L’histoire de deux conspirations balkaniques par Janusz Bugajski

Deux grandes théories du complot dans les Balkans occidentaux tournent autour de la résolution ultime des conflits régionaux persistants. Les deux théories contiennent une variété de preuves et il incombe aux analystes d’essayer de discerner les faits de la fiction. L’histoire est basé sur la conviction que la frustration croissante à Washington et à Bruxelles dans le règlement des différends en suspens deux décennies après les guerres yougoslaves a engendré deux solutions radicales – le plan de partition et le plan tripartite.

Les deux plans présumés supposent que le cœur du conflit dans les Balkans occidentaux oppose les Serbes et les Albanais, et s’il est maîtrisé ou terminé ou résilié, la région peut s’installer dans une période prolongée de paix et de stabilité.

Le plan de partition a pris de l’importance sous l’administration Donald Trump pour résoudre la non-acceptation par la Serbie du statut d’État du Kosovo. Les diplomates de Trump pensaient que le problème fondamental était le conflit ethnique et non l’ambition politique et que la carte actuelle ne correspondait pas à l’allégeance ethnique. Ils étaient également convaincus que Belgrade avait besoin d’une carotte suffisamment large pour satisfaire ses aspirations.



L’idée de partition a été formulée comme redessinant les frontières ou procédant à des ajustements territoriaux. Les dirigeants de Belgrade, Prishtina et Tirana ont été impliqués dans le processus pour concevoir une solution territoriale viable. En particulier, la Serbie et l’Albanie ont été attirées par une division potentielle du Kosovo entre elles. D’où les interactions fréquentes et cordiales entre le Premier ministre Edi Rama et le président Aleksandar Vučić.

Les décideurs politiques américains pensaient que cela apporterait des victoires aux trois parties. Belgrade pouvait prétendre avoir gagné des terres serbes et englobé la population serbe du nord du Kosovo, sans avoir à reconnaître l’État renégat car il disparaîtrait.

Tirana pourrait prétendre avoir établi une Albanie ethnique plus large conformément aux aspirations historiques. Et on peut supposer que Prishtina serait satisfaite de l’absorption du Kosova au sein de l’Albanie malgré la cession de certains territoires.

Ce plan de complot s’est effondré principalement parce que le gouvernement Hashim Thaci ne voulait pas perdre de territoire sans gagner des municipalités à majorité albanaise dans le sud de la Serbie et il n’a pas apprécié de devenir une administration provinciale dans une Albanie élargie.

Lorsque le plan a fui dans les médias, il a également suscité des craintes de nouvelles guerres balkaniques, car de nombreux groupes ethniques formant des majorités dans les districts frontaliers le considéreraient comme un précédent pour la division territoriale et l’annexion par des États apparentés. En conséquence, l’option de partition a été progressivement écartée, bien qu’elle puisse revenir sous un futur déguisement.

Sous l’administration Joe Biden, un nouveau plan s’est manifestement concrétisé pour régler les principaux différends des Balkans occidentaux. Il est basé sur la prémisse d’une division d’influence tripartite – entre la Serbie, l’Albanie et la Croatie – sans nécessiter de changements de frontières ou de partition territoriale pure et simple. Le plan n’a pas été rendu public, ce qui laisse le champ libre à la spéculation et à des théories du complot encore plus profondes.

Les rédacteurs du plan tripartite estiment que la région pourrait être stabilisée si Belgrade, Tirana et la Croatie étaient récompensées par une domination politique et économique sur les petits États voisins. Ainsi, Belgrade contrôlerait largement l’entité serbe en Bosnie-Herzégovine, poursuivrait sa serbisation du Monténégro et développerait son initiative Open Balkans.

Dans un tel arrangement, Belgrade pourrait même reconnaître l’indépendance du Kosovo de facto sinon de jure, comme l’envisage la proposition franco-allemande actuelle. Pendant ce temps, l’Albanie et le Kosovo pourraient se rapprocher même sans fusion formelle et Zagreb pourrait établir une entité croate de facto en Bosnie-Herzégovine qui assouplirait ses propres ambitions régionales.



Le plan tripartite assurerait évidemment la domination de trois puissances régionales et, sous la pression internationale, les petits États devraient s’y conformer. Cependant, ce schéma à trois voies contient également trois défauts majeurs.

