De La Revue Intégrée du Gouvernement Britannique, par Dmitri Trenin

La Revue Intégrée de la sécurité, de la défense, du développement et de la politique étrangère publiée par le gouvernement britannique à la fin du mois de mars est un document des plus remarquables : innovant, tourné vers l’avenir et complet. Parallèlement à l’accent mis sur les outils non militaires de politique étrangère, le Royaume-Uni prévoit le plus gros investissement dans la défense depuis la fin de la guerre froide et la croissance substantielle de son arsenal de dissuasion nucléaire. En tant que modèle de stratégie moderne, il s’agit d’un modèle utile pour structurer les interactions d’un pays dans le monde globalisé.

L’impression générale de la Revue Intégrée est que les modifications importantes apportées au document ne modifient guère l’orientation principale de la politique étrangère du Royaume-Uni. La Revue décrit avant tout le Royaume-Uni comme une nation commerçante, ce qui, bien entendu, l’a toujours été. L’accent est clairement mis sur la science et la technologie, ce qui est un signe des temps. Le soft power britannique, toujours impressionnant, est dûment mis en avant. Nouvellement divorcée de l’Union européenne, la Grande-Bretagne est loin d’être la seule: sa relation vitale avec les États-Unis – bilatéralement et par le biais de l’OTAN – est devenue encore plus forte.

Dans le domaine de la géopolitique, le Royaume-Uni se distancie de l’UE, tout en s’identifiant comme une puissance européenne. À ce titre, il se rapproche encore plus de la communauté des nations anglophones bâtie autour des États-Unis, avec l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande: les Five Eyes.

Dans le domaine de la géopolitique, le Royaume-Uni se distancie de l’UE, tout en s’identifiant comme une puissance européenne. À ce titre, il se rapproche encore plus de la communauté des nations anglophones bâtie autour des États-Unis, avec l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande: les Five Eyes. Au sein de cette communauté mondiale très soudée, la Grande-Bretagne est la composante européenne. Dans les circonstances actuelles, les Five Eyes sont en train de devenir bien plus qu’un mécanisme de partage de renseignements. Il devrait maintenant être considéré comme l’élément central du système mondial dirigé par les États-Unis, son cercle intime.

Dans ce contexte, La Revue Intégrée du Royaume-Uni doit être interprété à juste titre comme étant pleinement intégré à la stratégie mondiale des États-Unis, comme indiqué dans le guide stratégique de sécurité nationale des États-Unis récemment publié. La devise de l’administration Joe Biden, «reconstruire en mieux», a été pleinement adoptée par les auteurs de la revue britannique. Il y a aussi une forte composante idéologique dans le journal britannique, comme dans les directives américaines, indiquant l’offensive / contre-offensive en cours contre la Chine et la Russie en tant que régimes autoritaires. Il vise à créer un ordre international basé sur les idées, les normes, les règles et les standards partagés par les membres du système occidental actuel dirigé par les États-Unis.

En effet, la préservation du statu quo dans le monde n’est pas considérée comme une option; l’objectif est d’élargir la démocratie, les sociétés ouvertes et les droits de l’homme, ce qui signifie récupérer la position dominante de l’Occident.

La façon d’y parvenir, semble suggérer la Revue, est de monter un effort occidental collectif sous la direction des États-Unis, avec le Royaume-Uni comme le plus proche allié des États-Unis. Malgré la prétendue approche réaliste de la politique étrangère et la volonté déclarée de compromis, tant le réalisme que le compromis ne peuvent être de nature tactique que lorsque Londres poursuit sa politique étrangère revigorée. Dans la compétition systémique contre les autoritaires et leurs alliés, il ne semble pas y avoir de substitut à la victoire.

L’orientation géopolitique de la Revue Intégrée penche vers l’Indo-Pacifique, où le Royaume-Uni cherche à être l’acteur européen. Tout en étant aux côtés des États-Unis et de ses alliés régionaux, le Royaume-Uni aspire également à promouvoir ses intérêts économiques dans la région du monde à la croissance la plus rapide. Il espère faire revivre et repenser les liens remontant à l’époque de l’empire, notamment avec l’Inde. Il est intéressant de noter que le Royaume-Uni tente d’équilibrer l’approche de base de la Chine en tant que principal challenger du système dirigé par les États-Unis avec sa propre volonté et sa volonté de collaborer avec Pékin sur un éventail de questions, tout en faisant des affaires rentables avec l’énorme puissance économique croissante . Cela ressemble à un acte de jonglerie complexe.

