pour les forces navales occidentales. Poutine a déclaré que l’Ukraine pourrait permettre aux États-Unis de déployer des missiles qui pourraient atteindre Moscou en quelques minutes. Cela rappelle l’évaluation faite par John F. Kennedy en 1962, lorsque l’Union soviétique a stationné des missiles nucléaires à Cuba. Du point de vue des dirigeants russes, cela pourrait être un moment cubain.

ZEIT : Le gouvernement est-il sérieux au sujet de la menace, ou est-ce simplement du bluff ?

Trenin : Je ne pense pas que ce soit du bluff. Le déploiement actuel est plus qu’un exercice. Je pense que c’est dissuasif. Mais la Russie se prépare à un éventuel recours à la force. Depuis 2014, Poutine a un mandat parlementaire pour utiliser la force militaire à travers l’Ukraine. Le gouvernement considère le stationnement des troupes et les manœuvres comme des outils dans sa boîte à outils.

ZEIT : De quoi dépend la décision de Poutine ?

Trenin : Le Kremlin évaluera probablement s’il est plus logique de s’attaquer à cela maintenant ou d’attendre quelques années de plus. Y aura-t-il un gouvernement ukrainien plus ouvert au dialogue avec la Russie ? Ou les choses vont-elles empirer, l’Ukraine obtiendra-t-elle plus d’armes des États-Unis et de ses alliés et sera-t-elle un adversaire plus coriace qu’elle ne l’est aujourd’hui ? L’Ukraine est déjà plus forte aujourd’hui qu’elle ne l’était en 2014. Du point de vue du Kremlin, elle peut devenir une menace existentielle pour la Russie. Par conséquent, l’intervention pourrait être le seul moyen d’éviter que le pire ne se produise.

ZEIT : Mais comment l’Ukraine peut-elle être une « menace existentielle » pour la plus puissante Russie ?

Trenin : Poutine ne pense pas qu’à l’Ukraine. Le principal problème est l’infrastructure militaire occidentale près de la Russie. Il parle de missiles américains qui pourraient y être stationnés.

ZEIT : On ne sait rien de tels plans.

Trenin : Exactement, ce serait une mesure préventive de Poutine pour empêcher quelque chose qui pourrait se produire à l’avenir. Poutine pense que l’Occident ne comprend que le langage de la force. La dissuasion lui semble être le bon moyen d’amener l’Occident à la table des négociations. L’Ukraine est beaucoup plus importante pour la Russie que pour l’Amérique. En cas d’urgence, la Russie est prête à se battre pour cela, l’Amérique ne l’est pas. Et l’OTAN n’interférera certainement pas dans un conflit russo-ukrainien. Si la guerre éclate, l’armée ukrainienne sera rapidement vaincue. Il est probable que le chaos règne en Ukraine, peut-être que l’État s’effondrera. Et l’Occident imposera des sanctions à la Russie.

ZEIT : Poutine a déclaré l’été dernier que les Russes et les Ukrainiens formaient « un seul peuple », « un tout uni ». Quel rôle joue la perspective culturelle dans les considérations stratégiques ?

Trenin : Poutine a répété à plusieurs reprises que les Ukrainiens et les Russes sont « un seul peuple ». Il y a un groupe en Ukraine qui est actuellement dominant, mais ce groupe doit être remplacé pour que les bons Ukrainiens et les bons Russes puissent se réunir. Je le vois différemment. Ce serait un désastre pour la Russie d’annexer ou d’être responsable de l’Ukraine.

ZEIT : La Russie veut des garanties de sécurité occidentales et envoie ses militaires à la frontière pour cela. Mais c’est précisément pourquoi l’Occident ne peut pas dire que nous n’accepterons jamais l’Ukraine dans l’OTAN. Mais si l’Occident arme l’Ukraine en retour, cela justifie le cap de Poutine. Comment faire face à ce dilemme ?

Trenin : Je ne vois pas que l’OTAN puisse et donnera l’assurance souhaitée. Je ne peux pas imaginer que le Sénat américain prenne une décision juridiquement contraignante selon laquelle l’Ukraine ou la Géorgie ne pourront jamais rejoindre l’OTAN. Les exigences russes ne peuvent être satisfaites.

ZEIT : À quoi d’autre Poutine pourrait-il s’intéresser ?

Trenin : Poutine serait intéressé à mettre pleinement en œuvre l’accord de Minsk. Avec un statut spécial pour le Donbass dans la constitution, avec une amnistie pour les séparatistes, avec des élections avant que l’Ukraine ne prenne le contrôle de la frontière avec la Russie. Mais si les tensions persistent, Moscou peut reconnaître les républiques de Donetsk et de Lougansk et y stationner ses troupes. Alors, soit le silence reviendra dans le Donbass, soit la vraie guerre éclatera.

