Your Friday Briefing

“You can do everything with bayonets, but you are not able to sit on them”
Otto Von Bismarck


By Azra Isakovic

Friday, April 30, 2021

Good morning

Welcome to Your Friday Briefing

Featured

Imperialism – The Enduring Legacy of Kwame Nkrumah, An interview with William Shoki, Benjamin Talton, Anakwa Dwamena | Tribune

Books

France/Afrique – Le piège africain de Macron, Antoine Glaser, Pascal Airault | Fayard
Review – The influence of the Soviet economic model and the lessons for China  Branko Milanovic | Global inequality
Review – Kubrick’s Human Comedy, Andrew Delbanco | The New York Review of Books

Must-Reads

US – Biden’s 100-day strategy: Under-promise and over-deliver, Elaine Kamarck | Brookings
US – The Biden 100-Day Progress Report | Foreign Policy
US/Germany – Joe Biden’s 100 Days of Solitude: How Germany is botching the transatlantic restart with the new US administration, Thomas Kleine-Brockhoff and Andrea Rotter | IPQ
Egypt – Is History Coming for Sisi’s Regime?  Robert Kaplan | Foreign Policy
India – India’s ‘Scenes From Dante’s Inferno’  Zarir Udwadia | Financial Times
China – The Hidden Weakness of China’s Military  Steve Sacks | The Diplomat
US/China – How to Fight a Maritime War Against China  James Holmes | 1945
India – India’s Covid Tsunami  Shashi Tharoor | Project Syndicate
China – China Grows Military Education Diplomacy in Cen. Asia  Erica Marat | PONARS
US/Taiwan/China – Washington Avoids Tough Questions on Taiwan and China  Charles Glaser | FA
Germany/Climate – ‘Historic’ German ruling says climate goals not tough enough, Kate Connolly | The Guardian
EU/China – The Belt and Road Initiative: Forcing Europe to Reckon with China? Jennifer Hillman and Alex Tippett | Council on Foreign Relations

Research & Analysis

Arms Control – The Future of Strategic Arms Control, Rebecca Lissner | Council on Foreign Relation
Digital/Security – Quantifying Risk: Innovative Approaches to Cybersecurity, Adam Bobrow | GMF
Health/Global – Pandemic preparedness and response: Beyond the WHO’s Access to COVID-19 Tools Accelerator, Kaushik Basu, Lawrence Gostin and Nicole Hassoun | Brookings
EU – The EU’s arms control challenge, Clara Portela | EUISS

Podcast

100 premiers jours de Biden – Joe Biden, le révolutionnaire qu’on n’attendait pas | L’Heure du Monde

Your Wednesday Briefing

No one can instill in you a sense of inferiority without your consent.
Bertolt Brecht


By Azra Isakovic

Wednesday, April 7, 2021

Good morning

Welcome to Your Wednesday Briefing

Featured

Liberal Order – The Liberal Order Begins at Home, by Robin Niblett & Leslie Vinjamuri | Foreign Affairs

Books

Political Science –Nonstate Warfare Stephen Biddle | Princeton University Press
Review – The Origins of Western Divergence  Robert Henderson | City Journal
Political Science –Subtle Tools, Karen J. Greenberg | Princeton University Press

Must-Reads

Vaccine Diplomacy – The Surprise Success of Sputnik V  C. Esch, J. Glüsing & C. Hebel | Der Spiegel
US/Russia – U.S.-Russian Relations Will Only Get Worse, James Goldgeier | Foreign Affairs
EU/Global – Built to order: How Europe can rebuild multilateralism after covid-19, Anthony Dworkin | ECFR
Covid19 – A COVID Counterfactual for Europe  Yanis Varoufakis | Project Syndicate
China – With Xinjiang Cotton, China Takes On the World  Kris Cheng & Holmes Chan | Lowy
Northern Ireland – Ignoring Northern Ireland’s Dangerous Drift  Andrew McQuillan | Spectator
Northern Ireland – Northern Ireland Clashes Show Brexit Isn’t Done Ailbhe Rea | New Statesman
French politics: Macron faces test of character as Le Pen’s popularity grows, Victor Mallet | FT
Corporation Tax – Global corporate tax deal edges closer after US backs minimum rate, Chris Giles, Guy Chazan and David Keohane | FT

Research & Analysis

Economy/Health – Economic Policy for a Pandemic Age, Monica de Bolle, Maurice Obstfeld and Adam S. Posen | PIIE
Health – Health Silk Road 2020:A Bridge To The Future Of Health For All By Henry Tillman, YE Yu, YANG Jian | Shanghai Institutes for International Studies (SIIS) [PDF]
EU/5G –The impact of 5G on the European economy | Accenture
EU/Corruption – A wicked problem: How to cooperate with collusive states? Roderick Parkes and Mark McQuay | EUISS
China – China as a ‘cyber great power’: Beijing’s two voices in telecommunications, Rush Doshi, Emily de La Bruyère, Nathan Picarsic, and John Ferguson | Brookings

Podcasts

La Chine, la Russie et le retour de l’état civilisationnel, par Adrian Pabst

Ces états ne se définissent pas comme des états-nations, mais des états civilisationnels – en opposition au libéralisme et à l’idéologie de marché mondialisée de l’Occident.

Le 20ème siècle a marqué la chute de l’empire et le triomphe de l’État-nation. L’autodétermination nationale est devenue le principal test de la légitimité de l’état, plutôt que l’héritage dynastique ou le pouvoir impérial. Après la guerre froide, les élites dominantes occidentales ont supposé que le modèle de l’état-nation avait vaincu toutes les formes d’organisation politique rivales. La diffusion mondiale des valeurs libérales créerait une ère d’hégémonie occidentale. Ce serait un nouvel ordre mondial fondé sur des états souverains mis en œuvre par des organisations internationales à domination occidentale telles que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce.

Mais aujourd’hui, nous assistons à la fin de l’ordre mondial libéral et à la montée en puissance de l’état civilisationnel, qui prétend représenter non seulement une nation ou un territoire, mais une civilisation exceptionnelle. En Chine et en Russie, les classes dirigeantes rejettent le libéralisme occidental et l’expansion d’une société de marché mondiale. Ils définissent leurs pays comme des civilisations distinctes, dotées de valeurs culturelles et d’institutions politiques uniques. L’ascension des états de civilisation ne modifie pas simplement l’équilibre mondial des forces. Il est également en train de transformer la géopolitique de l’après-guerre froide d’un universalisme libéral vers un exceptionnalisme culturel.

