Guerre et Paix, par Giorgio Agamben



Allégorie du Bon Gouvernement, Ambrogio Lorenzetti (Sienne, vers 1290 – Sienne, 1348)

Il faut prendre au sérieux la thèse, répétée à plusieurs reprises par les gouvernements, selon laquelle l’humanité et chaque nation sont actuellement en état de guerre. Il va sans dire qu’une telle thèse sert à légitimer l’état d’exception avec ses limitations drastiques à la liberté de mouvement et des expressions absurdes telles que «couvre-feu», autrement difficiles à justifier. Le lien entre les pouvoirs du gouvernement et la guerre est cependant plus intime et consubstantiel. Le fait est que la guerre est quelque chose dont ils ne peuvent en aucun cas se passer définitivement. Dans son roman Tolstoï oppose la paix, dans laquelle les hommes suivent plus ou moins librement leurs désirs, leurs sentiments et leurs pensées et qui lui apparaît comme la seule réalité, à l’abstraction et au mensonge de la guerre, dans laquelle tout semble être tiré d’une nécessité inexorable. Et dans sa fresque du palais public de Sienne, Lorenzetti représente une ville en paix dont les habitants se déplacent librement selon leurs occupations et leurs plaisirs, tandis qu’au premier plan des filles dansent en se tenant la main. Si la fresque est traditionnellement intitulée Bon gouvernement, une telle condition, tissée telle qu’elle est par les petits événements quotidiens de la vie commune et par les désirs de chacun, est en réalité ingouvernable à long terme. Bien qu’il puisse être soumis à des limites et des contrôles de toutes sortes, il tend par sa nature à échapper aux calculs, aux plans et aux règles – ou, du moins, c’est la peur secrète du pouvoir. Cela peut aussi s’exprimer en disant que l’histoire, sans laquelle le pouvoir est finalement impensable, est strictement solidaire de la guerre, alors que la vie en paix est par définition sans histoire. Intitulé son roman La Storia, dans lequel l’histoire de quelques créatures simples contraste avec les guerres et les événements catastrophiques qui marquent les événements publics du XXe siècle, Elsa Morante avait quelque chose de semblable en tête.Pour cela, les puissances qui veulent gouverner le monde doivent tôt ou tard recourir à une guerre, qu’elle soit réelle ou soigneusement simulée. Et comme dans l’état de paix la vie des hommes tend à dépasser toutes les dimensions historiques, il n’est pas étonnant que les gouvernements d’aujourd’hui ne se lassent pas de se souvenir que la guerre contre le virus marque le début d’une nouvelle époque historique, dans laquelle rien ne sera être le même qu’avant. Et beaucoup, parmi ceux qui bandent les yeux pour ne pas voir la situation de non-liberté dans laquelle ils sont tombés, l’acceptent justement parce qu’ils sont convaincus, non sans un soupçon de fierté, qu’ils entrent – après presque soixante-dix ans de vie paisible, c’est-à-dire sans histoire – dans une nouvelle ère.

Même si, comme cela est déjà évident, c’est une période d’esclavage et de sacrifice, où tout ce qui vaut la peine d’être vécu subira humiliation et restriction, ils s’y soumettent volontairement, car ils croient obstinément et naïvement qu’ils trouveront un nouveau sens dans la vie, sans même imaginer qu’ils vont perdre celui qu’ils avaient en paix.

Il est cependant possible que la guerre contre le virus, qui semblait être un appareil idéal, que les gouvernements peuvent mesurer et diriger en fonction de leurs besoins beaucoup plus facilement qu’une vraie guerre, finisse, comme toute guerre, par devenir incontrôlable. Et peut-être qu’à ce moment-là, s’il n’est pas trop tard, les hommes chercheront à nouveau cette paix ingouvernable qu’ils ont si imprudemment abandonnée.

Giorgio Agamben

Source : La guerra e la pace, Quodlibet edizioni

Weekly Roundup / Bilan hebdomadaire

Whenever you do a thing, act as if all the world were watching. Thomas Jefferson


Azra Isakovic

Good morning and welcome to our Weekly Roundup – Here’s what you need to know

Management Isabelle Ferreras et Johann Chapoutot, penseurs du management, | France Culture 🎧 Podcast🎙

Livres 📚 – Libres d’obéir ; le management, du nazisme à aujourd’hui, par Johann Chapoutot | Gallimard

Livres📚« Le Manifeste Travail. Démocratiser. Démarchandiser. Dépolluer » Sous la direction d’Isabelle Ferreras, Julie Battilana et Dominique Méda #ManifesteTravail | Editions du Seuil

Books 📚- Dreamworlds of Race: Empire and the Utopian Destiny of Anglo-America, by Duncan Bell Unis | Princeton University Press

Books/Review The old consensus antitrust is dead. Long live the new non-consensus by Niamh Dunne | Project Syndicate

Nato/ Energy – NATO’s Energy Security Rests on a Fragile Cease-Fire  Alex Vatanka, RCWorld

China/BRIChina Pulls Back From the World  James Kynge & Jonathan Wheatley, Financial Times

China – How China’s Communist Party Trains Foreign Politicians  Economist

US/Israel/MoroccoIsrael-Morocco Deal: Another Mess for U.S.  Bobby Ghosh, Bloomberg

#Covid19Pandemiebekämpfung: Der Impfstoff hätte früher nach Deutschland kommen müssen Thomas Schulz | Der SPIEGEL

China/France – France follows own road in cooperating with China By Dong Yifan |  Global Times