Premièrement, les Monténégrins, les Bosniaques et les Kosovars, dont les identités nationales et étatiques distinctes ont été renforcées depuis l’effondrement de la Yougoslavie, résisteront à toute tentative de limiter leur indépendance et de les subordonner à tout arrangement politique plus large.

Deuxièmement, la Serbie, la Croatie et l’Albanie peuvent interpréter le plan tripartite comme une simple étape initiale vers une capture territoriale pure et simple approuvée par Washington et Bruxelles. Et troisièmement, le plan tripartite permettrait une pénétration encore plus grande de la Russie dans la région en cultivant davantage de clients balkaniques pour le Kremlin.



Ainsi, un plan visant à régler définitivement tous les différends en suspens engendrerait en pratique de nouveaux conflits régionaux.

Bien qu’il faille être prudent en croyant toutes les théories du complot, il faut également être vigilant en cas de pratiques complotistes.


Janusz Bugajski

Source: A Tale of two Balkan Conspiracies

« Nous sommes plus près d’une guerre que jamais au cours des dernières décennies » par Dmitri Trenin


Dmitri Trenin sur le bras de fer entre la Russie et l’Ukraine et une sortie de crise – Interview de Jörg Lau et Michael Thumann (Die Zeit)

DIE ZEIT : M. Trenin, vous avez servi comme officier dans l’armée soviétique et russe, presque personne ne pourrait mieux répondre à la question : sommes-nous confrontés à une guerre en Europe de l’Est ?

Dmitri Trenin : Je pense que la guerre est possible dans cette partie de l’Europe. Je ne pense pas que ce soit inévitable, mais nous sommes plus près de la guerre que nous ne l’avons été depuis des décennies.

ZEIT : Qu’a apporté le sommet de crise vidéo des présidents russe et américain ?

Trenin : La conversation de deux heures a provoqué une certaine détente du côté ouest. Joe Biden peut dire qu’il a dissuadé Vladimir Poutine d’une invasion qui n’était pas prévue actuellement.

ZEIT : Mais de plus en plus de troupes sont amenées à la frontière avec l’Ukraine, le gouvernement parle de plus de 110 000 soldats russes. À quel point la situation est-elle dangereuse ?

Trenin : Au Kremlin, j’entends la situation un peu différemment. Ils prétendent que l’Ukraine prépare une provocation majeure dans le Donbass…

ZEIT : … la région séparatiste qui est largement sous le contrôle des séparatistes pro-russes …

Trenin : … afin que le président ukrainien Volodymyr Zelenskyj reçoive plus de soutien populaire et que l’Ukraine reçoive plus d’aide de l’Occident. Une telle provocation forcerait la Russie à donner une réponse massive, après quoi il a été calculé qu’il y aurait plus de sanctions contre la Russie. L’Ukraine, quant à elle, deviendrait un rempart contre la Russie en tant que candidate à une adhésion à part entière à l’OTAN.

ZEIT : Mais est-ce que quelqu’un croit sérieusement que l’Ukraine pourrait rejoindre l’OTAN ?

Trenin : Ce ne serait pas seulement un problème pour la Russie d’adhérer à l’OTAN. Moscou craint que l’Ukraine ne se transforme en un porte-avions insubmersible qui recevrait plus d’armes des États-Unis et des Alliés, un terrain de jeu pour plus d’exercices, une escale pour les forces navales occidentales. Poutine a déclaré que l’Ukraine pourrait permettre aux États-Unis de déployer des missiles qui pourraient atteindre Moscou en quelques minutes. Cela rappelle l’évaluation faite par John F. Kennedy en 1962, lorsque l’Union soviétique a stationné des missiles nucléaires à Cuba. Du point de vue des dirigeants russes, cela pourrait être un moment cubain.

ZEIT : Le gouvernement est-il sérieux au sujet de la menace, ou est-ce simplement du bluff ?

Trenin : Je ne pense pas que ce soit du bluff. Le déploiement actuel est plus qu’un exercice. Je pense que c’est dissuasif. Mais la Russie se prépare à un éventuel recours à la force. Depuis 2014, Poutine a un mandat parlementaire pour utiliser la force militaire à travers l’Ukraine. Le gouvernement considère le stationnement des troupes et les manœuvres comme des outils dans sa boîte à outils.

ZEIT : De quoi dépend la décision de Poutine ?

