Your Wednesday Briefing

« A generation which ignores history has no past and no future. »
Robert Heinlein


By Azra Isakovic

Wednesday, April 28, 2021

Good morning

Welcome to Your Wednesday Briefing

Featured

US – Why Joe Biden’s Afghanistan withdrawal doesn’t mark the end of America’s “forever war” Samuel Moyn | New Statesman World

Books

Philanthropie – Philanthropes en démocratie par Anne Monier | Puf/Vie des idées
Life – A Day in the Life of Abed Salama, Nathan Thrall | The New York Review of Books
Médias –  L’Information est un bien public Julia Cagé, Benoît Huet | Editions du Seuil

Must-Reads

Human Rights – Rights Group Hits Israel With Explosive Charge: Apartheid, Patrick Kingsley | The New York Times
Human Rights – Abusive Israeli Policies Constitute Crimes of Apartheid | Human Rights Watch
Médias –  « L’information est un bien public » : le plan de bataille pour la probité et la liberté des médias, par Aude Dassonville | Le Monde
EU/Technology – The EU path towards regulation on artificial intelligence, Valeria Marcia and Kevin C. Desouza | Brookings
UK – Moving Past the Troubles: The Future of Northern Ireland Peace, Charles Landow and James McBride | CFR
India – India’s Catastrophe: Illness, Everywhere  Jeffrey Gettleman | New York Times
Russia – The Urgent Need for Improved Cyber Defense  Paul Kolbe | Russia Matters
China/US – China Is Wrong About U.S. Decline  Martin Wolf | Financial Times
Russia/ Czech Republic – Russian State Terrorism Has Triggered the Biggest Fallout with the Czech Republic since 1989, Adéla Klečková | GMF
EU/Defence – Charting a new course: How Poland can contribute to European defence Karolina Muti | ECFR
China/Taiwan – Could China Blockade Taiwan?  Simon Leitch | National Interest
China/US – Four Ways a China-U.S. War at Sea Could Play Out  James Stavridis | Bloomberg
US/Biden – Biden’s Philosophy of “As If” | Bruno Maçães
US/Biden – Biden’s Dreampolitik at Home and Abroad, Bruno Maçães | American Affairs Journal | American Affairs

Research & Analysis

Corruption/Europe – How to fight corruption and uphold the rule of law, Carmino Mortera-Martinez | Centre for European Reform/Open Society Institute
Israel – “A Threshold Crossed: Israeli Authorities and the Crimes of Apartheid and Persecution,” | Human Rights Watch
UK/EU/Germany – Germany, the EU and Global Britain: So Near, Yet So Far: How to Link “Global Britain” to European Foreign and Security Policy, Claudia Major and Nicolai von Ondarza | SWP

Podcasts

Climate – How Radical Is President Joe Biden On Climate? Aaron Bastani & Adam Tooze | Downstream

Welcome to Your Wednesday Briefing

Aucun homme n’a jamais été sage par hasard. ~ Lucius Annaeus Seneca


By Azra Isakovic

Jan. 13, 2021

Good morning

Welcome to Your Wednesday Briefing

Books

Books📚 – Une guerre perdue. La France au Sahel, par Alain Antil | Politique étrangère
Books📚 – « The Back Channel. A Memoir of American Diplomacy and the Case for Its Renewal » de William J. Burns, par Laurence Nardon | Politique étrangère
Books📚 – Les maîtres de l’espionnage par Eugène Berg | Conflits

Must-Reads

Technology – CRISPR and the Slice to Survive, Elizabeth Kolbert, The New Yorker  
Technology/EU/US – EU hopes for ‘tech alliance’ with Biden after Trump Huawei 5G ban, Giannis Seferiadis, Rhyannon Bartlett-Imadegawa, Nikkei Asia 
Turkey –Erdogan’s great game: Soldiers, spies and Turkey’s quest for power, Laura Pitel, Financial Times 
Belarus – Has Lukashenko Won? Slawomir Sierakowski, Project Syndicate
US – Yes, It Was a ‘coup.’ Here’s Why, Fiona Hill, Politico 
US – America’s Authoritarian Adversaries Seize the Moment, Jimmy Quinn, National Review 
US – The Day the internet Came for Them, Nina Jankowicz, Foreign Affairs  
US – Trump Team Makes Last-Minute Moves to Box In Biden on Foreign Policy, Robbie Gramer and Jack Detsch, Foreign Policy  
UK/Indo-Pacific – ‘Global Britain’: The UK in the Indo-Pacific, Anisa Heritage and Pak K. Lee, The Diplomat 
EU – The EU’s enlargement agenda is no longer fit for purpose, Erwan Fouéré, CEPS
How America Can Shore Up Asian Order  Kurt Campbell & Rush Doshi, Foreign Affairs
Does China Need More Russian, Central Asian Gas?  S. Kapitonov & T. Umarov, MT
Bitcoin Has Ambitions for Gold’s Role Gavyn Davies, Financial Times
EU/UK/Trade – The double irony of the new UK-EU trade relationship, André Sapir, Bruegel  
Sweden’s Journey From Model to Pandemic Pariah  C. Karlsson, Worldcrunch

