La Chine, la Russie et le retour de l’état civilisationnel, par Adrian Pabst

Ces états ne se définissent pas comme des états-nations, mais des états civilisationnels – en opposition au libéralisme et à l’idéologie de marché mondialisée de l’Occident.

Le 20ème siècle a marqué la chute de l’empire et le triomphe de l’État-nation. L’autodétermination nationale est devenue le principal test de la légitimité de l’état, plutôt que l’héritage dynastique ou le pouvoir impérial. Après la guerre froide, les élites dominantes occidentales ont supposé que le modèle de l’état-nation avait vaincu toutes les formes d’organisation politique rivales. La diffusion mondiale des valeurs libérales créerait une ère d’hégémonie occidentale. Ce serait un nouvel ordre mondial fondé sur des états souverains mis en œuvre par des organisations internationales à domination occidentale telles que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce.

Mais aujourd’hui, nous assistons à la fin de l’ordre mondial libéral et à la montée en puissance de l’état civilisationnel, qui prétend représenter non seulement une nation ou un territoire, mais une civilisation exceptionnelle. En Chine et en Russie, les classes dirigeantes rejettent le libéralisme occidental et l’expansion d’une société de marché mondiale. Ils définissent leurs pays comme des civilisations distinctes, dotées de valeurs culturelles et d’institutions politiques uniques. L’ascension des états de civilisation ne modifie pas simplement l’équilibre mondial des forces. Il est également en train de transformer la géopolitique de l’après-guerre froide d’un universalisme libéral vers un exceptionnalisme culturel.

****

Trente ans après l’effondrement du communisme totalitaire, la démocratie de marché libérale est en cause. L’Occident et ‘le reste’ sont en train de sombrer dans des formes de totalitarisme mou, le fondamentalisme de marché ou le capitalisme d’état créant des concentrations oligarchiques de pouvoir et de richesse. Les oligarchies se rencontrent dans des systèmes à la fois démocratiques et autoritaires, dirigés par des leaders démagogiques pouvant être plus libéraux, comme avec le président français Emmanuel Macron, ou plus populistes, comme le Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Dans les anciennes démocraties de l’Europe occidentale et dans les démocraties postérieures à 1989 de l’ancienne Union soviétique, les libertés fondamentales reculent et la séparation des pouvoirs est menacée.

La résurgence de la rivalité entre grandes puissances, notamment avec la montée de la Russie et de la Chine, affaiblit les tentatives occidentales d’imposer un ensemble unifié de normes et de règles dans les relations internationales. Les dirigeants de ces puissances, y compris les États-Unis sous Donald Trump, rejettent les droits de l’homme universels, la primauté du droit, le respect des faits et une presse libre au nom de la différence culturelle. Les jours de diffusion des valeurs universelles de l’illumination occidentale sont passés depuis longtemps.

La mondialisation est en partie inversée. Le libre-échange est limité par des guerres tarifaires protectionnistes entre les États-Unis et la Chine. La promotion de la démocratie occidentale a été remplacée par un compromis avec des autocrates tels que Kim Jong-un, nord-coréen. Mais plus fondamentalement, la géopolitique n’est plus simplement une question d’économie ou de sécurité – Christopher Coker la décrit comme étant essentiellement socioculturelle et civilisationnelle dans L’Éveil de l’État civilisationnel (2019). Le monde non occidental, dirigé par Pékin et Moscou, s’oppose à la prétention occidentale d’incarner des valeurs universelles.

Le dirigeant chinois Xi Jinping défend un modèle de «socialisme avec des caractéristiques chinoises» fondant un état léniniste avec une culture néo-confucéenne. Vladimir Poutine définit la Russie comme un «état civilisationnel», qui n’est ni occidental ni asiatique, mais uniquement eurasien. Trump s’oppose à la dilution multiculturelle européenne de la civilisation occidentale – qu’il assimile à un credo suprématiste blanc. Une doctrine hybride du nationalisme chez nous et de la défense de la civilisation à l’étranger est commune à ces dirigeants. Cela réconcilie leur promotion du statut de grand pouvoir avec leur aversion idéologique pour l’universalisme libéral. Les États fondés sur des identités de civilisation sont inévitablement en conflit avec les institutions de l’ordre mondial libéral, et c’est ce qui se passe.

Les civilisations elles-mêmes pourraient ne pas s’affronter, mais la géopolitique contemporaine s’est transformée en une compétition entre différentes versions de normes civilisées. En Occident, il existe un fossé grandissant entre une Europe cosmopolite et des États-Unis nativistes. Et une «guerre culturelle» mondiale oppose l’establishment libéral occidental aux puissances illibérales de la Russie et de la Chine. L’exception culturelle est une fois de plus un défi et remplace sans aucun doute la prétention du libéralisme à la validité universelle. Les puissances qui se redéfinissent à mesure que les civilisations étatiques gagnent en force.

****

Un nouveau récit s’est imposé parmi les classes dirigeantes occidentales: l’axe agressif de la Russie et de la Chine constitue la principale menace pour le système international dominé par l’Occident. Mais l’ordre mondial libéral est également soumis à une tension interne sans précédent. L’invasion de l’Iraq en 2003, la crise financière mondiale de 2008, l’austérité et la crise des réfugiés en Europe, qui a commencé sérieusement 2015 et en partie à la suite de la déstabilisation occidentale en Libye et en Syrie, ont érodé la confiance du public dans l’établissement libéral et les institutions qu’il contrôle. Le Brexit, Donald Trump et l’insurrection populiste qui déferle sur l’Europe continentale marquent une révolte contre le libéralisme économique et social qui a dominé la politique intérieure et la mondialisation néolibérale. L’ascension de «hommes forts» autoritaires tels que Poutine, Xi Jinping, le Premier ministre indien Narendra Modi, le président turc Erdogan et le nouveau chef du Brésil Jair Bolsonaro menace gravement la domination libérale des relations internationales. Mais le principal danger pour l’Occident est interne – à savoir l’érosion de la civilisation occidentale par l’ultra-libéralisme.

L’idée dominante des quatre dernières décennies est la conviction que l’Occident est une civilisation politique qui représente la marche en avant de l’histoire vers un ordre normatif unique. Mais l’expérience a montré que cette force, avec sa tendance au capitalisme de cartel, à la dérive bureaucratique et à l’individualisme rampant, dévaste la civilisation culturelle de l’Occident. Une partie de l’héritage de cette civilisation réside dans le modèle d’après-guerre de marchés socialement enracinés, d’états décentralisés, d’équilibre d’économies ouvertes avec protection de l’industrie nationale et d’engagement pour la dignité de la personne, inscrit dans les droits de l’homme.

C’est un héritage qui repose sur un héritage culturel commun issu de la philosophie et du droit gréco-romains, ainsi que de la religion et de l’éthique judéo-chrétiennes. Chacun, de différentes manières, souligne la valeur unique de la personne et la libre association humaine indépendante de l’état. Les pays occidentaux partagent des traditions de musique, d’architecture, de philosophie, de littérature, de poésie et de croyances religieuses qui les rendent membres d’une civilisation commune plutôt que d’un ensemble de cultures distinctes.