ZEIT : Et à quoi pourrait ressembler militairement un compromis ?

Trenin : Les exercices militaires seraient limités et les mouvements de troupes seraient clairement identifiés comme des manœuvres. La Russie ne ferait plus peur à l’Ukraine avec des manœuvres qui ne se distinguent pas des préparatifs d’attaque. Les États-Unis n’autoriseraient plus les bombardiers stratégiques à voler à 20 kilomètres ou moins de la frontière russe. Cela a irrité Poutine. Les Américains s’abstiendraient de stationner des missiles en Ukraine, ce qui, soit dit en passant, n’a aucun sens car les États-Unis ont déjà des missiles disponibles sur des navires et des sous-marins.

ZEIT:  La politique russe actuelle semble absurde : d’une part, ils veulent utiliser des gestes de puissance pour empêcher l’Ukraine de dériver complètement dans le camp occidental, mais la position agressive rapproche l’Ukraine de plus en plus de l’OTAN.

Trenin : Peut-être. Mais ça ne doit pas être comme ça. Malgré toutes les tensions, plus d’un tiers des Ukrainiens ne voient pas la Russie comme un ennemi. Peut-être que l’Ukraine devrait prendre la Finlande comme exemple. Malgré les deux guerres avec la Russie, la Finlande a trouvé un modus vivendi avec l’Union soviétique entre les blocs de la guerre froide. Et est devenu l’un des pays européens les plus prospères.

Les troupes russes occupent la Crimée ukrainienne, qui est annexée par Moscou peu de temps après après un référendum. Dans le sud-est de l’Ukraine, des séparatistes soutenus par la Russie prennent le contrôle de certaines parties du Donbass ukrainien.

ZEIT : Comment cela est-il censé fonctionner compte tenu des images ennemies dominantes ? Le gouvernement russe présente l’Ukraine comme un État fasciste, l’Ukraine considère la Russie comme l’agresseur.

Trenin : C’est vrai, mais l’aliénation pourrait aussi avoir un côté positif à long terme. Peut-être est-ce une guérison lorsque les Ukrainiens et les Russes cessent de se percevoir comme faisant partie du même peuple et apprennent plutôt à vivre ensemble comme des étrangers. Les guerres civiles sont souvent plus cruelles que les conflits entre États indépendants.

ZEIT : Mais en Russie, il faudrait renoncer à l’idée que « l’Ukraine est à nous », c’est-à-dire russe pour toujours ?

Trenin : Oui, c’est une idée archaïque, sans aucun fondement dans la réalité. Il vaudrait mieux que la Russie ne considère pas l’Ukraine géopolitiquement comme faisant partie du monde russe. Pour moi, rien n’empêche l’Ukraine de s’efforcer d’établir des relations plus étroites avec l’UE. Je le verrais sans regret si nous nous débarrassions définitivement de l’Ukraine. Laissons l’UE s’occuper d’eux ! La libération de la Russie de l’Ukraine est tout aussi importante que, inversement, la libération de l’Ukraine de la Russie.

ZEIT : L’UE pense que la Russie mène une guerre hybride contre l’Europe – avec des migrants en Biélorussie, des cyberattaques, des marches de troupes et des prix élevés du gaz. Voyez-vous une stratégie centrale derrière cela ?

Trenin : L’image d’une guerre hybride avec une stratégie russe globale ingénieuse, alors que l’UE se tient là comme une victime impuissante, est une déformation de la réalité. Le fait qu’une telle chose soit considérée comme plausible montre que la relation entre la Russie et l’Europe s’est rompue. Les Européens avaient espéré que la Russie deviendrait un partenaire. Frank-Walter Steinmeier a proposé un « partenariat de modernisation » en 2010 et signifiait non seulement des réformes économiques mais aussi des réformes politiques de grande envergure. Cette idée a finalement échoué en 2014 dans la crise ukrainienne. L’Europe n’est plus aujourd’hui un modèle pour la Russie, et ce n’est plus un mentor non plus. C’est une rupture historique. Depuis Pierre le Grand, la Russie regarde vers l’ouest. Aujourd’hui, les Russes ne luttent plus pour l’Europe et n’attendent plus aucune aide. Le problème : les deux parties n’ont plus d’idées pour leur relation. La Russie et l’UE – que sont-ils l’un pour l’autre ? Plus partenaire. Des adversaires aussi ?