  

Research & Analysis

EU/UK – The EU-UK trade and co-operation agreement: A platform on which to build? Sam Lowe | CER PDF 📥  
Germany – Merkel’s Successor: None of the Above?  Sophia Besch & Christian Odendahl, CER  
US/NAT – The Biden Transition and Reshaping U.S. Strategy: Replacing “Burden Sharing” with Meaningful Force Planning, Anthony H. Cordesman with the assistance of Grace Hwang, CSIS
Arctic – Constant and Changing Components of the Arctic Regime, Alexander N. Vylegzhanin, in Kristina Spohr and Daniel S. Hamilton, editors, Jason Moyer, associate editor

Podcasts

Opération Barkhane – La France doit-elle se retirer du Sahel ? | France Culture
États-Unis/Occupation du Capitole – Un après-guerre mal négocié ? | France Culture

 

Votre briefing du vendredi, par Azra Isakovic

In the post-Snowden world, you need to enable others to build their own cloud and have mobility of applications. That’s both because of the physicality of computing–where the speed of light still matters–and because of geopolitics.   Satya Nadella


Azra Isakovic

Good Morning

Here’s what you need to know – Voici ce que vous devez savoir

Livres – Guerres Invisibles ; Nos prochains défis géopolitiques de Thomas Gomart – À paraître 21 Janvier 2021 chez Tallandier | HallDuLivre

Europe The European Coup by Perry Anderson | London Review of Books

Nuclear risksNuclear risks are growing, and there’s only one real solution By Victor Gilinsky | Bulletin of the Atomic Scientists

Nuclear risks Revenge is a dish best served nuclear. US deterrence depends on it. |  Bulletin of the Atomic Scientists

EuropeEurope’s 2020 Pileup  David Herszenhorn & Hans Von Der Burchard & Jacopo Barigazzi, Pol. EU

La Transition BidenL’Amérique de Joe Biden : le calme après la tempête ? | IFRI

UK –What world is Brexit being launched into? Simon Kuper, Financial Times 

Romania/Hungary – Cooperation despite mistrust. The shadow of Trianon in Romanian-Hungarian relations, Kamil Calus, Centre for Eastern Studies (OSW)  

Eastern Mediterranean – Is there a new window of opportunity in the Eastern Mediterranean crisis? Galip Dalay, Brookings  

Europe/Gulf states/Iran – Gulf of difference: How Europe can get the Gulf monarchies to pursue peace with Iran, Cinzia Bianco, European Council on Foreign Relations 

Sweden/NATO – ‘NATO-option’ gets majority in Swedish parliament, Pekka Vanttinen, Euractiv   

US – President Joe Biden and the restoration of US global leadership: Turning the tide? Ville Sinkkonen, Charly Salonius-Palsternak, Bart Gaens, and Niklas Helwig, Finnish institute of International Affairs  

Saudi AramcoMissiles, bullying claims, a tragic death: what’s going on at Saudi Aramco? | Financial Times

Germany/ RussiaRüdiger von Fritsch became the German ambassador to Russia in 2014. A conversation about the art of diplomacy and drawings in Putin’s notepad by Jan Pfaff | taz

China/Europe – European organizers rejected China’s demands to exclude certain participants from an annual dialogue between CEOs, officials and academics | The Wall Street Journal

China/AustraliaThe Great China-Australia Divorce Has Arrived  Salvatore Babones, 1945

U.S./China – The U.S. Can’t Check China Alone  Odd Arne Westad, Foreign Affairs

The Biden TransitionBiden’s Curious Defense of Austin  Thomas Joscelyn, The Dispatch

China/TerrorismEvolution of China’s ‘Preventive Counterterrorism’  M. Clarke & S. Kam Li Yee, CGP

Arab SpringWhat’s the Legacy of the Arab Spring?  Kali Robinson, Council on Foreign Relations

US/AfghanistanHow We Could End This ‘Forever War’  James Stavridis, Time

Biden TransitionWhy the Premature Verdict on Lloyd Austin?  Bilal Saab, Middle East Institute

European Union/ The BalkansNorth Macedonia on the Threshold of Europe  Dimitar Bechev & Damir Marusic, AC

European Union/ Human Rights EU Has New Muscle to Flex on Human Rights  Jen Kirby, Vox