Trenin : Le Kremlin évaluera probablement s’il est plus logique de s’attaquer à cela maintenant ou d’attendre quelques années de plus. Y aura-t-il un gouvernement ukrainien plus ouvert au dialogue avec la Russie ? Ou les choses vont-elles empirer, l’Ukraine obtiendra-t-elle plus d’armes des États-Unis et de ses alliés et sera-t-elle un adversaire plus coriace qu’elle ne l’est aujourd’hui ? L’Ukraine est déjà plus forte aujourd’hui qu’elle ne l’était en 2014. Du point de vue du Kremlin, elle peut devenir une menace existentielle pour la Russie. Par conséquent, l’intervention pourrait être le seul moyen d’éviter que le pire ne se produise.

ZEIT : Mais comment l’Ukraine peut-elle être une « menace existentielle » pour la plus puissante Russie ?

Trenin : Poutine ne pense pas qu’à l’Ukraine. Le principal problème est l’infrastructure militaire occidentale près de la Russie. Il parle de missiles américains qui pourraient y être stationnés.

ZEIT : On ne sait rien de tels plans.

Trenin : Exactement, ce serait une mesure préventive de Poutine pour empêcher quelque chose qui pourrait se produire à l’avenir. Poutine pense que l’Occident ne comprend que le langage de la force. La dissuasion lui semble être le bon moyen d’amener l’Occident à la table des négociations. L’Ukraine est beaucoup plus importante pour la Russie que pour l’Amérique. En cas d’urgence, la Russie est prête à se battre pour cela, l’Amérique ne l’est pas. Et l’OTAN n’interférera certainement pas dans un conflit russo-ukrainien. Si la guerre éclate, l’armée ukrainienne sera rapidement vaincue. Il est probable que le chaos règne en Ukraine, peut-être que l’État s’effondrera. Et l’Occident imposera des sanctions à la Russie.

ZEIT : Poutine a déclaré l’été dernier que les Russes et les Ukrainiens formaient « un seul peuple », « un tout uni ». Quel rôle joue la perspective culturelle dans les considérations stratégiques ?

Trenin : Poutine a répété à plusieurs reprises que les Ukrainiens et les Russes sont « un seul peuple ». Il y a un groupe en Ukraine qui est actuellement dominant, mais ce groupe doit être remplacé pour que les bons Ukrainiens et les bons Russes puissent se réunir. Je le vois différemment. Ce serait un désastre pour la Russie d’annexer ou d’être responsable de l’Ukraine.

ZEIT : La Russie veut des garanties de sécurité occidentales et envoie ses militaires à la frontière pour cela. Mais c’est précisément pourquoi l’Occident ne peut pas dire que nous n’accepterons jamais l’Ukraine dans l’OTAN. Mais si l’Occident arme l’Ukraine en retour, cela justifie le cap de Poutine. Comment faire face à ce dilemme ?

Trenin : Je ne vois pas que l’OTAN puisse et donnera l’assurance souhaitée. Je ne peux pas imaginer que le Sénat américain prenne une décision juridiquement contraignante selon laquelle l’Ukraine ou la Géorgie ne pourront jamais rejoindre l’OTAN. Les exigences russes ne peuvent être satisfaites.

ZEIT : À quoi d’autre Poutine pourrait-il s’intéresser ?

Trenin : Poutine serait intéressé à mettre pleinement en œuvre l’accord de Minsk. Avec un statut spécial pour le Donbass dans la constitution, avec une amnistie pour les séparatistes, avec des élections avant que l’Ukraine ne prenne le contrôle de la frontière avec la Russie. Mais si les tensions persistent, Moscou peut reconnaître les républiques de Donetsk et de Lougansk et y stationner ses troupes. Alors, soit le silence reviendra dans le Donbass, soit la vraie guerre éclatera.

ZEIT : Et à quoi pourrait ressembler militairement un compromis ?

Trenin : Les exercices militaires seraient limités et les mouvements de troupes seraient clairement identifiés comme des manœuvres. La Russie ne ferait plus peur à l’Ukraine avec des manœuvres qui ne se distinguent pas des préparatifs d’attaque. Les États-Unis n’autoriseraient plus les bombardiers stratégiques à voler à 20 kilomètres ou moins de la frontière russe. Cela a irrité Poutine. Les Américains s’abstiendraient de stationner des missiles en Ukraine, ce qui, soit dit en passant, n’a aucun sens car les États-Unis ont déjà des missiles disponibles sur des navires et des sous-marins.