L’orientation géopolitique de la Revue Intégrée penche vers l’Indo-Pacifique, où le Royaume-Uni cherche à être l’acteur européen. Tout en étant aux côtés des États-Unis et de ses alliés régionaux, le Royaume-Uni aspire également à promouvoir ses intérêts économiques dans la région du monde à la croissance la plus rapide. Il espère faire revivre et repenser les liens remontant à l’époque de l’empire, notamment avec l’Inde

La Revue Intégrée nomme les «menaces étatiques» comme les plus pertinentes, et bien qu’elle qualifie la Chine de principal challenger systémique, elle réserve à la Russie la position de «menace la plus grave pour notre sécurité». La Russie est classée dans la même catégorie que l’Iran et la Corée du Nord en tant que nation la plus hostile. Le Royaume-Uni promet à ses alliés de l’OTAN une posture de défense plus robuste vis-à-vis de la Russie; il réaffirme son soutien aux pays d’Europe orientale; et il prévoit de poursuivre l’assistance militaire à l’Ukraine. La décision d’augmenter l’arsenal nucléaire du Royaume-Uni vise également clairement la Russie.

La Revue Intégrée mentionne à plusieurs reprises les empoisonnements de Salisbury et l’ingérence russe. Nulle part dans le document il n’y a un mot sur une coopération possible avec la Russie sur quelque question que ce soit – contrairement à la Chine, pour ne pas parler de nombreux autres pays. Cela a incité l’ambassadeur de Russie à Londres, Andrei Kelin, à conclure que les relations politiques entre le Royaume-Uni et la Russie sont désormais de facto inexistantes. L’examen intégré implique qu’il ne peut y avoir de coopération avec Moscou tant que le gouvernement russe ne modifie pas ses politiques de manière fondamentale ou n’est pas remplacé par un gouvernement avec un programme politique très différent.

Moscou prend probablement ces déclarations et propositions d’actions au sérieux, mais sans grande inquiétude : les relations vont de mal en pis depuis des années.

Moscou prend probablement ces déclarations et propositions d’actions au sérieux, mais sans grande inquiétude : les relations vont de mal en pis depuis des années. Il reconnaît que le gouvernement britannique mène une politique hostile à l’égard de la Russie en étroite coordination et coopération avec les États-Unis. Cela signifie que les relations entre la Russie et le Royaume-Uni sont essentiellement aussi conflictuelles que celles entre la Russie et les États-Unis. Concrètement, Moscou devra surveiller de plus près les actions britanniques dans les quartiers post-soviétiques de la Russie, du Bélarus et de l’Ukraine au Caucase et en Asie centrale.

Cet état de fait est là pour le long terme et n’est guère nouveau. À certains égards, la situation rappelle vaguement à la fois le Grand Jeu et la Guerre froide – avec une mise en garde importante: il ne semble y avoir pratiquement aucun motif pour des relations civiles entre les gouvernements de Moscou et de Londres, et aucune chance pour le Royaume-Uni de jouer. un rôle de facilitateur entre Washington et Moscou comme il l’a fait pendant certaines parties de la guerre froide. Il est juste d’ajouter, bien entendu, que le Royaume-Uni ne recherche guère actuellement un tel rôle.

Pourtant, s’il est peu probable que les contacts politiques bilatéraux soient fréquents ou productifs, la Russie et le Royaume-Uni pourraient et devraient même s’engager mutuellement dans des cadres bilatéraux et multilatéraux sur une série de questions mondiales, en particulier le changement climatique, en vue de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique ( COP26) à Glasgow cet automne; santé publique; la non-prolifération (le sort de l’accord nucléaire iranien); stabilité stratégique (le sommet proposé par la Russie des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies); et autre. Il est possible de débattre de certaines questions régionales, notamment au Moyen-Orient. D’autres contacts non politiques et non gouvernementaux, que ce soit dans le domaine des affaires, de la science et de la technologie, de l’éducation ou dans d’autres domaines, devraient être autorisés, quoique dans les limites de la confrontation en cours.


Par Dmitri Trenin

Source : UK Security Review: Implications for Russia

Traduction: Azra Isakovic

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.