Cet héritage de civilisation et ses principes sont menacés par les forces du libéralisme. Au nom de valeurs libérales supposées universelles, l’administration Clinton adopta comme mission de civilisation la propagation mondiale des états du marché et des interventions humanitaires. Après les attentats du 11 septembre, des gouvernements libéraux de gauche, tels que le New Labour de Tony Blair, ont mené des guerres à l’étranger et restreint les droits civils au nom de la sécurité.

Emmanuel Macron, le dernier porte-parole des progressistes occidentaux, a mené une répression contre les manifestants de gilets jaunes en France qui menaçait les libertés fondamentales d’expression, d’association et de manifestation publique. Comme Patrick Deneen, juriste catholique et auteur de Why Liberalism Failed (2018), et les autres ont montré le libéralisme sape les principes de libéralité dont dépend la civilisation occidentale, tels que la libre enquête, la liberté de parole, la tolérance pour la dissidence et le respect des les opposants politiques.

Au cœur de l’Occident se trouve un paradoxe. C’est la seule communauté de nations fondée sur les valeurs politiques d’autodétermination du peuple, de démocratie et de libre-échange. Ces principes ont été codifiés dans la Charte de l’Atlantique de 1941, signée par Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt, et enchâssés dans le système international d’après 1945. Pourtant, le libéralisme érode ces fondements culturels et nous en subissons les conséquences. La civilisation occidentale est beaucoup moins en mesure d’affronter des problèmes internes tels que l’injustice économique, la dislocation sociale et la résurgence du nationalisme, ainsi que les menaces externes de dévastation écologique, de terrorisme islamiste et de puissances étrangères hostiles.

Après la chute du communisme, l’Occident libéral a cherché à refondre la réalité dans son image de soi progressive. Comme l’a dit Tony Blair, seule la culture libérale est du «bon côté de l’histoire». Les États-Unis et l’Europe occidentale se considéraient comme des porteurs de valeurs universelles pour le reste de l’humanité. Les dirigeants libéraux se sont mutés pour devenir ce que Robespierre a qualifié de «missionnaires armés». Ils ont exporté les normes culturelles occidentales d’expression personnelle et d’émancipation individuelle vis-à-vis de la famille, de la religion et de la nationalité. Les nations étaient considérées par les libéraux occidentaux comme des ego généraux qui ne souhaitaient rien d’autre que s’adapter aux impératifs de la mondialisation et à un monde sans frontières ni identités nationales.

La culture superficielle du libéralisme contemporain affaiblit la civilisation en Occident et ailleurs. Le capitalisme libéral défend des normes culturelles qui glorifient la cupidité, le sexe et la violence. Trop de libéraux dans la politique, les médias et l’académie se caractérisent par une «fermeture de l’esprit» qui ignore les réalisations intellectuelles, littéraires et artistiques qui font de l’Occident une civilisation reconnaissable.

Certains libéraux cosmopolites nient même l’existence même de l’Occident en tant que civilisation. Dans l’une de ses conférences sur la BBC Reith en 2016, l’académicien américano-ghanéen d’origine britannique, Gwwé Anthony Appiah, petit-fils de l’ancien chancelier travailliste Stafford Cripps, a affirmé que nous devrions renoncer à l’idée de civilisation occidentale. « Je crois », a déclaré Appiah, « que la civilisation occidentale n’est pas du tout une bonne idée et que la culture occidentale ne constitue aucun progrès. »

****

Le rejet de l’universalisme occidental des élites russes et chinois défie l’idée que l’État-nation soit la norme internationale en matière d’organisation politique. Les classes dirigeantes chinoises et russes se considèrent comme des détenteurs de normes culturelles uniques et se définissent comme des états civilisationnels plutôt que comme des états-nations, car ces derniers sont associés à l’impérialisme occidental – et dans le cas de la Chine, un siècle d’humiliations après le XIXe siècle Guerres de l’opium. Martin Jacques, auteur de Quand la Chine règne sur le monde (2009), affirme que « les caractéristiques les plus fondamentales qui définissent la Chine aujourd’hui et qui confèrent à la Chine son identité, ne émanent pas du siècle dernier, quand la Chine s’est appelée un état-nation, mais des deux millénaires précédents, quand elle peut être décrite comme un état civilisationnel. »

Xi Jinping a appelé à plusieurs reprises les élites du pays à « insuffler une nouvelle vitalité à la civilisation chinoise en dynamisant tous les éléments culturels qui transcendent le temps, l’espace et les frontières nationales et qui possèdent à la fois un attrait perpétuel et une valeur actuelle ». Il entend par là l’appel intemporel de l’harmonie confucéenne promu par l’état communiste chez lui et à l’étranger. La vision d’une sphère d’influence de la civilisation sous-tend les efforts de Beijing pour placer Taiwan et la mer de Chine méridionale sous le contrôle de la Chine.

La guerre commerciale qui se déroule actuellement avec les États-Unis n’est que le début d’une confrontation plus large Est-Ouest au sujet de deux missions civilisatrices rivales, comprenant le contrôle d’une technologie susceptible de redéfinir ce que signifie vivre dans la société et être humain. L’affaire concernant la société chinoise Huawei, soutenue par l’état, et son implication dans la construction d’un réseau de téléphonie mobile 5G au Royaume-Uni et ailleurs est un signe avant-coureur de batailles à venir.

La Chine présente sa voie de développement comme non exportatrice, alors que le modèle occidental dirigé par les États-Unis est présenté comme expansionniste. En réalité, le consensus de Pékin sur le capitalisme d’état léniniste et l’harmonie mondiale néo-confucéenne est en train de se faire sentir en Asie centrale et même en Europe par le biais de l’initiative d’infrastructures Ceinture et Route.

La Chine de Xi déploie également des relations publiques propagandistes et du soft power. Un réseau mondial de plus de 500 instituts Confucius intégrés dans des universités étrangères et son industrie cinématographique nationale font la promotion de la civilisation chinoise. Cette publication est corroborée par l’édition anglaise du journal officiel China Daily et par les programmes multilingues de China Central Television.

Le Parti communiste chinois est en train de créer un système de surveillance qui fait en sorte que les plates-formes technologiques occidentales ressemblent à des modèles de la protection de la vie privée. L’Internet et les technologies avancées de reconnaissance faciale contrôlent le comportement individuel dans des villes et des régions agitées telles que le Xinjiang, où, selon les estimations de l’ONU, près d’un million de membres de la minorité musulmane seraient enfermés dans des camps de rééducation.

Les entreprises collaborent avec l’État en lui fournissant des données utilisées pour répertorier les dissidents et faire respecter la censure. La connaissance et le pouvoir sont concentrés dans les mains des planificateurs de parti qui manipulent la population au sens large. Pendant le règne de Mao de 1949 à 1976, les communistes ont remplacé l’idée d’un gouvernement du peuple par la gestion des affaires. Sous Xi, la Chine semble sur le point de devenir une tyrannie par les chifres.

La dépendance du pays à l’égard d’investissements considérables en Afrique, en Amérique latine et en Asie centrale pour des débouchés commerciaux et une influence politique suggère des ambitions hégémoniques. La vision de Xi d’un ordre mondial harmonieux est celle dans laquelle l’état civilisationnel de la Chine sera au-delà de toute critique de l’intérieur et de l’extérieur. Pourtant, les dirigeants chinois lancent une charmante offensive pour séduire l’Occident libéral. En janvier 2017, à Davos, alors que Donald Trump dénonçait le dogme du libre-échange, Xi a déclaré au Forum économique mondial que «la mondialisation a alimenté la croissance mondiale et facilité la circulation des biens et des capitaux, les progrès de la science, de la technologie et de la civilisation et les interactions entre les peuples ».