****

Trente ans après l’effondrement du communisme totalitaire, la démocratie de marché libérale est en cause. L’Occident et ‘le reste’ sont en train de sombrer dans des formes de totalitarisme mou, le fondamentalisme de marché ou le capitalisme d’état créant des concentrations oligarchiques de pouvoir et de richesse. Les oligarchies se rencontrent dans des systèmes à la fois démocratiques et autoritaires, dirigés par des leaders démagogiques pouvant être plus libéraux, comme avec le président français Emmanuel Macron, ou plus populistes, comme le Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Dans les anciennes démocraties de l’Europe occidentale et dans les démocraties postérieures à 1989 de l’ancienne Union soviétique, les libertés fondamentales reculent et la séparation des pouvoirs est menacée.

La résurgence de la rivalité entre grandes puissances, notamment avec la montée de la Russie et de la Chine, affaiblit les tentatives occidentales d’imposer un ensemble unifié de normes et de règles dans les relations internationales. Les dirigeants de ces puissances, y compris les États-Unis sous Donald Trump, rejettent les droits de l’homme universels, la primauté du droit, le respect des faits et une presse libre au nom de la différence culturelle. Les jours de diffusion des valeurs universelles de l’illumination occidentale sont passés depuis longtemps.

La mondialisation est en partie inversée. Le libre-échange est limité par des guerres tarifaires protectionnistes entre les États-Unis et la Chine. La promotion de la démocratie occidentale a été remplacée par un compromis avec des autocrates tels que Kim Jong-un, nord-coréen. Mais plus fondamentalement, la géopolitique n’est plus simplement une question d’économie ou de sécurité – Christopher Coker la décrit comme étant essentiellement socioculturelle et civilisationnelle dans L’Éveil de l’État civilisationnel (2019). Le monde non occidental, dirigé par Pékin et Moscou, s’oppose à la prétention occidentale d’incarner des valeurs universelles.

Le dirigeant chinois Xi Jinping défend un modèle de «socialisme avec des caractéristiques chinoises» fondant un état léniniste avec une culture néo-confucéenne. Vladimir Poutine définit la Russie comme un «état civilisationnel», qui n’est ni occidental ni asiatique, mais uniquement eurasien. Trump s’oppose à la dilution multiculturelle européenne de la civilisation occidentale – qu’il assimile à un credo suprématiste blanc. Une doctrine hybride du nationalisme chez nous et de la défense de la civilisation à l’étranger est commune à ces dirigeants. Cela réconcilie leur promotion du statut de grand pouvoir avec leur aversion idéologique pour l’universalisme libéral. Les États fondés sur des identités de civilisation sont inévitablement en conflit avec les institutions de l’ordre mondial libéral, et c’est ce qui se passe.

Les civilisations elles-mêmes pourraient ne pas s’affronter, mais la géopolitique contemporaine s’est transformée en une compétition entre différentes versions de normes civilisées. En Occident, il existe un fossé grandissant entre une Europe cosmopolite et des États-Unis nativistes. Et une «guerre culturelle» mondiale oppose l’establishment libéral occidental aux puissances illibérales de la Russie et de la Chine. L’exception culturelle est une fois de plus un défi et remplace sans aucun doute la prétention du libéralisme à la validité universelle. Les puissances qui se redéfinissent à mesure que les civilisations étatiques gagnent en force.

****

Un nouveau récit s’est imposé parmi les classes dirigeantes occidentales: l’axe agressif de la Russie et de la Chine constitue la principale menace pour le système international dominé par l’Occident. Mais l’ordre mondial libéral est également soumis à une tension interne sans précédent. L’invasion de l’Iraq en 2003, la crise financière mondiale de 2008, l’austérité et la crise des réfugiés en Europe, qui a commencé sérieusement 2015 et en partie à la suite de la déstabilisation occidentale en Libye et en Syrie, ont érodé la confiance du public dans l’établissement libéral et les institutions qu’il contrôle. Le Brexit, Donald Trump et l’insurrection populiste qui déferle sur l’Europe continentale marquent une révolte contre le libéralisme économique et social qui a dominé la politique intérieure et la mondialisation néolibérale. L’ascension de «hommes forts» autoritaires tels que Poutine, Xi Jinping, le Premier ministre indien Narendra Modi, le président turc Erdogan et le nouveau chef du Brésil Jair Bolsonaro menace gravement la domination libérale des relations internationales. Mais le principal danger pour l’Occident est interne – à savoir l’érosion de la civilisation occidentale par l’ultra-libéralisme.

L’idée dominante des quatre dernières décennies est la conviction que l’Occident est une civilisation politique qui représente la marche en avant de l’histoire vers un ordre normatif unique. Mais l’expérience a montré que cette force, avec sa tendance au capitalisme de cartel, à la dérive bureaucratique et à l’individualisme rampant, dévaste la civilisation culturelle de l’Occident. Une partie de l’héritage de cette civilisation réside dans le modèle d’après-guerre de marchés socialement enracinés, d’états décentralisés, d’équilibre d’économies ouvertes avec protection de l’industrie nationale et d’engagement pour la dignité de la personne, inscrit dans les droits de l’homme.

C’est un héritage qui repose sur un héritage culturel commun issu de la philosophie et du droit gréco-romains, ainsi que de la religion et de l’éthique judéo-chrétiennes. Chacun, de différentes manières, souligne la valeur unique de la personne et la libre association humaine indépendante de l’état. Les pays occidentaux partagent des traditions de musique, d’architecture, de philosophie, de littérature, de poésie et de croyances religieuses qui les rendent membres d’une civilisation commune plutôt que d’un ensemble de cultures distinctes.

Cet héritage de civilisation et ses principes sont menacés par les forces du libéralisme. Au nom de valeurs libérales supposées universelles, l’administration Clinton adopta comme mission de civilisation la propagation mondiale des états du marché et des interventions humanitaires. Après les attentats du 11 septembre, des gouvernements libéraux de gauche, tels que le New Labour de Tony Blair, ont mené des guerres à l’étranger et restreint les droits civils au nom de la sécurité.