Continuer la lecture: « Wir sind einem Krieg näher als je in den vergangenen Jahrzehnten »

Traduction: A. Isakovic

September Briefing #2

 “I’m of the opinion that it’s okay to be silent, to not speak if you don’t have anything to say.”
Cate Blanchett


By Azra Isakovic

Tuesday, Sept. 21, 2021

Good Afternoon

Welcome to Your September Briefing #2

Featured

Chine – Les opérations d’influence chinoises – Un moment machiavélien, Paul Charon et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer | IRSEM – RAMH | IRSEM

Books

UK – The Rise and Fall of the British Nation. A Twentieth-Century History, David Edgerton | Penguin Books
Neoliberalism – Market Civilizations, Quinn Slobodian & Dieter Plehwe | Zone Books | Princeton University Press
Neoliberalism – The Triumph of Broken Promises: The End of the Cold War and the Rise of Neoliberalism, Fritz Bartel | Harvard University Press

Must-Reads

FranceMiroir, mon beau miroir, dis-moi si je suis encore une grande puissance? Jean-Do Merchet | l’Opinion
China – China’s ’Dual Cycle’ development model and the digital revolution, Emily de La Bruyere | Hinrich Foundation
China – Is Evergrande « China’s Lehman moment »? by Adam Tooze
Europe‘Brussels as the new Moscow’ | International Politics & Society
Aukus The new Australia, UK, and US nuclear submarine announcement | Bulletin of the Atomic Scientists
AukusIs the AUKUS alliance meaningful or merely provocation? | Chatham House
Aukus The Observer view on Anglo-French relations, Observer editorial | The Guardian
AukusMaking waves in the Pacific: how Boris Johnson’s Global Britain went rogue, Simon Tisdall | The Guardian
Economy How and why the idea of a national economy is radical, David Edgerton [PDF]  
UK L’ascension, la chute… et l’éclatement de la nation britannique ?  ITW de David Edgerton, Louis de Catheu | GEG
Europe Europe’s reputation as a cosmopolitan haven has been exposed as a mirage, Hans Kundnani | The Guardian

Research & Analysis

GlobalGlobal Catastrophic – Risks 2021: Navigating the Complex Intersection | Global Challenges Foundation
UK/ChinaThe UK and China’s security and trade relationship: A strategic void. | UK Parliament
EU/US/China : Hybrid Multilateralism and the Limits of Prioritizing Values, Kerry Brown | GlobalSummitry

Podcasts

Is A Cold War With China Inevitable? Kerry Brown with Owen Jones 

September Briefing #1

I’m not a synonym – I’m a proper noun.
Clarice Lispector.


By Azra Isakovic

Sunday, September 5

Welcome to Your September Briefing #1

Featured

Chartbook on Shutdown #2: Writing in medias res, by Adam Tooze


Le nouveau visage du pouvoir, par Lorenzo Castellani | GEG

Books


Review – Shutdown: How Covid shook the world’s economy by Adam Tooze | The TLS
9/11 – The books of the last two decades show how America failed, Carlos Lozada | WaPo
Puissances mondialisées, Bertrand Badie | Éditions Odile Jacob
The New Apartheid – Sizwe Mpofu-Walsh,  NB Publishers
Adventure Capitalism , Raymond B Craib | PM Press
9/11 – The Terror of War, Samuel Moyn | The Nation


Must-Reads

9/11 – How we paid for the War on Terror, Adam Tooze
La menace de la gauche illibérale , Lorenzo Castellani | TEMPI
Inter pacem et bellum nihil medium, Céline Jouin | GEG
America Is Giving the World a Disturbing New Kind of War, Samuel Moyn | New York Times
Demain, la guerre de tous contre tous? Raffaele Alberto Ventura  | GEG
Video – Bruegel panel with Jean Pisani-Ferry, Sabine Weyand and Hélène Rey, Adam Tooze


China – How Much Does Beijing Control the Ethnic Makeup of Tibet? By Andrew M. Fischer | ChinaFile
China – The Power of the Party , Macabé Keliher | Boston Review

Research & Analysis

World Social Protection Report 2020  | ILO


The Internet and the Pandemic | Pew Research Center
Towards a New Paradigm in Open Strategic Autonomy? Eric Van den Abeele | ETUI
A year like no other, Gian Maria Milesi-Ferretti | Brookings Institution
Promoting Peace and Stability in the Maritime Order Amid China’s Rise, Rachel Esplin Odell | Quincy
The Future of the International System | CSIS