La Chine avance sous le couvert du libéralisme économique.

Comme Xi, Poutine estime que les valeurs libérales occidentales ne sont pas universelles et ne reflètent pas l’identité culturelle unique de la Russie. Dans un discours prononcé devant les deux chambres du parlement russe en 2012, il a déclaré que « l’état civilisationnel » de la Russie protégeait le pays de « la dissolution dans ce monde diversifié ». L’Occident menace cette civilisation car, selon Poutine, il nie les principes moraux et les modes de vie traditionnels. Trump et son ancien conseiller Steve Bannon sont tous deux d’accord avec l’aspiration à recouvrer les valeurs judéo-chrétiennes, malgré leur propre comportement immoral.

Pour le Kremlin, la faiblesse de l’Occident le rend imprévisible et plus agressif, à l’instar des sanctions économiques antirusses. Mais, de même, cela offre la possibilité d’affirmer l’identité eurasienne de la Russie contre toute intégration avec les puissances occidentales. L’autodétermination de la Russie en tant qu’état civilisationnel donne à Poutine une raison d’intervenir dans les affaires des pays de l’Europe postsoviétique avec des minorités russes comme la Géorgie et l’Ukraine. L’objectif n’est pas la conquête territoriale mais un levier stratégique. Il sert l’objectif plus général de réaffirmer la Russie en tant que grande puissance aux côtés des États-Unis et de la Chine.

La Russie a utilisé des arguments de civilisation pour encadrer son intervention au Moyen-Orient, où elle a supplanté les États-Unis en tant qu’acteur essentiel. L’aide militaire au régime de Bachar al-Assad a transformé la Syrie en un pays client russe au cours de la longue et brutale guerre civile. L’intervention a renforcé la mission de Moscou visant à empêcher les djihadistes islamistes de contrôler une grande armée et un appareil administratif qui auraient pu être utilisés pour tuer les derniers chrétiens orthodoxes orientaux de la région.

En 2016, Valery Gergiev, un chef d’orchestre russe renommé proche de Poutine, a dirigé un concert au théâtre romain de Palmyre, un site classé au patrimoine de l’Unesco reconquis par des militants de l’État islamique qui avaient procédé à des exécutions sommaires dans les ruines. Dans son discours au public par vidéoconférence, Poutine a appelé à une bataille mondiale contre les forces barbares du terrorisme islamiste. Le message était que l’Occident avait perdu son monopole moral et que la Russie était une force pour le bien. C’est la version du Kremlin d’une mission civilisatrice.

****

Dans un sens, les classes dirigeantes dans des soi-disant états civilisationnels sont des ennemis déclarés de l’Occident. Ils rejettent les droits de l’homme universels et les libertés démocratiques au profit de leur propre exceptionnalisme culturel. Les élites chinoises et russes invoquent des idées similaires à celles de réactionnaires du siècle des Lumières tels que Joseph de Maistre et Johann Fichte, qui ont glorifié le nationalisme. Ils font également appel aux concepts des Lumières – tels que la volonté générale de Rousseau, qui unifie la société et exige une obéissance absolue, ou la notion de Hegel selon laquelle l’État incarne l’esprit d’un peuple. Ces idées sont prédominantes dans la philosophie religieuse d’Ivan Ilyin et Aleksandr Dugin, toutes deux citées par Poutine.

Cependant, ni le culte occidental de la liberté privée sans solidarité sociale, ni les tendances totalitaires parmi les élites chinoises et russes ne peuvent nourrir des sociétés résilientes contre les forces perturbatrices de la technologie et la mondialisation économique implacable. À l’heure actuelle, les États-nations et les États civilisés ne parviennent pas à créer un véritable concours démocratique. Au lieu de cela, ils privilégient la «volonté de puissance» de certains par rapport à d’autres – les forts, les puissants et les riches par rapport aux faibles, aux sans pouvoir et aux pauvres. Dans les systèmes démocratiques et autoritaires, le pouvoir oligarchique, la politique démagogique et la fragmentation sociale augmentent.

Ce qui manque, c’est une riche conception de l’homme en tant qu’être social et politique, ancré dans les relations et les institutions. Qui parmi les libéraux occidentaux contemporains ou les élites illibérales ailleurs réfléchit à la question de savoir comment équilibrer les droits individuels avec des obligations mutuelles? Ou comment promouvoir la liberté et la fraternité en dehors de l’État autoritaire ou du marché libre sans entrave?

Pourtant, à travers différentes civilisations, il existe un sentiment infime que le but de la politique est la libre association de personnes autour d’intérêts communs et de vertus sociales partagées de générosité, de loyauté, de courage, de sacrifice et de gratitude. La pratique de telles vertus peut nous rapprocher en tant que citoyens, nations et cultures, au-delà de la couleur, de la classe ou des croyances.

****

L’Occident libéral et les états civilisationnels de la Chine et de la Russie sont aux prises avec une bataille pour des missions «civilisatrices» concurrentes. Et les termes du débat entre différentes civilisations ne seront sûrement pas occidentaux. Comme le souligne Christopher Coker dans La montée en puissance de l’État civilisationnel, la résistance du monde non occidental signifie que « l’Occident peut ne pas être en train de façonner l’histoire pour tous, ni même pour elle-même ».

Un scénario plausible est que les conflits décisifs ne se dérouleront pas entre l’Ouest et l’Asie, mais entre des forces oligarchiques et démagogiques de chaque côté. Le monde glisse dans un totalitarisme doux fondé sur la surveillance et le contrôle social. L’universalisme libéral se fragmente et une nouvelle « guerre de culture » mondiale oppose les nationalistes conservateurs aux cosmopolites libéraux. Le nouveau pivot de la géopolitique est la civilisation.

Le 20ème siècle a marqué la chute de l’empire et le triomphe de l’État-nation. L’autodétermination nationale est devenue le principal test de la légitimité de l’état, plutôt que l’héritage dynastique ou le pouvoir impérial. Après la guerre froide, les élites dominantes occidentales ont supposé que le modèle de l’état-nation avait vaincu toutes les formes d’organisation politique rivales. La diffusion mondiale des valeurs libérales créerait une ère d’hégémonie occidentale. Ce serait un nouvel ordre mondial fondé sur des états souverains mis en œuvre par des organisations internationales à domination occidentale telles que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce.

Mais aujourd’hui, nous assistons à la fin de l’ordre mondial libéral et à la montée en puissance de l’état civilisationnel, qui prétend représenter non seulement une nation ou un territoire, mais une civilisation exceptionnelle. En Chine et en Russie, les classes dirigeantes rejettent le libéralisme occidental et l’expansion d’une société de marché mondiale. Ils définissent leurs pays comme des civilisations distinctes, dotées de valeurs culturelles et d’institutions politiques uniques. L’ascension des états de civilisation ne modifie pas simplement l’équilibre mondial des forces. Il est également en train de transformer la géopolitique de l’après-guerre froide d’un universalisme libéral vers un exceptionnalisme culturel.