ZEIT:  La politique russe actuelle semble absurde : d’une part, ils veulent utiliser des gestes de puissance pour empêcher l’Ukraine de dériver complètement dans le camp occidental, mais la position agressive rapproche l’Ukraine de plus en plus de l’OTAN.

Trenin : Peut-être. Mais ça ne doit pas être comme ça. Malgré toutes les tensions, plus d’un tiers des Ukrainiens ne voient pas la Russie comme un ennemi. Peut-être que l’Ukraine devrait prendre la Finlande comme exemple. Malgré les deux guerres avec la Russie, la Finlande a trouvé un modus vivendi avec l’Union soviétique entre les blocs de la guerre froide. Et est devenu l’un des pays européens les plus prospères.

Les troupes russes occupent la Crimée ukrainienne, qui est annexée par Moscou peu de temps après après un référendum. Dans le sud-est de l’Ukraine, des séparatistes soutenus par la Russie prennent le contrôle de certaines parties du Donbass ukrainien.

ZEIT : Comment cela est-il censé fonctionner compte tenu des images ennemies dominantes ? Le gouvernement russe présente l’Ukraine comme un État fasciste, l’Ukraine considère la Russie comme l’agresseur.

Trenin : C’est vrai, mais l’aliénation pourrait aussi avoir un côté positif à long terme. Peut-être est-ce une guérison lorsque les Ukrainiens et les Russes cessent de se percevoir comme faisant partie du même peuple et apprennent plutôt à vivre ensemble comme des étrangers. Les guerres civiles sont souvent plus cruelles que les conflits entre États indépendants.

ZEIT : Mais en Russie, il faudrait renoncer à l’idée que « l’Ukraine est à nous », c’est-à-dire russe pour toujours ?

Trenin : Oui, c’est une idée archaïque, sans aucun fondement dans la réalité. Il vaudrait mieux que la Russie ne considère pas l’Ukraine géopolitiquement comme faisant partie du monde russe. Pour moi, rien n’empêche l’Ukraine de s’efforcer d’établir des relations plus étroites avec l’UE. Je le verrais sans regret si nous nous débarrassions définitivement de l’Ukraine. Laissons l’UE s’occuper d’eux ! La libération de la Russie de l’Ukraine est tout aussi importante que, inversement, la libération de l’Ukraine de la Russie.

ZEIT : L’UE pense que la Russie mène une guerre hybride contre l’Europe – avec des migrants en Biélorussie, des cyberattaques, des marches de troupes et des prix élevés du gaz. Voyez-vous une stratégie centrale derrière cela ?

Trenin : L’image d’une guerre hybride avec une stratégie russe globale ingénieuse, alors que l’UE se tient là comme une victime impuissante, est une déformation de la réalité. Le fait qu’une telle chose soit considérée comme plausible montre que la relation entre la Russie et l’Europe s’est rompue. Les Européens avaient espéré que la Russie deviendrait un partenaire. Frank-Walter Steinmeier a proposé un « partenariat de modernisation » en 2010 et signifiait non seulement des réformes économiques mais aussi des réformes politiques de grande envergure. Cette idée a finalement échoué en 2014 dans la crise ukrainienne. L’Europe n’est plus aujourd’hui un modèle pour la Russie, et ce n’est plus un mentor non plus. C’est une rupture historique. Depuis Pierre le Grand, la Russie regarde vers l’ouest. Aujourd’hui, les Russes ne luttent plus pour l’Europe et n’attendent plus aucune aide. Le problème : les deux parties n’ont plus d’idées pour leur relation. La Russie et l’UE – que sont-ils l’un pour l’autre ? Plus partenaire. Des adversaires aussi ?