Biden TransitionWhy the Premature Verdict on Lloyd Austin?  Bilal Saab, Middle East Institute

Biden TransitionOn to the Next Presidency  George Friedman, Geopolitical Futures

C’est tout pour ce briefing. À la prochaine.
Azra

Azra_Files : Your Monday Briefing Nov. 30, 2020

« The job of a citizen is to keep his mouth open »

Gunter Grass

Here’s what you need to know today

#BidenTransition/ Biden hires all-female senior communications team, names Neera Tanden director of OMB ( Office of Management and Budget) | The Washington Post https://www.washingtonpost.com/politics/biden-hires-all-female-senior-communications-team/2020/11/29/5b60b58e-3277-11eb-a997-1f4c53d2a747_story.html

#BidenTransition/ Biden Appointee Neera Tanden Spread the Conspiracy That Russian Hackers Changed Hillary’s 2016 Votes to Trump – How can Democrats and allied media outlets credibly oppose unhinged conspiracy theories and attacks on U.S. election legitimacy while empowering its worst purveyors? | Glenn Greenwald https://greenwald.substack.com/p/biden-appointee-neera-tanden-spread

#MohsenFakhrizadeh/ Overview: nuclear scientists as assassination targets, By William Tobey – Bulletin Atomic https://thebulletin.org/premium/2020-11/overview-nuclear-scientists-as-assassination-targets/

#EU🇪🇺/#China🇨🇳/ EU proposes fresh alliance with #UnitedStates🇺🇸 in face of China challenge | Financial Times https://www.ft.com/content/e8e5cf90-7448-459e-8b9f-6f34f03ab77a

#China🇨🇳/#BRI/#Laos🇱🇦/ A Border Town’s Second Gamble – The First Stop in Laos on the New Railway from China, Boten Prepares for New Connections, by Ore Huiying & Wan Man, ChinaFile https://shar.es/aoWy3r

#China🇨🇳/#Europe🇪🇺/ #17plus1/#5G/ China in Europe and Transatlantic Security, by Andrew Michta, ICDS https://bit.ly/36hJDrX
PDF 📥 https://icds.ee/wp-content/uploads/2020/11/ICDS-EFPI-Brief_China-in-Europe-and-Transatlantic-Security_Andrew-A-Michta_November-2020.pdf

#UnitedStates🇺🇸/#Iran🇮🇷/#irannucleardeal/#JCPoA/ Brazen Killings Expose Iran’s Vulnerabilities as It Struggles to Respond, By David D. Kirkpatrick, Ronen Bergman and Farnaz Fassihi | The New York Times https://www.nytimes.com/2020/11/28/world/middleeast/iran-assassinations-nuclear-israel.html

#UnitedStates🇺🇸/#Iran🇮🇷/#irannucleardeal/#JCPoA/ Machine guns and a hit squad: the killing of Iran’s nuclear mastermind | Financial Times https://www.ft.com/content/a2fade69-3b03-4d0f-9fd3-1641ae1fddb1

#UnitedStates🇺🇸/#Iran🇮🇷/#irannucleardeal/#JCPoA/ Assassination in Iran Could Limit Biden’s Options. Was That the Goal? By David E. Sanger | The New York Times https://www.nytimes.com/2020/11/28/world/middleeast/israel-iran-nuclear-deal.html

Kushner heading to Saudi Arabia and Qatar amid tensions over Iranian scientist killing  | The Guardian https://www.theguardian.com/us-news/2020/nov/29/jared-kushner-saudi-arabia-qatar-tensions-iranian-scientist-killing

#Libya🇱🇾/ Exploring Armed Groups in Libya: Perspectives on SSR in a Hybrid Environment | DCAF – Geneva Centre for Security Sector Governance https://www.dcaf.ch/exploring-armed-groups-libya-perspectives-ssr-hybrid-environment PDF 📥 https://www.dcaf.ch/sites/default/files/publications/documents/ExploringArmedGroupsinLibya.pdf

#EU🇪🇺/#defense/#socialmedia/ Social media disinformation disrupts EU missions worldwide, by Brooks Tigner | Janes https://www.janes.com/defence-news/news-detail/social-media-disinformation-disrupts-eu-missions-worldwide

Du leadership à une hégémonie décomplexée, par Sabine Jansen

Les affaires domestiques d’une puissance telle que les États -Unis pèsent sur la destinée de chacun : la métaphore animalière et La Fontaine nous enseignent «qu’un rat n’est pas un éléphant». Si la capacité de projection dans tous les domaines est l’un des attributs traditionnels de la puissance, elle revêt une ampleur inédite dans le contexte de la globalisation.

