Bosnie-Herzégovine/ Le jour J – Catastrophe

Il est quasiment impossible de parvenir à un accord sur la réforme du système électoral telle qu’envisagée par le médiateur américain et – surtout – le médiateur européen.

Angelina Eichhorst, directrice du Service européen pour l’action extérieure (EEAS) et Matthew Palmer, l’envoyé spécial du département d’Etat pour la réforme électorale, arrivent demain pour une autre, selon la mission de la dernière tentative.

Ils cherchent à parvenir à un accord entre les dirigeants politiques de Bosnie-Herzégovine pour modifier la loi électorale et la Constitution de Bosnie-Herzégovine.

A en juger par la situation sur le terrain, la mission est vouée à un échec politique total !



Mais il a une chance de contribuer à améliorer le processus électoral lui-même.

Il faut croire que, même s’il n’y a pas de majorité des deux tiers au Parlement de Bosnie-Herzégovine, des améliorations dans le processus électoral, sa transparence et sa pureté (réduction du vol d’élections), s’il y a des élections, sont une option viable et – donc – possible au Département d’Etat.

Milorad Dodik est le premier responsable de l’échec politique des négociations.

Et multiples.

Il génère la plus grande crise en BiH depuis l’effondrement de l’agression.

Il menace de saisir la juridiction de la BiH et le fait déjà. La décision de créer une agence spéciale – entité – du médicament a été officialisée et est en cours de mise en place.

Il a répété à plusieurs reprises qu’il ne renoncerait pas à s’emparer de (toutes) les autres compétences de l’État – de l’armée et de la justice aux impôts indirects et à la sécurité alimentaire.

Il souhaite que l’entité RS soit un État de facto.

Et, de manière réaliste, rien de concret ne se dresse sur son chemin.

En revanche, en « torpillant » l’idée d’élire trois membres de la présidence de Bosnie-Herzégovine à la Chambre des peuples, il a effectivement inondé les espoirs d’un accord politique.

Il est assisté de tout cœur par son partenaire de coalition, Dragan Covic du HDZ BiH.

Pour le bloc politique qui gravite autour de Sarajevo, le paquet de changements dans la manière d’élire les membres de la présidence de BiH et de modifier les compétences de la Chambre des peuples (F) de BiH est le minimum en dessous duquel il ne faut pas descendre.

Celui qui « déballera » ce paquet sera déclaré traître.

Donc, si les élections ont lieu la première ou la deuxième semaine d’octobre de cette année, tels ou tels partis entreront dans la course avec l’hypothèque insurmontable du « traître ».

Le SDP s’est déjà exclu des négociations.

Du haut de ce parti, ils disaient qu’ils n’avaient aucun sens alors que Dodik attisait les flammes de la guerre.

Le SDP – ils l’ont souligné à plusieurs reprises – ne participera pas aux pourparlers avec Eichhorst et Palmer tant que le blocus des institutions de l’État serbe de Bosnie se poursuivra.

Pour une telle attitude, ils ont reçu un soutien considérable de la part de l’entité F BiH qui était sous le contrôle de l’armée de la République de BiH.

D’autre part, le Front démocratique de Zeljko Komsic gagne en popularité à mesure que la crise s’intensifie.

Au milieu se trouve le Parti de l’action démocratique.

Le fardeau de la responsabilité incombe à ce parti, puisqu’il est le plus fort.

Accepter tout compromis, sans la Chambre des peuples (F) BiH, serait un coup politique lourd qui lui coûterait lors des élections.


En refusant l’accord, le SDA risque d’être blâmé. Et doublement.

D’une part, une partie de l’opposition lui reprocherait la trahison, et les étrangers, notamment les Américains, les déclareraient coupables.

Au cours des négociations jusqu’à présent, les dirigeants du SDA ont également été avertis qu’ils pourraient faire face à des sanctions s’ils étaient responsables de l’échec de la réforme électorale.

De telles menaces ont du sens.

Seulement chez les Bosniaques, les sanctions américaines ont encore (un peu) de poids.

La sanction n’a pas causé de dommages visibles à Dodik. Au contraire.

Mettre Dragan Covic sur la « liste noire » des USA ne marquerait certainement pas sa fin politique. Ce serait le contraire plus tôt.

Et nous arrivons ici à l’un des problèmes essentiels de la réforme électorale.


Il est perçu comme un projet de l’Occident pour « attirer » Covic dans le fauteuil d’un membre de la présidence de BiH.

Et il existe même un nombre croissant de preuves de cette perception.

C’est notamment Eichhorst elle-même qui se positionne comme « passionnée » et agressivement en faveur du HDZ.

En réponse, elle gagne les critiqué des médias en Bosnie-Herzégovine et les exigences de plus en plus impossibles de Covic.


Sa position est aggravée par la désunion croissante de l’Union européenne. L’Allemagne, en tant qu’État le plus fort de ce bloc, a une approche légèrement différente de la réforme électorale.

Alors qu’Eichhorst représente la position de Covic, le gouvernement allemand n’entendra même pas parler du soi-disant « représentation légitime », une formule sous laquelle le leader du HDZ cache sa véritable détermination à ne rien changer à la loi électorale.

Pourquoi sortirait-il de sa zone de confort plus que lucratif et prendrait-il ses responsabilités en prenant ses fonctions (à la Présidence de BiH), alors qu’il a maintenant le pouvoir absolu (et il l’a prouvé d’innombrables fois), et aucune responsabilité !?

Au sein du gouvernement allemand, mais aussi dans certains autres gouvernements des pays de l’UE, l’attitude grandit selon laquelle la réforme électorale devrait cependant être renvoyée après les élections d’octobre.

Après tout, il devient de plus en plus clair pour les négociateurs qu’il y a un manque de « tact » face aux exigences des forces pro-bosniaques.

Dans de telles circonstances, les efforts sont voués à la débâcle !

Mais il ne faut pas abandonner.

En attendant, nous devons travailler sur le renforcement des forces qui sont pour le dialogue et mobiliser le plus de gens possible pour venir voter. L’espoir est de tisser ces deux trucs conduirait à un changement dans le paysage politique et placerait les vainqueurs des élections – principalement les adversaires de Dodik – à la table des négociations dans un climat bien meilleur qu’il ne l’est actuellement.

Théoriquement, ça sonne pas si mal…


Sead Numanović

Source: 25. 01. Le jour J – Catastrophe

Plus sur la réforme du système électoral de Bosnie-Herzégovine :
Matthew Palmer et Angelina Eichhorst encouragent les dirigeants nationaux
Du « non-papier » à une guerre rampante
Déclaration sur la crise politique en Bosnie-Herzégovine
Ouest prêt à faire des concessions à Dodik malgré les sanctions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.