Azra_Files : Jeudi 26 novembre 2020

Voici ce que vous devez savoir aujourd’hui

#ÉtatsUnis🇺🇸/#TheBidenTransition/#TransitionBiden/ Dis non, Joe – En ce qui concerne la #politique_étrangère, il est impossible de revenir au statu quo – Joe Biden devrait s’appuyer sur les meilleures idées de Barack Obama et dire non aux guerres inutiles et aux dépassements militaires, par Benjamin H. Friedman, Stephen Wertheim | Foreign Policy https://foreignpolicy.com/2020/11/25/say-no-joe/

#ÉtatsUnis🇺🇸/#TheBidenTransition/#TransitionBiden/ #ÉtatsUnis🇺🇸/#TheBidenTransition/#TransitionBiden/ L’équipe de sécurité nationale de Biden offre un virage serré – Approche prudente d’Obama à l’égard des opérations étrangères pourrait être révisée, Par Annie Karni et David E. Sanger pour le New York Times https://www.nytimes.com/2020/11/24/us/politics/biden-nominees-national-security.html

#Numérique/#UE🇪🇺/ L’Europe n’a pas de stratégie en matière de cyber-sanctions, Stefan Soesanto, Lawfare
http://www.lawfareblog.com/europe-has-no-strategy-cyber-sanctions

#Numérique/#France🇫🇷 /#ÉtatsUnis🇺🇸/  La France exige des paiements d’impôts numériques de la part des groupes technologiques américains, Aime Williams, Hannah Murphy et Victor Mallet, Financial Times https://www.ft.com/content/2cfe3d07-7e69-4f57-b634-8b6002f967cb

#Chine🇨🇳/#Numérique – La route numérique de la soie en Chine: importance économique et politique, Damian Wnukowski, PISM https://pism.pl/publications/Chinas_Digital_Silk_Road_Economic_and_Political_Significance

#Technologie/#ÉtatsUnis🇺🇸/  Les conservateurs qui se plaignent de la censure –  Les Pro-Trump sur Internet n’arrêtent pas de parler de son exode des #BigTech. Mais très peu d’entre eux ont en fait abandonné leurs foyers de longue date sur les réseaux sociaux | The Washington Post https://www.washingtonpost.com/technology/2020/11/23/parler-conservatives-still-on-twitter/

#ÉtatsUnis🇺🇸/  9 choses à savoir sur Anthony Blinken D. Herszenhorn et R. Momtaz, Politico EU
https://www.politico.eu/article/nine-things-to-think-about-antony-blinken/

#Russie🇷🇺/ Le pivot asiatique de la Russie se heurte à de nouveaux problèmes, Sergey Sukhankin, Jamestown
https://jamestown.org/program/russias-pivot-to-asia-encounters-new-difficulties/

#Chine🇨🇳/ La Chine fixe un bilan financier, Phillip Orchard, Geopolitical Futures
https://bit.ly/3nXi9hh

Azra_Files 25/11/2020

Voici ce que vous devez savoir aujourd’hui

#ÉtatsUnis🇺🇸/#Europe🇪🇺/ Alors que Trump sort, les fractures en Europe s’élargissent à nouveau – Les responsables en France et en Allemagne se disputent déjà la vie après son départ https://www.nytimes.com/2020/11/24/world/europe/trump-macron-merkel-france-germany.html

#Europe🇪🇺/#Corruption/ La corruption pourrit la périphérie de l’Europe – Les problèmes du continent s’étendent aux démocraties en difficulté au-delà de la Hongrie et de la Pologne https://www.ft.com/content/78ba92ed-94ef-47ce-9157-658e068cd814

#France🇫🇷/ Sur le point de devenir moins libre – Au lendemain des récents attentats terroristes, le gouvernement français a introduit une nouvelle législation qui menace les libertés mêmes qu’il s’engage à défendre, par Mira Kamdar
https://www.theatlantic.com/ideas/archive/2020/11/france-about-become-less-free/617195/

#ÉtatsUnis🇺🇸/#Europe🇪🇺/ Pourquoi l’Europe centrale et orientale sera importante pour l’administration Biden, Daniel Hegedüs, GMF https://shar.es/aoblKd