Questions internationalesC’est la raison pour laquelle l’élection présidentielle de novembre 2016 et l’arrivée au pouvoir du 45″président des États-Unis ont suscité autant d’intérêt et de commentaires dans le monde. Son prédécesseur, Barack Obama, premier occupant noir de la Maison-Blanche, avait lui aussi bénéficié d’une forte exposition. Néanmoins, plus qu ‘un autre, Donald Trump occupe les médias, avec lesquels il entretient des rapports complexes et le plus souvent houleux. Qu’elle ulcère ou qu’elle fascine, et parfois les deux simultanément, sa personne sature les écrans et noircit les colonnes. Le plus âgé des élus à la Maison-Blanche est aussi le seul à n’avoir jamais exercé de responsabilité politique auparavant.

Mais Donald Trump est un show man hors pair. Star sur le tard de la téléréalité, l’homme d’affaires en maîtrise parfaitement les codes et sait qu’une communication performante peut être performative. Dégainant son compte Twitter plus vite que son ombre, il est presque un média à lui tout seul. Auteur de The Art of the Deal, il est aussi désormais celui d’une quantité impressionnante de fausses nouvelles et de contrevérités.

Comme tout leader populiste, il affectionne la relation directe, et les réseaux sociaux lui offrent la possibilité de s’exprimer instantanément et sans filtre. Il peut ainsi laisser libre cours à ses pulsions et à ses impulsions, dont la spontanéité est parfois sujette à caution. Donald Trump cannibalise tout discours sur les États-Unis, devenu ce pays dont le roi est un vieil enfant.

Après deux ans et beaucoup d’interrogations sur les intentions réelles du nouveau locataire de la Maison-Blanche, un premier bilan de son action s’impose. Son accession à la magistrature suprême traduit un certain état du pays, en proie au doute sur son avenir en dépit d’une position encore inégalée. Même si son style détonne, peut-on parler d’une révolution Trump ? Quelles sont, au-delà du spectacle permanent, les vraies ruptures susceptibles d’affecter en profondeur le système international ?

Les États désunis

L’élection de Donald Trump a servi de révélateur à la division de l’Amérique et de ses forces politiques, reflétant de profondes fractures sociales. C’est avec réticence que le Parti républicain a finalement accepté de faire du magnat de l’immobilier son champion. Outsider «disruptif », ce dernier n’avait jamais manifesté d’inclination particulière pour le « parti de l’éléphant

». Au contraire, il avait, dans le passé, flirté avec le Parti démocrate, envisageant même en 1987 de candidater à la Maison-Blanche sous ses couleurs. Sa victoire, en novembre 2016, lui a néanmoins donné toute l’onction nécessaire pour s’attacher le soutien des républicains. Elle a suscité un loyalisme d’opportunité, conforté dans l’immédiat par de bons indicateurs économiques…

 

Questions internationales n° 98 – Juillet-août 2019

La Chine, l’Inde et la montée de «l’état civilisationnel» par Gideon Rachman

http___com.ft.imagepublish.upp-prod-eu.s3.amazonawsCette idée illibérale fait attirer certains de la droite américaine aussi.

Le XIXe siècle a popularisé l’idée de «l’état-nation». Le XXIème pourrait être le siècle de «l’état civilisationnel».

Un état de civilisation est un pays qui prétend représenter non seulement un territoire historique ou une langue ou un groupe ethnique particulier, mais une civilisation distincte. C’est une idée qui gagne du terrain dans des états aussi divers que la Chine, l’Inde, la Russie, la Turquie et même les États-Unis.

La notion d’état civilisationnel a des implications nettement illibérales. Cela implique que les tentatives visant à définir les droits de l’homme universels ou des normes démocratiques communes sont erronées, chaque civilisation ayant besoin d’institutions politiques reflétant sa propre culture. L’idée d’un état civilisationnel est également exclusive. Les groupes minoritaires et les migrants peuvent ne jamais s’intégrer car ils ne font pas partie de la civilisation fondamentale.

china-wave001L’essor de la Chine est l’une des raisons pour lesquelles l’idée d’un état civilisationnel est susceptible de gagner un terrain plus grand. Dans des discours devant des audiences étrangères, le président Xi Jinping aime souligner l’histoire et la civilisation uniques de la Chine. Cette idée a été défendue par des intellectuels progouvernementaux, tels que Zhang Weiwei de l’Université de Fudan. Dans un livre influent intitulé «La vague chinoise: l’émergence d’un État civilisationnel», M. Zhang affirme que la Chine moderne a réussi parce qu’elle a abandonné les idées politiques occidentales – et a plutôt adopté un modèle enraciné dans sa propre culture confucéenne et ses méritocratiques fondés sur des examens des traditions.