Continuer la lecture: « Wir sind einem Krieg näher als je in den vergangenen Jahrzehnten »

Traduction: A. Isakovic

Your Thursday Briefing

We’re still in the first minutes of the first day of the Internet revolution.  
Scott Cook


By Azra Isakovic

Thursday, April 8, 2021

Good morning

Welcome to Your Thursday Briefing

Featured

Corporation tax – US offers new plan in global corporate tax talks, James Politi, Aime Williams and Chris Giles | FT
Economy/ecology – Europe’s path to decarbonisation, by Adam Tooze | International Politics & Society

Books

The Care –The Care Crisis – What Caused It and How Can We End It? by Emma Dowling | Verso Books
Political Science – Of Privacy and Power, Henry Farrell and Abraham L. Newman | Princeton University Press
À propos de : Socialisme et sociologie, de Bruno Karsenti, Cyril Lemieux | EHESS

Must-Reads

EU/Energy – From coal to low carbon, Irina Kustova, Christian Egenhofer, Jorge Núñez Ferrer and Julian Popov | CEPS
Covid19 – Pandemic as Metaphor | Zeynep Tufekci
China – China as a Third World Country  George Friedman | Geopolitical Futures
Germany – Merkel’s Magic Faded Long Ago  Roger Boyes | Times of London
China – What if China Launches a Surprise Attack on U.S. Military?  Daniel Davis | 1945
China/Iran – China’s Iran Deal Is Just a Start  Erielle Davidson & Ari Cicurel | National Interest
US/Ukraine – Biden Administration Support for Ukraine Is Strong but Is There a Partner in Kyiv? Jonathan D. Katz and Olena Prokopenko | GMF
US/EU/Economy – Transatlantic economic relations under the Biden administration, Peter Rashish | European Policy Centre
Economy – Janet Yellen calls for a global minimum tax on companies. Could it happen? | The Economist
US/Security – Overlooking the Policy Connections: Fragility, Democracy, and Geopolitical Competition, Frances Z. Brown | Just Security
French politicsEmmanuel Macron’s dangerous election gamble, Bruno Amable | International Politics & Society

Research & Analysis

Human Rights –The State of the World’s Human Rights, Amnesty International Annual Report 2020/2021 | Amnesty International
NATO – Origins, Progress, and Unfinished Business: NATO’s Protection of Civilians Policy, Katie Dock, Victoria K. Holt and Marla Keenan | Stimson
EU/Turkey/Greece – Revisiting and going beyond the EU-Turkey migration agreement of 2016: an opportunity for Greece to overcome being just “Europe’s aspis”, Kemal Kirişci | Brookings
US/India/Australia/Japan/Russia/China –The Return of the Quad: Will Russia and China Form Their Own Bloc? Heather A. Conley, Michael J. Green, Cyrus Newlin and Nicholas Szechenyi | CSIS

Podcasts

Talking Politics – Adam Curtis | Acast

Your Tuesday Briefing

Un éditeur qui entre dans son bureau préfère y trouver un cambrioleur qu’un poète.
Jean Cocteau


By Azra Isakovic

Tuesday, March 30

Good morning

Welcome to Your Tuesday Briefing

Featured

Economy – A simultaneously expanding and shrinking world, by Branko Milanovic | Social Europe

Books

Feminism – Against White Feminism: Notes on Disruption, by Rafia Zakaria | Bookshop.org
Review – Derrida and the New Left  Andrew Marzoni, | The Baffler
Review – A French Touch in the Sociology of Wealth, by Nicolas Duvoux  | Books & Ideas

Must-Reads

EU/US/Technology/Defense – Europe and the United States should cooperate more on AI for defense, Benjamin Mueller | Center for Data Innovation
Economy – Chip crisis highlights supply chain new order as carmakers lose out, Peter Campbell and Kana Inagaki | Financial Times
Germany/Russia – The last bridge, The Economist
US – U.S. Doesn’t Treat Its Allies Right  Kori Schake | The Atlantic
China/Taiwan – China Could Decide to Invade Taiwan Soon  R. Jordan Prescott | 1945
Biden – The Puzzle of Biden’s ‘Middle Class Foreign Policy’  Edward Luce | Financial Times
India – India’s Dangerous Myanmar Policy  Sudha Ramachandran | The Diplomat
China – There Will Be No China Reset  Rachel Cheung & Benjamin Wilhelm | WP Review
Germany – The Return of German Politics  Joschka Fischer | Project Syndicate
Russia/AI – Artificial Intelligence in the Russian Army  Pavel Luzin | Riddle
Nato/Asie – Where’s the Asian NATO?  Jack Detsch | Foreign Policy
Middle East – Focus on Influence, Not Power, in the Middle East  Jon Alterman | CSIS
China – China’s Go-It-Alone Five-Year Plan  George Magnus | Japan Times
Europe – Why Europe should spend big like Biden, Christian Odendahl and John Springford | Centre for European Reform