#ÉtatsUnis🇺🇸/#Europe🇪🇺/#Bosnie🇧🇦/#Dayton/ Un nouvel accord pour la #BosnieHerzégovine🇧🇦, rapport et recommandations, groupe de travail sur les Balkans occidentaux Woodrow Wilson Center
https://www.wilsoncenter.org/publication/fixing-dayton-new-deal-bosnia-and-herzegovina

#Technologie/#Numérique/#UnionEuropéenne🇪🇺 – L’empreinte numérique de l’#UE🇪🇺 tourne en rond, par @alanbeattie via @financialtimes https://www.ft.com/content/8e8ce49b-0ca2-4d6d-86e4-3c3a0c4a4397?shareType=nongift

#Technologie/#Numérique/#Chine🇨🇳 – Compétitivité chinoise dans l’économie numérique internationale, Caleb Foote et Robert D.Atkinson, | @ITIFdc http://itif.org/publications/2020/11/23/chinese-competitiveness-international-digital-economy
PDF 📥

#Technologie/#Démocratie/ Le pouvoir exercé par #BigTech est une menace pour la démocratie – Pour y faire face, il faudra briser le contrôle monopolistique des entreprises sur l’information politique, par @FukuyamaFrancis, @BarakRichman, et @ashishgoel
https://www.foreignaffairs.com/articles/united-states/2020-11-24/fukuyama-how-save-democracy-technology

#ÉtatsUnis🇺🇸/#Chine🇨🇳/ Entreprises multinationales, compte courant et découplage États-Unis-Chine, par Stewart Paterson | Hinrich Foundation https://www.hinrichfoundation.com/research/wp/us-china/mnes-decoupling-from-china/

#Chine🇨🇳/#MerNoire – Un changement de mer?: Le rôle de la Chine dans la mer Noire, par Michael O’Hanlon, Ivan Safranchuk, Igor Denisov, Vakhtang Charaia, Mariam Lashkhi , Jean-Marc Blanchard, Michal Meidan, Altay Atlı via Middle East Institute https://www.mei.edu/publications/sea-change-chinas-role-black-sea
PDF 📥

Reconnecting Asia : Mapping continental ambitions

Competing Visions
A geoeconomic contest is underway to shape Asia’s future. Regional powers are putting forward ambitious plans for building roads, railways, pipelines, and other hard infrastructure across the region. Drawing on official sources, CSIS experts developed the maps below to illustrate some of these competing visions. Each map captures, in broad strokes, the major infrastructure priorities of a leading actor. Collectively, these maps preview a competition as wide-ranging as the region itself. As this story unfolds, the collection below will be expanded and updated.

chinas_vision_10212016

Announced in 2013, China’s “One Belt One Road” (OBOR) initiative drives across the Eurasian landmass in two grand sweeps: the ocean-based 21st Century Maritime Silk Road and the overland Silk Road Economic Belt. As Chinese President Xi Jinping’s signature foreign policy effort, OBOR is striking for its opacity as well as its ambition. On the surface, it imagines a future Eurasia where all routes lead to Beijing. As an open-ended framework, however, the initiative is less clear. It combines new and older projects, covers an uncertain geographic scope, and includes efforts to strengthen hard infrastructure, soft infrastructure, and even cultural ties.

indias_vision_10212016

India’s vision is primarily focused on increasing connectivity within its own borders. Looking outside its borders, India sees the South Asian Association for Regional Cooperation (SAARC) as largely paralyzed. Instead, the Modi government is focused on assembling smalls groups of its neighbors or « coalitions of the willing, » in support of its regional economic objectives. Other efforts reflect India’s geopolitical interests. By developing Chabahar Port in Iran, for example, India intends to bypass Pakistan and access overland routes to Europe and Central Asia. Looking even further, Prime Minister Narendra Modi’s “Act East” policy aims to strengthen links between India and ASEAN nations, giving India’s landlocked northeast region better access to its southern ports and establishing new land corridors connecting India to Thailandthrough Myanmar.

japans_vision_10212016
Prioritizing east-west connections, Japan’s vision stems from decades of investing in Southeast Asia, where existing infrastructure reflects the needs of Japanese supply chains, especially maintaining access to the sea. Japan is acting swiftly to defend this incumbent advantage, and has boosted funding to expand “high-quality and sustainable infrastructure” in the region through its Partnership for High Quality Infrastructure. Consistent with the Master Plan on ASEAN Connectivity, Japan is backing a number of new land and maritime corridors that would increase connectivity between the Bay of Bengal and the South China Sea. Japanese Prime Minister Shinzo Abe has also expanded Japan’s diplomatic footprint, becoming the first sitting Japanese leader to visit all five countries of Central Asia.