Podcasts

Tooze and Klein on Chinese Growth Miracles, Hyperinflation, and Napoleonic Authoritarians, by Jordan Schneider | China Talk

L’Inde, une puissance en tensions, par Sabine Jansen

L‘Inde, «de qui toute la terre a besoin et qui seule n’a besoin de personne », écrivait Voltaire dans l’Essai sur les mœurs (1756), possède un pouvoir d’attraction à la hauteur des mythes dont elle est porteuse. La littérature et, plus récemment, le cinéma ont contribué à forger ces images, entre cliché et réalité, qu’éveille toute évocation de l’ancien joyau de l’Empire britannique. De L’Inde sans les Anglais de Pierre Loti (1903), du Kim de Rudyard Kipling (19ÔO), à La Cité de la Joie de Dominique Lapierre pour la littérature, de La Révolte des Cipayes à Coup de foudre à Bollywood en passant par Gandhi, pour le cinéma, l’Inde lointaine habite nos imaginaires.

Pour le poète mexicain Octavio Paz qui y avait été ambassadeur, « l’Inde est plus vaste que le monde » et cette dimension la rend difficile à cerner. Immense (3,2millions de km2), populeuse (1,38 milliard d’habitants), plurielle (28 États et 8 territoires), l’Union indienne est aussi un miracle linguistique (plus de 1000 langues) et un chaudron religieux où coexistent hindouistes, bouddhistes, sikhs, musulmans, chrétiens… 1

Riche de tous les contrastes, la patrie de Gandhi, apôtre de la non-violence, est aussi celle où près de deux millions de femmes sont assassinées chaque année et où les conflits intercommunautaires sont parmi les plus meurtriers au monde. Présentée dans les manuels scolaires comme «la plus grande démocratie du monde », identifiée en 2001 par la banque d’investissement Goldman Sachs comme l’une des puissances émergentes à forte croissance du groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), l’Inde est en proie aujourd’hui à de fortes secousses internes et à des défis extérieurs, susceptibles d’entacher son statut de « puissance fiable dépourvue d’ambitions hégémoniques »2.

Économie : brio et pesanteurs

Le slogan électoral du BJP (Bharatiya Janata Party, Parti du peuple indien) en 2014, «les beaux jours arrivent », n’est plus d’actualité. Certes, en 2019, le candidat du parti nationaliste hindou, Narendra Modi, a été réélu et reconduit comme Premier ministre de la cinquième puissance économique mondiale (devant la France), mais l’économie a connu la même année sa croissance la plus faible depuis sept ans (6,1%). La consommation intérieure, l’investissement privé et les exportations ont considérablement ralenti, alors que l’inflation flirte avec les 7 %. Le déficit budgétaire est de plus de 7 % et le niveau de la dette publique atteint 70 % du PIE, que la pandémie de la Cuvid-19 a fait chuter de 24 % en 2020, aggravant la situation.

Pourtant, l’Inde est devenue un géant, réalisant en l’espace de trente ans une réforme économique marquée par une libéralisation progressive, qualifiée de «furtive» en raison de sa prudence, mais qui n’en constitue pas moins une véritable révolution. Quatrième puissance agricole du monde, elle est le second plus important producteur de bétail. Si la part de l’agriculture a baissé ces dernières années, elle représente encore 15% du PIE et occupe 43 % de la population active.

Mais c’est d’abord le secteur tertiaire qui a porté le spectaculaire taux de croissance du pays depuis 2003 et qui contribue à 59 % de son PIB avec seulement 32 % de la main d’œuvre. Elle est une exportatrice majeure de services informatiques, brillant dans la création des logiciels comme dans la fourniture de services de sous-traitance commerciale, avec des pôles technologiques de premier plan (Hyderabad, Bengaluru). Le secteur manufacturier, adossé au charbon dont l’Inde est le troisième producteur, compte deux fleurons : le textile et l’industrie chimique. Plusieurs entreprises comme Tata, Arcelor Mittal ou l’Indian Space Research Organisation (lSRO) dans l’industrie spatiale attestent de son rayonnement économique mondial. Mukesh Ambani, classé cinquième fortune mondiale en 2020 par le magazine Forbes, symbolise la réussite indienne avec sa compagnie Reliance Industries Limited.