Emmanuel Macron, le dernier porte-parole des progressistes occidentaux, a mené une répression contre les manifestants de gilets jaunes en France qui menaçait les libertés fondamentales d’expression, d’association et de manifestation publique. Comme Patrick Deneen, juriste catholique et auteur de Why Liberalism Failed (2018), et les autres ont montré le libéralisme sape les principes de libéralité dont dépend la civilisation occidentale, tels que la libre enquête, la liberté de parole, la tolérance pour la dissidence et le respect des les opposants politiques.

Au cœur de l’Occident se trouve un paradoxe. C’est la seule communauté de nations fondée sur les valeurs politiques d’autodétermination du peuple, de démocratie et de libre-échange. Ces principes ont été codifiés dans la Charte de l’Atlantique de 1941, signée par Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt, et enchâssés dans le système international d’après 1945. Pourtant, le libéralisme érode ces fondements culturels et nous en subissons les conséquences. La civilisation occidentale est beaucoup moins en mesure d’affronter des problèmes internes tels que l’injustice économique, la dislocation sociale et la résurgence du nationalisme, ainsi que les menaces externes de dévastation écologique, de terrorisme islamiste et de puissances étrangères hostiles.

Après la chute du communisme, l’Occident libéral a cherché à refondre la réalité dans son image de soi progressive. Comme l’a dit Tony Blair, seule la culture libérale est du «bon côté de l’histoire». Les États-Unis et l’Europe occidentale se considéraient comme des porteurs de valeurs universelles pour le reste de l’humanité. Les dirigeants libéraux se sont mutés pour devenir ce que Robespierre a qualifié de «missionnaires armés». Ils ont exporté les normes culturelles occidentales d’expression personnelle et d’émancipation individuelle vis-à-vis de la famille, de la religion et de la nationalité. Les nations étaient considérées par les libéraux occidentaux comme des ego généraux qui ne souhaitaient rien d’autre que s’adapter aux impératifs de la mondialisation et à un monde sans frontières ni identités nationales.

La culture superficielle du libéralisme contemporain affaiblit la civilisation en Occident et ailleurs. Le capitalisme libéral défend des normes culturelles qui glorifient la cupidité, le sexe et la violence. Trop de libéraux dans la politique, les médias et l’académie se caractérisent par une «fermeture de l’esprit» qui ignore les réalisations intellectuelles, littéraires et artistiques qui font de l’Occident une civilisation reconnaissable.

Certains libéraux cosmopolites nient même l’existence même de l’Occident en tant que civilisation. Dans l’une de ses conférences sur la BBC Reith en 2016, l’académicien américano-ghanéen d’origine britannique, Gwwé Anthony Appiah, petit-fils de l’ancien chancelier travailliste Stafford Cripps, a affirmé que nous devrions renoncer à l’idée de civilisation occidentale. « Je crois », a déclaré Appiah, « que la civilisation occidentale n’est pas du tout une bonne idée et que la culture occidentale ne constitue aucun progrès. »

****

Le rejet de l’universalisme occidental des élites russes et chinois défie l’idée que l’État-nation soit la norme internationale en matière d’organisation politique. Les classes dirigeantes chinoises et russes se considèrent comme des détenteurs de normes culturelles uniques et se définissent comme des états civilisationnels plutôt que comme des états-nations, car ces derniers sont associés à l’impérialisme occidental – et dans le cas de la Chine, un siècle d’humiliations après le XIXe siècle Guerres de l’opium. Martin Jacques, auteur de Quand la Chine règne sur le monde (2009), affirme que « les caractéristiques les plus fondamentales qui définissent la Chine aujourd’hui et qui confèrent à la Chine son identité, ne émanent pas du siècle dernier, quand la Chine s’est appelée un état-nation, mais des deux millénaires précédents, quand elle peut être décrite comme un état civilisationnel. »

Xi Jinping a appelé à plusieurs reprises les élites du pays à « insuffler une nouvelle vitalité à la civilisation chinoise en dynamisant tous les éléments culturels qui transcendent le temps, l’espace et les frontières nationales et qui possèdent à la fois un attrait perpétuel et une valeur actuelle ». Il entend par là l’appel intemporel de l’harmonie confucéenne promu par l’état communiste chez lui et à l’étranger. La vision d’une sphère d’influence de la civilisation sous-tend les efforts de Beijing pour placer Taiwan et la mer de Chine méridionale sous le contrôle de la Chine.

La guerre commerciale qui se déroule actuellement avec les États-Unis n’est que le début d’une confrontation plus large Est-Ouest au sujet de deux missions civilisatrices rivales, comprenant le contrôle d’une technologie susceptible de redéfinir ce que signifie vivre dans la société et être humain. L’affaire concernant la société chinoise Huawei, soutenue par l’état, et son implication dans la construction d’un réseau de téléphonie mobile 5G au Royaume-Uni et ailleurs est un signe avant-coureur de batailles à venir.

La Chine présente sa voie de développement comme non exportatrice, alors que le modèle occidental dirigé par les États-Unis est présenté comme expansionniste. En réalité, le consensus de Pékin sur le capitalisme d’état léniniste et l’harmonie mondiale néo-confucéenne est en train de se faire sentir en Asie centrale et même en Europe par le biais de l’initiative d’infrastructures Ceinture et Route.

La Chine de Xi déploie également des relations publiques propagandistes et du soft power. Un réseau mondial de plus de 500 instituts Confucius intégrés dans des universités étrangères et son industrie cinématographique nationale font la promotion de la civilisation chinoise. Cette publication est corroborée par l’édition anglaise du journal officiel China Daily et par les programmes multilingues de China Central Television.

Le Parti communiste chinois est en train de créer un système de surveillance qui fait en sorte que les plates-formes technologiques occidentales ressemblent à des modèles de la protection de la vie privée. L’Internet et les technologies avancées de reconnaissance faciale contrôlent le comportement individuel dans des villes et des régions agitées telles que le Xinjiang, où, selon les estimations de l’ONU, près d’un million de membres de la minorité musulmane seraient enfermés dans des camps de rééducation.

Les entreprises collaborent avec l’État en lui fournissant des données utilisées pour répertorier les dissidents et faire respecter la censure. La connaissance et le pouvoir sont concentrés dans les mains des planificateurs de parti qui manipulent la population au sens large. Pendant le règne de Mao de 1949 à 1976, les communistes ont remplacé l’idée d’un gouvernement du peuple par la gestion des affaires. Sous Xi, la Chine semble sur le point de devenir une tyrannie par les chifres.