****

Trente ans après l’effondrement du communisme totalitaire, la démocratie de marché libérale est en cause. L’Occident et ‘le reste’ sont en train de sombrer dans des formes de totalitarisme mou, le fondamentalisme de marché ou le capitalisme d’état créant des concentrations oligarchiques de pouvoir et de richesse. Les oligarchies se rencontrent dans des systèmes à la fois démocratiques et autoritaires, dirigés par des leaders démagogiques pouvant être plus libéraux, comme avec le président français Emmanuel Macron, ou plus populistes, comme le Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Dans les anciennes démocraties de l’Europe occidentale et dans les démocraties postérieures à 1989 de l’ancienne Union soviétique, les libertés fondamentales reculent et la séparation des pouvoirs est menacée.

La résurgence de la rivalité entre grandes puissances, notamment avec la montée de la Russie et de la Chine, affaiblit les tentatives occidentales d’imposer un ensemble unifié de normes et de règles dans les relations internationales. Les dirigeants de ces puissances, y compris les États-Unis sous Donald Trump, rejettent les droits de l’homme universels, la primauté du droit, le respect des faits et une presse libre au nom de la différence culturelle. Les jours de diffusion des valeurs universelles de l’illumination occidentale sont passés depuis longtemps.

La mondialisation est en partie inversée. Le libre-échange est limité par des guerres tarifaires protectionnistes entre les États-Unis et la Chine. La promotion de la démocratie occidentale a été remplacée par un compromis avec des autocrates tels que Kim Jong-un, nord-coréen. Mais plus fondamentalement, la géopolitique n’est plus simplement une question d’économie ou de sécurité – Christopher Coker la décrit comme étant essentiellement socioculturelle et civilisationnelle dans L’Éveil de l’État civilisationnel (2019). Le monde non occidental, dirigé par Pékin et Moscou, s’oppose à la prétention occidentale d’incarner des valeurs universelles.

Le dirigeant chinois Xi Jinping défend un modèle de «socialisme avec des caractéristiques chinoises» fondant un état léniniste avec une culture néo-confucéenne. Vladimir Poutine définit la Russie comme un «état civilisationnel», qui n’est ni occidental ni asiatique, mais uniquement eurasien. Trump s’oppose à la dilution multiculturelle européenne de la civilisation occidentale – qu’il assimile à un credo suprématiste blanc. Une doctrine hybride du nationalisme chez nous et de la défense de la civilisation à l’étranger est commune à ces dirigeants. Cela réconcilie leur promotion du statut de grand pouvoir avec leur aversion idéologique pour l’universalisme libéral. Les États fondés sur des identités de civilisation sont inévitablement en conflit avec les institutions de l’ordre mondial libéral, et c’est ce qui se passe.

Les civilisations elles-mêmes pourraient ne pas s’affronter, mais la géopolitique contemporaine s’est transformée en une compétition entre différentes versions de normes civilisées. En Occident, il existe un fossé grandissant entre une Europe cosmopolite et des États-Unis nativistes. Et une «guerre culturelle» mondiale oppose l’establishment libéral occidental aux puissances illibérales de la Russie et de la Chine. L’exception culturelle est une fois de plus un défi et remplace sans aucun doute la prétention du libéralisme à la validité universelle. Les puissances qui se redéfinissent à mesure que les civilisations étatiques gagnent en force.

****

Un nouveau récit s’est imposé parmi les classes dirigeantes occidentales: l’axe agressif de la Russie et de la Chine constitue la principale menace pour le système international dominé par l’Occident. Mais l’ordre mondial libéral est également soumis à une tension interne sans précédent. L’invasion de l’Iraq en 2003, la crise financière mondiale de 2008, l’austérité et la crise des réfugiés en Europe, qui a commencé sérieusement 2015 et en partie à la suite de la déstabilisation occidentale en Libye et en Syrie, ont érodé la confiance du public dans l’établissement libéral et les institutions qu’il contrôle. Le Brexit, Donald Trump et l’insurrection populiste qui déferle sur l’Europe continentale marquent une révolte contre le libéralisme économique et social qui a dominé la politique intérieure et la mondialisation néolibérale. L’ascension de «hommes forts» autoritaires tels que Poutine, Xi Jinping, le Premier ministre indien Narendra Modi, le président turc Erdogan et le nouveau chef du Brésil Jair Bolsonaro menace gravement la domination libérale des relations internationales. Mais le principal danger pour l’Occident est interne – à savoir l’érosion de la civilisation occidentale par l’ultra-libéralisme.

L’idée dominante des quatre dernières décennies est la conviction que l’Occident est une civilisation politique qui représente la marche en avant de l’histoire vers un ordre normatif unique. Mais l’expérience a montré que cette force, avec sa tendance au capitalisme de cartel, à la dérive bureaucratique et à l’individualisme rampant, dévaste la civilisation culturelle de l’Occident. Une partie de l’héritage de cette civilisation réside dans le modèle d’après-guerre de marchés socialement enracinés, d’états décentralisés, d’équilibre d’économies ouvertes avec protection de l’industrie nationale et d’engagement pour la dignité de la personne, inscrit dans les droits de l’homme.

C’est un héritage qui repose sur un héritage culturel commun issu de la philosophie et du droit gréco-romains, ainsi que de la religion et de l’éthique judéo-chrétiennes. Chacun, de différentes manières, souligne la valeur unique de la personne et la libre association humaine indépendante de l’état. Les pays occidentaux partagent des traditions de musique, d’architecture, de philosophie, de littérature, de poésie et de croyances religieuses qui les rendent membres d’une civilisation commune plutôt que d’un ensemble de cultures distinctes.

Cet héritage de civilisation et ses principes sont menacés par les forces du libéralisme. Au nom de valeurs libérales supposées universelles, l’administration Clinton adopta comme mission de civilisation la propagation mondiale des états du marché et des interventions humanitaires. Après les attentats du 11 septembre, des gouvernements libéraux de gauche, tels que le New Labour de Tony Blair, ont mené des guerres à l’étranger et restreint les droits civils au nom de la sécurité.

Emmanuel Macron, le dernier porte-parole des progressistes occidentaux, a mené une répression contre les manifestants de gilets jaunes en France qui menaçait les libertés fondamentales d’expression, d’association et de manifestation publique. Comme Patrick Deneen, juriste catholique et auteur de Why Liberalism Failed (2018), et les autres ont montré le libéralisme sape les principes de libéralité dont dépend la civilisation occidentale, tels que la libre enquête, la liberté de parole, la tolérance pour la dissidence et le respect des les opposants politiques.

Au cœur de l’Occident se trouve un paradoxe. C’est la seule communauté de nations fondée sur les valeurs politiques d’autodétermination du peuple, de démocratie et de libre-échange. Ces principes ont été codifiés dans la Charte de l’Atlantique de 1941, signée par Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt, et enchâssés dans le système international d’après 1945. Pourtant, le libéralisme érode ces fondements culturels et nous en subissons les conséquences. La civilisation occidentale est beaucoup moins en mesure d’affronter des problèmes internes tels que l’injustice économique, la dislocation sociale et la résurgence du nationalisme, ainsi que les menaces externes de dévastation écologique, de terrorisme islamiste et de puissances étrangères hostiles.