Zhang adaptait une idée élaborée à l’origine par Martin Jacques, un écrivain occidental, dans un livre à succès, When China Rules The World. «L’histoire de la Chine en tant qu’état-nation», affirme M. Jacques, «ne date que de 120 à 150 ans: son histoire civilisationnelle remonte à des milliers d’années». Il estime que le caractère distinct de la civilisation chinoise conduit à des normes sociales et politiques très différentes de celles prévalant en Occident, notamment «l’idée que l’état devrait être fondé sur des relations familiales [et] une vision très différente de la relation entre l’individu et la société, cette dernière étant considérée comme beaucoup plus importante».

Comme la Chine, l’Inde compte plus d’un milliard d’habitants. Les théoriciens du parti au pouvoir, le Bharatiya Janata, sont attirés par l’idée que l’Inde est plus qu’une simple nation – qu’elle est plutôt une civilisation distincte. Pour le BJP, le trait le plus distinctif de la civilisation indienne est la religion hindoue – une notion qui relègue implicitement les musulmans indiens à un deuxième niveau de citoyenneté.71xvKD4y-qL

Jayant Sinha, un ministre du gouvernement de Narendra Modi, affirme que les pères fondateurs de l’Inde moderne, tels que Jawaharlal Nehru, ont adopté à tort les idées occidentales telles que le socialisme scientifique, les considérant comme universellement applicables. Au lieu de cela, ils auraient dû fonder le système de gouvernance post-coloniale de l’Inde sur sa propre culture. En tant qu’ancien consultant McKinsey avec un MBA de Harvard, M. Sinha pourrait ressembler à l’archétype des valeurs «mondialistes». Mais quand je l’ai rencontré à Delhi l’année dernière, il prêchait le particularisme culturel, affirmant que «à nos yeux, le patrimoine précède l’état. . . Les gens sentent que leur patrimoine est assiégé. Nous avons une vision du monde fondée sur la foi par opposition à la vision rationnelle et scientifique. ”

Les conceptions civilisationnelles de l’état gagnent également du terrain en Russie. Certains des idéologues autour de Vladimir Poutine adhèrent désormais à l’idée que la Russie représente une civilisation eurasienne distincte, qui n’aurait jamais dû chercher à s’intégrer à l’Occident. Dans un article récent, Vladislav Surkov, proche conseiller du président russe, a déclaré que les « efforts infructueux répétés de son pays pour faire partie de la civilisation occidentale sont enfin terminés ». Au lieu de cela, la Russie devrait adopter son identité de « civilisation qui a absorbé l’est et l’ouest » avec une « mentalité hybride, un territoire intercontinental et une histoire bipolaire. C’est charismatique, talentueux, beau et solitaire. Juste comme un métis devrait être. »

Dans un système global façonné par l’Occident, il n’est pas surprenant que certains intellectuels des pays tels que la Chine, l’Inde ou la Russie devraient insister sur le caractère distinct de leurs propres civilisations. Ce qui est plus surprenant, c’est que les penseurs de droite aux États-Unis s’éloignent également de l’idée des «valeurs universelles» – en faveur de l’accent mis sur la nature unique et prétendument menacée de la civilisation occidentale.

Steve Bannon, qui a été brièvement chef stratège à la Maison Blanche  de Trump, a maintes fois répété que la migration de masse et le déclin des valeurs chrétiennes traditionnelles minent la civilisation occidentale. Pour tenter de mettre fin à ce déclin, M. Bannon participe à la création d’une «académie pour l’Ouest judéo-chrétien» en Italie, destinée à former une nouvelle génération de dirigeants.

L’argument des bannonites selon lequel la migration de masse mine les valeurs américaines traditionnelles est au cœur de l’idéologie de Donald Trump. Dans un discours prononcé à Varsovie en 2017, le président américain a déclaré que « la question fondamentale de notre époque est de savoir si l’Occident a la volonté de survivre », avant de rassurer son auditoire que « notre civilisation triomphera ».

Mais curieusement, l’adhésion de M. Trump à une vision «civilisationnelle» du monde peut en réalité être un symptôme du déclin de l’Occident. Ses prédécesseurs ont proclamé avec confiance que les valeurs américaines étaient «universelles» et destinées à triompher à travers le monde. Et c’est la puissance globale des idées occidentales qui a fait de l’état-nation la norme internationale en matière d’organisation politique. La montée en puissance de puissances asiatiques telles que la Chine et l’Inde pourrait créer de nouveaux modèles: un pas en avant, l ‘«état civilisationnel».