La dépendance du pays à l’égard d’investissements considérables en Afrique, en Amérique latine et en Asie centrale pour des débouchés commerciaux et une influence politique suggère des ambitions hégémoniques. La vision de Xi d’un ordre mondial harmonieux est celle dans laquelle l’état civilisationnel de la Chine sera au-delà de toute critique de l’intérieur et de l’extérieur. Pourtant, les dirigeants chinois lancent une charmante offensive pour séduire l’Occident libéral. En janvier 2017, à Davos, alors que Donald Trump dénonçait le dogme du libre-échange, Xi a déclaré au Forum économique mondial que «la mondialisation a alimenté la croissance mondiale et facilité la circulation des biens et des capitaux, les progrès de la science, de la technologie et de la civilisation et les interactions entre les peuples ».

La Chine avance sous le couvert du libéralisme économique.

Comme Xi, Poutine estime que les valeurs libérales occidentales ne sont pas universelles et ne reflètent pas l’identité culturelle unique de la Russie. Dans un discours prononcé devant les deux chambres du parlement russe en 2012, il a déclaré que « l’état civilisationnel » de la Russie protégeait le pays de « la dissolution dans ce monde diversifié ». L’Occident menace cette civilisation car, selon Poutine, il nie les principes moraux et les modes de vie traditionnels. Trump et son ancien conseiller Steve Bannon sont tous deux d’accord avec l’aspiration à recouvrer les valeurs judéo-chrétiennes, malgré leur propre comportement immoral.

Pour le Kremlin, la faiblesse de l’Occident le rend imprévisible et plus agressif, à l’instar des sanctions économiques antirusses. Mais, de même, cela offre la possibilité d’affirmer l’identité eurasienne de la Russie contre toute intégration avec les puissances occidentales. L’autodétermination de la Russie en tant qu’état civilisationnel donne à Poutine une raison d’intervenir dans les affaires des pays de l’Europe postsoviétique avec des minorités russes comme la Géorgie et l’Ukraine. L’objectif n’est pas la conquête territoriale mais un levier stratégique. Il sert l’objectif plus général de réaffirmer la Russie en tant que grande puissance aux côtés des États-Unis et de la Chine.

La Russie a utilisé des arguments de civilisation pour encadrer son intervention au Moyen-Orient, où elle a supplanté les États-Unis en tant qu’acteur essentiel. L’aide militaire au régime de Bachar al-Assad a transformé la Syrie en un pays client russe au cours de la longue et brutale guerre civile. L’intervention a renforcé la mission de Moscou visant à empêcher les djihadistes islamistes de contrôler une grande armée et un appareil administratif qui auraient pu être utilisés pour tuer les derniers chrétiens orthodoxes orientaux de la région.

En 2016, Valery Gergiev, un chef d’orchestre russe renommé proche de Poutine, a dirigé un concert au théâtre romain de Palmyre, un site classé au patrimoine de l’Unesco reconquis par des militants de l’État islamique qui avaient procédé à des exécutions sommaires dans les ruines. Dans son discours au public par vidéoconférence, Poutine a appelé à une bataille mondiale contre les forces barbares du terrorisme islamiste. Le message était que l’Occident avait perdu son monopole moral et que la Russie était une force pour le bien. C’est la version du Kremlin d’une mission civilisatrice.

****

Dans un sens, les classes dirigeantes dans des soi-disant états civilisationnels sont des ennemis déclarés de l’Occident. Ils rejettent les droits de l’homme universels et les libertés démocratiques au profit de leur propre exceptionnalisme culturel. Les élites chinoises et russes invoquent des idées similaires à celles de réactionnaires du siècle des Lumières tels que Joseph de Maistre et Johann Fichte, qui ont glorifié le nationalisme. Ils font également appel aux concepts des Lumières – tels que la volonté générale de Rousseau, qui unifie la société et exige une obéissance absolue, ou la notion de Hegel selon laquelle l’État incarne l’esprit d’un peuple. Ces idées sont prédominantes dans la philosophie religieuse d’Ivan Ilyin et Aleksandr Dugin, toutes deux citées par Poutine.

Cependant, ni le culte occidental de la liberté privée sans solidarité sociale, ni les tendances totalitaires parmi les élites chinoises et russes ne peuvent nourrir des sociétés résilientes contre les forces perturbatrices de la technologie et la mondialisation économique implacable. À l’heure actuelle, les États-nations et les États civilisés ne parviennent pas à créer un véritable concours démocratique. Au lieu de cela, ils privilégient la «volonté de puissance» de certains par rapport à d’autres – les forts, les puissants et les riches par rapport aux faibles, aux sans pouvoir et aux pauvres. Dans les systèmes démocratiques et autoritaires, le pouvoir oligarchique, la politique démagogique et la fragmentation sociale augmentent.

Ce qui manque, c’est une riche conception de l’homme en tant qu’être social et politique, ancré dans les relations et les institutions. Qui parmi les libéraux occidentaux contemporains ou les élites illibérales ailleurs réfléchit à la question de savoir comment équilibrer les droits individuels avec des obligations mutuelles? Ou comment promouvoir la liberté et la fraternité en dehors de l’État autoritaire ou du marché libre sans entrave?

Pourtant, à travers différentes civilisations, il existe un sentiment infime que le but de la politique est la libre association de personnes autour d’intérêts communs et de vertus sociales partagées de générosité, de loyauté, de courage, de sacrifice et de gratitude. La pratique de telles vertus peut nous rapprocher en tant que citoyens, nations et cultures, au-delà de la couleur, de la classe ou des croyances.

****

L’Occident libéral et les états civilisationnels de la Chine et de la Russie sont aux prises avec une bataille pour des missions «civilisatrices» concurrentes. Et les termes du débat entre différentes civilisations ne seront sûrement pas occidentaux. Comme le souligne Christopher Coker dans La montée en puissance de l’État civilisationnel, la résistance du monde non occidental signifie que « l’Occident peut ne pas être en train de façonner l’histoire pour tous, ni même pour elle-même ».