Après la chute du communisme, l’Occident libéral a cherché à refondre la réalité dans son image de soi progressive. Comme l’a dit Tony Blair, seule la culture libérale est du «bon côté de l’histoire». Les États-Unis et l’Europe occidentale se considéraient comme des porteurs de valeurs universelles pour le reste de l’humanité. Les dirigeants libéraux se sont mutés pour devenir ce que Robespierre a qualifié de «missionnaires armés». Ils ont exporté les normes culturelles occidentales d’expression personnelle et d’émancipation individuelle vis-à-vis de la famille, de la religion et de la nationalité. Les nations étaient considérées par les libéraux occidentaux comme des ego généraux qui ne souhaitaient rien d’autre que s’adapter aux impératifs de la mondialisation et à un monde sans frontières ni identités nationales.

La culture superficielle du libéralisme contemporain affaiblit la civilisation en Occident et ailleurs. Le capitalisme libéral défend des normes culturelles qui glorifient la cupidité, le sexe et la violence. Trop de libéraux dans la politique, les médias et l’académie se caractérisent par une «fermeture de l’esprit» qui ignore les réalisations intellectuelles, littéraires et artistiques qui font de l’Occident une civilisation reconnaissable.

Certains libéraux cosmopolites nient même l’existence même de l’Occident en tant que civilisation. Dans l’une de ses conférences sur la BBC Reith en 2016, l’académicien américano-ghanéen d’origine britannique, Kwame Anthony Appiah, petit-fils de l’ancien chancelier travailliste Stafford Cripps, a affirmé que nous devrions renoncer à l’idée de civilisation occidentale. « Je crois », a déclaré Appiah, « que la civilisation occidentale n’est pas du tout une bonne idée et que la culture occidentale ne constitue aucun progrès. »

****

Le rejet de l’universalisme occidental des élites russes et chinois défie l’idée que l’État-nation soit la norme internationale en matière d’organisation politique. Les classes dirigeantes chinoises et russes se considèrent comme des détenteurs de normes culturelles uniques et se définissent comme des états civilisationnels plutôt que comme des états-nations, car ces derniers sont associés à l’impérialisme occidental – et dans le cas de la Chine, un siècle d’humiliations après le XIXe siècle Guerres de l’opium. Martin Jacques, auteur de Quand la Chine règne sur le monde (2009), affirme que « les caractéristiques les plus fondamentales qui définissent la Chine aujourd’hui et qui confèrent à la Chine son identité, ne émanent pas du siècle dernier, quand la Chine s’est appelée un état-nation, mais des deux millénaires précédents, quand elle peut être décrite comme un état civilisationnel. »

Xi Jinping a appelé à plusieurs reprises les élites du pays à « insuffler une nouvelle vitalité à la civilisation chinoise en dynamisant tous les éléments culturels qui transcendent le temps, l’espace et les frontières nationales et qui possèdent à la fois un attrait perpétuel et une valeur actuelle ». Il entend par là l’appel intemporel de l’harmonie confucéenne promu par l’état communiste chez lui et à l’étranger. La vision d’une sphère d’influence de la civilisation sous-tend les efforts de Beijing pour placer Taiwan et la mer de Chine méridionale sous le contrôle de la Chine.

La guerre commerciale qui se déroule actuellement avec les États-Unis n’est que le début d’une confrontation plus large Est-Ouest au sujet de deux missions civilisatrices rivales, comprenant le contrôle d’une technologie susceptible de redéfinir ce que signifie vivre dans la société et être humain. L’affaire concernant la société chinoise Huawei, soutenue par l’état, et son implication dans la construction d’un réseau de téléphonie mobile 5G au Royaume-Uni et ailleurs est un signe avant-coureur de batailles à venir.

La Chine présente sa voie de développement comme non exportatrice, alors que le modèle occidental dirigé par les États-Unis est présenté comme expansionniste. En réalité, le consensus de Pékin sur le capitalisme d’état léniniste et l’harmonie mondiale néo-confucéenne est en train de se faire sentir en Asie centrale et même en Europe par le biais de l’initiative d’infrastructures Ceinture et Route.

La Chine de Xi déploie également des relations publiques propagandistes et du soft pouvoir. Un réseau mondial de plus de 500 instituts Confucius intégrés dans des universités étrangères et son industrie cinématographique nationale font la promotion de la civilisation chinoise. Cette publication est corroborée par l’édition anglaise du journal officiel China Daily et par les programmes multilingues de China Central Television.

Le Parti communiste chinois est en train de créer un système de surveillance qui fait en sorte que les plates-formes technologiques occidentales ressemblent à des modèles de la protection de la vie privée. L’Internet et les technologies avancées de reconnaissance faciale contrôlent le comportement individuel dans des villes et des régions agitées telles que le Xinjiang, où, selon les estimations de l’ONU, près d’un million de membres de la minorité musulmane seraient enfermés dans des camps de rééducation.

Les entreprises collaborent avec l’État en lui fournissant des données utilisées pour répertorier les dissidents et faire respecter la censure. La connaissance et le pouvoir sont concentrés dans les mains des planificateurs de parti qui manipulent la population au sens large. Pendant le règne de Mao de 1949 à 1976, les communistes ont remplacé l’idée d’un gouvernement du peuple par la gestion des affaires. Sous Xi, la Chine semble sur le point de devenir une tyrannie par les chifres.

La dépendance du pays à l’égard d’investissements considérables en Afrique, en Amérique latine et en Asie centrale pour des débouchés commerciaux et une influence politique suggère des ambitions hégémoniques. La vision de Xi d’un ordre mondial harmonieux est celle dans laquelle l’état civilisationnel de la Chine sera au-delà de toute critique de l’intérieur et de l’extérieur. Pourtant, les dirigeants chinois lancent une charmante offensive pour séduire l’Occident libéral. En janvier 2017, à Davos, alors que Donald Trump dénonçait le dogme du libre-échange, Xi a déclaré au Forum économique mondial que «la mondialisation a alimenté la croissance mondiale et facilité la circulation des biens et des capitaux, les progrès de la science, de la technologie et de la civilisation et les interactions entre les peuples ».

La Chine avance sous le couvert du libéralisme économique.

Comme Xi, Poutine estime que les valeurs libérales occidentales ne sont pas universelles et ne reflètent pas l’identité culturelle unique de la Russie. Dans un discours prononcé devant les deux chambres du parlement russe en 2012, il a déclaré que « l’état civilisationnel » de la Russie protégeait le pays de « la dissolution dans ce monde diversifié ». L’Occident menace cette civilisation car, selon Poutine, il nie les principes moraux et les modes de vie traditionnels. Trump et son ancien conseiller Steve Bannon sont tous deux d’accord avec l’aspiration à recouvrer les valeurs judéo-chrétiennes, malgré leur propre comportement immoral.

Pour le Kremlin, la faiblesse de l’Occident le rend imprévisible et plus agressif, à l’instar des sanctions économiques antirusses. Mais, de même, cela offre la possibilité d’affirmer l’identité eurasienne de la Russie contre toute intégration avec les puissances occidentales. L’autodétermination de la Russie en tant qu’état civilisationnel donne à Poutine une raison d’intervenir dans les affaires des pays de l’Europe post-soviétique avec des minorités russes comme la Géorgie et l’Ukraine. L’objectif n’est pas la conquête territoriale mais un levier stratégique. Il sert l’objectif plus général de réaffirmer la Russie en tant que grande puissance aux côtés des États-Unis et de la Chine.