russias_vision_oct25

Russia’s vision combines soft and hard infrastructure. The Eurasian Economic Union (EAEU) is Russia’s primary vehicle for regional economic integration, and officials have suggested it could be linked with OBOR. Reinforcing its economic and diplomatic pivot to the east, Russia is tapping into the Chinese energy market with a series of proposed natural gas pipelines. To its south, Russia aims to increase connectivity with Azerbaijan, Iran, and India through the North-South Transport Corridor (NSTC). To its north, Russia is planning additional projects to advance its energy and defense interests as the Arctic becomes more accessible.

southkoreas_vision_10212016
President Park Geun-hye’s Eurasian Initiative is expansive, incorporating railways from Seoul to the heart of Europe, shipping lanes through the Arctic, and enhanced fiber optic networks such as the Trans-Eurasia Information Network (TEIN) throughout Southeast Asia. Through increased diplomacy, South Korea is laying the groundwork for stronger relationships in the region and expanding its commercial relationship with Kazakhstan in particular. In light of current geopolitical obstacles, President Park’s initiative appears to contain both diplomatically ambitious and practical plans. Accounting for North Korea, this includes an imagined rail line through the demilitarized zone and an alternative undersea route for bypassing the North and connecting to Russia’s rail network.

turkeys_vision_10212016
Historically, Turkey has been a strategic land bridge connecting Asia and Europe while bypassing Russia. Today, Turkey is enhancing this position with major domestic, sub-regional and trans-national infrastructure projects such as the Baku-Tbilisi-Kars Railway. Turkey also plans to build thousands of kilometers of new roads and railways under the Vision 2023 initiative, which will mark a century since its independence. Collectively, these efforts would expand Turkey’s transportation networks and strengthen their connections with Asia and Europe.

Source: CSIS

Dossier d’actualité de l’Ifri: Cop21 Paris 2015

cop21_002A la veille de l’ouverture de la COP21, le Sommet de Paris sur le climat, l’issue des négociations reste incertaine. La volonté politique de parvenir à un accord mondial n’a jamais été aussi forte, mais il faut encore trouver la voie du consensus sur de nombreux points comme la révision des objectifs nationaux de réduction des émissions ou encore le soutien financier aux pays en développement. Pour cet ultime rendez-vous, les 196 délégations devront dépasser les clivages historiques sur la répartition des efforts pour construire un modèle de coopération internationale novateur et durable.

Pour mieux comprendre ce qui se jouera au Bourget du 30 novembre au 11 décembre 2015, l’Ifri vous propose des éléments d’analyse sur les points clés de la négociation en cours ainsi que sur  la façon dont les questions de préservation du climat et de transition énergétique sont abordées dans différentes régions du monde.

 

Etudes / analyses :

Shaping Expectations to Foster the Low Carbon Transition: Can COP21 be a catalyst for action?, Carole Mathieu (Ifri), Rafaela Hillerbrand (KIT), Steve Pye (UCL), Insight_E Hot Energy Topic #11, October 2015
L’après COP21 – compte rendu de conférence, novembre 2015
India’s approach to climate negotiations: from the South to the North, Lydia Powell, Asie.Visions 79, septembre 2015
S’adapter au changement climatique, Marie-Claire Aoun, in RAMSES 2016, Ifri, septembre 2015                          

L’accord de Paris : des engagements contraignants ?, Carole Mathieu, in RAMSES 2016, Ifri, septembre 2015

Japan’s Energy and Climate Policy : Towards Dispelling the Uncertainties, Sylvie Cornot-Gandolphe, Carole Mathieu, Note de l’Ifri,  juin 2015
China’s Coming of Age on Climate Change. Just in time for Paris?, Aurélie Faure-Schuyer, John Seaman, Note de l’Ifri, juin 2015
Looking Ahead to COP21: What Korea has done and what Korea should do, Suh-Yong Chung, Actuelle de l’Ifri, juin 2015
Le secteur des énergies fossiles face au risque carbone, Carole Mathieu, Actuelle de l’Ifri, avril 2015

De 2020 à 2030, de Copenhague à Paris: l’age de raison de la politique climatique européenne?, Carole Mathieu,Actuelle de l’Ifri, décembre 2014

14

Les relations franco-britanniques par Vivien Pertusot

Si le Premier ministre britannique David Cameron et le président français François Hollande affichent régulièrement leurs désaccords sur l’Union européenne et les questions économiques, l’alliance stratégique des deux puissances rivales n’a jamais été remise en cause depuis l’Entente cordiale d’avril 1904.