Source: China, India and the rise of the ‘civilisation state’

Traduction: A. Isakovic

Reconnecting Asia : Mapping continental ambitions

Competing Visions
A geoeconomic contest is underway to shape Asia’s future. Regional powers are putting forward ambitious plans for building roads, railways, pipelines, and other hard infrastructure across the region. Drawing on official sources, CSIS experts developed the maps below to illustrate some of these competing visions. Each map captures, in broad strokes, the major infrastructure priorities of a leading actor. Collectively, these maps preview a competition as wide-ranging as the region itself. As this story unfolds, the collection below will be expanded and updated.

chinas_vision_10212016

Announced in 2013, China’s “One Belt One Road” (OBOR) initiative drives across the Eurasian landmass in two grand sweeps: the ocean-based 21st Century Maritime Silk Road and the overland Silk Road Economic Belt. As Chinese President Xi Jinping’s signature foreign policy effort, OBOR is striking for its opacity as well as its ambition. On the surface, it imagines a future Eurasia where all routes lead to Beijing. As an open-ended framework, however, the initiative is less clear. It combines new and older projects, covers an uncertain geographic scope, and includes efforts to strengthen hard infrastructure, soft infrastructure, and even cultural ties.

indias_vision_10212016

India’s vision is primarily focused on increasing connectivity within its own borders. Looking outside its borders, India sees the South Asian Association for Regional Cooperation (SAARC) as largely paralyzed. Instead, the Modi government is focused on assembling smalls groups of its neighbors or « coalitions of the willing, » in support of its regional economic objectives. Other efforts reflect India’s geopolitical interests. By developing Chabahar Port in Iran, for example, India intends to bypass Pakistan and access overland routes to Europe and Central Asia. Looking even further, Prime Minister Narendra Modi’s “Act East” policy aims to strengthen links between India and ASEAN nations, giving India’s landlocked northeast region better access to its southern ports and establishing new land corridors connecting India to Thailandthrough Myanmar.

japans_vision_10212016
Prioritizing east-west connections, Japan’s vision stems from decades of investing in Southeast Asia, where existing infrastructure reflects the needs of Japanese supply chains, especially maintaining access to the sea. Japan is acting swiftly to defend this incumbent advantage, and has boosted funding to expand “high-quality and sustainable infrastructure” in the region through its Partnership for High Quality Infrastructure. Consistent with the Master Plan on ASEAN Connectivity, Japan is backing a number of new land and maritime corridors that would increase connectivity between the Bay of Bengal and the South China Sea. Japanese Prime Minister Shinzo Abe has also expanded Japan’s diplomatic footprint, becoming the first sitting Japanese leader to visit all five countries of Central Asia.

russias_vision_oct25

Russia’s vision combines soft and hard infrastructure. The Eurasian Economic Union (EAEU) is Russia’s primary vehicle for regional economic integration, and officials have suggested it could be linked with OBOR. Reinforcing its economic and diplomatic pivot to the east, Russia is tapping into the Chinese energy market with a series of proposed natural gas pipelines. To its south, Russia aims to increase connectivity with Azerbaijan, Iran, and India through the North-South Transport Corridor (NSTC). To its north, Russia is planning additional projects to advance its energy and defense interests as the Arctic becomes more accessible.

southkoreas_vision_10212016
President Park Geun-hye’s Eurasian Initiative is expansive, incorporating railways from Seoul to the heart of Europe, shipping lanes through the Arctic, and enhanced fiber optic networks such as the Trans-Eurasia Information Network (TEIN) throughout Southeast Asia. Through increased diplomacy, South Korea is laying the groundwork for stronger relationships in the region and expanding its commercial relationship with Kazakhstan in particular. In light of current geopolitical obstacles, President Park’s initiative appears to contain both diplomatically ambitious and practical plans. Accounting for North Korea, this includes an imagined rail line through the demilitarized zone and an alternative undersea route for bypassing the North and connecting to Russia’s rail network.

turkeys_vision_10212016
Historically, Turkey has been a strategic land bridge connecting Asia and Europe while bypassing Russia. Today, Turkey is enhancing this position with major domestic, sub-regional and trans-national infrastructure projects such as the Baku-Tbilisi-Kars Railway. Turkey also plans to build thousands of kilometers of new roads and railways under the Vision 2023 initiative, which will mark a century since its independence. Collectively, these efforts would expand Turkey’s transportation networks and strengthen their connections with Asia and Europe.

Source: CSIS

La bataille pour l’histoire: pourquoi l’Europe devrait résister à la tentation de réécrire son propre passé communiste par Martin D. Brown

Quelques mois plutôt les gouvernements tchèque et slovaque ont critiqué la diffusion d’un documentaire russe sur l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie en 1968, avec le ministère slovaque des affaires étrangères décrivant une tentative ‘de réécrire l’histoire’. Martin D. Brown écrit que, bien que le documentaire était sans doute imparfait, l’incident diplomatique était symptomatique d’une situation dans laquelle la Russie a adopté une vue plus en plus résolument soviétique de l’histoire, tandis que les États post-soviétiques ont soutenu la construction d’une histoire consciemment antisoviétique construite autour du concept de totalitarisme. Il argument que les États de l’UE ont peu à gagner dans la réécriture de leur propre passé tout simplement pour contrer le récit russe.

