Pourquoi la Première Guerre mondiale n’est pas finie

Les Vaincus de Robert Gerwarth – Une histoire de l’Europe entre 1917 et 1923 qui se penche sur le côté sombre de l’autodétermination nationale

Corps libres allemands

Des volontaires de Corps libres allemands à Berlin lors du Putsch Kapp de 1920, une tentative infructueuse de renversement de la République de Weimar © Getty

Dans La Marche de Radetzky, le chef-d’œuvre du romancier autrichien Joseph Roth de 1932, un aristocrate polonais conservateur nommé Comte Chojnicki prédit l’effondrement de l’empire de Habsbourg en 1918. Avec amertume, il attribue ce fléau aux minorités nationales rétives de l’empire : « Dès que l’empereur [Franz Josef] dit bonsoir, nous allons nous diviser en cent morceaux… Tous les peuples créeront leurs propres petites sales états… Le nationalisme est la nouvelle religion. »

Comme l’explique Robert Gerwarth dans Les Vaincus, ce n’est pas un hasard si Roth et d’autres Juifs d’Europe centrale ont regardé avec nostalgie, du point de vue des années 1930, la double monarchie disparue. Pour eux, la vie était plus en sécurité dans cet empire multiethnique, avec son traitement relativement tolérant des minorités, que dans la plupart des États-nations qui le remplaçaient, sans parler de l’Allemagne nazie.

L’Autriche-Hongrie est l’un des quatre empires à se briser à la suite de la Première Guerre mondiale, les autres étant l’Allemagne du Hohenzollern, la Russie tsariste et l’Empire ottoman. Sur les territoires des quatre empires déchus, les années d’après-guerre ont été marquées par des bouleversements et des dangers extraordinaires.  «Alors que les guerres civiles se chevauchaient avec les révolutions, les contre-révolutions et les conflits frontaliers entre États émergents sans frontières clairement définies ou gouvernements internationalement reconnus, l’Europe de l’après-guerre entre la fin officielle de la Grande Guerre en 1918 et le Traité de Lausanne de juillet 1923 était le lieu le plus violent de la planète», écrit Gerwarth.

L’indice du thème principal du livre de Gerwarth réside dans ces guillemets autour du mot « après-guerre ». Les Vaincus n’est pas une histoire générale de l’Europe entre 1917 et 1923. Il s’agit plutôt d’un mélange de récits rapides et d’analyses fluides de la tourmente qui s’est déroulée sur les terres des quatre empires déchirés, ainsi que de la Grèce et de l’Italie, de chaque côté de l’armistice de novembre 1918 sur le front occidental.

Les Vaincus de Robert Gerwarth 002Gerwarth démontre avec une concentration impressionnante de détails qu’en Europe centrale, orientale et sud-orientale, le carnage de la Première Guerre mondiale n’a en aucun cas pris fin, comme ce fut le cas pour les Britanniques et les Français à la fin de 1918. Dans le coup bolchevique et la guerre civile russe qui a suivi, les soulèvements d’extrême gauche en Bavière et en Hongrie, la guerre gréco-turque et des événements similaires, Gerwarth retrace un flux continu de violence et de désordres politiques provoqués par l’effondrement presque simultané des empires.

En ce sens, la première guerre mondiale a été « le catalyseur involontaire des révolutions sociales ou nationales qui devaient façonner l’agenda politique, social et culturel de l’Europe pour les décennies à venir », a déclaré Gerwarth. Parmi ses héritages, il y avait « une nouvelle logique de violence », souvent dirigée contre les minorités raciales et religieuses et ne faisant aucune distinction entre civils et combattants, qui devait avoir des conséquences néfastes deux décennies plus tard.

« Les acteurs violents de 1917-1923 étaient souvent identiques à ceux qui déchaîneraient un nouveau cycle de violence dans les années 1930 et au début des années 1940 », écrit Gerwarth. Les Freikorps, ou unités paramilitaires allemandes volontaires, qui ont mis un terme à la révolution de gauche dans la République de Weimar et se sont révoltés dans les États baltes, étaient les prédécesseurs spirituels des nazis.

Gerwarth, professeur à l’University College Dublin, né à Berlin, est l’auteur de deux ouvrages bien reçus sur l’histoire allemande, The Bismarck Myth (2005) et Hitler’s Hangman (2011), une biographie de Reinhard Heydrich. Son dernier livre développe de nombreuses idées publiées dans La Guerre dans la Paix : La violence paramilitaire en Europe après la Grande Guerre (2012), un volume d’essais stimulants qu’il a coédité avec John Horne.

Le traité de paix conclu à Versailles par les Alliés en 1919 avec l’Allemagne n’a guère contribué à calmer les violences de l’après-guerre. Gerwarth, contestant des interprétations historiques jadis dominantes, soutient que la question au cœur de Versailles et des traités connexes n’était pas l’insistance des Alliés d’inclure des clauses de culpabilité pour la guerre pour justifier des indemnisations versées par l’Allemagne et d’autres puissances défaites. C’était plutôt la tâche presque impossible de transformer l’Europe d’un ensemble des empires fonciers en ruines dans de nouveaux États dont la légitimité, pensait-on, devraient découler principalement de leur homogénéité ethnique.

Ce principe d’autodétermination nationale, communément associé à Woodrow Wilson, le président américain en temps de guerre, était plus attrayant en théorie que dans le monde réel de l’après-guerre. Son application aux empires démantelés de l’Europe a toujours eu tendance à être incohérente et lourde de risque de conflit ethnique. Gerwarth appelle cela « au mieux naïf et, en pratique, une invitation à transformer la violence de la Première Guerre mondiale en une multitude de conflits frontaliers et de guerres civiles ».

Dès le début, il y a eu des gagnants et des perdants. Les vainqueurs britannique, français et américain ont récompensé des peuples tels que les Tchèques, les Grecs, les Polonais, les Roumains et les Slaves du Sud qui étaient des alliés du temps de guerre ou étaient considérés comme amicaux. Ceux-ci ont reçu soit de nouveaux états indépendants, soit des territoires à ajouter aux états existants. Inversement, les perdants de la guerre, en particulier les Allemands, les Autrichiens germanophones et les Hongrois, ont été punis, la taille de leurs États titulaires étant réduite et leurs minorités importantes laissées en dehors d’eux.

À juste titre, Gerwarth ne va pas jusqu’à déplorer la fin des empires fonciers européens. Mais son livre affirme de manière convaincante que « l’histoire de l’Europe dans les années 1917-1923 est cruciale pour comprendre les cycles de violence qui ont caractérisé le XXe siècle du continent ».

Source: The Vanquished by Robert Gerwarth review — why the first world war failed to end

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.