Un scénario plausible est que les conflits décisifs ne se dérouleront pas entre l’Ouest et l’Asie, mais entre des forces oligarchiques et démagogiques de chaque côté. Le monde glisse dans un totalitarisme doux fondé sur la surveillance et le contrôle social. L’universalisme libéral se fragmente et une nouvelle « guerre de culture » mondiale oppose les nationalistes conservateurs aux cosmopolites libéraux. Le nouveau pivot de la géopolitique est la civilisation.

Le 20ème siècle a marqué la chute de l’empire et le triomphe de l’État-nation. L’autodétermination nationale est devenue le principal test de la légitimité de l’état, plutôt que l’héritage dynastique ou le pouvoir impérial. Après la guerre froide, les élites dominantes occidentales ont supposé que le modèle de l’état-nation avait vaincu toutes les formes d’organisation politique rivales. La diffusion mondiale des valeurs libérales créerait une ère d’hégémonie occidentale. Ce serait un nouvel ordre mondial fondé sur des états souverains mis en œuvre par des organisations internationales à domination occidentale telles que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce.

Mais aujourd’hui, nous assistons à la fin de l’ordre mondial libéral et à la montée en puissance de l’état civilisationnel, qui prétend représenter non seulement une nation ou un territoire, mais une civilisation exceptionnelle. En Chine et en Russie, les classes dirigeantes rejettent le libéralisme occidental et l’expansion d’une société de marché mondiale. Ils définissent leurs pays comme des civilisations distinctes, dotées de valeurs culturelles et d’institutions politiques uniques. L’ascension des états de civilisation ne modifie pas simplement l’équilibre mondial des forces. Il est également en train de transformer la géopolitique de l’après-guerre froide d’un universalisme libéral vers un exceptionnalisme culturel.

****

Trente ans après l’effondrement du communisme totalitaire, la démocratie de marché libérale est en cause. L’Occident et ‘le reste’ sont en train de sombrer dans des formes de totalitarisme mou, le fondamentalisme de marché ou le capitalisme d’état créant des concentrations oligarchiques de pouvoir et de richesse. Les oligarchies se rencontrent dans des systèmes à la fois démocratiques et autoritaires, dirigés par des leaders démagogiques pouvant être plus libéraux, comme avec le président français Emmanuel Macron, ou plus populistes, comme le Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Dans les anciennes démocraties de l’Europe occidentale et dans les démocraties postérieures à 1989 de l’ancienne Union soviétique, les libertés fondamentales reculent et la séparation des pouvoirs est menacée.

La résurgence de la rivalité entre grandes puissances, notamment avec la montée de la Russie et de la Chine, affaiblit les tentatives occidentales d’imposer un ensemble unifié de normes et de règles dans les relations internationales. Les dirigeants de ces puissances, y compris les États-Unis sous Donald Trump, rejettent les droits de l’homme universels, la primauté du droit, le respect des faits et une presse libre au nom de la différence culturelle. Les jours de diffusion des valeurs universelles de l’illumination occidentale sont passés depuis longtemps.

La mondialisation est en partie inversée. Le libre-échange est limité par des guerres tarifaires protectionnistes entre les États-Unis et la Chine. La promotion de la démocratie occidentale a été remplacée par un compromis avec des autocrates tels que Kim Jong-un, nord-coréen. Mais plus fondamentalement, la géopolitique n’est plus simplement une question d’économie ou de sécurité – Christopher Coker la décrit comme étant essentiellement socioculturelle et civilisationnelle dans L’Éveil de l’État civilisationnel (2019). Le monde non occidental, dirigé par Pékin et Moscou, s’oppose à la prétention occidentale d’incarner des valeurs universelles.

Le dirigeant chinois Xi Jinping défend un modèle de «socialisme avec des caractéristiques chinoises» fondant un état léniniste avec une culture néo-confucéenne. Vladimir Poutine définit la Russie comme un «état civilisationnel», qui n’est ni occidental ni asiatique, mais uniquement eurasien. Trump s’oppose à la dilution multiculturelle européenne de la civilisation occidentale – qu’il assimile à un credo suprématiste blanc. Une doctrine hybride du nationalisme chez nous et de la défense de la civilisation à l’étranger est commune à ces dirigeants. Cela réconcilie leur promotion du statut de grand pouvoir avec leur aversion idéologique pour l’universalisme libéral. Les États fondés sur des identités de civilisation sont inévitablement en conflit avec les institutions de l’ordre mondial libéral, et c’est ce qui se passe.

Les civilisations elles-mêmes pourraient ne pas s’affronter, mais la géopolitique contemporaine s’est transformée en une compétition entre différentes versions de normes civilisées. En Occident, il existe un fossé grandissant entre une Europe cosmopolite et des États-Unis nativistes. Et une «guerre culturelle» mondiale oppose l’establishment libéral occidental aux puissances illibérales de la Russie et de la Chine. L’exception culturelle est une fois de plus un défi et remplace sans aucun doute la prétention du libéralisme à la validité universelle. Les puissances qui se redéfinissent à mesure que les civilisations étatiques gagnent en force.

****

Un nouveau récit s’est imposé parmi les classes dirigeantes occidentales: l’axe agressif de la Russie et de la Chine constitue la principale menace pour le système international dominé par l’Occident. Mais l’ordre mondial libéral est également soumis à une tension interne sans précédent. L’invasion de l’Iraq en 2003, la crise financière mondiale de 2008, l’austérité et la crise des réfugiés en Europe, qui a commencé sérieusement 2015 et en partie à la suite de la déstabilisation occidentale en Libye et en Syrie, ont érodé la confiance du public dans l’établissement libéral et les institutions qu’il contrôle. Le Brexit, Donald Trump et l’insurrection populiste qui déferle sur l’Europe continentale marquent une révolte contre le libéralisme économique et social qui a dominé la politique intérieure et la mondialisation néolibérale. L’ascension de «hommes forts» autoritaires tels que Poutine, Xi Jinping, le Premier ministre indien Narendra Modi, le président turc Erdogan et le nouveau chef du Brésil Jair Bolsonaro menace gravement la domination libérale des relations internationales. Mais le principal danger pour l’Occident est interne – à savoir l’érosion de la civilisation occidentale par l’ultra-libéralisme.