La Russie a utilisé des arguments de civilisation pour encadrer son intervention au Moyen-Orient, où elle a supplanté les États-Unis en tant qu’acteur essentiel. L’aide militaire au régime de Bachar al-Assad a transformé la Syrie en un pays client russe (à qui la faute ?) au cours de la longue et brutale guerre civile (non-sens #3!). L’intervention a renforcé la mission de Moscou visant à empêcher les djihadistes islamistes de contrôler une grande armée et un appareil administratif qui auraient pu être utilisés pour tuer les derniers chrétiens orthodoxes orientaux de la région.

En 2016, Valery Gergiev, un chef d’orchestre russe renommé proche de Poutine, a dirigé un concert au théâtre romain de Palmyre, un site classé au patrimoine de l’Unesco reconquis par des militants de l’État islamique qui avaient procédé à des exécutions sommaires dans les ruines. Dans son discours au public par vidéoconférence, Poutine a appelé à une bataille mondiale contre les forces barbares du terrorisme islamiste. Le message était que l’Occident avait perdu son monopole moral et que la Russie était une force pour le bien. C’est la version du Kremlin d’une mission civilisatrice.

****

Dans un sens, les classes dirigeantes dans des soi-disant États de civilisation sont des ennemis déclarés de l’Occident. Ils rejettent les droits de l’homme universels et les libertés démocratiques au profit de leur propre exceptionnalisme culturel. Les élites chinoises et russes invoquent des idées similaires à celles de réactionnaires du siècle des Lumières tels que Joseph de Maistre et Johann Fichte, qui ont glorifié le nationalisme. Ils font également appel aux concepts des Lumières – tels que la volonté générale de Rousseau, qui unifie la société et exige une obéissance absolue, ou la notion de Hegel selon laquelle l’État incarne l’esprit d’un peuple. Ces idées sont prédominantes dans la philosophie religieuse d’Ivan Ilyin et Aleksandr Dugin, toutes deux citées par Poutine.

Cependant, ni le culte occidental de la liberté privée sans solidarité sociale, ni les tendances totalitaires parmi les élites chinoises et russes ne peuvent nourrir des sociétés résilientes contre les forces perturbatrices de la technologie et la mondialisation économique implacable. À l’heure actuelle, les États-nations et les États civilisés ne parviennent pas à créer un véritable concours démocratique. Au lieu de cela, ils privilégient la «volonté de puissance» de certains par rapport à d’autres – les forts, les puissants et les riches par rapport aux faibles, aux sans pouvoir et aux pauvres. Dans les systèmes démocratiques et autoritaires, le pouvoir oligarchique, la politique démagogique et la fragmentation sociale augmentent.

Ce qui manque, c’est une riche conception de l’homme en tant qu’être social et politique, ancré dans les relations et les institutions. Qui parmi les libéraux occidentaux contemporains ou les élites illibérales ailleurs réfléchit à la question de savoir comment équilibrer les droits individuels avec des obligations mutuelles? Ou comment promouvoir la liberté et la fraternité en dehors de l’État autoritaire ou du marché libre sans entrave?

Pourtant, à travers différentes civilisations, il existe un sentiment infime que le but de la politique est la libre association de personnes autour d’intérêts communs et de vertus sociales partagées de générosité, de loyauté, de courage, de sacrifice et de gratitude. La pratique de telles vertus peut nous rapprocher en tant que citoyens, nations et cultures, au-delà de la couleur, de la classe ou des croyances.

****

L’Occident libéral et les états civilisationnels de la Chine et de la Russie sont aux prises avec une bataille pour des missions «civilisatrices» concurrentes. Et les termes du débat entre différentes civilisations ne seront sûrement pas occidentaux. Comme le souligne Christopher Coker dans La montée en puissance de l’État de civilisation, la résistance du monde non occidental signifie que «l’Occident peut ne pas être en train de façonner l’histoire pour tous, ni même pour elle-même».

Un scénario plausible est que les conflits décisifs ne se dérouleront pas entre l’Ouest et l’Asie, mais entre des forces oligarchiques et démagogiques de chaque côté. Le monde glisse dans un totalitarisme doux fondé sur la surveillance et le contrôle social. L’universalisme libéral se fragmente et une nouvelle « guerre de la culture » mondiale oppose les nationalistes conservateurs aux cosmopolites libéraux. Le nouveau pivot de la géopolitique est la civilisation.

Source: China, Russia and the return of the civilisational state

Traduction: A. Isakovic

 

La Chine, l’Inde et la montée de «l’état civilisationnel» par Gideon Rachman

http___com.ft.imagepublish.upp-prod-eu.s3.amazonawsCette idée illibérale fait attirer certains de la droite américaine aussi.

Le XIXe siècle a popularisé l’idée de «l’état-nation». Le XXIème pourrait être le siècle de «l’état civilisationnel».

Un état de civilisation est un pays qui prétend représenter non seulement un territoire historique ou une langue ou un groupe ethnique particulier, mais une civilisation distincte. C’est une idée qui gagne du terrain dans des états aussi divers que la Chine, l’Inde, la Russie, la Turquie et même les États-Unis.

La notion d’état civilisationnel a des implications nettement illibérales. Cela implique que les tentatives visant à définir les droits de l’homme universels ou des normes démocratiques communes sont erronées, chaque civilisation ayant besoin d’institutions politiques reflétant sa propre culture. L’idée d’un état civilisationnel est également exclusive. Les groupes minoritaires et les migrants peuvent ne jamais s’intégrer car ils ne font pas partie de la civilisation fondamentale.

china-wave001L’essor de la Chine est l’une des raisons pour lesquelles l’idée d’un état civilisationnel est susceptible de gagner un terrain plus grand. Dans des discours devant des audiences étrangères, le président Xi Jinping aime souligner l’histoire et la civilisation uniques de la Chine. Cette idée a été défendue par des intellectuels progouvernementaux, tels que Zhang Weiwei de l’Université de Fudan. Dans un livre influent intitulé «La vague chinoise: l’émergence d’un État civilisationnel», M. Zhang affirme que la Chine moderne a réussi parce qu’elle a abandonné les idées politiques occidentales – et a plutôt adopté un modèle enraciné dans sa propre culture confucéenne et ses méritocratiques fondés sur des examens des traditions.

Zhang adaptait une idée élaborée à l’origine par Martin Jacques, un écrivain occidental, dans un livre à succès, When China Rules The World. «L’histoire de la Chine en tant qu’état-nation», affirme M. Jacques, «ne date que de 120 à 150 ans: son histoire civilisationnelle remonte à des milliers d’années». Il estime que le caractère distinct de la civilisation chinoise conduit à des normes sociales et politiques très différentes de celles prévalant en Occident, notamment «l’idée que l’état devrait être fondé sur des relations familiales [et] une vision très différente de la relation entre l’individu et la société, cette dernière étant considérée comme beaucoup plus importante».