Research & Analysis

US/Digital – Broken trust: Lessons from Sunburst, Trey Herr, Will Loomis, Emma Schroeder, Stewart Scott, Simon Handler and Tianjiu Zuo | Atlantic Council
Europe/Digital – Digital Futures for Europe, Meelis Kitsing | ECIPE
NATO – NATO Partnerships for Women, Peace, and Security, Lisa A. Aronsson | Atlantic Council Taxation/Climate Justice – A European Wealth Tax Policy Study | FEPS
Taxation/Climate Justice – A European Wealth Tax Policy Study – Appendix | FEPS

Podcasts

Talking Politics – Schmitt on Friend vs Enemy | Acast

Your Thursday Briefing

Why be a man when you can be a success?
Bertolt Brecht


By Azra Isakovic

Thursday, March 25

Good morning

Welcome to Your Thursday Briefing

Featured

Liberalism –An excerpt from Liberalism at Large: The World According to the Economist by Alexander Zevin, | Verso Books

Books

Populism –Technopopulism – The New Logic of Democratic Politics, by Christopher J. Bickerton and Carlo Invernizzi Accetti | Oxford Academic
Liberalism – Liberalism at Large – The World According to the Economist, by Alexander Zevin  | Verso Books
Essay –Was 1925 Literary Modernism’s Most Important Year? By Ben Libman | New York Times Books

Must-Reads

China/Trade – How much will China grow as an export market? Stewart Paterson | Hinrich Foundation
Global – A Grand Strategy of Democratic Solidarity, Hal Brands and Charles Edel | The Washington Quarterly
Deterrence – Democratic Deterrence: How to Dissuade Hybrid Interference, Mikael Wigell | The Washington Quarterly
NATO – Revitalizing Transatlantic Relations: NATO 2030 and Beyond, Sara Bjerg Moller and Sten Rynning | The Washington Quarterly
US/China – China’s Belt and Road: Implications for the United States, Jacob J. Lew, Gary Roughead, Jennifer Hillman and David Sacks | CFR
UK/EU – Global Britain Lays out Its Stall, but EU Missing in Action, Robin Niblett | Chatham House
US/EU – Ready, set, go: Emerging areas of EU-US cooperation | AmCham EU
US/Digital – Recommendations to the Biden Administration On Regulating Disinformation and Other Harmful Content on Social Media, Caroline Atkinson, et al. | Harvard Kennedy School/NYU Stern School
Western Balkans/EU – The Plight of the Western Balkans Is a Wake-up Call for Europe, Vedran Džihić and Paul Schmidt | IAI
China/US/EU – China’s hardline turn lifts chances of deeper EU-US alliance, Stuart Lau, Rym Momtaz and Jakob Hanke Vela | Politico
Russia – Fallacies and Failures in the Western Perception of Russia, Lilia Shevtsova | Robert Bosch Academy

Research & Analysis

Economy – The Transatlantic Economy 2021, Daniel S. Hamilton and Joseph P. Quinlan, Wilson Center/JHU/U.S. Chamber of Commerce/AmCham EU [PDF]
EU-Turkey – Customs Union: Old Instrument, New Function in EU-Turkey Relations | CATS Network [PDF]
Russia/Turkey – Turkish-Russian Adversarial Collaboration in Syria, Libya, and Nagorno-Karabakh, Güney Yildiz | SWP Berlin [PDF]
EU – The Role of Differentiation in EU Foreign, Security and Defence Policy Cooperation with Neighbouring Countries, Senem Aydın-Düzgit, Ian Bond and Luigi Scazzieri | IAI
US/Digital – Online Hate and Harassment: The American Experience 2021 | Anti-Defamation League

Podcasts

Talking Politics – Technopopulism | Acast

Your Wednesday Briefing

We’re still in the first minutes of the first day of the Internet revolution.  Scott Cook


By Azra Isakovic

Wednesday, March 24

Good morning

Welcome to Your Wednesday Briefing

Featured

Bernie Sanders –An Unusually Optimistic Conversation With Bernie Sanders, Ezra Kleinwith | New York Times Opinion
Analog/Digital –Why Analog Is Better than Digital II , by Francis Fukuyama | American Purpose