L’idée dominante des quatre dernières décennies est la conviction que l’Occident est une civilisation politique qui représente la marche en avant de l’histoire vers un ordre normatif unique. Mais l’expérience a montré que cette force, avec sa tendance au capitalisme de cartel, à la dérive bureaucratique et à l’individualisme rampant, dévaste la civilisation culturelle de l’Occident. Une partie de l’héritage de cette civilisation réside dans le modèle d’après-guerre de marchés socialement enracinés, d’états décentralisés, d’équilibre d’économies ouvertes avec protection de l’industrie nationale et d’engagement pour la dignité de la personne, inscrit dans les droits de l’homme.

C’est un héritage qui repose sur un héritage culturel commun issu de la philosophie et du droit gréco-romains, ainsi que de la religion et de l’éthique judéo-chrétiennes. Chacun, de différentes manières, souligne la valeur unique de la personne et la libre association humaine indépendante de l’état. Les pays occidentaux partagent des traditions de musique, d’architecture, de philosophie, de littérature, de poésie et de croyances religieuses qui les rendent membres d’une civilisation commune plutôt que d’un ensemble de cultures distinctes.

Cet héritage de civilisation et ses principes sont menacés par les forces du libéralisme. Au nom de valeurs libérales supposées universelles, l’administration Clinton adopta comme mission de civilisation la propagation mondiale des états du marché et des interventions humanitaires. Après les attentats du 11 septembre, des gouvernements libéraux de gauche, tels que le New Labour de Tony Blair, ont mené des guerres à l’étranger et restreint les droits civils au nom de la sécurité.

Emmanuel Macron, le dernier porte-parole des progressistes occidentaux, a mené une répression contre les manifestants de gilets jaunes en France qui menaçait les libertés fondamentales d’expression, d’association et de manifestation publique. Comme Patrick Deneen, juriste catholique et auteur de Why Liberalism Failed (2018), et les autres ont montré le libéralisme sape les principes de libéralité dont dépend la civilisation occidentale, tels que la libre enquête, la liberté de parole, la tolérance pour la dissidence et le respect des les opposants politiques.

Au cœur de l’Occident se trouve un paradoxe. C’est la seule communauté de nations fondée sur les valeurs politiques d’autodétermination du peuple, de démocratie et de libre-échange. Ces principes ont été codifiés dans la Charte de l’Atlantique de 1941, signée par Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt, et enchâssés dans le système international d’après 1945. Pourtant, le libéralisme érode ces fondements culturels et nous en subissons les conséquences. La civilisation occidentale est beaucoup moins en mesure d’affronter des problèmes internes tels que l’injustice économique, la dislocation sociale et la résurgence du nationalisme, ainsi que les menaces externes de dévastation écologique, de terrorisme islamiste et de puissances étrangères hostiles.

Après la chute du communisme, l’Occident libéral a cherché à refondre la réalité dans son image de soi progressive. Comme l’a dit Tony Blair, seule la culture libérale est du «bon côté de l’histoire». Les États-Unis et l’Europe occidentale se considéraient comme des porteurs de valeurs universelles pour le reste de l’humanité. Les dirigeants libéraux se sont mutés pour devenir ce que Robespierre a qualifié de «missionnaires armés». Ils ont exporté les normes culturelles occidentales d’expression personnelle et d’émancipation individuelle vis-à-vis de la famille, de la religion et de la nationalité. Les nations étaient considérées par les libéraux occidentaux comme des ego généraux qui ne souhaitaient rien d’autre que s’adapter aux impératifs de la mondialisation et à un monde sans frontières ni identités nationales.

La culture superficielle du libéralisme contemporain affaiblit la civilisation en Occident et ailleurs. Le capitalisme libéral défend des normes culturelles qui glorifient la cupidité, le sexe et la violence. Trop de libéraux dans la politique, les médias et l’académie se caractérisent par une «fermeture de l’esprit» qui ignore les réalisations intellectuelles, littéraires et artistiques qui font de l’Occident une civilisation reconnaissable.

Certains libéraux cosmopolites nient même l’existence même de l’Occident en tant que civilisation. Dans l’une de ses conférences sur la BBC Reith en 2016, l’académicien américano-ghanéen d’origine britannique, Kwame Anthony Appiah, petit-fils de l’ancien chancelier travailliste Stafford Cripps, a affirmé que nous devrions renoncer à l’idée de civilisation occidentale. « Je crois », a déclaré Appiah, « que la civilisation occidentale n’est pas du tout une bonne idée et que la culture occidentale ne constitue aucun progrès. »

****

Le rejet de l’universalisme occidental des élites russes et chinois défie l’idée que l’État-nation soit la norme internationale en matière d’organisation politique. Les classes dirigeantes chinoises et russes se considèrent comme des détenteurs de normes culturelles uniques et se définissent comme des états civilisationnels plutôt que comme des états-nations, car ces derniers sont associés à l’impérialisme occidental – et dans le cas de la Chine, un siècle d’humiliations après le XIXe siècle Guerres de l’opium. Martin Jacques, auteur de Quand la Chine règne sur le monde (2009), affirme que « les caractéristiques les plus fondamentales qui définissent la Chine aujourd’hui et qui confèrent à la Chine son identité, ne émanent pas du siècle dernier, quand la Chine s’est appelée un état-nation, mais des deux millénaires précédents, quand elle peut être décrite comme un état civilisationnel. »

Xi Jinping a appelé à plusieurs reprises les élites du pays à « insuffler une nouvelle vitalité à la civilisation chinoise en dynamisant tous les éléments culturels qui transcendent le temps, l’espace et les frontières nationales et qui possèdent à la fois un attrait perpétuel et une valeur actuelle ». Il entend par là l’appel intemporel de l’harmonie confucéenne promu par l’état communiste chez lui et à l’étranger. La vision d’une sphère d’influence de la civilisation sous-tend les efforts de Beijing pour placer Taiwan et la mer de Chine méridionale sous le contrôle de la Chine.

La guerre commerciale qui se déroule actuellement avec les États-Unis n’est que le début d’une confrontation plus large Est-Ouest au sujet de deux missions civilisatrices rivales, comprenant le contrôle d’une technologie susceptible de redéfinir ce que signifie vivre dans la société et être humain. L’affaire concernant la société chinoise Huawei, soutenue par l’état, et son implication dans la construction d’un réseau de téléphonie mobile 5G au Royaume-Uni et ailleurs est un signe avant-coureur de batailles à venir.