Comme la Chine, l’Inde compte plus d’un milliard d’habitants. Les théoriciens du parti au pouvoir, le Bharatiya Janata, sont attirés par l’idée que l’Inde est plus qu’une simple nation – qu’elle est plutôt une civilisation distincte. Pour le BJP, le trait le plus distinctif de la civilisation indienne est la religion hindoue – une notion qui relègue implicitement les musulmans indiens à un deuxième niveau de citoyenneté.71xvKD4y-qL

Jayant Sinha, un ministre du gouvernement de Narendra Modi, affirme que les pères fondateurs de l’Inde moderne, tels que Jawaharlal Nehru, ont adopté à tort les idées occidentales telles que le socialisme scientifique, les considérant comme universellement applicables. Au lieu de cela, ils auraient dû fonder le système de gouvernance post-coloniale de l’Inde sur sa propre culture. En tant qu’ancien consultant McKinsey avec un MBA de Harvard, M. Sinha pourrait ressembler à l’archétype des valeurs «mondialistes». Mais quand je l’ai rencontré à Delhi l’année dernière, il prêchait le particularisme culturel, affirmant que «à nos yeux, le patrimoine précède l’état. . . Les gens sentent que leur patrimoine est assiégé. Nous avons une vision du monde fondée sur la foi par opposition à la vision rationnelle et scientifique. ”

Les conceptions civilisationnelles de l’état gagnent également du terrain en Russie. Certains des idéologues autour de Vladimir Poutine adhèrent désormais à l’idée que la Russie représente une civilisation eurasienne distincte, qui n’aurait jamais dû chercher à s’intégrer à l’Occident. Dans un article récent, Vladislav Surkov, proche conseiller du président russe, a déclaré que les « efforts infructueux répétés de son pays pour faire partie de la civilisation occidentale sont enfin terminés ». Au lieu de cela, la Russie devrait adopter son identité de « civilisation qui a absorbé l’est et l’ouest » avec une « mentalité hybride, un territoire intercontinental et une histoire bipolaire. C’est charismatique, talentueux, beau et solitaire. Juste comme un métis devrait être. »

Dans un système global façonné par l’Occident, il n’est pas surprenant que certains intellectuels des pays tels que la Chine, l’Inde ou la Russie devraient insister sur le caractère distinct de leurs propres civilisations. Ce qui est plus surprenant, c’est que les penseurs de droite aux États-Unis s’éloignent également de l’idée des «valeurs universelles» – en faveur de l’accent mis sur la nature unique et prétendument menacée de la civilisation occidentale.

Steve Bannon, qui a été brièvement chef stratège à la Maison Blanche  de Trump, a maintes fois répété que la migration de masse et le déclin des valeurs chrétiennes traditionnelles minent la civilisation occidentale. Pour tenter de mettre fin à ce déclin, M. Bannon participe à la création d’une «académie pour l’Ouest judéo-chrétien» en Italie, destinée à former une nouvelle génération de dirigeants.

L’argument des bannonites selon lequel la migration de masse mine les valeurs américaines traditionnelles est au cœur de l’idéologie de Donald Trump. Dans un discours prononcé à Varsovie en 2017, le président américain a déclaré que « la question fondamentale de notre époque est de savoir si l’Occident a la volonté de survivre », avant de rassurer son auditoire que « notre civilisation triomphera ».

Mais curieusement, l’adhésion de M. Trump à une vision «civilisationnelle» du monde peut en réalité être un symptôme du déclin de l’Occident. Ses prédécesseurs ont proclamé avec confiance que les valeurs américaines étaient «universelles» et destinées à triompher à travers le monde. Et c’est la puissance globale des idées occidentales qui a fait de l’état-nation la norme internationale en matière d’organisation politique. La montée en puissance de puissances asiatiques telles que la Chine et l’Inde pourrait créer de nouveaux modèles: un pas en avant, l ‘«état civilisationnel».

Source: China, India and the rise of the ‘civilisation state’

Traduction: A. Isakovic

Adam Smith à Beijing – La bourgeoisie gouvernera-t-elle jamais l’état chinois? par Branko Milanovic

La Chine n’est pas l’Occident. Mais quelle est exactement la différence, dans le contexte à long terme, entre la Chine et l’Occident? C’est une énorme question qui a récemment (par récemment, j’entends les deux dernières décennies) acquis une importance supplémentaire en raison de la montée de la Chine, de son contraste avec l’Occident en termes d’organisation de son économie, et de bien meilleures données historiques que nous avons maintenant. Ici, je voudrais faire usage d’un point de vue intéressant sur branko008ycette question faite par Giovanni Arrighi dans son Adam Smith à Beijing: Lignées du XXIe siècle.

Arrighi part d’une dichotomie que je crois avoir été la première à avoir définie dans une série d’articles, entre la voie ‘naturelle’ de développement du capitalisme de Smith et la voie ‘non naturelle’ de Marx (le terme est celui d’Arrigihi). La voie naturelle de Smith, ‘le progrès naturel de l’opulence’ dans la terminologie de The Wealth of Nations, est celle d’une une économie de marché des petits producteurs qui se développe grâce à la division du travail et passe de l’agriculture à l’industrie manufacturière et ne se développe ensuite qu’après dans le commerce intérieur et, éventuellement, dans le commerce extérieur à longue distance. La voie est ‘naturel’ car il suit nos besoins (de la nourriture aux textiles en passant par le commerce, de la communauté villageoise à la campagne en passant par les terres lointaines) et ne saute donc pas par-dessus les étapes. Partout – Smith prend soin de le mentionner – l’état laisse prospérer l’économie de marché et le capitalisme, protège la propriété et impose des taxes tolérables, mais maintient son autonomie relative en matière de politique économique et étrangère. (C’est pourquoi, dans une partie de The Wealth of Nations Smith loue The Navigation Act, entièrement basé sur l’argument de la sécurité nationale alors que dans l’autre partie de la Richesse des Nations, oubliant peut-être qu’il l’a loué, il l’attaque férocement en raison de monopole.)

Arrighi le résume ainsi: «Les traits smithiens … [sont] le gradualisme des réformes et de l’action de l’État visant à augmenter et améliorer la division sociale du travail; l’énorme expansion de l’éducation; la subordination de l’intérêt capitaliste à l’intérêt national et l’encouragement actif de la concurrence inter-capitaliste» (p.361).

L’approche de Marx en revanche était qu’il prenait ce qu’il observait en Europe à son époque pour être une ‘voie capitaliste normale’. Mais ce que Marx considérait comme ‘normal’ était un système qui, selon les mots de Smith appliqué aux Pays Bas, (1) inversait le progrès naturel en développant le commerce d’abord et l’agriculture ensuite, un système qui était donc ‘contre nature et rétrograde’ et ou (2) l’état avait perdu son autonomie de la bourgeoisie.

En fait, les intérêts capitalistes devinrent dominants dans la gestion des États occidentaux, de l’époque de Marx jusqu’à aujourd’hui, à la fois en économie (pensez aux réductions d’impôts de Trump) et en politique étrangère (pensez aux profits de guerre en Irak). Les capitalistes ont repris l’état et, comme Marx l’a écrit, le gouvernement est devenu ‘un comité pour gérer les affaires communes de la bourgeoisie’. Un tel chemin a inversé le développement ‘naturel’ de Smith, en sautant les étapes et en se livrant au commerce à longue distance et le colonialisme avant de laborieusement et suffisamment développer la production locale. Mais le plus important est que la voie marxiste diffère de la smithienne en ce sens qu’il n’y a pas d’autonomie de l’état vis-à-vis de la bourgeoisie. Puisque les capitalistes européens prospéraient dans des conditions de conquête, d’esclavage et de colonialisme, ils avaient besoin de l’état pour un développement aussi ‘excentrique’, c’est-à-dire pour la projection du pouvoir à l’étranger, et ils devaient donc le ‘conquérir’. Cela a rendu la voie européenne agressive et guerrière.