Books

Enlightenment The Enlightenment – The Pursuit of Happiness, 1680-1790, Ritchie Robertson | Harper Collins
Review –“The Enlightenment: The Pursuit of happiness, 1680-1790”, Ritchie Robertson | Voltaire Foundation
About : Unsustainable Inequalities. Social Justice and the Environment, by Matthew Soener | Books & Ideas

Must-Reads

Pandemic –Pandemic Theater, The Anniversary Edition | Zeynep
US/EU – The US and the EU: Time for a New “Transatlantic Moment”? Claudia Schmucker and Stormy-Annika Mildner | DGAP
US/Russia –  Why Russia Is the Problem From Hell  Robert Kaplan | National Interest
Russia/China – What Does China’s Latest 5-Year Plan Mean for Russia?  Vita Spivak | Carn. Mos.
NATO –Secretary Blinken’s Moderated Conversation with NATO Secretary General Stoltenberg | United States Department of State
NATO – Enlarging NATO’s Toolbox to Counter Hybrid Threats, Michael Rühle and Clare Roberts | NATO
Russia/Ukraine – Russia and Ukraine Are Not About to Come to Blows  Ekaterina Zolotova | GPF
China/BRI – China’s Belt and Road: Implications for the U.S.  J. Hillman & D. Sacks | CFR
India – India Romances the West  C. Raja Mohan | Foreign Policy
UK – Where Do Boris Johnson’s Nuclear Ambitions Lead?  Gavin Esler | The National
Biden Transition – Biden Wants No Part of the Culture War the G.O.P. Loves, by Thomas Edsall | New York Times Opinion

Research & Analysis

UK –Integrated Review of Security 2021 | Commons Library
UK –Global Britain in a Competitive Age: the Integrated Review of Security, Defence, Development and Foreign Policy | GOV.UK
NATO –NATO in in the Era of Unpeace: Defending Against Known Unknowns, Dominik P. Jankowski and Tomasz Stępniewski, eds. | Institute of Central Europe IEŚ

Podcasts

EU/Russia – Europe–Russia Relations Today, with Kadri Liik and Dmitri Trenin | Sound Cloud

Your Tuesday Briefing

“The common vice of democracy is disregard for morality.” Lord Acton


By Azra Isakovic

Tuesday, March 09

Good morning

Welcome to Your Tuesday Briefing

Books

À propos de : Par-delà les frontières du corps, Silvia Federici, | Éditions du remue-ménage
Ideas – The Women Who Changed war Reporting  George Packer, The Atlantic

Must-Reads

US – Responsible Statecraft Requires Remaking America’s Foreign Relations Tool Kit, Gordon Adams | Quincy Institute for Responsible Statecraft
US – The Chimera of Globalist Empire  Andrew Michta, National Review
Nuclear – Armenia’s nuclear power plant is dangerous By Brenda Shaffer | Bulletin of the Atomic Scientists
US/Defense – Abandon Old Assumptions About Defense Spending  Robert Levinson, WOTR
Taiwan – The West Needs a More Collaborative Approach to Taiwan  Michael Mazza, AEI
Vaccines – Is Choice Always Worth the Anxiety? | Zeynep Tufekci
Myanmar – Myanmar’s Month-Long ‘Phony War’ Is Over  Bill Hayton, Chatham House
Europe/Russia – Away From Europe! Igor Torbakov | Utrikesmagasinet
China/Decoupling – Pharma groups spend billions to tap into booming China healthcare, Mercedes Ruehl and Demetri Sevastopulo | Financial Times

Research & Analysis

Etudes Ifri – Cyber-influence : les nouveaux enjeux de la lutte informationnelle, par Elie Tenenbaum et Laure de Rochegonde | Ifri 📥 [PDF]
Nato – Containing NATO’s Mediterranean crisis, by Luigi Scazzieri | CER [PDF]

Podcasts

Enjeux internationaux – Le plan de relance américain, par Julie Gacon et Marie-Cécile Naves | France Culture

Your Monday Briefing

It has been well said that a hungry man is more interested in four sandwiches than four freedoms.
Henry Cabot Lodge, Jr.