David Cameron a parlé la semaine dernière au 10e Forum sur la sécurité  GLOBSEC, tenue à Bratislava, en Slovaquie. Il a abordé les principales préoccupations de sécurité auxquels fait face l’Europe: le conflit en Ukraine, la montée de DAESH et le flux de migrants qui traversent la Méditerranée. Son discours visait clairement à rassurer les membres orientaux et méridionaux de l’Union européenne par le soutien britannique continue. Il a également souligné la nécessité de trouver des politiques crédibles pour lutter contre l’appel menaçant d’idéologie extrémiste de DAESH et la radicalisation des populations musulmanes en Europe occidentale.globsec001
Daesh n’est pas le premier mouvement essayant d’utiliser les médias sociaux (et d’autres) et de l’histoire révisionniste pour étayer sa stratégie géopolitique. Les hôtes de Cameron, les Slovaques, et leurs voisins d’Europe centrale et orientale, ont eu beaucoup d’expérience avec les idéologies extrémistes, de sorte qu’on pourrait  présumer, qu’ils ont développé des solutions viables pour lutter contre cette menace.

Plus récemment, la République tchèque et son voisin la Slovaquie ont été impliqué dans une querelle diplomatique avec Moscou sur un documentaire télévisé de Russie à propos de l’écrasement du Printemps de Prague en 1968 – un moment charnière dans l’histoire de l’une des idéologies prééminent extrémistes de l’histoire européenne: le communisme. Il n’y a rien d’étonnant à cela: le XXe siècle est un sujet âprement disputée. Le passé a été régulièrement une arme dans les guerres de propagande sur la ‘vérité historique’. Même la Guerre Froide a été constamment, et à tort, enrôlée de force au service des références en conflit actuel en Ukraine.
La Russie semble revenue à une vue résolument soviétique de l’histoire, alors que les États post-soviétiques ont soutenu la construction d’une histoire consciemment antisoviétique, construit autour du concept de totalitarisme. Les deux récits sont incompatibles et il est peu probable qu’ils encouragent le dialogue utile ou nous disent plus sur la capacité de l’histoire de proférer des recommandations politiques.

La bataille pour l’histoire

Cet incident particulier a été déclenchée par une nouvelle série sur la Rossiya-1 russe: Pacte de Varsovie – Pages Déclassifiées. Le programme a défendu l’invasion du Pacte de la Tchécoslovaquie en 1968 (impliquant les forces bulgares, allemandes de l’Est, hongrois, polonais et soviétiques), affirmant que c’était une intervention préventive pour éviter un putsch nazi dirigé par l’OTAN. Outrés, tant Bratislava et Prague ont déposé des plaintes formelles à la Russie pour avoir permise la diffusion de telles distorsions.

globe001

Les allégations de Rossiya sont absurdes: un ressassé brutal de vieilles justifications soviétiques. Nous savons maintenant par de témoignages oraux que les troupes du Pacte de Varsovie, franchissant les frontières tchécoslovaques et surprises de la réception hostile, ont été nourries par des histoires similaires. Les comptes plus nuancées peuvent être trouvés dans de divers articles, des livres et des collections de documents qui démontrent de façon concluante la fausseté des allégations de Rossiya.
Donc, à la lumière de tout cela, ce fut un autre exemple des tentatives de Vladimir Poutine dans la  manipulation  de passé russe / soviétique à des fins politiques dans la guerre de l’information actuelle avec ‘l’Occident’. Peut-être qu’il est aussi symptomatique des inquiétudes de la Russie concernant des ‘révolutions de couleurs’ et de changements de régimes parrainé par l’Ouest. Mais ce n’est que la moitié de l’histoire.