La Chine présente sa voie de développement comme non exportatrice, alors que le modèle occidental dirigé par les États-Unis est présenté comme expansionniste. En réalité, le consensus de Pékin sur le capitalisme d’état léniniste et l’harmonie mondiale néo-confucéenne est en train de se faire sentir en Asie centrale et même en Europe par le biais de l’initiative d’infrastructures Ceinture et Route.

La Chine de Xi déploie également des relations publiques propagandistes et du soft pouvoir. Un réseau mondial de plus de 500 instituts Confucius intégrés dans des universités étrangères et son industrie cinématographique nationale font la promotion de la civilisation chinoise. Cette publication est corroborée par l’édition anglaise du journal officiel China Daily et par les programmes multilingues de China Central Television.

Le Parti communiste chinois est en train de créer un système de surveillance qui fait en sorte que les plates-formes technologiques occidentales ressemblent à des modèles de la protection de la vie privée. L’Internet et les technologies avancées de reconnaissance faciale contrôlent le comportement individuel dans des villes et des régions agitées telles que le Xinjiang, où, selon les estimations de l’ONU, près d’un million de membres de la minorité musulmane seraient enfermés dans des camps de rééducation.

Les entreprises collaborent avec l’État en lui fournissant des données utilisées pour répertorier les dissidents et faire respecter la censure. La connaissance et le pouvoir sont concentrés dans les mains des planificateurs de parti qui manipulent la population au sens large. Pendant le règne de Mao de 1949 à 1976, les communistes ont remplacé l’idée d’un gouvernement du peuple par la gestion des affaires. Sous Xi, la Chine semble sur le point de devenir une tyrannie par les chifres.

La dépendance du pays à l’égard d’investissements considérables en Afrique, en Amérique latine et en Asie centrale pour des débouchés commerciaux et une influence politique suggère des ambitions hégémoniques. La vision de Xi d’un ordre mondial harmonieux est celle dans laquelle l’état civilisationnel de la Chine sera au-delà de toute critique de l’intérieur et de l’extérieur. Pourtant, les dirigeants chinois lancent une charmante offensive pour séduire l’Occident libéral. En janvier 2017, à Davos, alors que Donald Trump dénonçait le dogme du libre-échange, Xi a déclaré au Forum économique mondial que «la mondialisation a alimenté la croissance mondiale et facilité la circulation des biens et des capitaux, les progrès de la science, de la technologie et de la civilisation et les interactions entre les peuples ».

La Chine avance sous le couvert du libéralisme économique.

Comme Xi, Poutine estime que les valeurs libérales occidentales ne sont pas universelles et ne reflètent pas l’identité culturelle unique de la Russie. Dans un discours prononcé devant les deux chambres du parlement russe en 2012, il a déclaré que « l’état civilisationnel » de la Russie protégeait le pays de « la dissolution dans ce monde diversifié ». L’Occident menace cette civilisation car, selon Poutine, il nie les principes moraux et les modes de vie traditionnels. Trump et son ancien conseiller Steve Bannon sont tous deux d’accord avec l’aspiration à recouvrer les valeurs judéo-chrétiennes, malgré leur propre comportement immoral.

Pour le Kremlin, la faiblesse de l’Occident le rend imprévisible et plus agressif, à l’instar des sanctions économiques antirusses. Mais, de même, cela offre la possibilité d’affirmer l’identité eurasienne de la Russie contre toute intégration avec les puissances occidentales. L’autodétermination de la Russie en tant qu’état civilisationnel donne à Poutine une raison d’intervenir dans les affaires des pays de l’Europe post-soviétique avec des minorités russes comme la Géorgie et l’Ukraine. L’objectif n’est pas la conquête territoriale mais un levier stratégique. Il sert l’objectif plus général de réaffirmer la Russie en tant que grande puissance aux côtés des États-Unis et de la Chine.

La Russie a utilisé des arguments de civilisation pour encadrer son intervention au Moyen-Orient, où elle a supplanté les États-Unis en tant qu’acteur essentiel. L’aide militaire au régime de Bachar al-Assad a transformé la Syrie en un pays client russe (à qui la faute ?) au cours de la longue et brutale guerre civile (non-sens #3!). L’intervention a renforcé la mission de Moscou visant à empêcher les djihadistes islamistes de contrôler une grande armée et un appareil administratif qui auraient pu être utilisés pour tuer les derniers chrétiens orthodoxes orientaux de la région.

En 2016, Valery Gergiev, un chef d’orchestre russe renommé proche de Poutine, a dirigé un concert au théâtre romain de Palmyre, un site classé au patrimoine de l’Unesco reconquis par des militants de l’État islamique qui avaient procédé à des exécutions sommaires dans les ruines. Dans son discours au public par vidéoconférence, Poutine a appelé à une bataille mondiale contre les forces barbares du terrorisme islamiste. Le message était que l’Occident avait perdu son monopole moral et que la Russie était une force pour le bien. C’est la version du Kremlin d’une mission civilisatrice.

****

Dans un sens, les classes dirigeantes dans des soi-disant États de civilisation sont des ennemis déclarés de l’Occident. Ils rejettent les droits de l’homme universels et les libertés démocratiques au profit de leur propre exceptionnalisme culturel. Les élites chinoises et russes invoquent des idées similaires à celles de réactionnaires du siècle des Lumières tels que Joseph de Maistre et Johann Fichte, qui ont glorifié le nationalisme. Ils font également appel aux concepts des Lumières – tels que la volonté générale de Rousseau, qui unifie la société et exige une obéissance absolue, ou la notion de Hegel selon laquelle l’État incarne l’esprit d’un peuple. Ces idées sont prédominantes dans la philosophie religieuse d’Ivan Ilyin et Aleksandr Dugin, toutes deux citées par Poutine.

Cependant, ni le culte occidental de la liberté privée sans solidarité sociale, ni les tendances totalitaires parmi les élites chinoises et russes ne peuvent nourrir des sociétés résilientes contre les forces perturbatrices de la technologie et la mondialisation économique implacable. À l’heure actuelle, les États-nations et les États civilisés ne parviennent pas à créer un véritable concours démocratique. Au lieu de cela, ils privilégient la «volonté de puissance» de certains par rapport à d’autres – les forts, les puissants et les riches par rapport aux faibles, aux sans pouvoir et aux pauvres. Dans les systèmes démocratiques et autoritaires, le pouvoir oligarchique, la politique démagogique et la fragmentation sociale augmentent.