Holland-Cameron

Le 25 octobre 2013, lors d’un conseil européen, François Hollande s’entretient avec David Cameron. L’Union européenne est au cœur des principaux sujets de désaccord franco-britanniques et notamment la volonté du Premier ministre britannique de réformer l’Union européenne, ce qui pour le président français « n’est pas la priorité », car « on ne peut pas faire peser sur l’Europe le choix britannique ». (© Conseil européen)

Les relations entre la France et le Royaume-Uni se caractérisent par « une complémentarité difficile », selon l’expression de Geoffroy de Courcel, ambassadeur de France en poste à Londres dans les années soixante (1).

Cet apparent oxymore traduit une situation où les deux pays ont nourri une relation marquée par l’évidence de travailler ensemble, tout autant que celle de se percevoir comme des rivaux. Cela s’illustre à trois niveaux : au niveau des affaires stratégiques, au sein de l’Union européenne, ainsi que dans leur relation commerciale. Les raisons de cette « complémentarité difficile » trouvent leurs racines non seulement dans une histoire parsemée de guerres et de rivalités ouvertes, mais aussi dans deux conceptions différentes de l’échiquier international. L’Europe a notamment toujours été la pomme de discorde des relations franco-britanniques.

Le domaine stratégique : rapprochement de raison

La convergence d’intérêts sur les domaines stratégiques est aussi étonnante qu’elle est compréhensible. Surtout, elle est pragmatique. Avant le XXe siècle, ni la France ni le Royaume-Uni n’avaient particulièrement de raison d’envisager un rapprochement. Les deux pays possédaient des empires d’envergure, des capacités militaires robustes et ne percevaient pas de menaces imminentes sur le continent européen. L’avènement de la Triple Alliance en 1882 et la montée en puissance de l’Allemagne ont été d’importants vecteurs pour motiver une nouvelle donne entre Paris et Londres. Toutefois, l’Entente cordiale approuvée en 1904 n’était à l’époque pas comprise comme le fondement d’une alliance structurelle entre deux rivaux.

Cet accord aura en réalité jeté les fondations d’une coopération bilatérale stratégique jamais réellement remise en question. Malgré les suspicions et autres méfiances inhérentes à la relation franco-britannique, plusieurs facteurs ont confirmé l’utilité de maintenir une relation étroite. Tout d’abord, la France et le Royaume-Uni vont devenir les deux seuls pays européens à conserver une ambition internationale unissant les volets diplomatiques, commerciaux, culturels et militaires. Une des principales pierres angulaires de cette vision globale est leur siège permanent respectif au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Ensuite, les deux pays conservent des outils de défense assez similaires, qu’ils sont prêts à utiliser. La possession d’armes nucléaires indépendantes en est un exemple, mais aussi des formats d’armées et des postures de défense proches. Les deux pays ont certes connu de fortes réductions d’effectifs et de capacités depuis la fin de la guerre froide et des coupes budgétaires conséquentes depuis 2008. Toutefois, Français et Britanniques veulent encore maintenir une capacité d’action totale, même si la réalité est plus contrastée. Enfin, les deux pays s’accordent sur le principe que l’Europe doit être plus active en politique étrangère et de défense. Ils divergent néanmoins sur l’enceinte de prédilection afin d’y parvenir. Traditionnellement, le Royaume-Uni, fervent promoteur du lien transatlantique, estime que l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) doit être l’institution privilégiée pour la défense européenne. À l’inverse, la France préfère que les Européens développent une capacité autonome de celle de l’OTAN au sein de l’Union européenne. Si cette divergence perdure, elle est aujourd’hui estompée par des considérations beaucoup plus pragmatiques : peu importe la méthode, les Européens doivent être plus responsables en matière de sécurité et de défense.

La coopération stratégique franco-britannique demeure pragmatique et donc sujette aux soubresauts politiques. (…) François Hollande n’en a pour le moment pas fait un axe prioritaire.