By Azra Isakovic

Jan. 11, 2021

Good morning

Welcome to Your Monday Briefing

Books

Books – The Habsburg Empire — Pieter M. Judson | Harvard University Press


Books/Review – How America Chose Supremacy, by William Anthony Hay | Law & Liberty
Books/Review – « Tomorrow, the World”, review by Paul Kennedy | The Wall Street Journal

Must-Reads

Russia – Russia’s Military in the 2020s  Pavel Luzin, Riddle
Missiles – Austin Must Overhaul Aging Missile Defense System  Michael Evans, Times
Nato – Time for NATO Members to Renew Their Vows  J. Foggo III & V. Zakem, Proceedings
China/Japan – China-Japan Fish Fight Could Turn Ugly  Neil Newman, SCMP

Global – The World After the Coronavirus – Foreign Policy, Various authors, Foreign Policy  
US – Profound Rebuilding Needed to Shore Up U.S. Democracy, Rachel Kleinfeld, Carnegie Endowment   
US –It Happened in America, Pippa Norris, Foreign Affairs
US – The Capitol Siege Is the Wake-up Call America Shouldn’t Have Needed, Larry Diamond, Foreign Affairs 
US/Democracy – America Can’t Promote Democracy Abroad. It Can’t Even Protect It at Home, Emma Ashford, Foreign Policy 
US/Sanctions – New Sanctions in the US Defence Budget, Bartosz Bieliszczuk, Mateusz Piotrowski, Polish Institute of International Relations PISM
US/Defense – Warfare’s worldwide web, The Economist 
US/Europe –Transatlantic relations: Putting it back together again, The Economist 
US/China/Energy –Why the United States should compete with China on global clean energy finance, Chuyu Liu and Johannes Urpelainen   
EU/NATO – Time for Big Picture Thinking, Barbara Kunz, Internationale Politik Quarterly
Germany/China – Riding High: Deutschland AG in China, The Economist 

Newsletter

Newsletter – Chartbook Newsletter #10  by Adam Tooze

Research & Analysis

Russia/Baltics – Russia’s Strategic Interests and Actions in the Baltic Region, Heinrich Brauß  and András Rácz, DGAP


US/China/Sanctions – Raising a Caution Flag on US Financial Sanctions against China, Jeffrey J. Schott, PIIE      
Arctic – Climate Change and the Opening of the Transpolar Sea Route: Logistics, Governance, and Wider Geo-economic, Societal and Environmental Impacts, Mia M. Bennett, Scott R. Stephenson, Kang Yang, Michael T. Bravo, and Bert De Jonghe, in Kristina Spohr and Daniel S. Hamilton, editors, Jason Moyer, associate editor

Welcome to Our Tuesday Briefing – Here’s what you need to know

If voting changed anything, they’d make it illegal. – Emma Goldman


Azra Isakovic

Good morning and Welcome to Our Tuesday Briefing – Here’s what you need to know

US presidential election 2020 –  Republicans accept Joe Biden’s victory after Electoral College vote | Financial Times  

US🇺🇸Barr to step down as US attorney-general after Trump attacks | Financial Times  
Cyber warfare US orders emergency action after huge cyber security breach | Financial Times

EU/UK – Why the World Should Root for the EU in Brexit Talks, Edward Alden, Foreign Policy 
Germany – Who Will Succeed Merkel? Josef Joffe, Project Syndicate 
US – Al Gore: Where I Find Hope, Al Gore, New York Times  
US/Intelligence – Crisis of Confidence: How Biden Can Restore Faith in U.S. Spy Agencies, Foreign Affairs 
US/Russia – Managing US sanctions toward Russia, Steven Pifer, Brookings  
US/Russia – How to Safely Manage U.S.-Russian Great-Power Competition, Dmitri Trenin and Thomas Graham, Carnegie Moscow 

China – China pulls back from the world: rethinking Xi’s ‘project of the century’, James Kynge and Jonathan Wheatley, Financial Times 
China/NATO – China’s Rise Can Unite NATO, Henrik Larsen, Center for Security Studies, ETH Zurich
US🇺🇸/China🇨🇳/Tech/Techno-nationalism and corporate governance, by Alex Capri | Hinrich Foundation
China claims quantum supremacy with new supercomputer


China🇨🇳/Nuclear notebookChinese nuclear forces, 2020 | Bulletin of the Atomic Scientists
OSCE – Strengthening the OSCE’s Role in Election System Monitoring, Tyson Barker, DGAP 
BiographyOn a New Biography of Karl Marx by Branco Milanovic | Brave New Europe
EconomyThe Friedman doctrine in the 21st century by Michael Roberts | Brave New Europe