Il incarne le capitalisme de ces élites indiennes passées de l’industrie lourde traditionnelle, dont Ambani est l’héritier, aux Data et à la high-tech.
L’industrie emploie toutefois moins d’un quart de la main d’œuvre et représente à peine 26 % du PIE. En 2014, le gouvernement a lancé un plan « Make in India », assorti d’une autre injonction « Make for the World », avec l’ambition d’attirer les investissements étrangers. Les résultats se font pourtant attendre en raison d’une bureaucratie tatillonne, d’une corruption omniprésente et d’infrastructures de transports et de fourniture d’énergie insuffisantes. En 2020, le gouvernement a annoncé un plan de relance de 246 milliards d’euros assorti de réformes, visant à davantage d’autonomie et de souveraineté industrielle : l’Inde est certes la plus grande pharmacie de la planète mais 70 % des principes actifs utilisés par ses firmes sont fabriqués en Chine.
Pour y remédier, 24 « secteurs champions » ont été identifiés pour les dix ans à venir. Ils s’appuient sur les cinq corridors industriels ou économiques qui relient les plus grandes agglomérations, Delhi , Mumbai, Kolkata, Chennai, Bengaluru et Ahmedabad. Ces zones modernisées doivent contribuer à créer des emplois3 dans un pays où le chômage, estimé à au moins 6 % de la population, n’a jamais été aussi élevé depuis 45 ans. En 2018, la compagnie des chemins de fer indiens a reçu 25 millions de candidatures pour 90000 postes à pourvoir…

Pour lire la suite: L’Inde: une puissance singulière | Questions internationales N° 106 – Mars-avril 2021

Notes

1 Les données chiffrées et statistiques qui figurent dans cette ouverture sont celles données avec leurs sources par les auteurs dans les contributions qui suivent.
2 Isabelle Saint-Mézard,« L’Inde en Asie de l’Est: engagement sous réserve ? », Politique étrangère, 2-20 12, p.371.
3 Philippe Cadène et Yves-Marie Rault,« Les corridors industriels en Inde. Entre libéralisation du capital productif et stratégies de développement régional », EchoGéo [en ligne], 49/2019, mis en ligne le 23 octobre 2019, https://doi.org/IOAOOO/echogeo.17830

Think Tanks – Ifri et les think tanks français : apparition et essor Sabine Jansen | SoundCloud


Your Friday Briefing

“You can do everything with bayonets, but you are not able to sit on them”
Otto Von Bismarck


By Azra Isakovic

Friday, April 30, 2021

Good morning

Welcome to Your Friday Briefing

Featured

Imperialism – The Enduring Legacy of Kwame Nkrumah, An interview with William Shoki, Benjamin Talton, Anakwa Dwamena | Tribune

Books

France/Afrique – Le piège africain de Macron, Antoine Glaser, Pascal Airault | Fayard
Review – The influence of the Soviet economic model and the lessons for China  Branko Milanovic | Global inequality
Review – Kubrick’s Human Comedy, Andrew Delbanco | The New York Review of Books

Must-Reads

US – Biden’s 100-day strategy: Under-promise and over-deliver, Elaine Kamarck | Brookings
US – The Biden 100-Day Progress Report | Foreign Policy
US/Germany – Joe Biden’s 100 Days of Solitude: How Germany is botching the transatlantic restart with the new US administration, Thomas Kleine-Brockhoff and Andrea Rotter | IPQ
Egypt – Is History Coming for Sisi’s Regime?  Robert Kaplan | Foreign Policy
India – India’s ‘Scenes From Dante’s Inferno’  Zarir Udwadia | Financial Times
China – The Hidden Weakness of China’s Military  Steve Sacks | The Diplomat
US/China – How to Fight a Maritime War Against China  James Holmes | 1945
India – India’s Covid Tsunami  Shashi Tharoor | Project Syndicate
China – China Grows Military Education Diplomacy in Cen. Asia  Erica Marat | PONARS
US/Taiwan/China – Washington Avoids Tough Questions on Taiwan and China  Charles Glaser | FA
Germany/Climate – ‘Historic’ German ruling says climate goals not tough enough, Kate Connolly | The Guardian
EU/China – The Belt and Road Initiative: Forcing Europe to Reckon with China? Jennifer Hillman and Alex Tippett | Council on Foreign Relations

Research & Analysis

Arms Control – The Future of Strategic Arms Control, Rebecca Lissner | Council on Foreign Relation
Digital/Security – Quantifying Risk: Innovative Approaches to Cybersecurity, Adam Bobrow | GMF
Health/Global – Pandemic preparedness and response: Beyond the WHO’s Access to COVID-19 Tools Accelerator, Kaushik Basu, Lawrence Gostin and Nicole Hassoun | Brookings
EU – The EU’s arms control challenge, Clara Portela | EUISS

Podcast

100 premiers jours de Biden – Joe Biden, le révolutionnaire qu’on n’attendait pas | L’Heure du Monde