La signature des traités de Lancaster House en novembre 2010 a marqué le point culminant de cette proximité stratégique. Cette coopération de défense répondait à des considérations de court et de moyen termes. Paris et Londres saisissaient bien la portée des coupes budgétaires et la nécessité de trouver des partenaires viables et de même calibre afin de conserver une force de frappe conséquente.

C’était particulièrement marqué pour la soutenabilité des capacités nucléaires, ainsi qu’au niveau industriel – la France et le Royaume-Uni maintiennent des bases industrielles et technologiques de défense (BITD) d’ampleur comparable. Sans parler d’intégration des BITD, il devenait clair des deux côtés de la Manche que leurs seules BITD nationales n’allaient plus suffire pour peser face aux États-Unis et aux industries émergentes. Il s’agissait également pour les deux puissances européennes de continuer à peser à l’échelle internationale et de pouvoir combiner leurs forces pour se déployer sur des théâtres parfois lointains.

Caricature datant de 1906, deux ans après l’« Entente cordiale » – une série d’accords bilatéraux signés entre le Royaume-Uni et la France, qui servit notamment à résoudre plusieurs différends coloniaux et à constituer le socle de la Triple-Entente formée avec l’Empire russe. On peut reconnaître sur ce dessin John Bull (personnage symbolisant l’Angleterre) et la Marianne française qui tournent le dos au Kaiser allemand, portant une épée sous son manteau. (© Bernard Partridge)

Caricature datant de 1906, deux ans après l’« Entente cordiale » – une série d’accords bilatéraux signés entre le Royaume-Uni et la France, qui servit notamment à résoudre plusieurs différends coloniaux et à constituer le socle de la Triple-Entente formée avec l’Empire russe. On peut reconnaître sur ce dessin John Bull (personnage symbolisant l’Angleterre) et la Marianne française qui tournent le dos au Kaiser allemand, portant une épée sous son manteau. (© Bernard Partridge)

La coopération franco-britannique en matière de sécurité et de défense est désormais acquise, mais pas sa portée. Sauf retournement majeur dans la politique étrangère et de sécurité de l’un des deux partenaires, l’intérêt de coopérer et de s’entendre demeurera. Ce qui est plus incertain en revanche est le périmètre de coopération que les deux chancelleries sont prêtes à maintenir sur le long terme. En effet, la coopération stratégique franco-britannique demeure pragmatique et donc sujette aux soubresauts politiques. En France, Nicolas Sarkozy était convaincu de sa pertinence et avait ainsi convoqué les ressources nécessaires à la signature des traités. À l’inverse, François Hollande n’en a pour le moment pas fait un axe prioritaire. De même, le référendum sur l’indépendance de l’Écosse soulevait des questions au sein de la Défense française : la perte de l’Écosse n’affaiblirait-elle pas le Royaume-Uni, déséquilibrant ainsi le partenariat franco-britannique ? Ce type de questions se pose à chaque tournant politique dans l’un ou l’autre pays. Aussi la France va-t-elle scruter les débats et la publication de la revue stratégique de défense et de sécurité (SDSR) prévue en 2015, car il s’agira de constater à quel point la Défense britannique va pouvoir limiter les coupes budgétaires et capacitaires, qui pourraient grever encore davantage un appareil de défense déjà sous pression. Si le domaine stratégique est devenu un axe de coopération central entre la France et le Royaume-Uni, la question européenne a, elle, nourri de nombreux désaccords entre les deux partenaires.D’où deux traités ambitieux signés entre Paris et Londres couvrant les domaines opérationnel, capacitaire, nucléaire et industriel. La coopération opérationnelle prendra la forme d’une Force expéditionnaire commune interarmées (CJEF), qui devrait être prête d’ici 2016. Bien que les deux appareils militaires aient l’habitude de travailler et de se déployer ensemble, établir une force commune présente de nombreux défis qui ralentissent son établissement. La coopération capacitaire se révèle également difficile. Le sommet franco-britannique, fin janvier 2014, a redonné un coup de projecteur à une coopération capacitaire et industrielle qui restait timorée, avec par exemple la confirmation du développement et de la production de missiles antinavires légers. Mais d’autres projets ont été abandonnés face aux choix unilatéraux des gouvernements français ou britannique. La coopération nucléaire est la plus discrète, mais semble être celle qui connaît le moins de remous…

Vivien PERTUSOT

L’article complet est paru dans « Les Grands Dossiers » de Diplomatie, n° 25, février 2015.