Les vingt-cinq dernières années durant, Europe postsoviétique a aussi activement reconquit  et réécrit son histoire. Pendant l’ère communiste le passé était en surveillance stricte et fortement censuré. Le débat public sur les violations des droits de l’homme, sur la répression politique, sur les assassinats des dizaines de millions ont été supprimées. Des exemples bien connus comprennent l’obscurcissement officiel sur la famine ukrainienne, sur le pacte Molotov-Ribbentrop et sur le massacre de Katyn.
Bien que le passé a été confisqué par les régimes communistes, cela ne signifie pas que la version de l’ouest était totalement objective ou précise. Toutes les recherches dans la guerre froide ont été politisées, des deux côtés du rideau de fer. Les estimations établies antérieurement sur le nombre de morts sous Staline sont actuellement en cours de révision et réduits.
Depuis 1989, les États post-soviétiques ont ouvert leurs archives et ont adopté une législation pour créer des instituts de documentation et de diffusion de ces événements: l’Institut Estonien de la Mémoire Historique; la Maison de la Terreur en Hongrie; l’Institut de la Mémoire nationale en Pologne;  l’Institut de la Mémoire Nationale en Slovaquie, regroupés sous l’égide de la Plateforme de la Mémoire et de la Conscience Européenne.
Dirigée par la République Tchèque, une campagne a été lancée en 2008 pour formaliser ces perspectives dans l’UE elle-même. Une Journée européenne du souvenir a été établie par la suite, est célébrée chaque année le 23 Août.
Collectivement, et inspiré par la lecture de l’œuvre de Hannah Arendt (ou peut-être une lecture erronée), ces organes et les lois promeuvent une conception du totalitarisme parrainé par l’État, dans lequel les histoires et les crimes du fascisme et du communisme sont expressément assimilés. Les exposants les plus virulents de ce concept dans l’ouest sont Anne Applebaum et Timothy Snyder.
Controversée, ce discours a également été exposé à des efforts tentés de l’Holocaustisation; cooptant la terminologie de l’extermination des Juifs d’Europe. En 2014, le film estonien Dans le vent de travers, traitant les déportations de masse de 1941, utilise expressément le terme ‘Holocauste soviétique’. Encore une fois, le but étant d’assimiler les crimes communistes présentés comme moins connus avec celles des nazis.

cameron002Entièrement à juste titre, ces pays post-soviétiques se réapproprient leur passé perdu depuis longtemps. Cependant, leurs politiciens ont construit et fondé des organismes pour produire une version totalitaire de l’histoire ‘approuvée’ et diamétralement opposée à l’ancien récit communiste. Indépendamment de ce que l’on pourrait penser de l’utilité d’une telle approche, le caractère officiel du programme devrait donner une pause dans la réflexion. L’histoire est sur le discours et tout processus qui limite ou empêche le débat devrait être une source de préoccupation.

Traitée avec soin, et protégé de toute ingérence politique ou d’un sentiment national, une telle approche devrait donner des résultats utiles. Mais comme le Dr Muriel Blaive, Conseiller du Directeur de la recherche et de la méthodologie à l’Institut pour l’étude des régimes totalitaires de Prague, a averti dans une récente interview, cela n’a pas toujours été le cas. Il y a eu de grandes divergences dans la façon dont ces archives de l’époque communiste ont été protégées et utilisés, ainsi que dans les résultats produits.

Je dirais que le problème central n’est pas ce que l’approche totalitaire prétend avoir révélé, mais plutôt de ce qu’il n’a pas réussi à expliquer. Oui, les crimes du communisme ont été documentés et à juste titre, exposée, mais c’est quoi qui a été révélé au sujet de la comparaison avec le fascisme exactement, en particulier dans les États qui se sont livré activement aux deux à la fois? Il est difficile de voir comment l’amalgame des régimes disparates est une aide à l’analyse, d’autant plus que le concept de totalitarisme reste au mieux flou et mal définie.

global-cold-war002En outre, l’approche totalitaire est ouvertement euro-centrique et géographiquement myope. Il ne donne aucun aperçu dans la Guerre Froide mondiale, et il ignore le fait que, en dehors de l’Europe, Moscou a souvent été considéré comme le champion de la lutte anti-impérialiste.

Plus problématiquement encore, le projet n’a pas réussi à expliquer pourquoi des dizaines, sinon des centaines, de millions de personnes ont rejoint volontairement les partis fascistes et communistes en premier lieu ou ont collaboré avec ces régimes plus tard. Ont-ils été trompés, contraints, ou, plus inquiétant encore, ont-ils embrassé activement les idéologies sur l’offre? Nous n’avons pas de réponse.

Pour parler sans ambages, l’opposé aux mensonges communistes n’est pas la ‘vérité’. La Russie n’a pas non plus le monopole de la falsification du passé. La question ici, à l’instar de discours de Cameron à Bratislava, est de savoir comment les sociétés comprennent et luttent contre l’extrémisme idéologique, que ce soit le fascisme, le communisme, ou la hausse actuelle de fondamentalisme islamique violent.

Plus de vingt-cinq ans après la chute du mur de Berlin, quel espoir pour l’UE de faire face à l’attirance de DAESH, si elle est encore à développer une compréhension sophistiquée et holistique de sa propre histoire de l’idéologie extrémiste?

Martin D. Brown

Traduction : Azra Isakovic

Source : LSE