Arrighi croit que ce que nous considérons aujourd’hui comme une voie capitalistebranko005y standard est celui décrit par Marx. (Peer Vries dans son excellent ‘Echapper à la pauvreté’ définit le capitalisme comme une recherche rationnelle du profit plus la marchandisation du travail plus la projection du pouvoir à l’extérieur.) Mais ce chemin était spécifique à l’Europe et ne peut être généralisé ou ‘déifié’. Une voie alternative, beaucoup plus proche de la smithienne, a été suivie par la Chine de la dynastie Song jusqu’à la dynastie Qing. Là-bas, l’économie de marché était encore plus développée qu’en Europe de l’Ouest (probablement jusqu’en 1500 environ) mais les intérêts commerciaux n’étaient jamais capables de s’organiser suffisamment pour pouvoir s’approcher de la politique de l’état. L’état autoritaire laissait en paix les riches marchands tant qu’ils ne le menaçaient pas, en un mot tant qu’ils ne ‘grossissaient pas trop pour leurs bottes’. Mais il gardait toujours un œil méfiant sur eux.

Comme l’écrit Jacques Gernet dans La vie quotidienne en Chine à la veille de l’invasion mongole 1250-76 (p. 61ff) concernant la Chine de Song, beaucoup de marchands sont devenus riches mais ils n’ont pas réussi à créer une ‘classe’, comme le Tiers-État en France ou les classes similaires des propriétaires ailleurs en Europe occidentale qui ont réussi à gagner d’abord la représentation politique et après le pouvoir lui-même. En Chine, au contraire, il existait dès le départ un gouvernement central fort pour contrôler le pouvoir des commerçants ou de n’importe qui d’autre. Un thème similaire est repris par Debin Ma dans son article sur la capacité fiscale de l’État chinois et la Grande Divergence (‘Rock, Scissors, Paper’): « … en Chine, la montée précoce de l’absolutisme [État centralisé basé sur l’organisation hiérarchique de la bureaucratie], avec l’absence de toute institution représentative assurait que les rentes économiques provenant du contrôle de la violence étaient fermement entre les mains d’intérêts politiques dissociés de ceux d’intérêt commercial et de la propriété» (pp. 26-7). Ce n’était certainement pas un gouvernement à la demande de la bourgeoisie.branko007y

Cela nous conduit à la Chine actuelle. Le gouvernement actuel, dominé par les communistes, et la répartition du pouvoir politique entre celui-ci et la classe capitaliste déjà formée, rappellent cette relation traditionnelle. Le gouvernement est utile aux intérêts de la bourgeoisie, mais seulement tant que ces intérêts ne vont pas à l’encontre des objectifs de l’État (c’est-à-dire de l’élite qui dirige l’État).

La distinction entre les biens publics, purement privés … la propriété et une myriade d’arrangements de propriété entre-deux (Les société d’État levant des capitaux privés en bourse, la propriété communale mélangée avec la propriété privée, entreprises publiques avec la participation privée étrangère etc.) est assez floue dans la Chine d’aujourd’hui. Les organisations communistes existent au sein d’entreprises entièrement privées. Bien sûr, ils peuvent être utiles aux capitalistes dans la mesure où ils sont capables de coopter de telles organisations pour faire pression sur l’État-parti en leur nom. Mais différemment, leur présence peut aussi être énervante car ils ont encore une autre circonscription à satisfaire et à corrompre un autre organisme qui pourrait, si tel est le climat politique, se retourner contre les capitalistes. Et faire cela indépendamment de ce que sont les droits et la structure de la propriété formelle.

Même les statistiques officielles chinoises ont des difficultés à attraper les distinctions si nombreuses sont les formes de propriété, et tant sont différents droits de propriété de la capacité à disposer et vendre les actifs à l’usufruit seulement. Cette multitude de structures de propriété et d’entreprise a été l’un des principaux casse-tête pour les partisans inconditionnels du Consensus de Washington qui ont insisté sur l’importance pour la croissance des droits de propriété clairement définis. Il était impossible d’adapter la Chine avec sa myriade de relations de propriété dans le carcan néolibéral. De plus, certains des types de propriété les plus obscurs, comme Township and Village Enterprises, ont enregistré les taux de croissance les plus spectaculaires. (M. Weitzman et C. Wu ont un excellent article à ce sujet).

Mais les capitalistes chinois qui existent et prospèrent dans cette jungle de types de propriété et de droits de propriété incertains, acquiescent-ils toujours à ce rôle particulier où leurs droits formels peuvent être limités ou révoqués à tout moment, et où ils sont sous la tutelle constante de l’État; ou vont-ils, au fur et à mesure qu’ils deviennent plus forts et plus nombreux, s’organiser, influencer l’État, et enfin le reprendre comme cela s’est passé en Europe? Le chemin européen tracé par Marx semble à bien des égards avoir une certaine logique de fer: le pouvoir économique tend à s’émanciper et à soigner ou imposer ses propres intérêts. Si les capitalistes ont entre leurs mains le pouvoir économique, comment peuvent-ils être arrêtés? Mais, d’un autre côté, près de deux millénaires de ce partenariat difficile et inéquitable entre l’Etat chinois et les entreprises chinoises constituent un obstacle formidable, un lien de tradition et d’inertie, qui pourrait garder l’autonome de l’état et ce qu’Arrighi appelle la voie smithienne.

C’est pourquoi la question de la démocratisation de la Chine doit être posée d’une manière très différente de ce que nous faisons habituellement; la question clée est de savoir si les capitalistes chinois vont arriver à contrôler l’État et, pour ce faire, utiliseront-ils la démocratie représentative comme leur outil. En Europe et aux États-Unis, cet outil a été utilisé très soigneusement par les capitalistes; il était administré à doses homéopathiques, la franchise s’étendant souvent à la vitesse de l’escargot et se rétractant chaque fois qu’il y avait une menace potentielle pour les classes de propriétaires (comme en Angleterre après la Révolution française ou en France après la Restauration, en Hongrie et moins en Autriche tout au long de l’existence de la double monarchie). Mais dès 1918, il était politiquement impossible de continuer à imposer des tests d’alphabétisation ou des recensements du revenu pour priver les électeurs de leurs droits électoraux, et même le Sud des États-Unis fut finalement contraint par le Civil Rights Act de 1965 d’arrêter d’y recourir avec divers moyens.

La démocratie chinoise, si elle vient, serait donc, au sens juridique, une-personne un-vote, c’est-à-dire du genre observé ailleurs. Pourtant, compte tenu du poids de l’histoire, de la précarité et de la taille encore limitée des classes possédantes (une étude de la classe moyenne en Chine le situe au 1/5eme de la population urbaine), il n’est pas certain qu’elle pourrait être maintenue. Elle a échoué dans les deux premières décennies du 20e siècle, peut-elle être rétablie avec plus de succès cent ans plus tard?

 

Sources:

Will bourgeoisie ever rule the Chinese state?

Applying Marx’s theories to today’s Communist China.

Traduction: Azra Isakovic

P.S. Parties du texte à publier dans le prochain livre « Capitalism, alone » (Harvard University Press, 2019).