Ce qui manque, c’est une riche conception de l’homme en tant qu’être social et politique, ancré dans les relations et les institutions. Qui parmi les libéraux occidentaux contemporains ou les élites illibérales ailleurs réfléchit à la question de savoir comment équilibrer les droits individuels avec des obligations mutuelles? Ou comment promouvoir la liberté et la fraternité en dehors de l’État autoritaire ou du marché libre sans entrave?

Pourtant, à travers différentes civilisations, il existe un sentiment infime que le but de la politique est la libre association de personnes autour d’intérêts communs et de vertus sociales partagées de générosité, de loyauté, de courage, de sacrifice et de gratitude. La pratique de telles vertus peut nous rapprocher en tant que citoyens, nations et cultures, au-delà de la couleur, de la classe ou des croyances.

****

L’Occident libéral et les états civilisationnels de la Chine et de la Russie sont aux prises avec une bataille pour des missions «civilisatrices» concurrentes. Et les termes du débat entre différentes civilisations ne seront sûrement pas occidentaux. Comme le souligne Christopher Coker dans La montée en puissance de l’État de civilisation, la résistance du monde non occidental signifie que «l’Occident peut ne pas être en train de façonner l’histoire pour tous, ni même pour elle-même».

Un scénario plausible est que les conflits décisifs ne se dérouleront pas entre l’Ouest et l’Asie, mais entre des forces oligarchiques et démagogiques de chaque côté. Le monde glisse dans un totalitarisme doux fondé sur la surveillance et le contrôle social. L’universalisme libéral se fragmente et une nouvelle « guerre de la culture » mondiale oppose les nationalistes conservateurs aux cosmopolites libéraux. Le nouveau pivot de la géopolitique est la civilisation.

Source: China, Russia and the return of the civilisational state

Traduction: A. Isakovic

 

Reconnecting Asia : Mapping continental ambitions

Competing Visions
A geoeconomic contest is underway to shape Asia’s future. Regional powers are putting forward ambitious plans for building roads, railways, pipelines, and other hard infrastructure across the region. Drawing on official sources, CSIS experts developed the maps below to illustrate some of these competing visions. Each map captures, in broad strokes, the major infrastructure priorities of a leading actor. Collectively, these maps preview a competition as wide-ranging as the region itself. As this story unfolds, the collection below will be expanded and updated.

chinas_vision_10212016

Announced in 2013, China’s “One Belt One Road” (OBOR) initiative drives across the Eurasian landmass in two grand sweeps: the ocean-based 21st Century Maritime Silk Road and the overland Silk Road Economic Belt. As Chinese President Xi Jinping’s signature foreign policy effort, OBOR is striking for its opacity as well as its ambition. On the surface, it imagines a future Eurasia where all routes lead to Beijing. As an open-ended framework, however, the initiative is less clear. It combines new and older projects, covers an uncertain geographic scope, and includes efforts to strengthen hard infrastructure, soft infrastructure, and even cultural ties.

indias_vision_10212016

India’s vision is primarily focused on increasing connectivity within its own borders. Looking outside its borders, India sees the South Asian Association for Regional Cooperation (SAARC) as largely paralyzed. Instead, the Modi government is focused on assembling smalls groups of its neighbors or « coalitions of the willing, » in support of its regional economic objectives. Other efforts reflect India’s geopolitical interests. By developing Chabahar Port in Iran, for example, India intends to bypass Pakistan and access overland routes to Europe and Central Asia. Looking even further, Prime Minister Narendra Modi’s “Act East” policy aims to strengthen links between India and ASEAN nations, giving India’s landlocked northeast region better access to its southern ports and establishing new land corridors connecting India to Thailandthrough Myanmar.

japans_vision_10212016
Prioritizing east-west connections, Japan’s vision stems from decades of investing in Southeast Asia, where existing infrastructure reflects the needs of Japanese supply chains, especially maintaining access to the sea. Japan is acting swiftly to defend this incumbent advantage, and has boosted funding to expand “high-quality and sustainable infrastructure” in the region through its Partnership for High Quality Infrastructure. Consistent with the Master Plan on ASEAN Connectivity, Japan is backing a number of new land and maritime corridors that would increase connectivity between the Bay of Bengal and the South China Sea. Japanese Prime Minister Shinzo Abe has also expanded Japan’s diplomatic footprint, becoming the first sitting Japanese leader to visit all five countries of Central Asia.

russias_vision_oct25

Russia’s vision combines soft and hard infrastructure. The Eurasian Economic Union (EAEU) is Russia’s primary vehicle for regional economic integration, and officials have suggested it could be linked with OBOR. Reinforcing its economic and diplomatic pivot to the east, Russia is tapping into the Chinese energy market with a series of proposed natural gas pipelines. To its south, Russia aims to increase connectivity with Azerbaijan, Iran, and India through the North-South Transport Corridor (NSTC). To its north, Russia is planning additional projects to advance its energy and defense interests as the Arctic becomes more accessible.

southkoreas_vision_10212016
President Park Geun-hye’s Eurasian Initiative is expansive, incorporating railways from Seoul to the heart of Europe, shipping lanes through the Arctic, and enhanced fiber optic networks such as the Trans-Eurasia Information Network (TEIN) throughout Southeast Asia. Through increased diplomacy, South Korea is laying the groundwork for stronger relationships in the region and expanding its commercial relationship with Kazakhstan in particular. In light of current geopolitical obstacles, President Park’s initiative appears to contain both diplomatically ambitious and practical plans. Accounting for North Korea, this includes an imagined rail line through the demilitarized zone and an alternative undersea route for bypassing the North and connecting to Russia’s rail network.

turkeys_vision_10212016
Historically, Turkey has been a strategic land bridge connecting Asia and Europe while bypassing Russia. Today, Turkey is enhancing this position with major domestic, sub-regional and trans-national infrastructure projects such as the Baku-Tbilisi-Kars Railway. Turkey also plans to build thousands of kilometers of new roads and railways under the Vision 2023 initiative, which will mark a century since its independence. Collectively, these efforts would expand Turkey’s transportation networks and strengthen their connections with Asia and Europe.

Source: CSIS